AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782843441288
450 pages
Le Bélial' (28/08/2014)
3.98/5   84 notes
Résumé :
1968. Peu après qu'un "incident" provoqué par des zombies a fait 70.000 morts, Wanda Mayhall trouve le corps d'une adolescente morte de froid lors une tempête de neige. Entre ses bras, un nourrisson qui ne respire pas, mais dont les yeux sont grands ouverts. Wanda recueille et élève au sein de sa famille cet enfant hors du commun. Une nuit, ce dernier découvre la vérité sur sa condition.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 84 notes
5
9 avis
4
17 avis
3
8 avis
2
1 avis
1
0 avis

FlowerPanda
  15 octobre 2014
Après les vampires, ce sont les zombies qui veulent nous faire passer un message de tolérance. Non, ils ne sont pas les méchants auxquels on pense ! Et mince à la fin… A bas les préjugés et les stéréotypes !
Reçu dans le cadre de la Voix des Indés, une opération littéraire ayant pour but de mettre en avant certaines maisons d'édition qui passent souvent inaperçues lors de la rentrée littéraire, L'Éducation de Stony Mayhall est une bonne découverte ! Merci donc à Libfly pour m'avoir permis de participer à cette opération et aux éditions le Bélial pour l'envoi de ce livre !
Dans ce roman, Daryl Gregory nous livre sa propre vision des zombies. Apparus en 1968 suite à une épidémie aux Etats-Unis, les zombies ont constitué une menace vite éliminée. Alors quand Wanda trouve par hasard le cadavre d'une jeune femme et de son nouveau-né au bord de la route, elle ne peut se résoudre à abandonner le petit être. Bien que toute vie se soit éteinte en lui, elle décide malgré tout de le ramener chez elle pour lui offrir une tombe décente. Son instinct de mère prenant le pas, elle tente pourtant de le réanimer. Quelle n'est pas sa surprise lorsque le bébé ouvre les yeux ! Elle comprend tout de suite le danger qu'il représente. Mais ce n'est qu'un enfant innocent et Wanda ne peut se résoudre à le livrer aux autorités. Avec ses filles Alice, Chelsea et Junie, elle décide de le cacher au reste du monde. Et voilà que la famille Mayhall vient de s'agrandir d'un nouveau membre : frère John surnommé Stony (stone signfie pierre en anglais, à vous de faire le lien ^^) !
Bien entendu, tout ne va pas bien se passer pour notre petit mort-vivant dans ce monde où les zombies ne sont pas les bienvenus…
N'étant pas une adepte du genre, je me suis plongée avec beaucoup de difficultés dans l'histoire. On ne peut pourtant pas dire que l'écriture soit en cause, bien au contraire. Daryl Gregory a une jolie plume, toute en fluidité et avec de bonnes touches d'humour noir. En fait, c'était vraiment une question de genre et il m'a fallu mettre de côté tous mes préjugés. Or, cela était d'autant plus difficile qu'au début du livre, j'étais vraiment perdue et j'ai même pensé à abandonner. Heureusement que je ne l'ai pas fait, l'histoire devenant prenante au bout d'une centaine de pages. Au final, sans être un coup de coeur, c'était une bonne lecture.
J'ai trouvé la façon dont sont abordés les zombies plutôt originale. L'auteur ne s'attarde pas sur les causes de leur apparition. On sait seulement qu'un virus transforme les morts en morts-vivants ou non-morts ou autrevivants ou… le débat fait encore rage au sein des différentes factions. Par souci de neutralité (et de morsure), je ne prendrais donc pas position. Daryl Gregory préfère se concentrer sur un personnage en particulier : Stony Mayhall. Là aussi, il entretient le mystère. Comment un bébé zombie peut-il grandir ? That is the question !! Ce livre comporte d'ailleurs beaucoup trop de questions qui restent sans réponse à mon goût.
Les adeptes de romans apocalyptiques seront-ils ravis ? Je serais presque tentée de répondre par la négative car l'image des zombies prend un sacré coup. Certes, on retrouve les classiques zombies dévoreurs de chair humaine qui vont mener l'humanité à sa perte mais cet état là n'est que temporaire. En effet, une fois mordus, nos chers petits amis meurent (étape obligée et pas toujours agréable) et se réveillent affamés. Mais cette fièvre ne dure pas plus de 48h. Passé ce délai, la créature qui vous courrait après en claudiquant et en émettant toutes sortes de sons gutturaux pour faire passer sa petite faim redevient cette adorable petite vieille dame qui vous proposait il n'y a pas encore si longtemps de prendre un thé avec elle. Il vous suffit juste d'être patient (et de trouver une bonne cachette pour survivre !). Personnellement, le côté civilisé des zombies ne m'a pas dérangée plus que ça. Surtout que l'auteur nous livre un panel de personnages assez intéressant !
Dès les premières pages, je me suis attachée à Stony, ce petit bébé glacé à la peau couleur ciment (comme c'est mignon… ou pas !). le livre porte bien son nom car nous allons suivre Stony durant une longue partie de sa vie (de la fin des années soixante à 2011) et voir comment il évolue, ou fait son éducation, en tant que mort-vivant. Nous le suivons ainsi de sa plus tendre enfance à l'âge adulte. Si son enfance est remplie de bons souvenirs en compagnie de ses soeurs et de son ami Kwang (une flèche plantée en plein coeur, des points de suture sur l'épaule suite à une poursuite entre copains, un caillou envoyé en pleine cuisse par la tondeuse à gazon…), le passage à l'âge adulte sera beaucoup moins plaisant. Ne pouvant rester indéfiniment cachée, l'existence de John va finir par être découverte suite à un tragique accident, l'obligeant à fuir loin de sa famille. Il va alors se retrouver au coeur de complots qui le dépassent mais dans lesquels il jouera un rôle essentiel.
Pour ce qui est des autres personnages, ils sont nombreux mais Alice, Chelsea, Ruby ou encore M. Blunt (ce Pinocchio à l'humour si particulier) sont ceux que j'ai préférés. Chacun d'eux va militer pour la cause zombie car le gouvernement américain a une position très claire à leur sujet : il faut les éliminer. Or, ne sont-ils pas des êtres humains (un peu spéciaux, certes) à part entière ? A ce titre, n'ont-ils pas le droit de vivre ? En fuyant, Stony va découvrir que, au sein même de l'organisation zombie, il existe différentes factions dont les positions varient des plus pacifistes aux plus extrêmes. Quel rôle peut-il bien jouer ? Car Stony est unique, ne l'oublions pas. Jusqu'ici, personne n'avait vu de mort-vivant grandir. Qu'est-ce que cet état implique ?
Grâce à une bonne dose d'humour noir et à de multiples interpellations du lecteur, Daryl Gregory a réussi à faire de L'Éducation de Stony Mayhall un roman prenant rempli d'action que j'ai apprécié de découvrir. Bien que n'étant toujours pas une adepte de ce genre de romans, j'ai été très surprise de voir à quel point, une fois complètement plongée dedans, j'ai eu du mal à le lâcher avant de l'avoir terminé ! C'est une lecture que je ne peux que vous recommander, surtout qu'Halloween arrive bientôt !
Lien : http://drunkennessbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Wazlib
  12 avril 2018
Daryl Gregory est très probablement l'un des auteurs d'imaginaire les plus intéressants de notre époque. J'avais déjà été fermement convaincu par son court roman "Nous allons tous très bien, merci", et n'ai entendu que des éloges concernant "After Party". J'ai choisi de lire sa première oeuvre, saluée ici et là pour son renouveau dans le genre pourtant si éculé ces dernières années du "zombie". On en a eu dans tous les sens, du zombie, quasiment autant que les vampires: du zombie d'horreur ("Zombie Island"), du zombie documentaire ("World War Z"), du zombie comique (avec le film "Shaun of the Dead") et même du zombie sentimental ("Vivants"). Autant dire que motiver mon intérêt pour ce domaine était assez difficile, d'autant plus que je n'ai jamais été un grand passionné de la créature (même si dans ses portées philosophiques et métaphoriques, c'est extrêmement intéressant!).
Mais voilà, malgré mon peu d'expérience avec la littérature de Daryl Gregory, je lui fais une absolue confiance. Et j'en suis pour l'instant ravi.
"L'Education de Stony Mayhall" est un livre très maîtrisé et quelque part, assez frustrant. Commençons par le plus évident: on tient entre nos mains plusieurs histoires, tant dans le fond que dans la forme. La plus réussie, d'après moi, est la plus courte: c'est l'enfance de Stony. D'une grande douceur, la première centaine de pages du roman convainc sans problème. On découvre la famille de Stony et leur relation avec cet étrange enfant, d'apparence cadavérique mais qui, pourtant, grandit, apprend, aime... On voltige donc entre rêves d'enfant, réflexions adolescentes, aspirations d'un jeune adulte qui décidément ne comprend pas ce qu'il est. Et ainsi d'intégrer un des grands thèmes du roman: chercher sa place dans un monde qui ne nous comprend pas. Et c'est d'une finesse rare, la portée métaphorique d'un être réellement "mort-vivant" facilitant évidemment la démarche.
En tous cas, ce début de roman est magnifique et presque trop en rupture avec la suite, que j'ai moins aimée. Mais c'est strictement personnel, puisqu'à bien des égards, le roman prend réellement sens à la suite de cet incipit. Et c'est très différent, ménageant moins de vertus métaphoriques pour s'orienter plus résolument vers un roman d'intrigue. L'histoire est effectivement bien ficelée, et les hypothèses concernant la nature des zombies sont passionnantes.
On retrouve là les mêmes reproches que j'avais déjà formulées lors de la lecture de "Nous allons tous très bien, merci". L'intrigue fourmille de dizaines d'idées toutes plus excitantes les unes que les autres, et c'est très frustrant de ne pas les voir plus développées. de la même manière, je trouve un peu dommage que la portée "sentimentaliste", ou du moins le versant plus doux et plus métaphorique du début de roman soit reléguée en arrière-plan lors de la suite du livre. Il y a même quelques aberrations: qu'en est-il de certains des personnages auxquels on s'est attaché en début de livre? Des évènements majeurs de leur histoire sont à peine mentionnés, relégués derrière une intrigue qui avouons-le, part un peu dans tous les sens.
Et je pense que c'est ainsi qu'il faut imaginer ce roman: comme une suite d'histoire modelant un personnage, faisant son "éducation" et aboutissant à une certaine unité. C'est certes très intéressant, puisque le roman se renouvelle fréquemment tant dans ses personnages que dans ses lieux et intérêts, mais c'est très frustrant, surtout sur la longueur d'un roman.
On ne pourra pas reprocher à Daryl Gregory son originalité. C'est, très franchement, le point fort de cet auteur. Son style est globalement sans éclat: le roman est bien écrit mais ne brille pas d'une prose unique. En revanche, l'abondance d'idées uniques intégrées à une intrigue menée tambours battant: voilà ce que fait M. Gregory, et il le fait très bien.
Au bout de ce périple fort en rebondissements, l'histoire de Stony Mayhall se clôturera de fort belle manière. le lecteur attentif et porté sur l'abstrait pourra en deviner les tenants et les aboutissants, sans pour autant que cela lui gâche le plaisir de la conclusion.
Concluons donc ainsi: Daryl Gregory réussit effectivement la tâche impossible de livrer un roman de zombie original. Dans la veine d'un Chuck Palahniuk, l'écrivain continue son chemin vers des livres résolument protés sur les intrigues et le fourmillement d'idées. On regrettera un peu le côté "lisse" de ces personnages, peu émotionnels. Cela reste de la très bonne littérature d'imaginaire, et c'est peu de dire que la mythologie que développe Daryl Gregory est très alléchante.
Définitivement un auteur à suivre pour les prochaines années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BlackWolf
  05 septembre 2014
En Résumé : J'ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman qui nous présente le zombie de façon vraiment intéressante, offrant une intrigue efficace, soignée et qui nous fait clairement réfléchir sur de nombreux sujets, principalement sur l'acceptation des autres, la façon dont on les perçoit et dont les média nous les font voir. Une chronique sociale et acerbe aussi sur notre gouvernement, la façon dont il peut traiter les personnes différentes des normes. Si vous cherchez un livre de zombie sanglant et sauvage, passez votre chemin. le personnage de Stony se révèle vraiment attachant, bien construit, fascinant et complexe, se révélant l'un des gros points forts du récit. La plume de l'auteur est entrainante, efficace et on sent bien qu'il s'amuse avec le lecteur faisant varier sa façon d'écrire. Il teinte aussi au fil des pages son histoire d'ironie et d'humour noir plutôt efficace même si parfois certains passages tombent un peu à plat. Je regrette juste que certaines ellipses temporelles hachent le récit, perdant le lecteur pendant quelques pages et aussi une conclusion, certes pas mauvaise, mais avec un happy-end qui me parait exagéré ici. Au final ce livre reste un très bon récit et je lirai sans soucis d'autres écrits de Daryl Gregory.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
GribouilleLechat
  21 novembre 2019
Ce fut une excellente lecture, originale, intelligente et captivante.
Ce qui la fait sortir du lot, c'est qu'il est question de zombies, ou plutôt de morts vivants, comme on les appelle ici, mais que ce n'est ni un roman d'horreur, ni un post-apo, ni un roman de "survivalisme" (je ne sais même pas si ce mot existe :-) ).
En effet, dans ce roman, il y a bien eu une "épidémie" qui a "zombifié" une partie de la population, mais elle a pu être maîtrisée avant le point de non-retour et tout est rentré dans l'ordre.
Ou presque...
Car en fait, il reste beaucoup de MV (morts vivants) qui se cachent au milieu de la population, et comme, dans cette histoire, ils retrouvent leur capacité à raisonner et à agir normalement passées les 48 premières heures après leur "mort", ils se sont organisés en réseaux pour ne pas se faire prendre par les agents du gouvernements.
Et c'est là la vraie spécificité de ce livre : c'est qu'ici, les zombies ne sont dangereux qu'au moment de leur "transformation", quand leur corps meurt. Passé ce laps de temps, ils redeviennent aussi "humains" qu'avant (sauf qu'ils sont morts et que, malgré tout, leur morsure reste contagieuse).
Mais ça, les vivants ne le comprennent pas, car leur peur les rend aveugles et méchants, et ils les traitent au mieux comme des animaux, au pire comme des monstres qu'il faut simplement éliminer.
Nous sommes donc dans un roman qui inverse les points de vue, nous montrant que les monstres ne sont pas forcément ceux qu'on penserait.
Et ce qui renforce ce sentiment, c'est que le héros du roman, Stony Mayhall est un MV profondément humain, sympathique et attachant.
Son statut parmi ses "semblables" est très particulier puisqu'il a été trouvé bébé par une famille vivante peu après la fin de l'épidémie, dans les bras de sa mère morte, et qu'il était déjà un MV. Et ce qui le rend si extraordinaire, c'est qu'il a grandi !
Ce qui normalement, aurait dû être impossible !
Mais comme il le souligne à de nombreuses reprises, son existence même est impossible, ainsi que celle de tous les MV puisqu'il n'y a aucune explication scientifique à leur présence.
Stony passe donc toute son enfance caché dans la ferme isolé de sa "mère", dans un coin paumé de l'Iowa, entouré et aimé par ses trois "soeurs", et ne se doutant pas le moins du monde qu'il existe d'autres créatures comme lui.
Mais il finira par comprendre petit à petit ce qu'il est et un jour, la vérité éclatera à ses yeux, et c'est là que les vraies aventures commenceront pour lui.
Car il n'y a pas que des gentils, même au sein des MV, et les choses s'avéreront souvent dangereuses et compliquées.
J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman, dont le personnage principal est vraiment intéressant.
Très intelligent, il réfléchira énormément toute sa "vie" à sa nature, à ce que son existence même représente, à sa place dans le monde et parmi les "siens".
Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a que de la réflexion, loin de là !
Il y a également beaucoup d'action, mais ce n'est pas non plus un roman où ça pète de partout.
C'est un mélange brillamment dosé des deux : action et réflexion.
Il y a également de l'humour, des moments tristes aussi, et j'ai adoré tout cela.
Une très bonne lecture, donc, qui me donne envie de lire les autres ouvrages de l'auteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ACdeHaenne
  02 septembre 2016
1968. Sur une petite route de l'Iowa, par une terrible tempête, Wanda Mayhall conduit la voiture qui les ramène chez elles, elle et ses trois filles. Soudain, l'aînée s'écrie qu'elle a vu quelque chose sur le bord de la route. La mère arrête le véhicule et s'approche. Il s'agit d'un cadavre, celui d'une jeune fille. Mais dans son giron se trouve un bébé, gelé, que Wanda ne peut se résoudre à laisser comme ça, sur le bord de la route. C'est une fois arrivées à la maison qu'elles vont faire une découverte incroyable : le bébé est bien mort, mais il bouge. Ni une ni deux, elles décident de l'adopter. John, dit Stony, fait à présent partie de la famille Mayhall. Mais son état le met en danger, elles devront donc le cacher...
A l'instar de Glen Duncan et de son le Dernier Loup-Garou, où une partie de l'intrigue était vue par le biais de la bête, Gregory nous expose lui aussi son histoire vue par les yeux de celui qui, d'habitude, est le monstre qui cherche à manger le cerveau du personnage principal. En grand amateur des genres et de la culture pop (il l'avait déjà montré avec son Nous allons tous très bien, merci, déjà cité), Daryl Gregory nous présente un monde en très léger décalage avec le nôtre. Un univers où les zombies existent vraiment (malgré toutes les possibilités scientifiques que cela implique, au grand desespoir du jeune Stony qui cherche à comprendre sa condition de mort-qui-bouge-malgré-tout) et où le film de Romero de 1968, La Nuit des morts-vivants, est un documentaire et non pas une fiction.
Pour une chronique un peu plus complète, suivez ce lien :
Lien : https://les-murmures.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
chartelchartel   23 octobre 2014
Grâce aux innombrables rediffusions du documentaire de Romero sur l’épidémie, tout le monde croyait que les morts-vivants avançaient en traînant les pieds tels les patients d’un hospice de vieillards. Mais ces MV-là étaient des morts en proie à la fièvre, au cerveau endommagé, abasourdis, à la merci de membres récalcitrants qui remuaient à leur propre rythme. Une fois la fièvre passée, un MV en bon état n’avait qu’à ordonner à ses muscles de se mouvoir, et ils se mouvaient. De sauter, et ils sautaient. Le libre arbitre – ou son irréfutable illusion – était restauré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ACdeHaenneACdeHaenne   18 août 2016
Eh ben, se dit-elle, Facebook a viré macabre. Internet déversait un flot d'horreurs, de seconde en seconde : des photos, des vidéos, des témoignages directs. Twitter s'était transformé en un torrent infini de points d'exclamation et de conseils mal avisés.
Commenter  J’apprécie          60
mamangel1mamangel1   26 décembre 2014
Je veux pouvoir écrire cette phrase, mon garçon: "La cause de l'épidémie est X. Voici le vecteur Y, voilà comment il fonctionne, voilà comment vous pouvez le détruire." Je la veux imprimée en couverture de Nature, merde. Parce que si l'on n'est pas capable de trouver une raison, on continue à vivre aux pays des rêves où les souhaits deviennent réalité et où les licornes vous bouffent la cervelle.
Commenter  J’apprécie          30
CornwallCornwall   13 novembre 2014
Dieu a tant aime le monde qu'Il lui a donné Son fils unique. Selon Stony, que Dieu envoie son propre fils se faire torturer et tuer, uniquement pour le ramener à la vie et prouver qu'il s'agissait bien de son fils, était inutile. Pourquoi ne pas pardonner lui-même leurs pêchés? C'était Dieu, après tout. Était-il mesquin au point d'exiger une sorte de compensation, sous peine d'envoyer l'humanité tout entière brûler en enfer ? Pour Stony, Jehovah était une sorte d'enfoiré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CornwallCornwall   13 novembre 2014
Je veux pouvoir écrire cette phrase, mon garçon : La cause de l'épidémie est X. Voici le vecteur Y, voilà comment il fonctionne, voilà comment vous pouver le détruire. Je la veux imprimé en couverture de Nature, merde. Parce que si l'on n'est pas capable de trouver une raison, on continue à vivre au pays des rêves, où les souhaits deviennent réalités et où les licornes vous bouffent la cervelle
Commenter  J’apprécie          10

Video de Daryl Gregory (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daryl Gregory
Interview de Daryl Gregory par Actusf aux Utopiales 2015.
autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3966 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre