AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782381531489
196 pages
Nombre7 Editions (07/07/2020)
4.88/5   8 notes
Résumé :
Je suis comme je suis.
Tu n’y es pour rien.
Il/Elle/On n’est pas sorti de l’auberge.
Nous n’y sommes pour personne.
Vous êtes sourd ou quoi ?
Ils/Elles sont tout pour vous.


Le verbe « être » est le plus conjugué de la langue française.
Chacun est. Unique et pluriel. Comme le sont les personnages de ces seize textes courts où se mêlent ceux qui sont et ceux qui ne veulent plus en être.
Que lire après Être(s)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Je remercie chaleureusement Anne-Sophie Guénéguès pour l'envoi, en service presse, de son recueil de nouvelles : Être(s).
Le verbe « être » est le plus conjugué de la langue française. Chacun est. Unique et pluriel. Comme le sont les personnages de ces seize textes courts où se mêlent ceux qui sont et ceux qui ne veulent plus en être.
Ce recueil débute avec C'était annoncé sur TF1. Un homme va se promener dans un vide-grenier. Il revisite son passé et pourrait bien faire une rencontre qui bouleversera son avenir.. J'ai beaucoup aimé ce premier texte avec la découverte d'un homme comme vous et moi, qui est, était et sera.. Je n'en dirais pas plus, à part que ce premier texte m'a touché.
Le bon moment nous raconte un moment au bord de mer.. Court texte, mais percutant.
Si on ne mange pas de pain, un jour il n'y en aura plus ; c'est l'histoire de Madeleine. Nous vivons avec elle son premier jour de retraitée en tant que vendeuse en boulangerie. le premier jour du reste de sa vie, en quelque sorte. Là encore, un texte bien écrit qui fait mouche avec une femme comme tant d'autre. Et pourtant, je sais que je penserais de temps en temps à Madeleine.
Le quatrième mur m'a beaucoup plu. Un homme va chez sa voisine, qui aime les chiens... Il voit son potentiel avenir.. Impossible d'en dire plus à part que c'est un texte que j'ai adoré. le ton est assez cynique, comme l'est le personnage principal. Et c'est une réussite.
Luc, je suis ton père raconte l'histoire d'un père qui va voir son fils comédien au théâtre. Au fur et à mesure des représentations il retrouve sans le vouloir son ex-femme, mère de son fils. Il est plaisant de suivre l'évolution du fils à travers les yeux de son père ainsi que l'évolution des sentiments de cet homme envers son ex-compagne. Là encore c'est pertinent et la chute est excellente.
Je n'en dirais pas plus, voici les cinq premiers textes mais il serait dommage de chroniquer toutes les nouvelles ; cela enlèverait la surprise de la découverte pour les personnes intéressées par ce recueil.
Pour le clore, je vous présenterais la dernière nouvelle qui s'intitule Trois ou quatre mariages et un enterrement ou deux. Une petite fille nous présente Papie Méchant. C'est savoureux, caustique et là encore j'ai adoré.
Être(s) est un excellent recueil de nouvelles de Anne-Sophie Guénéguès. Sa plume fait mouche à chaque fois car à ma grande surprise j'ai apprécié les 16 textes à qualité égale. Ce qui est assez rare pour le souligner ! En général, je suis déçue par un ou deux textes mais pas ici.
Si vous aimez lire des nouvelles, plus ou moins longues (parfois un peu trop courtes même car je serais bien resté plus longtemps avec certains personnages) je vous invite vraiment à découvrir cet ouvrage.
Ma note : cinq étoiles.
Commenter  J’apprécie          141
J'ai vraiment beaucoup apprécié de lire ces nouvelles toutes différentes les unes des autres qui nous plongent dans des émotions du rire aux larmes, la plume de Anne-Sophie Guenegues est très agréable et fluide. C'est avec plaisir que je recommande ce livre.
Commenter  J’apprécie          20
Superbe découverte des Être(s) d'Anne-Sophie Guénéguès. Les 16 nouvelles vous toucheront, vous ferons réfléchir, vous ferons rire ou pleurer. Véritable miroir de nos âmes, ce recueil va droit au coeur. N'hésitez pas, plongez et lisez. L'écriture est vive, espiègle, avec des découvertes à chaque page. Bravo et encore...
Commenter  J’apprécie          11
J'ai adoré ! Il y a l'originalité, la surprise des fins, comme il se doit dans la rédaction des nouvelles, et un humour grinçant, sous jacent tout au long des histoires racontées. Les thèmes choisis sont des ersatz de la vie courante que chacun de nous pourrait vivre d'une façons ou d'une autre. Et c'est bien là que ces nouvelles deviennent à se poser les bonnes questions. A lire avec le sourire provoqué par leurs lectures.
Commenter  J’apprécie          00
Le style d'écriture est moderne et fluide. le recueil se lit rapidement. Les nouvelles sont variées. On passe aisément du comique au tragique. Les expériences de vie des personnages sont très réalistes. On peut aisément s'identifier dans plusieurs histoires. Bref, lecture sympathique, je recommande !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
J’ai adoré la phase deux : monter sur une chaise, me barbouiller le visage de mousse blanche et sentir dans mon dos la chaleur du buste de mon père et les effluves de sa lotion après-rasage. Il en versait dans ses mains qu’il claquait fort l’une sur l’autre, puis il les appliquait de chaque côté de son cou d’abord, de ses joues ensuite en se donnant des petites tapes et du courage. Il était prêt. En phase deux, mon père rasait mes joues neuves, imberbes et encore rondes d’enfance. Tout doucement, pour ne pas me couper. Je respirais le plus lentement possible. Je devais trembler tellement je me contractais pour ne pas bouger d’un pouce. Pendant qu’il retirait la mousse, j’essayais de retrouver dans la glace l’image de mon père telle que je la connaissais ; mais le reflet me laissait toujours un peu perplexe. Il y avait quelque chose, dans les yeux surtout, qui me disait que face à moi, sur la paroi de verre, ce n’était pas tout à fait la même personne que derrière.
Commenter  J’apprécie          20
Sans doute que si elle lâchait la poignée du frigo, elle tomberait.
Elle tient debout. L’air froid ne fait pas réagir sa peau.
Le monde vient de cesser d’exister.
Le temps passe.
Elle n’entend pas la voix de Solène qui décline son identité, son adresse, le motif de son appel.
Le temps passe.
Elle n’entend pas la sonnerie du four qui rappelle que c’est meilleur quand c’est chaud.
Le temps passe.
Elle n’entend pas avec quelle insistance on sonne à la porte.
Ni Solène qui ouvre.

— Madame ? Madame ?
Elle entend. On l’appelle. Le monde reprend vie. Et c’est purement inconcevable.
À l’idée qu’un jour prochain, elle puisse à nouveau avoir faim, soif, sommeil ou envie de faire pipi, elle prend conscience de toute l’absurdité de l’existence. La sienne en particulier. Elle n’a plus de raison d’être. Pourquoi serait-elle ? Pour quoi serait-elle ?
Commenter  J’apprécie          10
C’est dingue à quel point l’autre est un autre. Je suppose que dans les premières heures de nos vies respectives, lui et moi ne devions pas être très différents. Et puis…
— Bonjour, je suis vot…
— T’es le gars qu’a acheté à côté ?
— Oui, c’est ça, je viens vous voir parce que je voudrais vous demand…
— Il a mis l’temps, à la vendre. Personne y voulait l’acheter, sa baraque.
— Oui, ça faisait un moment qu’elle était…
— Ils disaient qu’elle porte malheur !
— Ah ? En tout cas, moi, elle fait mon bonheur.
— C’est ce que j’dis toujours !
— …
Dans ma tête, je me repasse ma dernière phrase, pour savoir ce qu’il a pu comprendre qu’il dit toujours. Mon corps, lui, continue d’aller vers lui tandis que le sien m’invite à le suivre.
Commenter  J’apprécie          10
Et, bien sûr, c’est à moi qu’on demande ça. Je l’entends encore, la boss, en salle de briefing ce matin : « Carla, tu t’occupes de l’article sur les pervers narcissiques, hein. Fais court, 700 mots, 4 000 signes, on a déjà fait une double page sur le sujet l’an dernier. » Pourquoi j’ai pas dit non ? Pourquoi j’ai pas dit « Refile le sujet à Katia, file-moi autre chose : la vie sexuelle des paresseux ou le basket-ball chez les girafes, je sais pas, mais autre chose… » Elle m’aurait rétorqué qu’on n’est pas un magazine animalier, voilà pourquoi.
Bon, par quoi je commence ? Le début. Oui, bien sûr. Le début. Au début, c’est toujours super.
Commenter  J’apprécie          10
Quand les tranches de vie ramènent aux textes.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (10) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5306 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}