AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Troin (Traducteur)
ISBN : 2811204458
Éditeur : Milady (03/12/2010)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 218 notes)
Résumé :
Ma vie sentimentale n'a jamais été si compliquée. Avec Jean-Claude tout va bien, mais il me faut aussi jongler avec mon ex loup-garou et mon autre amant métamorphe ! Tous ces partenaires éveillent en moi une faim primitive que j'ai bien du mal à canaliser. Et voilà que Nathaniel jette de l'huile sur le feu. Je me suis pourtant toujours refusée à lui...
Et comme si ma vie personnelle n'était pas déjà assez tordue, une sale affaire me tombe dessus au boulot. Un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Slava
  25 octobre 2016
Rien que le nom prédit déjà l'abondance de sexe : Rêves d'Incubes, joli titre en passant. Ce tome-là enfonce encore plus la série, mise dans un mauvais chemin depuis le dixième tome... On s'éloigne bel et bien de l'esprit de départ de la saga, qui ne se centre que sur l'"ardeur" pour notre plus grand déplaisir (et plaisir peut-être pour certains).
Qu'avons-nous sur le dent ? Anita doit régler une sale affaire : des strip-teaseuses sont retrouvées vidées de sang, tuées par des vampires renégats. Elle doit aussi gérer ses problèmes d'ardeur avec ses partenaires, d'autant plus que Nathaniel s'en mêle , lui dont elle s'était jurée de ne jamais le toucher. Elle doit aussi voir son amie Ronnie qui va mal dans son couple...
Comment résumer le livre ? Nous avons un début charmant, s'ouvrant sur un mariage insolite avec les commentaires sarcastiques d'Anita et ses réflexions sur les hommes de sa vie, puis elle est interpellée pour l'enquête. Et après ? du sexe, encore du sexe, puis à nouveau du sexe entrecoupé de dialogues pseudo philosophiques, et ce n'est que vers les dernières pages qu'on revient à l'enquête, et aux problèmes de Ronnie.
C'est agaçant que l''ardeur' soit majoritaire dans ce livre et ce dans une série qui nous offre d'habitude des scènes d'actions, d'angoisses et de confrontations contre des monstres tout juste reconnus par les humains. Il y en a beaucoup de trop ! Pour des prétextes au mieux futiles au pire inutile, Anita se jette sur le premier mec venu (et en plus, ils sont tous beaux comme des dieux évidemment). Elle qui disait être prude et attendre le sexe avant le mariage dans les tout premier tome... quel hypocrisie maintenant ! En plus d'être nombreuses, elles sont beaucoup trop crues, limite pornographiques, même pas érotiques, avec des descriptions trop explicites... et je ne parle même pas des scènes à trois.. sans compter que c'est parfois mal écrit. Et au secours, les scènes "métaphysiques" avec les bêtes d'Anita et de Micah où de Nathaniel sont longues et peu compréhensibles...
Mis à part ces passages osées, l'enquête d'Anita est pourtant engageant, on recherche des vampires renégats (ce qui nous fait aborder une fois de plus le statue des vampires dans le monde d'Anita), avec du suspense et de la tension, surtout que les derniers sont remplis d'action avec quelques giclées de sang. de plus, on revoit l'amie d'Anita, Ronnie, dans une mauvaise posture...
On retrouve aussi certains lieux emblématique, dont le Plaisir Coupable (qui rappelle le tout premier tome) d'où se déroulent quelques passages importants (outre les scènes de sexe) et c'est pas mal.
Concernant les personnages, ils sont tous creux. Entre Anita qui n'est plus que l'ombre d'elle-même et devenue la nymphomane affamée, loin de la Anita guerrière et au caractère fort du début, Jean-Claude qui me tape les nerfs et dont je ne trouve plus du tout attirant ni remarquable, Richard pathétique (même si il a le mérite d'être le seul à réellement aimer Anita, le seul l'aime sincèrement... ), Micah accessoire et sans vraie personnalité (malgré quelques révélations sur son passé), Nathaniel un peu trop survalorisé et un peu transparent en même temps (dommage, je commençais à bien l'aimer dans Offrande Brûlée mais là, non), Zebrowski qui n'est plus vraiment aussi sympathique et charmant qu'au début, même Ronnie devient inintéressante et ce malgré ses arguments convaincants. Seul Damian échappe à tout cela : c'est le seul un peu plus développé, on explore beaucoup plus son passé (passé captivant d'ailleurs... et cruel), on découvre encore plus sa folie... c'est le seul qui pourrait limite me forcer à suivre la série tant j'aime bien ce personnage;
Et les zombies ? Un seul, et en plus la réanimation est un peu... courte. de la part d'une réanimatrice, c'est peu.
Et je parle pas de l"écriture, toujours haché et mal structuré...
En conclusion, un bien mauvais tome d'Anita Blake, qui voit le glas de sa qualité. On verra si les autres tomes reviennent au source de la série mais j'y crois peu maintenant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Melanie_F
  29 décembre 2010
Je ne sais par où commencer parce que j'ai beaucoup à dire et pas vraiment du positif. J'étais assez pressé de retrouver Anita et ses aventures mais au fur et à mesure que je me plongeai dans l'histoire je devenais de plus en plus déçue. SEXE, SEXE et SEXE !!! Voilà a quoi se résume le tome 12 des aventures d'Anita Blake.
Anita est devenue beaucoup trop différente de notre Anita d'avant. Même si la plupart des points sont justifiés, je ne trouve pas que se soir « Elle » vraiment, cela ne lui correspond pas. Ce que je veux dire c'est qu'elle perd beaucoup trop vite ses priorités pour rien et surtout elle se laisse facilement tourner la tête. Nathaniel n'est pas si intéressant que ça, personnellement s'il était resté dans l'ombre ça ne m'aurait pas dérangé. C'est vrai que c'est une des évolutions du livre, mais il n'est pas si important que ça et il n'est plus un trouble faite qu'un homme. (Personnellement je ne vois pas comment on peut changer d'avis entre éberger un « enfant » pour enfin attirer de l'attirance pour « l'homme » qui l'est dans ce tome.) Certains de ses hommes ne lui correspondent pas du tout, Anita comme on le sait est une femme forte, charismatique, qui aime avoir le contrôle de sa vie, connaître mieux les gens pour leur faire confiance et encore ! Mais là non, dans ce tome c'est vraiment l'inverse, elle se laisse entre les bras de totale inconnue, vous allez dire oui mais elle a une excuse, mais je veux pas dire mais si vraiment elle avait de la volonté la réduirait son Harang. (à se rythme là on peut vraiment parler de Harangs, même Riley Jenson ne couche pas avec autant de monde ! Je ne comprends pas qu'on puisse autant juger Riley pour ne rien penser d'Anita. Elle ne couche qu'avec 2 hommes à la fois, et en tout je crois que dans ce tome elle couche avec 8 hommes !!) Richard fait un retour en force ce qui n'est pas pour me déplaire, il me manquait un peu, parce que je trouve que c'est celui qui mettait le plus de positivité dans la vie d'Anita. Je sais que beaucoup me contre-dirons pour me dire que d'autres personnages compliquent beaucoup moins sa vie mais justement, ceux là ne font que se taire face à notre Anita, c'est elle qui a le monopole, « la culotte » comme on dit, mais avec Richard c'est différent, il ose lui tenir tête, lui dire ce qui lui dérange, et dire « non » quand cela s'impose. (Le passage entre JC, lui et Anita n'étais pas gênant au contraire depuis le temps qu'on attendait ça mais il dure quand même plus de 3 chapitre. Ca tape sur les nerfs à un moment donné).
Donc comme je l'ai dis le plus gros problème c'est l'abondance des passages des ébats sexuelles d'Anita. du coup, l'enquête passe en dernier plan et il n'y a rien. C'est plat, il n'y a pas de petite étincelle de ce fait on ne s'intéresse en rien à l'histoire seulement les 100 dernières pages du livres (sur 784 je précise et encore l'enquête n'est même pas terminé) c'est pourquoi j'ai l'impression que ce livre c'est une parenthèse sur la vie d'Anita parce que LKH n'avait pas tellement d'idée sur ce tome.
De plus je comprends que les personnages doivent évoluer au fil du temps, et le fait qu'Anita devienne un peu plus sensible face à son métier est compréhensible, qu'elle soit blasée mais elle se pose beaucoup trop de questions sur sa vie personnelle !!! L'action est n'importe comment c'est-à-dire rien n'a de base, rien n'est résolu, et d'habitude quand je lis une aventure d'Anita Blake il y a une petite chose qui fait que j'ai aimé le tome, que je me souvienne de se tome spécialement mais la rien à part le sexe.
(Le point positif qui me tarde d'en apprendre de plus en plus c'est le fait de l'augmentation de ses pouvoirs grâce à son deuxième Triumvirat qui a des retombés sur son premier. ) Donc je trouve que les trois personnages principaux (Anita, JC et Richard) ont été pendant trop longtemps mis sur le banc de touche et j'ai donc hâte de les découvrir ensemble face à un ennemi qui les unira !!
Pour conclure un tome qui m'a beaucoup déplu mais j'ai toujours hâte de découvrir la suite de ses aventures en espérant qu'elles soit meilleures. Des passages intéressants qui se font cependant très rares.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Archessia
  28 mai 2013
[Attention les petits nenfants, cette chronique contient des gros mots]

Pfiou, on peut dire que j'aurais mis du temps pour le lire, celui-là. Deux semaines pour un Anita Blake, je prend ça pour un record personnel. Yep.
Et autant mon amour pour elle ne faiblit pas, autant plus de 1000 pages pour un tome, c'est long et dur à digérer (naaa, je ne ferais pas de blague vaseuse).

Pour ce tome, je crois qu'on a atteint un peu l'apogée sexuelle, là.
On commence comme d'habitude par une scène dans la vie d'Anita (ici, elle est invitée à un mariage), et une enquête policière va vite montrer le bout de son nez.
Cela prend à peu près une centaine de pages. Ensuite. Sexe sexe sexe métaphysique sexe sexe sexe combat sexe sexe sexe sexe philosophie sexe sexe sexe, et on a la suite et fin de l'enquête pendant les 100 dernières pages.
Ca nous fait quand même un bon gros 700 pages de sexe. Ouch, même pour moi qui adore le sexe à la sauce Anita, ça fait beaucoup. Vraiment beaucoup.
Autant ça peut être considérer comme un gros défaut du livre (le fait que l'enquête est totalement reléguée loin dans le décors, qu'on voit des bites défiler à tout de champs ou que même une unique scène de jambes en l'air dure cinq chapitres ...), autant il y a un élément que j'ai a-do-ré à ce propos, et ça sera un énorme pouce levé pour ce volume.
Quoi donc me demanderez-vous ?
Tout simplement, les réflexions et les discussions autour du sexe.

Anita va apprendre peu à peu à accepter et assumer ses différents désirs (ha ben il était temps, ça frôlait quand même limite le foutage de gueule) et, à travers eux, sa vision même des rapports sexuels va changer et évoluer.
Un thème récurrent dans ce tome, au niveau des galipettes, c'est le BDSM (initiales de Bondage et Discipline, Domination et Soumission, Sadomasochisme) et les façons dites un peu marginales de s'envoyer en l'air.
Là où ça devient vraiment intéressant et, je trouve, génialissime, c'est qu'il y a beaucoup de discussions sur la déculpabilisation du sexe en général.
Anita commence vraiment à comprendre que, si c'est entre adulte consentant et que ça ne nuit à personne, chacun fait absolument ce qu'il veut dans son intimité et chacun peu trouver son bonheur là où il en a envie, sans culpabiliser ou sans penser pour autant que ça soit "sale", dévient ou pervers.
C'est rare de trouver des histoires qui ne font pas que nous décrire des scènes de cul, mais qui nous parle réellement de sexualité, et pas seulement de la "classique" comme on l'entend.
Franchement, chapeau bas à l'auteur pour avoir réussit à écrire ça clairement, de façon sensée, éducative et compréhensible pour tout le monde, peu importe que l'on ai l'esprit ouvert ou pas.
Une femme peut apprécier de faire l'amour à plusieurs partenaires sans forcément être une fille facile. Une homme peut apprécier d'être touché par un autre sans être "une tapette". On peut aimer faire mal sans être un bourreau assoiffé de sang et de cruauté.
Je me lève et applaudis vivement cette superbe initiative qui a redoublé mon amour pour la série. Merci Laurell ! *clap clap*

Bon, après, comme je l'ai dis plus haut, c'est loooong et un peu lourd, quand même. Bien que chaque scène ai son importance dans le récit, certaines n'auraient pas eu besoin d'être autant tirées en longueur, et on aurait pu aisément se passer de certains éléments.
J'ai également été un peu déçue de voir l'enquête policière à ce point effacée de la majorité du bouquin. D'autant plus dommage que j'ai toujours eu beaucoup de plaisir à les lire, elles sont originales, variées et toujours bien amenées/construites/conclues.
Ici, franchement, aux trois quart du livre, je ne savais même plus sur quoi ils étaient censé enquêter ... Avouez que c'est ballot.
Maintenant, même si le sexe, on en a jusqu'à plus soif, y a pas à dire, c'est du putain de bon sexe. C'est super bien écrit, il y en a pour tous les goûts ou presque, et que ce soit pour les différentes ambiances, les protagonistes ou les détails de chaque papouilles, j'ai trouvé chaque scène absolument jouissive à lire (sans mauvais jeu de mots).
Du coup, tout en étant dérangée par le fait qu'il y en ai vraiment énormément, et en étant déçue qu'elles ne laissent pas de place au reste de l'histoire, chacune de ses scènes a été géniale à lire.

Un côté policier qui s'essouffle, donc, mais une Anita en constante évolution (après 12 tomes, c'est dingue ! Je suis bluffée) qui grandit, mûrit et en apprend énormément sur elle-même ainsi que sur les autres et ses rapports avec eux.
Un tome hyper intéressant pour l'aspect psychologique et le message hyper positif sur le sexe et la vision que l'on peut avoir sur celui-ci.
J'espère quand même que, maintenant que certains soucis ont été réglés et que certaines questions ont eue leurs réponses, on retournera à des récits où les intrigues sont plus sur le devant de la scène que le vagin d'Anita.

Bonus bande son : Let's talk about sex, de Salt-N-Pepa
Lien : http://archessia.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
selena_974
  27 juin 2012
Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas plongée dans une aventure d'Anita Blake, nécromancienne et tueuse de vampires... C'est donc avec un plaisir certain que je me plonge dans ce 12e tome, Rêves d'incube.
On retrouve Anita, toujours pareille à elle-même, refusant le bonheur de vivre sans se poser de questions et cherchant toujours la petite bête qui viendra tout gâcher lorsque les choses ont l'air d'aller trop bien. Ce que je reprochais d'ailleurs au tome précédent. Autant dans les premiers tomes, son caractère m'amusait, autant depuis quelques temps elle commence à m'énerver plus qu'autre chose. Pourquoi ne pas simplement accepter les choses sans se poser de questions ? Pourquoi refuser d'être heureuse ? Elle est toujours rongée par ses principes (qui n'ont plus de raison d'être, vu tout ce qu'elle a été amenée à faire dans les 11 tomes précédents celui là)... Et ça m'énerve. Ce qui m'avait séduite dans les premiers tomes, c'étaient les enquêtes bien sanglantes, bien sordides, qui étaient le fil conducteur de l'histoire. Il y avait beaucoup d'action, Anita avait le gachette facile et les pages étaient parsemées de morts en tous genres. Mais au fur et à mesure, et principalement dans ce 12e tome, l'enquête et l'action sont passées au second plan. Il n'y a plus que des dialogues sans queue ni tête qui ne mènent à rien, entrecoupés de scènes que je qualifie de pornographiques, complètement inutiles pour faire avancer l'histoire. Une grosse déception, donc...
Mais bon, j'ai quand même été contente de retrouver l'univers créé par Laurell K. Hamilton, ses personnages et son "bestiaire" si fantastiques... Donc je ne regrette pas cette lecture malgré tout. J'ai juste beaucoup d'apppréhension à la lecture du prochain tome, Micah.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ema1
  24 janvier 2012
Quand j'ai eu le tome 12 de mon exécutrice préférée entre les mains, j'avoue que j'ai oublié tous les autres livres qui m'attendaient (et j'en ai vraiment une très grosse pile!) pour me jeter avidement dessus. Un peu comme Anita sur ses nombreux chéris quand l'ardeur se pointe, c'est dire... Voilà un peu de quoi il retourne :
« La vie sentimentale d'Anita n'a jamais été si compliquée. Tous ses partenaires éveillent en elle une faim primitive qu'elle a bien du mal à canaliser. Et voilà que Nathaniel jette de l'huile sur le feu... Et comme si sa vie personnelle n'était pas assez tordue, une sale affaire lui tombe dessus au boulot. Un vampire tueur en série oeuvre à Saint-Louis et s'en prend à des strip-teaseuses. le coupable n'est pas quelqu'un du coin, elle le sent. Mais on l'accuse de ne pas être objective sous prétexte qu'elle sort avec Jean-Claude. »
A la vue du titre, je savais d'avance que ce tome allait être riche en sexe (ben oui, cherche un peu incube sur wikipédia si tu sais pas ce que c'est, tu comprendras) mais je ne m'attendais franchement pas à ce que ce soit une succession d'orgies un peu SM, parfois à la limite de la zoophilie, le tout pendant 58 longs chapitres (et ça, c'est juste la baise hein, parce qu'il y a 61 ou 62 chapitres en tout). J'ai cru m'être trompée et avoir lu Merry Gentry, mais non, hélas, c'est bien Anita qui saute sur tout ce qui porte un pantalon et qui élargit son cercle d'amants plus vite que tu ne peux dire réanimation – ou fellation, c'est toi qui choisit.
Tout le côté lien du triumvirat entre Richard, JC et Anita m'a gonflé, les métaphores de 15 pages pour dire qu'en gros plus ils baisent, plus ils sont forts m'ont retourné le cerveau et n'apportent rien à l'histoire, enfin au livre porno, pardon. Quant au nouveau triumvirat d'Anita, Nathaniel et Damian qui tourne autour du sexe également, j'ai trouvé ça vraiment lourd, madame Hamilton aurait pu au moins trouver une autre idée, je sais pas moi, les papillons c'est bien aussi, c'est joli, c'est reposant. La bête d'Anita est également plus puissante et présente, mais les descriptions métaphysiques à la limite de la compréhension m'ont rebutée, genre la bête d'Anita qui va dans le corps de Micah et inversement, bref ils baisent métaphysiquement, quoi. Passionnant.
Alors qu'en est-il de l'enquête sur les meurtres de strip-teaseuses ? Léger. Aussi léger qu'un string à vrai dire. Et vraiment pas abouti. le grand méchant vampire venu d'ailleurs qui recrute les vampires nouveaux-nés de l'Eglise vampirique pour les manipuler et les inciter à tuer, mouais. La chasse aux vampires m'a laissé sur ma faim. Edward me manque vraiment.
Quant à Anita réanimatrice, et ben elle relève UN zombie, quel exploit ! Elle qui rabâche que si elle ne relève pas assez souvent des zombies, elle se retrouve avec une colonie de vacances morbide au cul, ben elle ne se foule pas.
Lien : http://altervorace.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
lillymarronlillymarron   20 mars 2011
Il arrive un moment où vous aimez quelqu'un, un point c'est tout. Pas parce qu'il est gentil, méchant ou quoi que ce soit d'autre. Vous l'aimez, point. Ca ne signifie pas que vous passerez le reste de votre vie avec lui. Ca ne signifie pas que vous ne vous ferez jamais mal mutuellement. Ca signifie juste que vous l'aimez. Parfois malgré ce qu'il est, et parfois à cause de ce qu'il est. Et vous savez qu'il vous aime en retour, parfois à cause de ce que vous êtes, et parfois malgré ce que vous êtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
AelurusAelurus   11 août 2015
Je serais toujours avec Richard.
Mais à peine l'avais-je pensé que je sus que c'était faux. Richard s'était servi de l'ardeur comme d'une excuse supplémentaire pour me fuir, mais la vérité, c'est que rien dans ma vie ne lui plaisait. Il n'aimait pas que je bosse pour la police, que je relève des zombies, que je me sente à l'aise parmi les vampires et les métamorphes. Curieusement, ce qui lui déplaisait le plus c'était que je sois prête à l'accepter avec sa bête. Durant le moment où nous avions partagé ma salle de bains, la veille, j'avais vu dans son cœur de façon très intime. Damian l'avait très bien résumé : Richard se détestait plus qu'il n'aimait personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
WherewearethenWherewearethen   31 mai 2015
C'est le partenaire parfait : mon autre moitié, ma partie manquante. Il me complète de presque toutes les façons. Et quand il se tient tout près de moi, comme il le faisait en ce moment, ça me paraît la chose la plus naturelle du monde. Mais dès que je prends un peu de distance, je commence à me demander quand notre relation va merder, quand il va cesser d'être si merveilleux. Tout les hommes que j'ai eus dans ma vie ont toujours fini par tout gâcher. Pourquoi il serait différent ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Mathilde21Mathilde21   02 mai 2014
— Non. Je devais savoir si tu m’aimais plus que ton sens de la justice.
— « Je ne pourrais, chère, t’aimer autant si je n’aimais bien plus l’honneur. 
— « Ne me traite point, mon cœur, d’inhumain, quand de ce couvent que me
sont ton chaste sein et ton esprit serein…»
Je levai les yeux vers lui et récitai le vers
suivant :
— « Je fuis pour la guerre et les armes. »
— « Oui, je vais poursuivre une autre maîtresse », enchaîna-t-il.
— « Le premier ennemi à battre, dis-je en le laissant m’attirer contre lui.
— « Et j’aurai plus d’ardeur à embrasser… » 
— « Épée, cheval et bouclier. »
Et je chuchotai le dernier mot en continuant, la tête levée, à scruter ses yeux
et son visage.
— « Mais cette infidélité est d’un genre que tu vas adorer aussi », souffla-t-il dans mes cheveux.
J’achevai le poème la joue pressée contre sa poitrine, écoutant son cœur battre grâce à mon sang qui circulait dans ses veines :
— « Je ne pourrais, chère, t’aimer autant si je n’aimais bien plus l’honneur. »
— À Lucasta, sur le chemin de la guerre, murmura Jean-Claude en me serrant très fort.
Lentement, je passai mes bras autour de lui.
— Richard Lovelace.

(Jean-Claude et Anita, chapitre 45)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WherewearethenWherewearethen   03 juin 2015
- Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée.
[...]
- Moi non plus.
- Alors pourquoi suggères-tu de le faire ?
- Parce que nous en avons envie.
- Ca ne me paraît pas une raison suffisante.
[...]
- Parce que, quand je suis près de toi, je ne peux penser à rien d'autre qu'à l'odeur de ta peau et à la façon dont tes cheveux se répandaient sur mon oreiller comme de la mousse noire. Parce que, quand je suis près de toi, je me souviens uniquement de la sensation de ton corps contre le mien. Je suis obligé de me comporter comme un salopard pour ne pas me jeter à tes pieds et te supplier de me demander de revenir. Te dire que ce n'était pas toi que je haïssais, mais moi, et je suis désolée de m'en être pris à toi, plus désolée que des mots ne pourraient le dire. Que tu as eu le courage de te façonner une vie qui fonctionne, si éloignée soit-elle de la vie à laquelle tu aspirais. Aide-moi à trouver le courage de faire la même chose Anita. Aide moi à assumer ce que je suis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Laurell K. Hamilton (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurell K. Hamilton
Payot - Marque Page - Laurell K. Hamilton - Péchés céruléens
autres livres classés : bit litVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Anita Blake ???

Quel est le nom de famille d'Anita

Black
Smith
Blake
Summers

20 questions
79 lecteurs ont répondu
Thème : Laurell K. HamiltonCréer un quiz sur ce livre