AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2283027012
Éditeur : Buchet-Chastel (03/10/2013)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Et si un jour on donnait libre cours à nos pulsions et à nos pensées les plus noires ? Sans hésiter, on se débarrasserait alors de nos bébés pleureurs et on ferait taire définitivement celui qui, depuis vingt ans, nous empêche de boire en silence le café du matin.
"Les petits contretemps" ce sont ces moments de basculement, où tout change soudain de couleur et de rythme. Des instantanés, des "vignettes", qui, dans une écriture très visuelle, fixent avec crua... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
yv1
14 novembre 2013
Un recueil de nouvelles souvent très courtes qui commence très fort :
- Déjeuner en paix : une femme aimerait bien prendre son petit-déjeuner au calme, mais son mari est aux petits soins. Je ne lis pas les 4èmes de couverture avant, ce fut donc une surprise et je me régalais à l'avance des histoires suivantes.
Las, cette première est sans conteste la plus efficace du recueil, les autres nouvelles sont moins percutantes, ce sont des tranches de vies ordinaires, mais de vies tellement plates, sombres et pessimistes. C'est un peu comme si vous passiez une soirée en charmante compagnie. le dîner est excellent et lorsque la donzelle ou le damoiseau selon que vous êtes un garçon ou une fille ou vice-versa est ou sont je ne sais plus combien on est avec tout ça, je ne maîtrise plus rien, je ne voulais pas faire une partie fine, juste une soirée à deux. Pouf pouf, je me reprends, l'autre partie est partante (belle assonance !) pour plus si affinités et manifestement affinités il y a. Voilà deux personnes consentantes qui se retrouvent seules avec des idées derrière les têtes et ailleurs aussi, si je puis me permettre. Doucement, les préliminaires débutent, prometteurs, chacun étant au summum de son désir, et là, patatras, la belle (ou le beau) se met à parler de sa mère (ou de son père ou de ses ex ou de son chien ou de l'ombre d'icelui voire d'iceux, faites vôtre la formule qui vous plaira)… quelles débandade certaine et frustration énorme ! J'ai préservé les sensibilités de tous, j'ai essayé d'être soft dans ma métaphore, j'aurais pu tout aussi bien dire que la belle ou le beau enlevant ses atours n'était plus que l'ombre de lui-même ou d'elle-même : le décolleté tentateur s'est dégonflé et le slip kangourou tâché du bellâtre a dégoûté madame de l'accouplement. Chacun prend pour lui l'image qu'il veut...
Moi, qui suis d'une nature optimiste je suis sorti de ce livre démoralisé. Il n'y est question que de séparations, d'abandons, de départs, de maladies, de morts. Une femme quitte son mari, un homme quitte son épouse (pour une plus jeune bien sûr). Chacun partant sur une impulsion, abandonnant époux(se) et enfants. Un constat amer et totalement désespéré sur la vie qui va vite, sur la perte de la jeunesse et des illusions. Totalement désabusé et sans espoir.
Cependant, dans le lot des 35 nouvelles, certaines m'ont plu (des tentatives pour remettre le couvert dirais-je élégamment dans le cas d'une métaphore filée). Elles sont un peu différentes des autres par l'angle de narration, le trait d'humour ou d'ironie, le très léger espoir qu'on peut y lire. L'écriture générale de ce recueil est comme il est précisé en 4ème de couverture très visuelle : des phrases courtes décrivant la vie quotidienne, les questionnements de tout un chacun, des dialogues qui virent souvent à l'explication, des non-dits, des soucis de compréhension.

Si vous êtes motivés, en joie, tentez votre chance, si vous êtes un rien déprimés, je ne suis pas sûr que ce livre soit bon pour le moral, écoutez plutôt la Compagnie Créole...
Lien : http://www.lyvres.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pilyen
27 octobre 2013
"Les petits contretemps" est un livre piquant. Piquant dans le sens où chacune des trente-cinq nouvelles qui le compose se plante efficacement en vous et provoque un sentiment mélangé de plaisir et de douleur.
Ecrire une bonne nouvelle, surtout courte, nécessite à la fois talent et regard vif. Gaëlle Héaulme a tout cela avec, en plus, une qualité d'écriture, simple directe, qui dépeint en peu de mots un univers familier ou pas. On est tout de suite dans la tête du narrateur. Et nous serons tout à tour hospitalisée, enfermé dans un avion forcé d'amerrir, excédée par un mari trop longtemps supporté, glacée par l'humidité de la maison où nous gardons des enfants... Et chaque fois, nous nous trouvons au moment où il y a une étincelle qui peut ou fait tout basculer. On les connaît tous, ces moments de désespoir, de doute, d'agacement où l'on ne supporte plus ce robinet qui goutte alors qu'il aurait dû être réparé depuis bien longtemps, ces moments d'inattention où un enfant échappe à notre surveillance, ces souvenirs cruels qui soudain nous étreignent. il suffirait d'un rien pour que tout bascule, un geste, un objet tranchant, une envie de tout plaquer. Cela ne se produit généralement pas, heureusement ... mais chez Gaëlle Héaulme, oui !
Le quotidien des casseroles pas lavées, des enfants braillards, des voitures mal entretenues explose. le personnage se trouve alors au bord du vide, s'interrogeant ou pas sur la nécessité de sauter. le lecteur pourrait jubiler de ce passage à l'acte souvent rêvé, jamais réalisé, mais le plaisir éprouvé se brouille bien vite. Cette étincelle éclaire aussi tous nos minables petits arrangements de nos si mesquines petites vies.
C'est grinçant, un peu cruel, quelque fois absurde, souvent douloureux, comme ce quotidien que l'on affronte sans cesse. Ce livre est le miroir d'une réalité qui fait mal ou souffrir, la poussière que l'on cache sous le tapis, le bouton que l'on camoufle, le sourire qui essaye d'éluder la tristesse.
Un peu plus sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bookycooky
29 août 2014
Trente-cinq histoires,très courtes,insérées dans cent soixante-huit pages,une prose très visuelle,qui en 2-3 pages vous immisce dans l'intimité d'un homme,d'une femme,d'un couple,d'une famille en plein drame...C'est loin d'être gai, mais très revitalisant avec un humour décapant.Et ma préférée est "J'ai quelque chose à te dire",juste pour cette histoire ça vaut la peine d'acheter le livre!
Commenter  J’apprécie          40
blablablamia
05 novembre 2013
Recueil de moments de basculement, de déclics, comme de petits courts métrages dans lesquels nous nous trouvons plongés dès les premiers mots, Les petits contretemps, au titre tristement ironique (...), est un de ces livres que j'ai envie de porter, de soutenir.
Cela peut ne pas être un livre facile à lire car il bouscule, n'adoucit pas l'image du quotidien, des rapports humains ou amoureux, mais il laisse franchement bouche bée.
Des pensées noires, des ruminations, des peines, du suspens dans un "banal" quotidien partagé, des explosions ou prises de conscience dans la routine, des arrêts sur l'image de ces moments où l'on dit "stop, là je ne peux plus"...
La suite:
Lien : http://blablablamia.canalblo..
Commenter  J’apprécie          20
Themahyperlibrairie
06 mai 2014
En trois pages seulement, le destin des hommes et des femmes ces nouvelles basculent...
Une écriture "lumineuse" (autant qu'elle peut l'être pour ce sujet) et juste pour décrire nos pensées les plus noires.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
blablablamiablablablamia05 novembre 2013
Un jour enfin on la remonte, on la couche dans un lit propre, elle a une fenêtre, elle peut voir les arbres et la lumière. Pas de voisine. Le soleil se couche et les branches sont dentelle noire.
On lui lave les cheveux. Un oreiller sous la tête.
Une fois, elle transpire comme un boeuf, sent l'écurie ou l'abattoir et vacille, l'infirmier, sans qu'elle ait proféré un son, penche sur elle son beau visage, Ne vous inquiétez pas, vous êtes une rose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
blablablamiablablablamia05 novembre 2013
Tu me quittes, d'accord, mais d'abord tu fais ce que tu dois faire depuis dans cette maison depuis belle lurette. tu répares le robinet qui fuit. Tu changes la roue du vélo de Jojo. Tu consolides les étagères dans l'entrée, et tout le reste, tiens, j'ai la liste.
Et je lui mets sous le nez la liste de mes griefs, rangée dans le tiroir du haut et entamée il y a plusieurs années. En face de ce qui a été fait, j'ai mis des croix.
Il y en a deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
yv1yv114 novembre 2013
Je suis à l'hôtel avec mes filles. Je regarde par la fenêtre en buvant mon café. Je vois ma maison qui brûle. Tiens, la maison brûle. (p.137)
Commenter  J’apprécie          00
yv1yv114 novembre 2013
Je suis en train de beurrer le pain de mie pour les croque monsieur quand il entre dans la cuisine et reste planté là à me regarder. (p.79)
Commenter  J’apprécie          00
yv1yv114 novembre 2013
On est dans le lit tous les deux. On se repose un peu. Les triplés dorment, à côté de nous, c'est l'heure de la sieste. (p.39)
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : séparationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1440 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre