AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253088110
Éditeur : Le Livre de Poche (02/05/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.18/5 (sur 500 notes)
Résumé :
"Je ne t'aime plus."
Il aura suffi de cinq mots pour que l'univers de Pauline bascule. Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s'écouler en attendant que la douleur s'estompe. Jusqu'au jour où elle décide de reprendre sa vie en main.
Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer.
Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (184) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  16 août 2018
Pauline est au plus mal. Ben vient de la quitter et elle se retrouve seule avec leur fils, Jules.
Pour tenter de récupérer celui qu'elle aime toujours, Pauline décide de lui envoyer des lettres. Dans chacune d'entre elles, elle racontera un joli souvenir de leur histoire d'amour.
Virginie Grimaldi m'a fait du bien. Elle m'a fait rire mais aussi, la coquine, au détour d'une page, elle m'a fait briller les yeux.
La force de ce livre, c'est de parler à tout le monde. Chacun y retrouvera forcément un petit bout de sa propre vie.
La force de Virginie, c'est de peindre de belles histoires toutes inscrites dans la vérité de vivre. Des moments quotidiens, simples mais vrais. Des sentiments universels qui touchent toujours leur cible. Des personnages qui ressemblent à chacun d'entre nous.
J'ai beaucoup aimé ce livre. Beaucoup. Car même si j'étais quand même un peu prévenu, je me suis fait surprendre. Cette façon d'écrire de façon si pudique des sentiments que l'on sent vécus. Cette classe folle des sentiments qu'a Virginie Grimaldi me touche profondémement.
La première édition de ce livre, avec sa couverture criarde et calibrée « vacances » ne rends pas du tout hommage à l'oeuvre. Je me rends compte que de tels habillages ne m'avaient pas donné envie de tenter l'aventure Grimaldi à l'époque …
On saluera l'effort fait par l'éditeur sur le dernier livre de Virginie Grimaldi, IL EST GRAND TEMSP DE RALLUMER LES ETOILES, pour proposer une accroche plus sobre, moins marketing. Les éditions de poche, d'ailleurs sublimes, ont permis à beaucoup de se lancer à la conquête de madame Grimaldi.
Bref, ce livre est pour moi une très belle lecture. Un récit simple, vrai, poignant. Une histoire de femme, une histoire de famille. Une lecture qui accompagne son lecteur vers de jolis contrées humaines …
Virginie, tu le sais déjà mais je t'aime !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          543
jalleks
  29 avril 2017
28 avril 2017.
Virginie,
Il y a un an, Babelio, Fayard et Livre de Poche m'offraient tes deux premiers livres. Je ne te connaissais pas. Mes amies, si. « Quoi ? Tu vas rencontrer Virginie Grimaldi, je suis jalouse ! ». Évidemment, je les avais dévorés et aimés. Depuis, je grimaldise celles qui ne te connaissent pas encore. Cerise sur le gâteau, on avait pu se rencontrer lors d'une soirée de lancement. Et tu m'avais écrit une dédicace digne de toi, que je garde secrète entre toi et moi ! Car ce n'était pas de grosses bises que tu m'envoyais ! (comprenne qui pourra !)
Un an plus tard, rebelote. Troisième roman au titre poétique. Et soirée de lancement à nouveau. (Merci mille fois à Babelio, Fayard et Livre de poche, une équipe formidable qui chérit ses lecteurs))
Comment écrire une critique qui soit à la hauteur de la grande dose d'émotions que j'ai ramassé dans le bide à la lecture de ton dernier bébé ?
Il n'a pas fait long feu entre mes mains car j'égrenais les pages avec délice, sans pouvoir m'arrêter.
J'ai ri toute seule dans le métro, dans la rue. Des agents municipaux, que je croisais sur le trottoir, m'ont alpaguée : "Ça a l'air bien ce que vous lisez". "Oh que oui, et c'est très drôle".
Virginie, tu es une acupunctrice. Avec les mots à la place des aiguilles.
Les chapitres à la place des séances.
Tu places tes phrases exactement au bon endroit de notre âme pour exacerber nos sens.
Tu nous rappelles que nous sommes femme, mère, épouse, amoureuse, aimante, fille, enfant, travailleuse, parfois égoïste ou "attachiante", généreuse, complexée, romantique, cassante, douce ...
Car non, la mère parfaite n'existe pas. On est toutes celle qui préfère se prélasser parfois parce que fatiguée, au lieu de jouer aux briques ou dans le sable avec son môme. La femme forte ne l'est pas toujours, même si elle arrive à donner la vie. Une femme s'effondre. Pour mieux se relever.
On s'attache aux blessures de Pauline, ton personnage. N'en avons-nous tous pas, bien enfouies, qui resurgissent à tout moment, puisqu'une odeur suffirait à nous faire pleurer ? Une phrase à nous faire revenir en arrière, dans notre propre histoire ?
Tu tournes en dérision avec humour ce qui fait le plus mal dans une vie.
Car tu as la délicatesse du verbe et de la tournure, inondée de respect, de légèreté et de reconnaissance.
Ton livre déroule une parfaite harmonie entre chapitres courts, aux chutes souvent horripilantes, les souvenirs écrits par Pauline, l'évolution des personnages. Et cette présence du parfum du bonheur …. Car même derrière les yeux mouillés, il est là, on le sent … Prêt à surgir.
Tu affirmes et confirmes ton style. C'est un livre à relire plus tard. Encore et encore. Lorsque le besoin ou l'envie se fera sentir. Parce qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien. Grand le bien, très grand. Quand le livre se fait remède. Se fait pansement. Se fait Amour et bienveillance.
Alors, voilà, ces cinq étoiles, ton ouvrage les mérite largement, chère Virginie, même si tu appelles un pain au chocolat, une chocolatine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4311
iris29
  26 juin 2017
Avec ce nouveau roman de Virginie Grimaldi, je ne savais pas à quoi m'attendre ...( Moyennement aimé le premier et un vrai coup de coeur pour le second ) .
"Je ne t'aime plus", a dit Ben .
Alors , Pauline a pris son fils sous le bras et est allée habiter chez ses parents le temps de remonter la pente .
"On a acheté une maison de vacances" a dit la soeur . Alors, toute la (grande ) famille a décidé d'y passer un mois de vacances . Et pendant que Pauline remémore à Ben (sous forme de lettres ), tous les bons moments passés ensemble, afin qu'il change d'avis , les uns et les autres règlent leurs problèmes ....
Comme une sorte de psychothérapie familiale en accéléré , nous avons droit aux malheurs de Pauline , mais pas que ... Ce n'est pas un roman de chick-lit , ni un roman feel-good .
Rupture, séparation, dépression , acceptation , deuil, alcoolisme , mère indigne , coming-out, homosexualité, adultère, tocs, secrets de famille ... Ne comptez pas sur ce livre pour vous remonter le moral , heureusement que Virginie Grimaldi parsème le tout avec de jolies répliques rigolotes et beaucoup de sensibilité .
A la fin du roman , dans les remerciements , l'auteur nous informe qu'elle a mis beaucoup d'elle même dans ce roman et on comprend de quoi elle parle . Et pendant toute ma lecture , j'ai eu l'impression qu'il s'agissait d'un album photo de ses souvenirs personnels , un peu trop personnels ...
Au sens où si tu n'as pas le même âge, le même vécu que l'héroïne , tu passes à coté ....Il y a un paquet d'années , j'aurais adoré ce roman, j'aurais eu l'impression qu'il m'aiderait à grandir, à mûrir. Aujourd'hui, ,je voulais juste une petite bulle de légèreté après un roman noir , je me suis trompée de" boutique" .
C'est fou , ce que quelques petits mots peuvent déclencher .
" Je ne t'aime plus "....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          474
llamy89
  19 juillet 2018
Virginie Grimaldi nous offre une tranche de vie familiale. Quelques mois pour surmonter le choc des mots "Je ne t'aime plus".
"Mais ce n'est pas parce qu'une histoire ne se termine pas comme tu le souhaites, qu'elle se termine mal". Alors il faut se surprendre à grandir, douloureusement, lentement, mais sûrement.
Si comme moi, vous pensiez trouver un roman feel-good à lire après un roman sombre et dérangeant, ce n'est pas le bon choix.
En revanche, vous trouverez dans ce roman de Virginie Grimaldi, une madeleine de Proust... Nonna et son franc-parler vous ramèneront à l'enfance, à la tendresse de grand-mère, celle qui écoute, comprend tout ; à l'art d'être mère construite à l'aune de son propre vécu.
"Je ne t'aime plus" : quelques mots si cruels à entendre après les serments d'avant, ceux qui vous disaient que vous seriez une famille éternellement. Une brutalité insoutenable, inaudible, d'ailleurs Pauline va rappeler à Ben combien il l'aimait en lui écrivant des lettres jusqu'à ce qu'il reprenne ses esprits.
Ce livre, dans la première partie vue par Pauline est l'autopsie d'une vie de couple : premier baiser , présentation aux parents, premier appartement, premier enfant, routine puis dernier dîner. Un parfum de nostalgie. Retour abrupt chez les parents avec Jules, leur fils.
Pauline aime Ben. Elle l'a perdu sur le chemin d'une tragédie. Elle va entamer une correspondance avec lui, pour lui remémorer les meilleurs moments de leur histoire, entamer une thérapie malgré elle.
Virginie Grimaldi sait faire vivre des personnages touchants souvent drôles et piquants.
Que d'émotions dans la seconde partie de cette histoire, des larmes au travers des sourires. Un roman qui dit la vie avec ses petits bonheurs simples, évidents et ses jours de pluie.
Pour rappeler à chacun que "Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie". Une merveille de tendresse et d'émotions qui touche au coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
stokely
  15 août 2017
J'avais beaucoup aimé le précédent livre de Virginie Grimaldi Tu comprendras quand tu seras plus grande même si au début j'avais eu du mal à me faire au style car je trouvais que l'auteur cherchait à faire rire style calembours à chaque réplique.
Ici je n'ai pas eu ce problème, même si il y a beaucoup de situations qui prêtent à rire et sourire je n'ai pas trouvé que celles-ci étaient sur jouées.
Et pourtant ce livre parle d'une rupture celle de Pauline avec on compagnon Ben et leur fils Jules qui se trouve au milieu de celle-ci. Pauline retrouve donc la maison de ces parents à la trentaine et reste à se morfondre sur ces années de vie commune avec Ben.
En dire plus serait en dire trop j'ai lu ce roman en une petit soirée et j'en redemande il n'est pas question que de rupture mais de famille également d'amour beaucoup de tendresse assurément.
Je ne suis pas sensible surtout niveau lecture mais la j'avoue avoir eu les larmes aux yeux vraiment pour une des premières fois de ma vie.
Je pense que ce livre m'a beaucoup touché car je me trouve dans la même tranche d'âge que l'héroïne Pauline ce qui facilite d'autant plus l'identification également.
En tout cas un grand merci à Virginie Grimaldi pour écrire des pépites comme celle-ci.
Virginie Grimaldi indique à la fin de ce livre que celui-ci est son écrit le plus personnel et c'est ce que l'on ressent également lors de la lecture de celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

critiques presse (1)
Actualitte   12 juillet 2017
Virginie Grimaldi dans Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie part d’une situation presque ordinaire, une rupture. Mais au fond, une rupture n’a rien d’ordinaire. Non, une rupture, c’est le drame, le repli, la fin.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (139) Voir plus Ajouter une citation
cleslyclesly   01 juin 2017
Pour mon enfant, je suis prête à tout. Je peux manger froid, regarder Nemo un milliard de fois sans avoir envie de le transformer en poisson pané, céder la dernière bouchée de mon plat préféré, laisser les fourmis envahir mon bras parce qu'il s'est endormi contre mon épaule, accrocher des pare-soleils Cars dans la voiture, me lever cent fois la nuit sans retrousser les babines, écouter René la Taupe en boucle, m’extasier devant un collier de nouilles, sourire quand il me réveille avec un doigt dans l'oreille, manger des légumes, rester zen quand mon téléphone tombe dans la cuvette des toilettes, accueillir de la pâte à modeler dans les cheveux, passer des heures au parc, nettoyer d'autres vomis que les miens, accepter que les jouets s’incrustent dans la décoration, me transformer en cheval, en canapé, en trampoline, en toboggan, crier silencieusement quand je pose mon pied nu sur un jouet la nuit, accepter que quelqu'un me pince les "titis" en rigolant, supporter mes vergetures et le flan qui ont remplacé mon ventre plat, annuler un weekend génial parce que la varicelle s'est invitée, remplacer les gros mots par des ridicules mots, applaudir un pipi dans le pot, faire parler une peluche.
Je ne supporterais pas qu'il soit malheureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
iris29iris29   26 juin 2017
Ma mère conduit aussi bien qu'elle cuisine. Au deuxième virage, j'ai envie de vomir. Au troisième rond-point, j'ai envie de sauter. A la cinquième tentative de créneau, j'ai envie d'être adoptée.
Commenter  J’apprécie          463
iris29iris29   27 juin 2017
Ses bras s'enroulent autour de mon cou et ses lèvres font éclater un baiser sonore et mouillé sur ma joue. J'enfouis mon nez dans son cou qui sent encore le bébé et j'inspire longuement . Le plein de carburant est fait . Je peux affronter la journée.
Commenter  J’apprécie          180
iris29iris29   26 juin 2017
(...), Sébastien m'avait embrassée derrière un camion sur le parking du lycée .(...). Au bout de deux semaines et quelques morsures, j'avais dû me rendre à l'évidence : dans une autre vie, Sébastien avait dû être un décapsuleur.
Commenter  J’apprécie          193
Anne50Anne50   07 août 2018
Tu as tenté de dégrafer mon soutien-gorge pendant cinq minutes, je l'ai finalement fait, tu t'es allongé sur moi, tu as failli m'étouffer, je me suis assise sur toi, j'ai failli t'émasculer. Tu as pétri mes seins jusqu'à ce qu'ils changent de forme, ma main rôdait autour de ton bas-ventre sans oser s'aventurer trop près du nez de Pinocchio, notre première fois virait au bêtisier quand tu as enfoui ton visage entre mes cuisses. J'essayais de contrôler ma voix, d'avoir le plaisir discret, mai mes gémissements ont couvert le bruit de la porte. La première image que ta mère a eu de moi est celle d'une fille proche de la convulsion tenant entre ses jambes le visage de son fils orné d'une moustache frisée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Virginie Grimaldi (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginie Grimaldi
Nous laissons la parole à Virginie Grimaldi pour vous parler de son prochain livre, "Chère Mamie" ! Tendre, hilarant, illustré, comprenant des chroniques inédites... On ne vous en dit pas plus, à part qu'il paraîtra le 31 octobre, et que 1?50 sera reversé pour chaque livre à l'association CKDB!
#ChereMamie http://bit.ly/ChereMamie
autres livres classés : reconstructionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
987 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..