AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782354390723
AEncrages & Co (01/02/2015)
5/5   5 notes
Résumé :
Ces Sorrowful songs nous conduisent jusqu'à l'essence même de la vie. Il n'est plus question de joie ou de peine. La vie ne se divise pas, ne s'immobilise pas. Ils nous font entendre tout ce qui en nous se mêle pour nous emporter dans le mouvement permanent qui, du vif au trépas - & inversement -, nous mène dans la lumière blanche de l'amour qui nous transfigure.
Claude Chambard
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
denisheudre
  14 septembre 2015
La poésie, la musique, l'art pour dire la disparition de l'Etre aimé. de l'intelligence et de l'émotion.
Commenter  J’apprécie          81
pavel54
  05 février 2017
Dans son article paru dans la Nouvelle Quinzaine Littéraire, (numéro 1146, mars 2016) Sabine Huynh se souvient que, déjà, dans ses précédents recueils, Déborah Heissler amenait par touches impressionnistes (« les cendres en pincées, lyriques ») ce qui allait devenir les motifs essentiels de son oeuvre poétique : [le] jardin intime, désirable [...]. Sorrowful Songs [...] s'ouvre sur un tel « Jardin – elle endormie » et sur ce « triomphe » que cet apaisement représente, à l'encontre de la nuit, de la perte, de l'absence et du chagrin, que l'on ressent à la lecture de ces « chants de douleur » qui puisent leurs larmes au puits de la Shoah. Car c'est la "Symphony of Sorrowful Songs" – la "Symfonia pieśni żałosnych" ou "Symphonie no 3", dite des « chants plaintifs » – du compositeur polonais Henryk Górecki, hanté par les morts d'Auschwitz, qui donne [au] recueil son titre, sa tonalité triste, son tempo lento, sa forme ternaire (malgré elle, nécessairement) et ses mouvements : ceux, narratifs, de « Jardin – elle endormie » et « Chambre où te perdre », en ouverture et clôture, et celui, poétique, central, de « Rien que le ciel ouvert ».
Lien : https://www.nouvelle-quinzai..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Noag
  16 août 2016
Sorrowful Songs de Deborah Heissler par Tristan Hordé sur Sitaudis.
Lien : http://www.sitaudis.fr/Parut..
Commenter  J’apprécie          10
pagePo
  15 août 2016
Note de lecture de Angèle Paoli sur le site Terres de Femmes
Lien : http://terresdefemmes.blogs...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
denisheudredenisheudre   14 septembre 2015
Blanche

Ce bleu. D'un seul trait égal et sans nuance. Ten-
dant à l'absolu. Énigme de l'herbe dans ta main.

Tu as gorgé mon œil de basalte, soufflé la neige
sur mes pas.
Commenter  J’apprécie          100
pagePopagePo   15 août 2016
Je suis resté saisi à deux doigts d’elle, du bouquet d’ombre que les buis-sons depuis le jardin dandinent sur les murs, de la méridienne, des lettres, du presse-papier et de son journal — le poète s’adresse à sa femme —, ou d’autres passages réunis au fil des jours « Bribes de mondes égrenés qui explosent nus entre ses doigt ». (...)
Commenter  J’apprécie          60
denisheudredenisheudre   14 septembre 2015
Toi rien, puis toi exactement. Plus rien de toi que
nous. Tu – à la chute du jour, non moins brûlante.

Trêve des corps précipités et bleus. Je ne sais ni
quelle étreinte, ni même l'image, qui pourraient
les prolonger.
Commenter  J’apprécie          80
denisheudredenisheudre   14 septembre 2015
Vides ensuite, très vite, les heures creuses de la
nuit qui couvrent de confusion le silence profond
de quelques marteaux – Sensiblement. Fixement.
Sans maître désormais.
Commenter  J’apprécie          90
LabyrinthiquesLabyrinthiques   20 février 2016
Ce n'était plus là ni son écriture, ni même sa main, chaque ligne avait trahi l'inscription de celui qui avait su lui dire "tu", infiniment, sous la lampe, alors que le jour décline.
Commenter  J’apprécie          80

Video de Deborah Heissler (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Deborah Heissler
"Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe" (Cheyne éditeur, 2010) traduit en anglais et lu (en anglais et en français) par Sabine Huynh.
autres livres classés : lyrismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1015 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre