AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266013564
Éditeur : Pocket (01/03/1984)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 27 notes)
Résumé :
En ce début de notre siècle, au temps de la lampe à pétrole et de la lampe au travail, un terrible raz de marée ravage un petit port de la côte bretonne. Un seul bateau de pêche est sorti malgré les signes avant-coureurs de la tempête. Malmené au large comme rarement un esquif le fut, il n'a réussi à tenir sur l'eau que grâce aux subtiles manœuvres de son patron, réputé fou de la tête. Et ne faut-il pas qu'il soit fou pour avoir appelé sa barque du nom de ce talisma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
RChris
  01 octobre 2017
On effleure la rudesse des hommes de mer et des femmes de terre et leur rapport à la vie et à la mort. L'océan exprime toute sa puissance dans ce roman qui nous raconte l'histoire de L'herbe d'or, le bateau qui permet d'arriver dans l'autre monde sans passer par la mort.
Mettre en mots modernes ce commentaire est délicat tant l'expression de l'univers de ce livre est éloignée de notre civilisation actuelle (voyez donc les citations!). La langue bretonne influence le thème de ce conte maritime mais également le style et c'est cela qui m'a plu.
Pierre Jakez Hélias est un conteur extraordinaire dont on déguste les descriptions avec délectation, même la pudeur des sentiments est touchante. Chef d'oeuvre.
Commenter  J’apprécie          240
lecassin
  21 février 2012
« L'herbe d'or », c'est le nom de la barque du père Goazcoz ; mais c'est aussi le nom de ce talisman mystérieux qui permet d'aborder dans l'au delà sans passer par la mort…
La tempête menace sur la côte bretonne. Au port de Logan, tous les pêcheurs et leurs bateaux sont à quai. Tous ? Non. C'est le moment que choisit le père Goazcoz pour lancer sa barque et son on équipage à l'assaut des flots démontés.
Pierre-Jakez Hélias nous fait vivre deux angoisses : celle de l'équipage dans sa volonté de s'en sortir vivant et celle de la mère d'un des marins à qui l'on n'explique plus que nombre des enfants du pays ont déjà payé un lourd tribut à la mer.
Un très beau récit de mer qui dévoile les personnalités face à l'adversité ; en même temps qu'il nous plonge dans les bretonnants. Après de nombreux livres et essais en langue Bretonne, l'auteur nous livre ici et avec « le cheval orgueil » et « la Colline des solitudes », trois chefs-d'oeuvre de la littérature française. Un texte à recommander à tous les amoureux de la Bretagne en particulier, et en général à tous les amateurs de côtes rocheuses, qu'elles soient basques ou normandes…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
MarcoKerma
  24 septembre 2016
récit écrit apparemment en français (Pierr-.Jakez Hélias écrivait généralement d'abord en breton), l"Hrbe d'Or est un texte remarquable par son écriture fine sans défauts (aucune longueur, bons dialogues plausibles...), avec des expressions et des tournures venues sans doute du breton, qui nous fait pénétrer au coeur d'une culture, d'une société admirable, celle des gens du Pays Bigouden et ceux des "montagnes" de l'intérieur des terres. Ces gens là ont une sociabilité admirable et complexe, faite de respect, de retenue et d'intelligence. le récit fait sa part aussi à un autre récit - un "conte" ou une "légende" pourrait-on dire faute de mieux - qui a une portée universelle en tant que réflexion sur la vie, la mort et une manière de se "débrouiller" avec cela... Décidément, Pierre (Per)- Jakez Hélias était un grand écrivain, breton, français, un grand écrivain "tout court" !
Commenter  J’apprécie          40
Marion-ion
  25 mars 2016
J'ai beaucoup aimé cette histoire qui nous fait rentrer le temps d'une nuit dans un vieux village breton. On est à la fois sur le bateau de l'herbe d'or qui essaye de rentrer au port après des dégâts causés par une tempête, et dans le village avec ceux qui attendent le retour des marins. Tout le livre nous raconte l'histoire de cette nuit. Si j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire au début, une fois dedans il est très dur de s'en détacher. C'est très bien écrit, c'est un roman plein d'émotions que je conseille vivement.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
RChrisRChris   30 juillet 2017
Et je n'ai jamais vu l'océan se mettre dans cet état. C'est parti sans crier gare, ça s'est mis à fermenter dur sous l'Herbe d'Or et aussitôt le ciel est entré en action, les vents nous ont foncé dessus de partout, ils n'arrivaient pas à trouver leur lit. Par moments tu te rappelles, ils se contrariaient tellement, ils barattaient si bien la surface qu'on aurait dit un tremblement de terre.
Commenter  J’apprécie          140
RChrisRChris   30 juillet 2017
Pierre Goazcoz les a vu vivre, les pêcheurs de Logan... Mais il n'est pas un seul d'entre eux, débarqué à la côte, qui ne se trouve aussi gêné qu'un cormoran à qui on a raccourci les ailes. Il ne sait pas bien comment on vit parmi les meubles d'une maison, comment on marche sur un chemin solide et immobile. Il jette la jambe un peu trop à gauche ou à droite, assurant le corps sur les genoux pour s'équilibrer d'avance si la terre venait à rouler sous lui. Et que pourrait-il faire de ses mains, sinon les plonger au fond de ses poches, comme on conserve un outil dans son étui quand il a fini de servir pour une fois. A terre, il n'y a pas de cordages sur quoi tirer, ni filets à relever, ni de grands poissons à empaumer pour vider leurs entrailles. Il est parfaitement chômeur, c'est-à-dire en période d'inactivité forcée. Et il lui est difficile de s'éloigner du quai. Il n'aime pas s'enfoncer dans les terres parce qu'il y a des arbres qui cachent l'horizon et même le ciel. Il reste à quai avec les autres, devant les barques désarmées, à tenir des propos de mer et de poissons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lecassinlecassin   21 février 2012
Il y a trois sortes d'hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer. PLATON
Commenter  J’apprécie          140
TomSawyerTomSawyer   23 mai 2013
" Le bouseux avait trempé son cœur au sel ! "
Commenter  J’apprécie          20
Video de Pierre-Jakez Hélias (13) Voir plusAjouter une vidéo

Quelle Bretagne ? quels Bretons ?
Pierre Jakez HELIAS annonce, en breton, le thème de l'émission.Bernard PIVOT reprend la main pour animer le débat entre ces bretons, auteurs d'ouvrage dont le thème commun est la Bretagne.Yves LE BERRE présente l'ouvrage "la Bataille de Kerguidu" de Ian INISAN dont il a assuré la traduction.Pierre Jakez HELIAS auteur du livre de contes "Les autres et les miens" parle des bigoudins et de...
autres livres classés : bretagneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
216 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre