AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749933056
Éditeur : Michel Lafon (18/05/2017)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 76 notes)
Résumé :
François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d’un rocher. Plutôt que d’appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle déclare s’appeler Elsa mais refuse de répondre à tout autre question. Commence alors entre le célibataire endurci et cette... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
livrevie
  25 mai 2017
Ce livre, c'est l'histoire d'une fuite, c'est l'histoire de l'oubli, c'est l'histoire d'un passé qui démoli, d'un présent qui reconstruit, c'est l'histoire de deux êtres un peu brisés, qui tentent de donner à leur vie la direction qui pansera leurs blessures. C'est l'histoire d'une rencontre.
François est un homme un peu bourru, solitaire, qui vit dans son centre équestre sa passion des chevaux en veillant à se préserver des fêlures d'une vie qui ne l'a pas épargné.
Elsa est un point d'interrogation à elle seule. Qui est-elle ? Que lui est-il arrivé ? François ne réfléchit pas lorsqu'il la voit sur le bord de cette falaise, il la ramène, sous la pluie battante, chez lui, sentant qu'il ne suffisait que d'un pas pour que la jeune femme ne bascule. Commence une étrange cohabitation entre deux inconnus que tout séparait mais que la vie va finir par rapprocher.
C'est un récit à deux voix que ce roman de Laure Manel, alternent Elsa et François dans cette quête de ce qu'ils sont. L'écriture de l'auteure est simple, mais d'une efficacité redoutable. Elle nous immerge dans le présent et le passé de ses personnages pour nous aider à les comprendre et à les aimer.
Au fil des pages, je me suis profondément attachée à Elsa et François. J'ai craint le pire pour eux, surtout pour Elsa. le fantôme qu'elle est devenue ne pouvait pas agir ainsi sans raisons. L'auteure a d'ailleurs été très habile en faisant apparaître l'histoire d'Elsa par petites touches, comme des petits cailloux qu'il nous faut suivre pour comprendre enfin ce qui l'a amenée au bord de cette falaise.
Et François... François le solitaire, François le bourru, François qui ne veut plus aimer... Quel personnage ! Derrière ses abords revêches se cache un homme d'une rare générosité. C'est le pilier de ce roman, les épaules solides sur lesquelles s'appuyer, celui dont les actes désintéressés ne répondent qu'à son instinct, le phare dans l'obscurité de la cruauté de la vie.
Bien sûr, à la fin, comme je suis un coeur tendre, j'ai pleuré... J'ai même relu certains passages...
Un très joli roman qui fait souffler un vent de douceur dans un monde où la grisaille est omniprésente.

Lien : https://lelivrevie.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          371
moncoinlivresque
  31 octobre 2017
Après L'embarras du choix et Histoire d'@ je ne vous cache pas que Laure Manel est devenue l'un de mes auteurs préférés…Quel talent ! Une simplicité qui vous touche, une plume qui vous émeut, vous surprend. Elle me fait d'ailleurs beaucoup penser à Amélie Antoine, une autre auteure que j'apprécie tout particulièrement.
Dans son dernier roman, Laure Manel sait vous captiver et vous émouvoir en un rien de temps. Quelques mots lui suffisent pour vous amener là où elle le veut.
« La délicatesse du homard » est en réalité l'histoire de deux histoires, qui vont, au fil des pages, se découvrir et s'entremêler. C'est l'histoire d'une rencontre inattendue, d'un cheminement vers soi, d'un passé lourd (trop lourd) à porter et d'un présent qui panse…
Dans ce nouveau roman nous faisons la connaissance de deux personnages, deux êtres cabossés par la vie qui tentent tant bien que mal de panser leurs blessures, d'avancer, d'oublier, de fuir…
D'un côté, nous rencontrons François, un homme bourru, solitaire qui dirige un centre équestre. François se refuse manifestement à l'amour. D'une générosité incroyable, il se révèle rapidement être un homme bon et qui a beaucoup de coeur, même si celui-ci est recouvert d'une épaisse carapace voulue inviolable. Abîmé à sa façon, il semble malgré tout avoir trouvé son équilibre.
D'un autre côté, il y a Elsa, une jeune femme discrète qui a vécu des événements particulièrement blessants dans sa vie personnelle…Elle a tout quitté, son travail, ses amis, sa famille et jusqu'à son identité même.
Quand ils se rencontrent au détour d'une promenade de François, rien ne laisse penser que leurs vies vont irrémédiablement changer…mais le destin nous réserve parfois d'étranges surprises…
Elsa est une énigme. Un mur… Visiblement dépressive, elle peine à s'ouvrir. Nous ne savons que très peu de choses d'elle au début du roman. Qui est-elle ? Que lui est-il arrivé ? Seuls les différents indices égrainés au fil de notre lecture par l'auteure nous permettent de comprendre page après page ce qui l'a conduite sur cette plage un soir des plus banals.
A la suite de cette rencontre inattendue, va commencer une cohabitation un peu particulière entre ces deux inconnus que tout sépare. Elsa est sauvage, discrète, et toute étincelle de vie semble avoir déserté son être ; François quant à lui est davantage ouvert, il accepte certains moments de bonheur, se refuse à d'autre et sait se protéger comme personne. Il a ses habitudes et sa vie lui plaît telle qu'elle est.
Pour ne pas souffrir plus que de raison, chacun d'entre eux s'est construit une carapace dans le seul but de se protéger, de ne plus souffrir comme ils ont pu le faire par le passé, comme ils continuent de le faire peut-être…Leur volonté est simple : ne plus laisser qui que ce soit les approcher de trop près, au risque d'être touchés en plein coeur et de le voir saigner de nouveau.
Dans ce roman empreint de poésie, se crée un récit à deux voix, celle d'Elsa et celle de François. Tour à tour ils nous dévoilent leur ressenti, leurs histoires, celles des non-dits et leur histoire commune, plus complexe, fragile. Et c'est toujours avec beaucoup de délicatesse et de pudeur que l'auteure nous dévoile leur passé, leurs sentiments, leur vision de l'avenir…Ainsi, nous saisissons toutes les nuances de ces deux personnages. Toutes les cartes nous sont données, tout est fait pour que nous puissions comprendre Elsa et François…et nous y accrocher.
Lorsqu'ils commencent à se dévoiler, lorsque certaines barrières semblent tomber, commence alors un long processus d'apprivoisement. A la manière d'un cheval blessé qui accepte de se laisser approcher, François devra faire preuve de beaucoup de patience et d'abnégation avant de pouvoir réellement approcher Elsa qui peine à faire confiance à qui que ce soit.
C'est une histoire de deuxième chance qui nous enjoint à ne jamais renoncer, à croire que derrière la tristesse et l'amertume peuvent toujours percer quelques rayons de bonheur…que la vie est rempli de surprises et qu'il faut parfois bousculer nos plans, changer de route, se laisser surprendre pour avoir droit à sa part de bonheur.
Ce roman porte on ne peut mieux son titre…délicat à souhait, il s'effeuille avec délice et envie. Retirer la carapace de nos deux protagonistes ne sera pas chose aisée, mais une fois fait, le lecteur découvrira ce qui se cache réellement derrière Elsa et François, derrière les silences et les absences, derrière les petits gestes anodins qui ont parfois tant d'importance.
Je ne suis pas, pour ma part, une grande fan du monde équestre, j'avais donc peur d'être perdue et de me lasser à la lecture de certains passages. Et bien non, rien de tout cela. Comme à son habitude, Laure Manel parvient à doser comme il se doit chaque élément qui compose son roman. Certes nous évoluons dans un monde où les chevaux ont une certaine importance puisqu'ils font partie de la trame de fond de cette histoire, mais bien au delà de cela, nous nous rendons rapidement compte que ce contexte est également un moyen qui permet à l'auteure de tisser le fil de son histoire, de lier, de panser.
Ce roman a son propre rythme. Il ne lasse jamais et intrigue de bout en bout.
En conclusion : « La délicatesse du homard » est un roman délicat, fin, lumineux. Vous y découvrirez une histoire profonde et vous serez touché par ce roman puissant qui parle d'une longue, douloureuse mais nécessaire renaissance. Laure Manel nous offre là des personnages émouvants et un récit à la sensibilité exacerbée. Elle sait créer un lien invisible entre le lecteur et ses personnages et parvient avec toujours autant d'adresse à faire naître une empathie non feinte chez le lecteur. Et comme toujours, sa plume recherchée et poétique nous cajole autant qu'elle nous ravit.
Un roman à lire et une auteure à suivre de très près, je vous le dis !…en tout cas moi, je la suis et ce n'est pas près de changer !
Lien : http://moncoinlivresque.fr/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
beltane
  28 avril 2017
« La délicatesse du homard » a remporté un franc succès en auto-édition. Troisième roman de Laure Manel, il a été repéré, et sera publié, par les Éditions Michel Lafon.
La plume de Laure Manel est sans fioritures. Simple, fluide, elle écrit la rencontre d'un homme et une femme qui n'ont rien en commun. L'histoire est rédigée dans un français impeccable — les lecteurs n'en attendent pas moins d'une enseignante — et se comprend de manière aisée. L'intrigue est presque intégralement portée par Elsa, la jeune inconnue retrouvée inconsciente. Enveloppée de mystère, ce personnage hermétique, visiblement dépressif, s'ouvrira peu à peu au contact des chevaux, et de son hôte, François. Un peu bourru, ce dernier s'avère prévenant et à l'écoute, mais sa patience sera mise à rude épreuve.
Quand deux êtres humains au passé trouble et douloureux se rencontrent, a fortiori dans un contexte aussi compliqué, le lecteur s'attend à de l'émotion.
Mais si l'histoire est jolie, et très bien écrite, elle est lisse, et les amateurs de sensation pourraient se sentir frustrés. le tragique et l'amour sont abordés en surface alors qu'ils mériteraient une profondeur abyssale, un peu de rugosité. Parce que « La délicatesse du homard » possède un fort potentiel émotionnel. le passé de chacun des deux protagonistes principaux est déjà intrinsèquement dramatique. La rencontre des deux aurait pu donner une claque magistrale. Mais l'auteure n'a sans doute pas voulu en faire trop. En effet, quelle qu'en soit sa nature, quelle qu'en soit l'issue, la relation entre Elsa et François est une belle idée, une superbe histoire et le livre profite de ce mélange positif. S'il avait la chance d'être un jour adapté au cinéma, « La délicatesse du homard » serait d'ailleurs un succès assuré avec un casting adéquat. (L'auteure a étudié les techniques scénaristiques, une affaire à suivre !)
Un style simple, abordable et agréable, mais sans surprise.
Aussi, la longueur de certaines scènes, le manque d'action, même s'il profite à la description de lieux magnifiques et à l'ambiance du livre ralentit le rythme de lecture et lasse parfois. Et si la fin est très (trop?) prévisible, à aucun moment Laure Manel ne semble vouloir dérouter le lecteur. Au contraire, les indices sont allègrement semés sur le chemin de mots à parcourir, empreints de poésie et de délicatesse. le titre correspond d'ailleurs formidablement au récit.
Ce voyage littéraire au coeur de la Bretagne est parfait pour ceux qui veulent s'évader d'un quotidien morose et s'immerger dans un lieu où il fait bon vivre. Un endroit où la foi en l'être humain et les deuxièmes chances sont des règles et non des exceptions.
Le contexte équestre, s'il peut effrayer les lecteurs qui ne le connaissent pas, est parfaitement dosé. Laure Manel en fait un décor, un outil employé juste ce qu'il faut pour donner une douce originalité à l'intrigue, sans la noyer dans un style « Martine à cheval », que l'on retrouve bien trop dans la littérature équestre moderne. L'équidé est un instrument, un prétexte, qui en plus d'animer la relation entre Elsa et François, donnera envie aux lecteurs de s'approcher de l'animal et d'oser, enfin, caresser le museau de celui qu'il craint un peu. L'auteure rend la chose facile et l'air de rien, fait une belle publicité au milieu. D'autant que le haras est placé dans un décor de rêves, en bord de plage bretonne. Une région mise à l'honneur là aussi, d'une façon subtile et poétique qui ravira les connaisseurs.
« La délicatesse du homard » est un joli livre. Il se lit facilement, rapidement, dans les moments où l'on a juste envie de tendresse et de positivité. Un livre qui met un peu de douceur et de délicatesse dans un monde qui en manque cruellement.
Lien : https://www.book.beltanesecr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
EnjoyBooks
  27 août 2017
La délicatesse du homard de Laure Manel
(Genre : Contemporain).
Editions : Michel Lafon
Prix : 18,95€ (Partenariat)
Date de parution originale : 18 mai 2017
Résumé : François, directeur d'un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d'une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d'un rocher. Plutôt que d'appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l'inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle dit s'appeler Elsa mais refuse de répondre à ses questions. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l'autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s'apprivoisant s'apaise, leur carapace peine à se fendre… Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir ?
Mon avis : Succès de l'autoédition numérique, La délicatesse du homard a été repéré par les éditions Michel Lafon pour être édité en version papier. Bien que le titre soit le même, la couverture a été changée et je la trouve sublime. Tout en délicatesse, dans la mélancolie et la poésie… j'avais hâte de voir ce que ce livre avait dans le ventre. Surtout que l'auteur est française et qu'elle est adorable. Au final, j'ai beaucoup apprécié cette histoire malgré quelques défauts.
Laure Manel commence son récit avec François et sa découverte d'Elsa allongée près d'un rocher dans la forêt bretonne. le plus surprenant c'est qu'il ne décide pas d'appeler la police mais de la recueillir chez elle. C'est une réflexion qui pourrait paraître bizarre pour certain. Amener une étrangère dans sa propre maison sans vraiment savoir qui elle est pourrait inquiéter. Pourtant, il faut un début d'histoire et c'est à partir de là qu'on va se rendre compte des secrets qui pèsent sur Elsa. Surtout quand on sait qu'elle s'appelle en fait Axelle…
Les personnages sont intéressants à suivre. François est un homme célibataire que la vie n'a pas épargné. Il est gentil, un peu bourru et maladroit mais c'est ce qui fait son charme. Son amour pour les chevaux est très agréable à voir tout comme le fait de s'intéresser à Elsa. Je me suis beaucoup retrouvé en lui et dans sa façon de penser. C'est un personnage qu'on arrive bien à cerner et avec lequel on peut facilement s'identifier. J'ai eu un peu plus de mal avec Elsa au début. Peut-être à cause de tous ces secrets qu'elle garde au fond d'elle. On se demande si elle va un jour briser cette carapace pour se dévoiler… ne serait-ce qu'un peu. Et quand elle le fait, c'est à ce moment qu'on la trouve plus attachante. Laure Manel réussit le pari de créer une belle alchimie entre deux personnages secoués par la vie.
Les rythme de l'histoire est bon. L'auteur choisit d'alterner les points de vue entre Elsa et François afin de créer une belle dynamique. Je pense qu'il n'y a au final pas beaucoup de dialogue (la moitié du roman ou un peu moins), mais ça n'empêche pas à l'histoire d'être intéressante. On est content que les personnages réfléchissent et avancent. Les chapitres sont courts et les 350 pages se lisent très vite parce qu'on est plongé dans l'histoire. Peut-être aurait-il fallu qu'Elsa se livre un peu plus vite ? Mais si elle l'avait fait, peut-être aurait-on reproché à l'auteur un manque de crédibilité dans son récit ?
J'ai beaucoup aimé cette histoire contemporaine remplie de secrets. Si François cache des choses à Elsa pour se protéger. Cette dernière en fait autant mais avec des secrets encore plus grands. Son histoire est bien racontée, comme celle de François. On a envie d'être derrière eux, de voir que leur couple va fonctionner et qu'ils se libèrent. C'est une chose de repartir de zéro, ça en est une autre de pouvoir y arriver et d'accéder au bonheur. Parce que La délicatesse du homard c'est ça, une histoire avec deux personnages (et d'autres bien sûr) qui tentent de se relever l'un avec l'autre afin de prendre le risque d'être heureux. Et la présence des chevaux comme thérapie ne peut être qu'un plus pour ce récit.
L'écriture de Laure Manel est simple, sans fioritures et fluide. J'aurais aimé ressentir davantage de choses en lisant son histoire. Je ne dis pas être resté insensible (parce que je ne le suis pas moi-même). Cependant, il m'a manqué ce petit truc en plus qui me permet d'être en totale osmose avec les personnages. Par ailleurs, j'ai beaucoup apprécié la fin, que je trouve très belle et qui permet de repartir sur de bonnes bases. Au final, je ne peux que vous recommander cette histoire. Vous allez être curieux et apprécier Elsa et François. Deux êtres à la recherche d'eux-mêmes ainsi que du bonheur.
Ma note : 7,5/10.
Lien : http://enjoybooksaddict.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Valmyvoyou
  29 octobre 2017
François, directeur d'un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d'une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d'un rocher. Il la ramène chez lui pour la soigner. Cette jeune femme, Elsa, semble porter beaucoup de secrets et ne veut rien révéler de ce qu'elle fuit.
Ce livre est écrit à deux voix, celles d'Elsa et François. Ce sont deux êtres éprouvés par la vie qui se rencontrent.
Je me suis énormément identifiée aux personnages, et, de ce fait, je les ai beaucoup aimés. Elsa, qui paraît si froide au départ et qui, se révèle petit à petit, comme une femme qui se protège, qui fuit sa vie. François, un homme bon, qui fait comme il peut, avec les femmes, depuis l'épreuve qui a changé sa vie. Il m'a fait sourire par son côté, par moments, maladroit mais si attachant. Je voulais connaître leur passé et je souhaitais qu'ils puissent se reconstruire.
Le titre correspond tout à fait à cette histoire. Celle-ci est racontée de façon très délicate, les informations sont distillées tout doucement, avec sensibilité. Nous découvrons au fil des pages, les événements qui ont marqué chacun des personnages, mais, même les drames nous sont dits avec douceur. Et surtout, il y a beaucoup d'espoir dans « La délicatesse du homard », nous avons tous droit à un nouveau départ, une seconde chance.
L'écriture est très subtile, les mots sont très bien choisis. Comme dit la chanson : « C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup. », mais j'ai énormément aimé le soin accordé à la ponctuation, dans ce roman. Elle est toujours juste et c'est un élément que j'apprécie énormément.
C'est un livre à lire quand vous êtes d'humeur à vous laisser emporter délicatement. C'est une lecture apaisante, pleine de douceur.

Lien : https://www.facebook.com/Val..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
alapagedesuziealapagedesuzie   16 mai 2017
J’ai un cœur de rien du tout, qui ne sait que souffrir, et qui n’en peut plus. J’avance vers la plage. Il y a des rochers, mais pas de falaises, pas de quoi se jeter pour en finir vraiment. Je m’effondre sur le sable, et pleure comme la dernière des nulles. Je me sens au bord du même gouffre que celui de mes seize ans, dans la même fragilité indicible que celle qui a baigné mon adolescence. J’ai trente-deux ans maintenant, mais rien n’a changé, parce que tout s’est arrêté à ce moment-là et que, depuis, je n’ai jamais su vivre, je n’ai jamais su aimer, être aimée. Je me sens plongée dans un néant profond. Je ne suis rien… pour quiconque, et ce depuis toujours. Je ne compte pas. Je n’ai jamais compté, je n’étais pas assez, ou bien j’étais trop… mais jamais comme il l’aurait fallu. Jamais. Je suis au monde, mais je ne suis rien. J’existe, mais je ne vis rien. Et là, ici, dans cet univers reculé où j’ai choisi d’échouer, je suis, encore une fois, une moins que rien, celle qu’on ne retient pas, qui ne compte pas. Invisible, aussi inutile et transparente que l’écume foulée par les sabots d’un cheval.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   09 décembre 2016
Partir n’a pas été facile, car j’ai rencontré des gens et il s’est passé des choses là-bas qui m’ont aidée, qui m’ont laissé entrevoir le début d’un espoir de sortie de crise, voire de guérison... Mais ma place n’est pas là-bas, et le bonheur me fait peur. Les rares fois où je l’ai éprouvé dans ma vie, il m’a filé entre les doigts, comme pour me dire « tu n’y as pas droit ». J’ai dû être heureuse dans ma petite enfance, et encore... Après, de plus en plus, j’ai senti l’ombre du secret planer au-dessus de moi, jusqu’à en avoir la certitude, et provoquer la fin de l’insouciance, la fin de l’enfance, la fin de la famille que je croyais avoir. Et ce n’était que le début de la fin... après, il y a eu l’autre drame de ma vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alapagedesuziealapagedesuzie   16 mai 2017
Ce que je veux dire, c’est qu’à toujours réfléchir, se poser des questions, se torturer l’esprit, on n’avance pas, on n’entreprend rien. Il faut laisser un peu le risque entrer dans sa vie, ou saisir une chance au vol, c’est la même idée. Je crois foncièrement que la vie est mouvement et qu’il ne faut pas toujours chercher à figer, nommer, définir les choses... C’est un peu comme si tu étais sur une planche de surf et que tu trouvais la vague : il faut juste se laisser porter sans chercher à déterminer la destination, calculer le point d’arrivée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   09 décembre 2016
Entre nous, pas de baby clash, juste de douces émotions à foison. Nous sommes chaque jour plus complices, plus amoureux je crois. Nous nous comprenons d’un regard ou d’un effleurement. Il est parfois plus bavard en mots d’amour avec ses yeux, mais je sais... Il m’aime comme je suis, même quand je trébuche, même quand je m’assombris. Il me comprend et me soutient, et me désire autant et même plus qu’avant, et moi aussi. Il est ma canne, mon rocher, mon tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FLaureVerneuilFLaureVerneuil   06 juin 2017
Mon François, c'est un peu un homard … Un peu dur, un peu pinçant au premier abord. Mais derrière la carapace, il y a une délicatesse subtile et impromptue, goûteuse, qui ravit mon esprit.
…. les secondes s'égrènent et tombent dans le passé pour que le temps s'écoule calmement et passe, passe, passe … juste respirer.
… et on m'a pris mon enfance et mon adolescence.
Comme si le destin donnait à Elsa toutes les raisons de fuir à nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2688 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .