AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811207597
Éditeur : Milady (22/06/2012)

Note moyenne : 4.46/5 (sur 140 notes)
Résumé :
Le manoir Keyhouse se fait champ de bataille. Les enfants Locke découvrent toujours plus de clés magiques dissimulées dans leur ancienne demeure, attisant sans relâche la convoitise du sinistre Lucas Caravaggio. Et si la vie semble malgré tout continuer à Lovecraft, un fantôme du passé ne va pas tarder à réveiller de vieux souvenirs familiaux. Le mystère qui entoure leur père pourrait bien être enfin dévoilé. Si les forces démoniaques ne s'y opposent pas.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
Pavlik
  17 octobre 2014
Ce tome 4 de l'excellente série Locke and Key se démarque des précédents. Voilà qui me pose un problème. Pourquoi ? Parce que si les trois premiers méritaient sans sourciller les cinq étoiles synonyme de très, très bon (on ose quand même pas parler de perfection), voici que les innovations proposées ici n'altèrent en rien la qualité de la série. Bon sang mais c'est bien sur ! Il n'y a qu'à mettre cinq étoiles à ce tome également !
En effet, la dimension intimiste, développée jusque là à travers l'évocation des parcours des différents membres de la famille Locke, vu par le prisme de leurs réactions face au deuil de leur mari et père et au mystère qui se tapie dans leur gothique demeure, marque le pas. A cet égard, la quasi absence de la mère de ce tome est tout à fait révélatrice. de même, les tracas adolescents de Kinsey, bien que toujours présents, sont un peu mis de côté et se concentrent surtout sur sa relation avec Zack Wells (le méchant de l'histoire). Bref, ce qui ancre les Locke dans la réalité, et qui donne toute son originalité à ce récit fantastique (car du coup, pas que fantastique) est un peu en retrait, essentiellement l'aspect familiale. Joe Hill choisit donc de se concentrer sur la confrontation entre Zack et les Locke, notamment Tyler, dont l'enjeu est la possession de la clef oméga qui semble servir à ouvrir une espèce de bouche de l'enfer (les amateurs de Buffy apprécieront). Les mystères de la jeunesse de feu Rendell Locke restent également inexpliqués à ce jour, bien que toujours présents tels d'insaisissables fantômes. Seuls le démoniaque Zack en possède (sans jeu de mot) les clefs. La fin, bien que prévisible, marque une étape dans cet âpre combat (on a d'ailleurs jamais vu autant d'hémoglobine jusque là) et relance l'intrigue, tout en annonçant la dernière ligne droite.
Sur le plan formel aussi ce tome est dans la différenciation par rapport aux précédents. Chaque chapitre nous offre une grande inventivité au niveau de la narration et Joe Hill a visiblement recherché à les doter d'une véritable identité. Ainsi, le premier présente des compositions de planche toute en verticalité, dont quelques unes sont dessinées dans un style très cartoon (ce tome est dédié à Bill Watterson, le papa de Calvin et Hobbes) qui tranche avec le sang qui gicle d'entrée. Autres exemples : le chapitre trois qui se lit à la manière d'un calendrier, et évoque les événements d'un mois entier, accélérant le temps (un procédé très cinématographique), le chapitre quatre, qui se centre sur Rufus (un jeune "handicapé") et son imaginaire ou encore le cinquième et dernier chapitre, en deux parties, avec son déchaînement de violence, mâtiné de quelques scènes gores.
Encore une fois Joe Hill nous éblouit de son talent de scénariste. Même le dessin, avec lequel je n'accrochais pas trop au début, a su me convaincre, notamment par les décors ultra soignés (bon, j'ai toujours quelques réserves sur l'encrage des personnages). Pour moi, tout simplement le meilleur tome depuis le début.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
lyoko
  25 mai 2016
Ce tome 4 m'a déjà particulièrement surprise : tout d'abord par la couverture qui est blanche (avec un magnifique graphismes dessus). Je rappelle que les tomes précédents étaient noirs.
Ensuite le tout début de l'histoire a des graphismes complètements enfantins et ça surprend.. mais j'aime ça les surprises d'autant que le scénario est toujours de très haute qualité et plus on avance te plus on veut savoir.. et plus on veut aider la famille Locke et plus on s'enfonce dans l'histoire et plus on la vit...
En plus l'épilogue (qui est excellent) de ce tome est tout simplement une torture pour le lecteur qui n'a pas le suivant (comme moi !!) entre les mains.
Je pense que c'est série est tout simplement de très très haute qualité. Un incontournable pour moi
Commenter  J’apprécie          272
boudicca
  04 mars 2014
Depuis la mort de leur père et leur installation au manoir de Keyhouse, rien n'est plus pareil pour Ty, Kinsey et Bode qui n'ont pas tardé à découvrir quelques uns des nombreux secrets que recèle leur nouvelle demeure. Après trois premiers tomes excellents en tout point, la série « Locke & Key » poursuit sur sa lancée ! Si certains pans de l'intrigue générale se retrouvent un peu mis de côté ici , ce quatrième tome nous offre malgré tout son lot de surprises et de révélations, notamment en ce qui concerne la nature et les desseins du « grand méchant » de l'histoire. le dernier chapitre se fait particulièrement haletant, la tension atteignant son apogée jusqu'à aboutir à un final qui représentera une vraie torture pour tous les fans de la série. Les graphismes quant à eux sont toujours aussi évocateurs, et nous avons même le droit à un petit bonus sous forme d'hommage à Bill Watterson, auteur de la bande dessinée à succès « Calvin et Hobbes » relatant les aventures d'un petit garçon et de sa peluche. Un petit garçon qui n'est pas sans présenter quelques similitudes avec l'inventif petit Bode dont les apparitions dans le premier chapitre s'inspirent des dessins plus succincts et enfantins de Watterson.
Qui dit nouveau volume dit évidemment nouvelles clés et nouveaux pouvoirs : clé animale, clé de peau, boite à musique ensorcelante, philosophoscope..., de ce point de vue là, on peut dire que nous sommes servi ! Si le tome précédent misait davantage sur la psychologie des personnages (l'alcoolisme de la mère, le comportement de Kinsey une fois débarrassée de sa peur et de sa peine...), cet album-ci se concentre davantage sur l'action. L'étau se resserre autour de Ty, Bode et Kinsey à mesure que Zac entreprend de réveiller la magie du manoir afin de mettre la main sur la clé qui lui permettra de libérer une puissance plus dévastatrice encore. On assiste ainsi à une succession d'attaques essuyées par les trois Locke (plantes géantes, écureuils mutants et j'en passe...), autant de péripéties qui ne font l'objet que d'une case chacune, un choix intéressant mais frustrant pour le lecteur qui est évidemment tenté de suivre chacune des aventures vécues par les protagonistes. A ce propos, il est d'ailleurs très agréable de bénéficier en fin de volume de quelques extraits de journaux d'ancêtres de la famille Locke qui recensent toutes les clés découvertes jusqu'à présent et proposent de petites histoires alternatives fort sympathiques.
« Les clés du royaume » occupe de toute évidence une place un peu à part dans la série « Locke & Key », une distinction probablement liée à son statut de tome centrale (la série devant comporter six volumes au total). Joe Hill et Gabriel Rodriguez nous offrent en tout cas une histoire toujours aussi captivante, le tout sans ménager leurs pauvres lecteurs qui se retrouveront bien démunis une fois la dernière page tournée. Inutile de vous dire que vous avez intérêt à avoir le tome suivant à portée de main !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Presence
  30 décembre 2014
Ce tome est le quatrième de la série ; il contient les 6 épisodes de la minisérie publiée en 2011. Il faut impérativement avoir lu les 3 autres tomes avant, à savoir (1) Bienvenue à Lovecraft, (2) Casse Tête et (3) La couronne des ombres.
Bode Locke a du mal à se faire des amis dans sa classe. La maîtresse convoque sa mère pour en parler. Tyler continue à garder le secret sur l'endroit où il a caché la clef Omega. L'insouciance de Kinsey perdure. Zack Wells entretient des relations complexes et ambigües avec Kinsey et Tyler. Bode trouve et utilise la clef des animaux. Tyler et Kinsey se font attaquer par des loups dans l'étendue sauvage qui entoure le manoir. Erin Voss apparaît dans l'histoire (son nom figurait sur la paroi de la grotte sous-marine. Bode découvre une autre clef. L'équipe de Tyler perd un match de hockey sur glace. Jamal Saturday et Scot Kavanaugh continuent de fréquenter Kinsey. Rufus joue à la guerre avec Bode. Duncan Locke assiste à la reprise de conscience de Brian Rogan à l'hôpital. Dodge intensifie ses attaques pour récupérer la clef Omega.
Merveilleux ! Joe Hill et Gabriel Rodriguez n'ont pas perdu la main. Ils continuent de dévoiler de nouvelles clefs (6 dans ce tome), ainsi que quelques mystères du passé, petit à petit, tout en faisant évoluer les relations entre les protagonistes, et la personnalité de chacun. Chacun des 3 enfants de la famille Bode devient plus complexe, plus attachant, plus incarné. La modification de la personnalité effectuée sur Kinsey à sa demande dans le tome 2 continue de produire des moments exceptionnels d'émotion. Son caractère particulier permet à Joe Hill d'éviter les atermoiements émotionnels spécifiques à l'adolescence, pour des résolutions simples de situations chargées en affect. Il ne s'agit cependant pas d'un truc artificiel pour contourner l'obstacle narratif, ou pour faciliter le travail du scénariste. Hill prend au contraire toute la mesure de ces traits de caractère et les exploite de manière intelligente et sensible. le tout aboutit à un personnage à la séduction duquel il est impossible de résister.
Tyler Bode n'est pas en reste car Joe Hill le fait évoluer en douceur en prenant en compte les expériences vécues par Tyler dans les tomes précédents. C'est un grand plaisir de lecteur que de constater que Joe Hill sait où il va; qu'il a une fin de prévue pour cette série, et que les personnages évoluent au fil des épisodes, plutôt que de rester figés dans un statu quo tiède. Tyler commence à sortir de cette phase où il encaissait coup dur sur coup dur, pour prendre un peu de recul. Joe Hill montre un individu qui apprend à se connaître lui-même, sans tomber dans un flux introspectif, uniquement grâce aux dialogues rigoureux.
Il est hors de question d'oublier l'individu le plus sain de la famille : le jeune Bode Locke. Ce jeune enfant apprécie chaque occurrence merveilleuse comme elle vient, sans intellectualiser les choses. S'il subsiste bien des moments où son comportement ne semble pas complètement réaliste pour un enfant de son âge, Joe Hill réussit à décrire un jeune garçon avec une justesse impressionnante dans le monde des comics, et même de la bande dessinée. le premier épisode est exceptionnel : Bode a trouvé le moyen de se transformer en moineau et les auteurs racontent son vol à la manière de Bill Watterson pour Calvin et Hobbes.
Gabriel Rodriguez fait à nouveau des merveilles en rendant hommage au style de Bill Watterson sans le reproduire servilement. Il intègre parfaitement le sentiment d'innocence et de fraîcheur propre aux aventures de Calvin, tout en assurant une continuité graphique avec le monde réel de "Locke & Key". Ce premier épisode n'est d'ailleurs pas le seul dans lequel Hill et Rodriguez utilisent une approche différente, évitant de s'installer dans un ronron efficace, mais prévisible. le deuxième épisode s'attaque à la question du racisme ordinaire et passif, sans tomber dans le prêche primaire, à la fois grâce à l'utilisation d'une nouvelle clef, et aux illustrations qui évitent le piège d'insister lourdement sur ce qui est montré, qui évitent d'appuyer les effets dramatiques.
À nouveau, Gabriel Rodriguez impressionne par ses mises en page efficaces et inventives, par sa capacité à tout savoir dessiner, par son contrôle du dosage de l'intensité. Lorsqu'il dessine un loup, il le place à mi-chemin entre une vision naturaliste, et une vision de conte (avec l'empreinte discrète de la clef dans sa fourrure). Les 2 employés racistes de l'asile sont d'une vulgarité ordinaire bien dosée, avec une apparence distincte pour l'un comme pour l'autre, rendue plus particulière par un tatouage tribal bien placé. Dans le troisième épisode, le scénario de Joe Hill repose sur 28 courtes saynètes, une pour chaque jour du mois de février. Chaque utilisation de clef est synthétisée en une image au fort pouvoir onirique, un véritable enchantement visuel. Dans le quatrième épisode, il travaille en étroite collaboration avec Jay Fotos (le metteur en couleurs) pour donner une apparence sophistiquée à une apparition spectrale. Et l'affrontement d'escrime de l'épisode 5 reproduit exactement l'agilité surnaturelle de Zack Wells.
Avec ce tome, Joe Hill et Gabriel Rodriguez continuent de développer leurs personnages, tout en révélant quelques pièces supplémentaires du passé, et en faisant évoluer les relations complexes entre les uns et les autres. Les 3 enfants de la famille Locke continuent de gagner en richesse humaine, en personnalité et en pouvoir d'empathie. En prime, Hill et Rodriguez se paient le luxe d'utiliser des formes de narration différentes pour un résultat toujours parfait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
basileusa
  01 avril 2013

Un quatrième tome dans lequel l'action et le suspens vont crescendo jusqu'à ce final incroyable qui promet un cinquième palpitant !
On retrouve la violence des premiers tomes et beaucoup de personnages vont comprendre ce que le mot trahison veut dire. Il y en a qui ne sont pas ce qu'il semble être ! de nouvelles clés sont testées ,certaines amusantes ,fantastiques ,d'autres qui peuvent être mortelles. C'est tellement bien écrit qu'on a parfois l'impression de voir un film .
En découvrant le final ,on tremble pour la famille Locke qui avait réussi à retrouver un certain équilibre . Vivement le tome 5 ,ça va être dur d'attendre...
Commenter  J’apprécie          170

critiques presse (4)
Bedeo   22 avril 2013
Locke and Key ce n’est pas seulement un excellent scénario, c’est aussi un graphisme époustouflant. Un dessin à la précision extrême fait avec le plus grand soin. Des décors réalistes et intrigants qui reflètent au mieux l’atmosphère du manoir et de Lovecraft.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BoDoi   18 avril 2013
Locke & Key est une oeuvre hors du commun. Et qui peut séduire au-delà des accros aux comics, tous les amateurs d’expériences de lecture rares.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BulledEncre   18 avril 2013
Quel univers ! Entre horreur et fantastique, Joe Hill n’en finit pas de nous surprendre. Les clés se multiplient, offrant un visage de plus en plus effrayant à la demeure des Locke. Une histoire magistralement menée par Gabriel Rodriguez qui s’amuse à modifier de temps à autre son trait pour donner un double sens à la narration.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   10 avril 2013
À moins d’être totalement allergique au surnaturel, difficile de ne pas se retrouver accro à cette saga qui a tout pour devenir incontournable.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
PavlikPavlik   12 octobre 2014
-C'est la loi de la griffe et du croc. Ta seule raison d'être, c'est de servir d'en-cas pour caler les animaux supérieurs tels que moi entre deux repas. Voilà ce qui arrive quand la nature ne vous dote d'aucun moyen de défense. Admets-le : tu ne peux rien contre moi.
-Tu te trompes.
-Ah bon ? Et tu proposes quoi ?
-Des amis.
Commenter  J’apprécie          130
PavlikPavlik   29 septembre 2014
-Petit veinard.
-Tu crois ? Elle a un joli petit cul, mais on dirait qu'elle se traîne quelques sérieux problèmes.
-Ha ! Quelques ? Tu compte décrocher un diplôme d'euphémisme à la fac ?
Commenter  J’apprécie          150
okkaokka   17 septembre 2016
Herkules-Schlüssel

13. Juli 1942

Die Hälfte der 8. Armee und ein schier endloser Haufen SS-Männer warteten da auf mich ! Ich schleuderte Eric gegen die Mauer und hörte, wie seine Rippen brachen, als wäre jemand auf ein Bündel Zweige gesprungen . Ich muss zugeben, das hörte sich wie Musik in meinen Ohren an !
Mit der anderen Hand schlug ich nach der Soldaten, und sie flogen wie Streichhölzer durch die luft. Der Herkules-Schlüssel setzte all die Kraft in mir frei, die ich als verdammter Krüppel nie gehabt hatte. Aber der Sturmbannführer wusster, wie er mich fertigmachen konnte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
VanceVance   19 mai 2013
Comme tout jeune mâle qui se respecte, l'afflux de testostérone dans mes veines me pousse à brutaliser gratuitement d'innocentes créatures. Voilà quelque chose que tu ne connaîtras jamais, pitoyable moineau - la joie sauvage de tenir à sa merci un animal isolé, vulnérable et parfaitement idiot.
Commenter  J’apprécie          60
VanceVance   19 mai 2013
Les enterrements de profs devraient ressembler à ceux des flics, vous croyez pas ? Quelque chose comme la salve d'honneur, mais version enseignant. Ils pourraient distribuer un QCM pendant l'office, que tout le monde remplirait au stylo rouge, un genre d'interro sur la vie du défunt.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Joe Hill (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joe Hill
S'il suffisait de tourner une clé pour se retrouver à l'autre bout du monde ? Se transformer en animal ? Voir ce qu'on a dans la tête ? Ouvrir un passage vers un monde maléfique ?
Dans Locke&Key, on a tout un panel de clés magiques, aux pouvoirs plus fous les unes que les autres. Mais ce n'est pas une source d'amusement...
autres livres classés : cléVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..