AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Corinne Atlan (Traducteur)
ISBN : 2877309398
Éditeur : Editions Philippe Picquier (27/04/2007)

Note moyenne : 3/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Longtemps, je suis resté immobile, tapi dans un coin de ma chambre. Le moindre mouvement m'était affreusement désagréable... Mon dos rond, " dur comme une carapace ", me faisait un mal de chien chaque fois que je bougeais. C'est sans doute grâce à cette douleur que je me suis rendu compte des changements qui se produisaient en moi et de leur rapide progression. Un homme, reclus dans sa chambre, s'identifie au héros de La métamorphose de Kafka. Coupé du reste du mond... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Maryene
  17 août 2015
Un roman intéressant et émouvant.
Un jeune employé japonais, fatigué de vivre à travers les "rôles" et l'apparence que lui impose la société, décide de devenir un "Hikikomori" ; c'est-à-dire qu'il plaque tout d'un seul coup, s'enferme dans sa chambre, refuse tout contact avec l'extérieur, et ne se lave plus. Il ne survit que grâce à la nourriture que sa mère lui pose devant la porte, et il ne sort (en cachette) que pour aller aux toilettes.
Désillusionné par la vie en général (école, études, travail etc..) et les différentes expériences qu'il a connues, (et qui ne lui ont rien apporté), il est en quête de lui-même, et de la dernière métamorphose qui lui permettrait d'être enfin QUELQU'UN, QUELQU'UN DE RECONNU.
S'inspirant de "La métamorphose" de Kafka, ce jeune homme profite de son isolement pour se livrer à une rétrospective de sa vie, à une grande introspection, à une analyse de la société japonaise (que je connais très peu) dans laquelle il étouffe et il souffre de se sentir aussi insignifiant et inutile. Sauf erreur de ma part, le nom de ce jeune homme n'est pas cité une seule fois.
Le livre est écrit à la première personne du singulier, ce qui nous implique encore plus dans l'histoire et nous oblige à nous sentir concernés. On est obligatoirement touchés par toutes les réflexions que le personnage se fait, car à un moment ou à un autre, on a tous vécu certaines situations qu'il décrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
kuroineko
  17 novembre 2012
Créant un parallèle avec "La Métamorphose" de Kafka, Hirano Keiichiro met en lumière les réflexions d'un "hikikomori". Ces personnes refusent de sortir de leur maison (la chambre du personnage ici).
C'est cet aspect qui m'a particulièrement intéressée dans ce roman. le narrateur refuse de voir quiconque mais se crée un avatar sur les forums littéraires sur Internet. Grâce à cela, il répand sa bile sur les écrivains les plus populaires et leurs fans. le jeune homme est rempli de rancoeur, de haine des autres et de soi.
Il cherche en vain son véritable moi qui, selon lui, doit être extraordinaire. Il oscille entre ego surdimensionné et désespoir le plus noir.
Avec ce roman, Hirano Keiichirô dresse le portrait d'une jeunesse désabusée. Il dénonce également le caractère uniformisant de la société japonaise. La différence n'est pas appréciée, voire réprimée (cf. le proverbe japoanis "le clou qui dépasse appelle le marteau"). D'où des jeunes en rupture avec la société, qui largue les amarres et s'isolent complètement. Ce phénomène des hikikomori prend une ampleur inquiétante au Japon, quoique toujours tabou (comme l'ijime - persécutions en milieu scolaire ou professionnel).
Je conseille de lire ce livre en ayant un bon moral, sous peine de se retrouver entraîné par le malaise profond du narrateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
klagg36
  21 avril 2012
Idée intéressante que de faire d'un livre, la Métamorphose de Kafka en l'occurrence, le fil rouge d'un autre livre. Intérêt aussi d'une narration par la victime de sa propre métamorphose et de sa quête permanente de sens. Pour cela, "La dernière métamorphose" se lit.
En revanche, le livre manque de rythme et quelle idée d'imprimer en gras et systématiquement les mots « cancrelats », « métamorphose », « être qui n'était rien », « rôle », « véritable moi », etc. ! Ca en devient pénible et ajoute à la lassitude qui s'installe peu à peu.
Enfin, quel dommage que l'idée qui s'impose au narrateur dans les dernières pages n'ait pas été développée plus longuement ! Là, l'auteur avait de quoi captiver le lecteur!
Commenter  J’apprécie          20
samaudruz
  16 septembre 2017
Il n'y avait pas une option "abandonné" avant? Je ne la trouve pas. Mais oui, je l'ai abandonné. Car il ne fallait pas plus de dix pages pour voir ce que l'auteur voulait dire en comparant un hikikomori à la métamorphose. Ensuite, c'est juste de la longueur. de la redondance. Écrit sous la forme d'un journal en ligne où l'auteur se disperse et diverge, comme il l'admet lui-même, le récit devient vite lassant et tombe rapidement dans la platitude. Réflexions pseudo-philosophiques, intellectualisme de chambre fermée... l'auteur pique la curiosité par son projet mais ne sait pas l'intéresser plus de quelques pages.
Commenter  J’apprécie          10
lehibook
  27 mai 2019
C'est le journal d'un « Hikikomori » ,ces jeunes japonais qui refusent de sortir de leur chambre , victimes d'une totale répulsion des codes sociaux et familiaux . Celui-ci a pris pour modèle le Gregor Samsa de « La métamorphose « de Kafka . Texte intéressant mais un peu étouffant ,on se perd peu à peu dans le dédale de son ego … et parfois on s'y retrouve aussi…Hélas !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
art-bsurdeart-bsurde   02 mars 2015
Autrement dit, chaque être humain dissimulerait, à l'intérieur de la coquille de son rôle, sa véritable forme - celle d'un énorme cancrelat. Il suffit d'enlever la coquille, et chacun apparait sous une forme monstrueuse à faire frémir. Les êtres humains vivent avec ce vague pressentiment. Parce que chacun, une fois seul dans sa chambre, est à même de découvrir dans le miroir sa propre apparence cauchemardesque.
Nous souhaitons tous trouver un jour un ultime refuge dans une apparence extérieure aussi belle qu'un rêve. D'ici là nous nous résignons à accepter n’importe quel rôle. Exactement comme les cellules encore indifférenciées d'un lézard auquel on a arraché les pattes, mon véritable moi, c'est étrange, est une sorte de potentialité qui peut encore se métamorphoser en n'importe quoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
EmniaEmnia   09 octobre 2014
Autrement dit, chaque être humain dissimulerait, à l'intérieur de la coquille de son rôle, sa véritable forme - celle d'un énorme cancrelat. Il suffit d'enlever la coquille, et chacun apparaît sous une forme monstrueuse à faire frémir. Les êtres humains vivent avec ce vague pressentiment. Parce que chacun, une fois seul dans sa chambre, est à même de découvrir dans le miroir sa propre apparence cauchemardesque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
racooninanracooninan   06 juillet 2014
La splendeur héroïque des métiers que je rêvais d'exercer un jour était d'autant plus risible que je me contentais de les imaginer. Car je ne fis jamais d'efforts acharnés pour y parvenir. J'avais juste l'impression que je deviendrais un jour l'un de ces personnages comme par l'effet d'une métamorphose. Ensuite, mon exaltation se calma petit à petit, laissant place à la pesante inertie du renoncement, et je commençai à ricaner haineusement de mes désirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EmniaEmnia   11 octobre 2014
C'était comme si je me débarrassais sur le Net de ce véritable moi qui ne servait à rien, pour pouvoir maintenir mon rôle à l'extérieur. La Toile débordait de ce genre de mots. C'était une décharge à ordures solitaire, où s'empilaient des montagnes de cadavres de communication avortée.
Commenter  J’apprécie          70
EmniaEmnia   11 octobre 2014
Ah, le désir et l'angoisse qu'éprouve ma génération pour cette guerre latente ! Une guerre mondiale qui ne s'achèverait pas, même au bout de mille ans ! Les missiles imaginaires qui rasent notre ciel ne peuvent-ils nous rendre "solidaires" que par le cauchemar désespéré que nous partageons : l'instant où ils s'écraseront au sol ? Ou serons-nous simplement "solidaires" dans nos chimères, par désespoir de ne pas voir arriver ce moment ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
autres livres classés : hikikomoriVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
392 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre