AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330128500
Éditeur : Actes Sud (01/11/2019)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Une star de la télé-réalité est retrouvée morte dans une école abandonnée, le crâne perforé par un pistolet d'abattage. L'homme est attaché à une chaise dans un coin de la salle de classe avec un bonnet d'âne sur la tête, et un test de plusieurs pages agrafé sur son dos. A en juger par le nombre d'erreurs, la victime a raté le test le plus important de sa vie. Ce meurtre n'est en fait que le premier d'une série dont les cibles sont toujours des personnalités des méd... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  20 octobre 2020
Beaucoup de suspens, un scénario de film avec un tueur en série impitoyable, sur fond de popularité médiatique.

Un jeune retrouvé mort. Dans une école, un bonnet d'âne sur la tête, un papier dans son dos comportant une série de questions indiquant un très faible score. Il est recalé, il sera donc éliminé par le tueur.

Qui est ce jeune homme ? Pourquoi s'en prendre à lui ? C'est une vedette de la télé-réalité et le tueur s'insurge contre la glorification de la médiocrité intellectuelle qu'on trouve dans ces émissions et dans la société en général. Contre ces jeunes deviennent des vedettes fortunées en étalant leur nullité, alors que des scientifiques brillants ne sont connus et appréciés que de leurs collègues…

C'est bien de savoir le motif du crime, mais encore faut-il débusquer le tueur et éviter qu'il ne fasse d'autres victimes. C'est le travail de l'équipe de la criminelle et la trame du polar. Mais le talent des auteurs donne aussi vie aux membres de la brigade où chacun a sa personnalité et ses propres difficultés, des amours, des histoires de famille et des démons intérieurs.

La critique de la société médiatique est intéressante, car ce n'est pas qu'en Suède que sévissent les télé-réalités. J'avoue ne pas les regarder, mais un journaliste notait dernièrement qu'une participante avouait candidement ne jamais avoir lu de livre. Et un jeune homme de manifester son approbation par un rot sonore…

Mais je sens aussi le besoin de rappeler que la télé, ce n'est pas que ça. C'est aussi combien de bons documentaires, d'excellents reportages qui ouvrent sur le monde. Et même dans le créneau divertissement, des téléséries de qualité ça existe… et ce n'est pas pour rien que « Des chiffres et des lettres » ou « Questions pour un champion » survivent au passage du temps.

Il en va de même avec Internet. Si j'ai la curiosité d'utiliser Google ou Wikipédia pour chercher une information, c'est déjà que je m'intéresse au monde. Si le polar que je lis se déroule quelque part en Suède, je peux me demander combien d'habitants dans cette ville, la réponse me vient immédiatement sur le net. Autrefois, j'aurais peut-être pu chercher dans un atlas à la bibliothèque, mais j'aurais probablement abandonné vu la complexité de la chose. Je ne crois pas donc qu'Internet diminue toujours la culture générale. Là où le net est pervers, c'est dans les réseaux sociaux, lorsque ceux-ci sont utilisés non pas pour les contacts entre amis, mais comme source d'informations et d'analyses politiques, où des énoncés d'opinions, répétés et répétés, prennent des allures de vérité, comme ci parce que c'est écrit, ça doit être vrai…

Ceci dit, au risque d'être aussi recalée, ce n'est que mon humble opinion…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
LePamplemousse
  31 décembre 2019
Et si on pouvait tuer tous les candidats de télé-réalité qui ont le quotient intellectuel d'une moule ?
C'est un peu ce que fait le tueur dans ce roman policier.
Il leur donne une chance puisqu'il leur fait passer un test de culture générale avant, bon, il est vrai qu'en les droguant, cela ne facilite pas la chose, mais de toute façon, ils l'ont bien mérité, non ?
On retrouve les personnages qu'on a déjà rencontré dans les quatre tomes précédents avec un immense plaisir, une belle brochette de policiers avec des vies personnelles assez difficiles.
Ils ont tous bien morflé ces derniers temps et j'ai été ravie de faire à nouveau un bout de chemin avec eux, même ceux qui sont déplaisants, car dans cette série, certains personnages principaux sont vraiment des têtes à claques et c'est rien de le dire.
J'ai dévoré ce volume et j'attends le suivant avec impatience car la vie de certains personnages risque de prendre un sacré virage.
Commenter  J’apprécie          340
Stewartjef
  02 décembre 2019
Suite directe des précédents.
Mêmes personnages, mêmes obsessions.
Ha la Suède,
pays ouvert sur le monde,
sur le sexe,
sur le web,
et sur les téléréalités.
Bref, ouvert à l'imbécilité.
Mais peu importe ce qui guette les imbéciles,
M. Bergman et son équipe d'échangistes est là pour les sauver !
Ce n'est pas mauvais, mais comme je ne me souviens pas de grand chose, sauf du dernier chapitre (!), je n'aurai malheureusement pas le choix que de lire la suite.
Commenter  J’apprécie          255
Holon
  21 novembre 2019
Recalé du duo suédois Hjorthl & Rosenfeldt fait partie de la série Dark Secrets. Depuis quelque années ces auteurs ne cessent de me surprendre et cette dernière histoire risque de ne pas passer inaperçu par les amoureux des polars nordiques. Un meurtrier s'attaque à des participants de téléréalité, il laisse la chance à sa victime de répondre à un test de 60 questions et pour avoir la vie sauve répondre correctement à 20 questions sinon la victime est recalée. Ici dans ce récit on parle du nivellement par le bas, de l'école Suédoise moins performante qu'autrefois, de l'insignifiance des bloggeurs et de la téléréalité qui font montre d'une superficialité facile et contagieuse. Un Breivik de la culture et du bon gout veut montrer la voie à suivre. Une super de bonne histoire et je sens que cette saga tire à sa fin et pourtant j'en veut encore. Bravo
Commenter  J’apprécie          181
Crazynath
  27 novembre 2019
Il y a un peu plus de quatre années, je découvrais le premier tome de la série terriblement addictive Dark Secrets grâce à une opération Masse Critique de Babelio.
Depuis, je guette régulièrement l'annonce des nouvelles sorties de cette série qui en compte actuellement cinq traduits en français. Les auteurs ont laissé entendre qu'il y en aura huit et le sixième tome est déjà traduit en Allemagne et en Espagne.
Des meurtres sont perpétrés par un mystérieux tueur qui se baptise Caton. Ses victimes sont toutes issues de la téléréalité. A travers ses meurtres, il veut interpeller la population suédoise au sujet de la surmédiatisation de certaines personnes à travers les jeux de téléréalité ou les blogs. Caton fait le lien avec la baisse de culture générale et le manque de connaissance de ses victimes (et de la population en général) qui sont soumis à un test élaboré par lui-même …. C'est parce qu'ils échouent à ce test qu'il les tue…
L'enquête va se révéler fort compliquée car Caton est un personnage très intelligent et machiavélique. C'est un adversaire auquel Sebastian Bergman va avoir envie de se frotter, sans qu'il réalise qu'il le sous-estime peut-être.
La lecture se fait comme pour les autres tomes de Dark Secrets : rapide, car le style est fluide et le suspense haletant. Cette écriture à quatre mains continue à faire de moi une fan inconditionnelle de cette série.
J'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir les personnages récurrents créés par Michael Hjorth et Hans Rosenfeldt. En effet, même si le personnage principal est sans contexte Sébastian Bergman, l'équipe de policiers menée par Torkel est vraiment attachante. de plus, les questionnements laissés en suspens à la fin du tome précédent trouvent enfin des réponses ,ou si ce n'est pas le cas, génèrent d'autres questions … Comme par exemple la situation particulière de Billy …
Comme pour les tomes précédents, la fin se termine à la manière de certaines séries télévisées et laissent le lecteur en proie à des affres terribles puisqu'il n' a qu'une envie : connaitre la suite au vue du suspens…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (1)
LeSoir   03 février 2020
Michael Hjorth et Hans Rosenfeld écrivent à quatre mains des polars suédois bien dans l'air du temps. «Recalé» s'attaque à la glorification de la bêtise humaine.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   20 octobre 2020
Chaque jour, nos chaînes de télé nous instillent que la superficialité, l’ignorance et la pure idiotie sont les qualités qui mènent le plus sûrement au succès en ces temps nouveaux.

(Actes Sud, p.38)
Commenter  J’apprécie          101
oceanedeepaoceanedeepa   27 novembre 2019
Pourquoi la pure idiotie se voit-elle encensée dans votre journal ? Quand a-t-il été décidé que la bêtise sans fard devait être mise en avant et présentée non seulement comme une norme, mais en outre comme quelque chose de désirable et d'enviable ? Pourquoi donner tant d'espace à des personnes qui ne savent même pas en quelle année a éclaté la Seconde Guerre mondiale, qui n'ont pas les plus élémentaires connaissances en mathématiques et qui ne parviennent qu'exceptionnellement dans leurs paroles à produire une phrase complète ? Des personnes dont le seul talent est de se présenter la bouche en cul-de-poule sur leurs fameux selfies et dont le seul mérite est de s'être ridiculisées publiquement en ayant des rapports sexuels dans l'une de ces émissions de téléréalité qui submergent soir après soir nos chaînes de télévision ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mimo26mimo26   14 novembre 2019
Peu à peu, toute sa vie s’était craquelée. Une enquête sur des malversations financières avait conduit à l’incarcération de Valdemar. Dès le début, elle l’avait supposé innocent, victime de circonstances malheureuses. Il s’agissait malgré tout de son père. Mais il avait avoué. Son monde avait vacillé.
Elle ne savait pas alors qu’elle n’avait aperçu que le sommet de l’iceberg.
Le véritable gouffre s’était ouvert quand elle avait appris que Valdemar n’était pas son père biologique. Cette révélation l’avait presque mise KO. Fébrilement, elle avait tenté de naviguer à vue dans sa nouvelle existence et de chercher la vérité. Elle avait mis Anna au pied du mur, mais n’aurait
jamais imaginé sa capacité à dissimuler.
Anna lui avait inventé un père.
Mort.
Un nouveau mensonge.
Vanja pouvait comprendre pourquoi elle ne lui avait pas dit la vérité au sujet de Valdemar. Comprendre et peut-être même apprécier. Pour tout ce qui comptait, il avait été son père, toute sa vie. Le meilleur papa qu’elle puisse imaginer. Pourquoi le lui retirer ? Pourquoi détruire inutilement leur relation ?
Mais maintenant ? Maintenant qu’elle savait qui il était, ou plutôt qui il n’était pas. Pourquoi continuer à mentir ? Pourquoi lui refuser la vérité, maintenant ? Impossible à expliquer, défendre ou comprendre. Résultat : un froid glacial entre eux. Un permafrost émotionnel que Vanja n’éprouvait
pas le besoin de tenter de dégeler.
Ce n’était pas elle qui avait menti.
Elle était innocente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26mimo26   14 novembre 2019
Avec une forte décharge d’adrénaline, il décida alors de réussir. De montrer à ce salaud. Il tenta d’écouter, tenta de penser. Putain, il fallait qu’il soit reçu.
Dans quel État américain la ville de Chicago est-elle située ?
Quel est le symbole chimique du phosphore ?
Qui a été roi de Suède après Oscar Ier ?
Question après question, toujours la même voix calme, grave. Bordel, Mirre n’avait pas une seule réponse…
“Dernière question : À quelle famille d’animaux appartient le glouton ?”
Clic.
Quelle famille ? Quoi, quelle famille ? Mirre savait comment glouton se disait en anglais. Wolverine. Il avait vu tous les films de Marvel. Mais la famille ?
“Veux-tu que je répète la question ?
— Non.”
Silence. Le faible et rapide tic-tac. Clic.
“Là, le temps est écoulé. Voyons voir…”
Mirre soupira, le front appuyé contre la table. Bordel, jamais il n’aurait vingt bonnes réponses. Il n’avait même pas répondu à autant de questions.
Il entendit l’homme se lever de l’autre côté de la table. Mirre souleva lentement la tête, le suivant à l’oreille. Il avait l’air de s’approcher. Soudain, Mirre sentit quelque chose de froid et de métallique contre son front.
“Tu es recalé”, dit l’homme qui en effet ne s’appelait pas Sven Caton. Mirre n’eut même pas le temps de reculer la tête avant que le pistolet d’abattage ne projette sa petite cheville, lui perforant aussitôt l’os du front et le cerveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26mimo26   14 novembre 2019
Il s’était redressé en position assise, et il lui avait fallu quelques secondes pour comprendre qu’il ne voyait rien.
Quand il avait essayé d’ôter ce qu’il avait sur les yeux, il avait découvert qu’il ne pouvait bouger les mains que de quelques centimètres. Un tintement métallique chaque fois qu’il essayait.
Des chaînes. Des menottes.
Il s’était mis à crier et à tirer sur ses liens, mais s’était tu en reconnaissant la voix.
“Personne ne peut t’entendre, et tu ne peux pas te détacher.”
Nouveaux cris. Putain, qu’est-ce qui se passait ? Bordel, qu’est-ce qu’il fabriquait ? Menaces et suppliques, alternativement. Surtout des menaces.
“Calme-toi. Tu peux être sorti d’ici dans une demi-heure.
Pourvu que tu sois reçu, bien sûr.
— Quoi, reçu ? avait demandé Mirre. Reçu à quoi ?”
Soixante questions.
Trente secondes de réflexion pour chacune.
Un tiers de réponses correctes.
“Et sinon ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Michael Hjorth (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Hjorth
Hans Rosenfeldt est un scénariste et romancier suédois. À partir de 2011, il publie, en collaboration avec Michael Hjorth, une série littéraire centrée sur les enquêtes du profileur et psychologue de la police suédoise Sebastian Bergman. Quel est le lieu idéal pour commettre un meurtre ? Pour se débarrasser d'un corps? Pour rencontrer un complice? Pour confesser ses crimes? Pour lire un polar? Pour repartir à zero? Pour voir sans être vu? Pour résoudre une énigme? Pour écrire un polar? Découvrez les reponses de Hans Rosenfeldt
autres livres classés : télé réalitéVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1958 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..