AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253181200
416 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (04/03/2020)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 86 notes)
Résumé :
La détective Charlie Lager est contrainte par ses supérieurs de retourner à Gullspång, la petite ville où elle s'était juré de ne jamais remettre les pieds pour enquêter sur la disparition d'une jeune fille de 17 ans, Annabelle que la police locale n'a pu retrouver. Alors que ses recherches progressent, Charlie est confrontée à un passé traumatisant, vieux de 20 ans. La jeune femme, que sa brillante ascension dans la police suédoise a conduite à résoudre des enquête... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  18 mars 2020
Excellente surprise que ce premier roman suédois au point de départ pourtant très convenu : la disparition d'une jeune fille de 17 ans. A-t-elle fugué ? s'est-elle suicidé ? A-t-elle été assassinée ?
Je me suis régalée. L'auteure a réussi à transcender cette banalité en parvenant à insuffler sa touche personnelle. Et cela fonctionne très bien.
Tout d'abord, il y a le cadre très loin de la Suède stéréotypée. Direction Gullspång, une petite ville frappée par la crise économique depuis la fermeture de la fonderie : pauvreté, magasins fermées, jeunesse désoeuvrée, les stigmates sont bien là. La description très réaliste de cette micro-société en marge de la prospérité suédoise apporte beaucoup, comme un huis clos morose qui influe sur la population.
C'est dans cet arrière-plan très intéressant qu'évolue un personnage principal passionnant bien que peu aimable : l'inspectrice de la brigade criminelle Charlie Lager. Elle occupe tout l'espace. Rugueuse, solitaire, alcoolique, en colère, une femme libre à la fois forte et fragile qui assume une vie sentimentale dissolue. Sa carapace dure comme l'acier va petit à petit se fendre … car Charlie a vécu jusqu'à ses quatorze ans à Gullspång avant de fuir pour se reconstruire après un drame dont on découvre la teneur à dose homéopathique. Rapidement, le polar se double d'une quête identitaire qui l'amènera peut-être jusqu'à la résilience, la vraie, pas celle de la carapace. Les souvenirs ressurgissent, le déni s'efface, dix-neuf ans après.
Surtout, la construction du récit est très réussie. le talent de l'auteure s'exprime tout particulèrement dans sa maitrise des trois arcs narratifs qu'elle déploie : «  ce jour-là » qui met en scène la dernière journée d'Annabelle avant sa disparition, le temps de l'enquête qui occupe le plus de chapitres, et « avant » très mystérieux avec deux jeunes filles qui n'apparaissent pas dans les deux autres récits … Bien évidemment, ces trois arcs narratifs vont s'enchâsser en éclairant le passé de Charlie.
Tout sonne juste dans ce polar complexe mais fluide, admirablement construit qui fouille la psychologie des personnages de façon très approfondie. J'ai pensé ( toute proportion gardée, le fantastique en moins ) à la génialissime série de David Lynch, Twin Peaks, Annabelle comme une nouvelle Laura Palmer ... et des secrets terribles jadis enfouis qui ressurgissent.
Lu dans le cadre de la sélection mars du Prix des Lecteurs Livre de Poche 2020, catégorie policier / thriller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          826
Jeanfrancoislemoine
  23 février 2019
Avant toute chose , j'adresse un grand merci à Babelio et aux éditions Marabout pour l'envoi de ce très beau roman dans le cadre d'une masse critique privilégiée , oui , vraiment ,un très beau cadeau .
Je ne saurais dire pourquoi , ce livre , il m'a séduit dès que je l'ai eu entre les mains . Une trés belle couverture ( à mon avis ) , mystérieuse , de nature à attiser la curiosité ...Un coup de foudre , quoi , un véritable coup de foudre à partager , ce qui , vous l'avouerez est déjà exceptionnel , oui , quand on a un coup de foudre , on a plutôt envie de se le garder jalousement...
Bon . le cadre de l'action , c'est un " bled perdu " en Suède. Un de ces villages comme il en existe du reste dans nos campagnes , un village où tout le monde se connait , s'observe , s'épie , se critique , s'éreinte , se protège aussi . le centre des débats ? Ici , le bistro , là-bas , le pub .L'avenir ? L'usine de bois , seule activité , passage obligatoire pour qui veut survivre . La jeunesse ? Alcool , sexe , drogue , soirées-défonce ... C'est au cours d'une de ces soirées de débauche que disparaît la jeune et belle Annabelle....
Deux filcs de Stockholm , Charlie et Anders sont envoyés sur place pour épauler la brigade locale.
Dès ce moment , le malaise s'installe car Charlie a passé toute son enfance dans ce village de Gullspang et pensait en avoir terminé avec une page douloureuse de sa vie , pensait ne jamais revenir dans un lieu dont elle n'a gardé que de bien mauvais souvenirs ......
Le récit va s'articuler autour de la disparition d'Annabelle , de l'enquête et , surtout , de la vie passée de Charlie . Cette organisation va soumettre le lecteur à un feu nourri , un feu incessant , un feu addictif tant il va s'avérer passionnant .L'intérêt du début , la disparition d'une ado , va aller crescendo , impliquant la population , faisant resurgir des vieux démons qu'on croyait disparus à jamais .
L'auteur est enseignante en psychologie et elle met ses connaissances au service d'un récit complexe mais parfaitement maîtrisé , au service d'un premier roman de haut niveau et déjà plein de promesses.
Pour moi , c'est un très bon roman dont j'ai débuté la lecture hier soir tard .
Dès mon retour de promenade , j'ai repris ma lecture et l'ai terminée ce soir , sans reprendre mon souffle , transporté, pris par l'histoire comme un oiseau dans la glu , pressé aussi de vous le conseiller , de partager avec vous ce coup de foudre....
Et oui , encore désolé , amis et amies babeliotes . La Tour de Pise va pencher davantage , la PAL s'élever , " gourmande", comme le lierre sur un tronc , certains vont changer d'appartement , d'autres faire un emprunt ,mais ce livre , il va vous séduire, il vous tend les bras....bref , il vous le faut..
Et pour les âmes sensibles , pas de crime , pas de sang , pas un coup de feu...si,si . Bon , après , ce ne sont pas les "Bisounours" non plus, non , c'est subtil , dur mais subtil , fin , intelligent , vous dis-je....
Allez , le vol 646 FB 4589 pour Stockholm est en bout de piste...En courant un peu , vous ne pouvez pas le rater . Bon voyage et attention , je vous l'ai dit ,Gullspang , c'est un bled et ...on boit . Pensez à prendre un bon bouquin , " Annabelle " , tiens ,ça , ça serait un bon choix....
J'ai oublié les étoiles , allez ,5 c'est le maxi...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          727
kielosa
  23 février 2019

Je remercie tout d'abord Babelio et la maison d'édition Hachette (Marabout) pour l'aimable envoi de "Annabelle" dans le cadre d'une opération masse critique.
Dans la petite ville de Gullspång, dans la Suède profonde à 300 kilomètres à l'ouest de la capitale de Stockholm, la jeune Annabelle Roos, 17 ans, disparaît.
Au bout de 4 jours de recherches infructueuses, il est fait appel à la Section opérationnelle de la police nationale, plus particulièrement aux inspecteurs Anders Bratt et Charlie Lager, qui sont envoyés sur place.
L'inspectrice Charlie ou Charline Lager est, malgré ses nombreux défauts - elle est "une parodie de flic", seule à 33 ans, "socialement inapte et portée sur la bouteille ... et claustrophobe" - une création de l'auteure à laquelle le lecteur s'attachera très vite.
Car elle est spontanée, intelligente, à 17 ans elle était déjà à l'université faire une licence de psychologie avant d'entrer, à 20 ans, à l'école de police. Souvent elle a des considérations et des propos qui, quoique contrariant, font rigoler doucement. Elle est efficace et appréciée en haut lieu, ce qui parmi ses collègues, tous mâles, résulte en une hostilité plus ou moins ouverte. Avec Anders, en revanche, elle s'entend bien puisqu'il possède 3 qualités qu'elle apprécie par-dessus tout : "le coeur, l'humour, la lucidité". En plus, il aime sa femme Maria et a envers sa coéquipière des rapports corrects, ce qui n'est pas le cas de tout le monde au Q.G. de la police.
Probablement que Charlie est expédiée à Gullspång, parce qu'elle est originaire de cette ville, qu'elle a quittée il y a 19 ans, lorsqu'elle en avait 14, avec la ferme intention de ne jamais plus y mettre les pieds. Une grand-mère alcoolique et prostituée à ses heures, une mère, Betty, alcoolique et parfois carrément folle, un père inconnu, qui a disparu, et un ami de sa mère, Mattias, alcoolique et taré, ne sont pas exactement des arguments qui vous procurent une grande nostalgie.
La conception du livre est assez particulière dans la mesure où 3 récits s'alternent : le récit de l'enquête de la disparition mystérieuse d'Annabelle par la police ; l'énoncé des événements s'étant produit le jour, le soir et la nuit de cette disparition et troisièmement une sombre histoire dramatique, intitulée simplement "Avant" entre 2 gamines, Alice et Rosa, et un garçonnet de 2 ans, John-John. Bien que le premier récit soit, avec ses 55 relativement brefs chapitres le plus important, il est évident que les 3 sont liés et amènent le lecteur, après bien des péripéties, au dénouement final.
Une intelligente façon de Lina Bengtsdotter de captiver l'attention du lecteur.
Il serait totalement incongru de vouloir résumer une enquête policière, bien entendu, mais l'auteure ne se limite nullement à une ordinaire enquête policière. Elle décrit le désespoir surtout des jeunes dans un coin isolé où il ne se passe rien et les chances d'un avenir radieux sont pratiquement inexistantes. Comme Bengtsdotter le note elle-même à la page 303 "un monde où les adolescents devaient s'assommer à coups de drogues pour supporter tout ça".

Et l'auteure, Lina Bengtsdotter, connaît assurément bien Gullspång, l'endroit le plus pauvre du pays, puisqu'elle y est née en 1977, y a vécu avant d'entreprendre des études linguistiques et des cours de psychologie à l'université de Stockholm, de se marier, de vivre au Royaume-Uni et en Italie et d'écrire.
Son second thriller "For the Missing", avec sa charmante inspectrice Charlie Lager, sortira en Anglais en juin prochain.
Selon la petite bande publicitaire de l'éditeur français, il y aurait "plus de 100 000 lecteurs conquis" par "Annabelle". Je crois que l'auteure et l'éditeur peuvent rajouter un autre lecteur tout à fait conquis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
Bazart
  02 mai 2019
La détective Charlie Lager est contrainte par ses supérieurs de retourner à Gullspång, la petite ville où elle s'était juré de ne jamais remettre les pieds pour enquêter sur la disparition d'une jeune fille de 17 ans, Annabelle que la police locale n'a pu retrouver.
Alors que ses recherches progressent, Charlie est confrontée à un passé traumatisant, vieux de 20 ans.
La jeune femme, que sa brillante ascension dans la police suédoise a conduite à résoudre des enquêtes particulièrement complexes, se retrouve démunie et vulnérable face aux démons de sa propre enfance ; car Charlie aussi a de sombres secrets.
Meilleure vente de premier roman 2017 en Suède, Annabelle a été récompensé par le Crimetime Specsavers Awards, vendu à 90 000 exemplaires dans son pays, et cédé dans 19 pays, Annabelle fut un des événements du dernier quais du polar lyonnais.
L'auteur sait assurément de quoi elle parle puisqu'elle a vécu à Gullspång, petite bourgade d'à peine mille âmes, un des endroits les plus pauvres du pays qu'elle décrit formidablement bien, une cité désoeuvrée, où les jeunes connaissent le désarroi, le désespoir, alcool et drogue.
L' héroïne, inspectrice Charlie Lager qui revient dans sa ville natale 20 ans après l'avoir quitté, fait pas mal penser à celle de " sur ma peau " de Gilyan Flynn.
Elle doit faire face à ses propres démons, tout en menant son enquête, et ce retour aux sources charrie avec elle son lot d'événements enfouis et presque oubliés.
On aime le côté « borderline » du personnage, à la vie particulièrement chaotique, qui apporte du crédit et de l'intensité au récit; un récit sombre, où la souffrance psychologique est par ailleurs porté par une plume fluide et prenante .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Ogrimoire
  24 mars 2020
C'est un polar, mais pas que. Ou pas du tout un polar, bien que des policiers soient impliqués. En fait, c'est surtout le personnage de Charline Lager, qui se fait appeler Charlie, qui sert de colonne vertébrale à l'histoire.
Le reste… eh bien le « reste » reste accessoire. L'intrigue avance doucement, mais essentiellement autour de Charlie. Ce qui nous intéresse, ce sont les états d'âme de Charlie. Ce qui tient le livre, en réalité, ce n'est pas de savoir ce qui est arrivé à Annabelle, même si, naturellement, nous avons envie de savoir, mais le véritable fond de tout cela, c'est « qui est Charlie ? » (ce qui nous change un peu ds plus classiques « où est Charlie ? » et « Je suis Charlie »).
Mais il est probable que l'auteure suédoise ne soit pas au fait de ce possible quiproquo. Alors revenons au livre.
C'est sombre, c'est même à la limite du glauque, jusqu'à se vautrer réellement dedans. Les jeunes suédoises qui se mettent à boire et à coucher pour un peu de drogue vers 13 ans, les soirées arrosées qui se terminent en viol, la domination par l'argent et le pouvoir, l'alcoolisme rampant qui mène à tous les drames… on est loin de ce que nous vendent nos hommes politiques lorsqu'ils promeuvent la flexisécurité…
Le choc est frontal. Une société rurale qui est à peine accessible à ceux qui arrivent de Stockholm ; pouvoir, sexe, alcool, drogue, comme dans une société médiévale, le tout à la marge d'une société moderne. Et, surnageant comme elle le peut dans ce magma assez innommable, Charlie. Pour laquelle, du coup, on se prend d'intérêt, malgré ses défauts, son alcoolisme incontrôlé, ses accès de dénigrement. Comment pourrait-elle fait autrement ?
Alors, certes, on se dit dès le départ qu'il va falloir qu'elle affronte la réalité, et, notamment, celle de Gullspäng. Mais est-ce si certain que cela ?
Ce livre est un roman policier dans la forme, mais il se déguise en tellement d'autres choses… du coup, probablement, tout le monde devrait pouvoir y trouver quelque chose à picorer. Et, de ce fait, il devient bien plus qu'un simple polar…
Lien : https://ogrimoire.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
JeanfrancoislemoineJeanfrancoislemoine   22 février 2019
Pourquoi lis-tu autant , ma chérie ?
Charlie répondait qu'elle lisait parce que ça lui plaisait . Point barre. Elle ne s'aventurait jamais à décrire la sensation que lui donnait la lecture , celle de pénétrer d'autres mondes , de se dépouiller de sa réalité , de devenir quelqu'un d'autre , ailleurs . ( p155 )
Commenter  J’apprécie          260
Marylou26Marylou26   29 décembre 2019
Elle jeta un coup d’œil aux habitués. Leurs avant-bras étaient salement égratignés.
- C’est l’usine de contreplaqué. La plupart des gens d’ici y travaillent. - Sans protections ?
- Si. Mais il y fait une chaleur d’enfer en été. Ils se blessent en réceptionnant les planches.
- Je croyais qu’il y avait des machines pour ça.
- Sûrement. Mais elles sont peut-être plus chères que les bras humains.
Anders regarda de nouveau vers le comptoir.
- Jamais je ne... Je veux dire, se taillader les bras comme ça en travaillant à l’usine...
- Tout le monde n’a pas les mêmes possibilités.
- Peut-être. Mais on a toujours le choix.
- Ça, c’est ce que disent les gens qui ont eu de la chance au départ.
- Mais quand même, on peut toujours...
- Non, le coupa Charlie. Ça, c’est vraiment des conneries. (p. 102)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
OgrimoireOgrimoire   24 mars 2020
Elle allait prendre contact avec les services sociaux, pensa-t-elle en reprenant le chemin du motel. Elle allait prendre contact avec les services sociaux pour Sara. Mais ça ne changerait sans doute pas grand-chose. S’ils travaillaient encore comme à l’époque où elle-même aurait eu besoin d’eux, ça ne ferait pas vraiment de différence. Tout est quand même resté à peu près pareil, songea Charlie. Le temps a passé, mais rien n’a changé, au fond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
BazartBazart   02 mai 2019
Annabelle s'était juré qu'elle ne l’appellerait plus jamais. Et pourtant, la voilà, incroyable mais vrai, planquée derrière le gymnase en train de fumer une cigarette tout en composant de sa main libre son putain de numéro. Il répondit à la première sonnerie.
Commenter  J’apprécie          170
Marylou26Marylou26   29 décembre 2019
- C’est ennuyeux, non ? La plupart des gens que je connais croient au destin sous une forme ou sous une autre.
- C’est parce qu’ils n’arrivent pas à dissocier destin et hasard. Et qu’ils nourrissent en plus un tas d’illusions.
- La plupart des gens veulent que ce qui leur arrive ait un sens, je suppose.
- Oui. C’est bien pour ça qu’ils croient au destin. (p. 28)
Commenter  J’apprécie          50

Video de Lina Bengtsdotter (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lina Bengtsdotter
Découvrez la révélation du polar scandinave.
En quittant Gullspång à l'âge de 14 ans, Charlie Lager s'était juré de ne plus jamais y retourner. Mais cette petite ville perdue au coeur de la Suède, où chômage et alcool ont peu à peu érodé tout espoir d'un avenir meilleur, est aujourd'hui sous le feu des projecteurs. Annabelle, 17 ans, a disparu au cours d'une fête à laquelle elle avait pourtant interdiction de participer. Cela fait quatre jours qu'elle n'a plus donné signe de vie.
Devenue inspectrice à la brigade criminelle de Stockholm, Charlie est envoyée sur place pour enquêter. Fugue, enlèvement, suicide, meutre ? Toutes les hypothèses sont permises. Toutefois une chose est sûre : pour retrouver Annabelle, Charlie devra combattre ses vieux démons et déterrer ce qu'elle avait mis tant d'années à enfouir au plus profond d'elle-même.
Roman traduit du suédois par Anna Gibson
L'auteure, Lina Bengtsdotter est invitée à Quai du Polar du 29 au 31 mars 2019 à Lyon
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Lina Bengtsdotter (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Annabelle" de Lina Bengtsdotter.

Quelle est la couleur de la robe d'Annabelle le jour de sa disparition ?

verte
bleue
jaune

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Annabelle de Lina BengtsdotterCréer un quiz sur ce livre

.. ..