AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782849530597
50 pages
La Boîte à Bulles (05/06/2008)
3.42/5   18 notes
Résumé :
En 1757, au coeur de Paris, Charles-Henri Sanson est effondré : exécuteur des hautes œuvres de son état, il ne se remet pas du cauchemar qu’il a vécu la veille, lors de l’interminable supplice du malheureux Damiens, auteur d’une éraflure sur la personne du Roi, et condamné pour régicide. Car c’est devant une foule compacte que le jeune Sanson fait montre de son inexpérience et de ses multiples maladresses: le feu de soufre ne prend pas, son oncle intoxiqué par la fu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Sejy
  28 août 2012
Petit traité d'humanisme à la française. Voilà un sous-titre qui ne manque pas d'ironie ! Mais au-delà du délicieux cynisme engendré par l'acception usuelle de l'humanisme et sa résonance philanthropique, c'est plus dans sa conception philosophique qu'il faudra rechercher la véritable dimension de l'album. Ici, c'est l'être humain, avec ses ambiguïtés intemporelles, qui est au coeur de tous les questionnements.
Derrière le déguisement d'un témoignage historique, l'album de Simon Hureau nous dévoile les dessous affriolants d'une chronique sociale drolatique et amère. Autour du supplice de Damiens, il déploie les trajectoires de multiples personnages à travers une chorale de points de vue subjectifs ou de tableaux plus prosaïques. Dans une atmosphère festive, quand la majorité se délecte de ce « spectacle populaire », les paillards, inspirés, s'abandonnent à la débauche, quelques opportunistes profitent de la distraction générale pour commettre d'ignobles larcins, et d'autres philosophes débattent de la qualité du divertissement ou épiloguent sur les droits fondamentaux de l'Homme. Un striptease (au propre comme au figuré) baroque, de la bourgeoisie jusqu'au bas peuple, l'exhibition de moeurs comme autant de majestueux doigts d'honneur à la moralité.
La violence et la cruauté sont bien là. Tant dans les scènes très explicites que dans les sous-entendus intellectuels. Mais le ton se veut léger et décalé. Une narration enlevée, très spirituelle, qui comblera autant les extrémistes de la véracité historique que les adeptes de fraîcheur, et un graphisme enjoué aux courbes subtiles et élégantes sont les diversions qui repoussent allégrement notre seuil de tolérance à l'horreur. Et si cela fait du bien aux yeux, ça picote aussi la conscience...
... et c'est vachement bien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cvd64
  29 février 2020
les aventures et mésaventures d'un régicide et de son bourreau; histoire narrée par un collectionneur quelque peu sardonique qui revient sur les faits de mise à mort après être passé à la question de Damiens, le régicide et de Charles-Henri Sanson son exécuteur très malhabile ( doit s'y reprendre à plusieurs fois et dont il en fera des cauchemars )et malchanceux (car doit remplacer le bourreau officiel) ; avec la populace en fond de tableau qui pour les uns adhèrent aux pratiques tandis que les autres voudraient un traitement plus humain dont entre autre un certain Guillotin.
humour noir garanti, âmes sensibles s'abstenir.
Commenter  J’apprécie          80
trust_me
  19 avril 2015
« Hautes oeuvres » est le récit (et véridique !) du calvaire subi par Robert-François Damiens, accusé de tentative de meurtre sur Louis XV et torturé devant des milliers de parisiens sur la place de Grève.
En 1757, le régicide était considéré comme le crime suprême (le crime de lèse-majesté). Pour Damiens, cet attentat raté à l'arme blanche (le roi n'eut qu'une simple éraflure) se solda par la plus impitoyable des condamnations : main brûlée ; bras, cuisses et poitrine découpés à la tenaille ; huile bouillante ; pois et plomb fondu versé sur les plaies avant un démembrement à l'aide de chevaux et, cerise sur le gâteau, le bûcher. le tout devant un public nombreux, fasciné ou horrifié par le spectacle.
C'est le bourreau, Charles-Henri Sanson, qui revient par le menu sur l'interminable supplice du condamné. Exécuteur des hautes oeuvres maladroit et inexpérimenté, il a dû faire face à de nombreux soucis « techniques », finissant cette éprouvante journée sous les quolibets de la foule. Hureau n'épargne au lecteur aucun détail et certains passages sont peu ragoutants, mais au-delà de l'atrocité, il rend bien compte de l'atmosphère particulière de l'époque, du sentiment de révolte et d'injustice grondant dans les rangs du peuple au libertinage d'une noblesse décadente.
Le récit, très documenté, s'avère passionnant et montre à quel point le siècle des lumières aura, malgré sa volonté affichée de modernité, gardé des pratiques relevant de la barbarie et de l'obscurantisme le plus abominables. Pas pour rien d'ailleurs que l'album a pour sous-titre plein d'ironie, « Petit traité d'humanisme à la française ». Autre ironie, et non des moindres, le même Charles-Henri Sanson deviendra quelques années plus tard le véritable régicide officiel, celui-là même qui guillotinera Louis XVI et Marie-Antoinette. Édifiant je vous dis !


Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Erik_
  19 novembre 2020
Ce petit traité d'humanisme à la française nous montre les bienfaits de la société parisienne du XVIII ème siècle. Depuis Ravaillac en 1610, jamais individu n'avait osé attenter à la personne sacrée du Roi. En 1757, alors que Louis XV sort du Château, un homme se précipite et lui porte un coup au flanc. Il s'appelle Robert-François Damiens. Il va subir les conséquences de cette tentative de régicide car Louis XV s'en tirera avec quelques égratignures.
On ne saura rien sur les motivations de cet homme ce qui aurait mérité un développement. Non, on va plutôt vivre une lente agonie liée à son supplice sur la place publique. Il sera écartelé et brûlé car il s'est rendu coupable du crime suprême : celui de lèse-majesté. La journée sera rude. Une foule immense assiste à ce spectacle, les balcons des maisons de la place de Grève sont loués jusqu'à 100 livres. Alors que des femmes du grand monde croient se faire bien voir du roi en trouvant plaisant le spectacle, la foule gronde car les exécuteurs, horrifiés, n'ont réussi leur oeuvre qu'au bout de soixante reprises !
Cela nous montre également les méthodes de l'ancien régime. Celles du nouveau régime ne seront guère meilleures...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
outofzebra
  09 octobre 2013
Les BD de Simon Hureau («Le Massacre», «Crève Saucisse») se démarquent de la pléthore d'albums publiés grâce à leurs thèmes originaux et un style de dessin peu commun (proche cependant du style de Plantu, en moins mollasson) ; une «différence» qui n'est pas forcément gage de succès commercial, à l'ère du marketing et de la culture de masse.
La Boîte à Bulles vient de rééditer «Hautes Oeuvres», dont le scénario se déploie de façon presque circulaire autour de l'exécution du célèbre François-Robert Damiens (1715-1757), auteur d'une tentative de régicide contre la personne de Louis XV.
La BD de S. Hureau souligne la dimension de spectacle dionysiaque des exécutions en place publique, dont la violence érotique magnétisait le public autant que n'importe quel carnaval ou défilé militaire. «Hautes Oeuvres» vaut pour ce rappel de la bestialité sociale, que les idéologies totalitaires du XIXe siècle se sont efforcé d'occulter derrière leurs utopies progressistes; l'idéologie libérale, notamment, en propageant l'idée de «liberté sexuelle» de la manière la plus sournoise; ou le nazisme à travers la théorie de l'amélioration biologique de la race humaine. Ce type de rappel est préférable aux cris d'orfraie hypocrites consécutifs à la violence conjugale de tel chanteur populaire, ou aux débordements libidineux de tel politicien ambitieux.
Du moins dans la littérature du marquis de Sade, évoqué dans cette BD, l'apologie du viol et de la torture est-elle franche, et non larvée et insidieuse comme dans certains types de divertissements modernes, ou comme la violence des riches dominants (de nature érotique également). On pense également à Nietzsche, dont l'incitation réactionnaire à un retour à la domination des faibles par les forts a le mérite d'être posée clairement, permettant à celui qui n'adhère à ce régime de castes de s'y opposer plus facilement qu'à une violence bourgeoise plus souterraine. (...)
(Critique complète dans le webzine Zébra)
Lien : http://fanzine.hautetfort.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (3)
ActuaBD   07 janvier 2014
Simon Hureau ne se contente pas de narrer les mésaventures tragi-comiques de ce préposé aux tenailles et à l’écartèlement. Il raconte tout autant la ville et ses voyeurs avides de sang qui s’excitent et frissonnent d’effroi comme on va au cirque.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BulledEncre   13 décembre 2013
Un auteur goguenard qui verse avec aisance dans l’humour noir, le sadisme et s’amuse avec les aspects les plus sombres de la nature humaine. Un album jubilatoire et subversif pour lequel il ne risque heureusement plus l’anathème.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Bedeo   10 octobre 2013
A la fois drôle et violent, Le Musée insolite de Limul Goma T1 est un album à lire absolument dans lequel l’auteur fait le pari de la subtilité pour décrire ce qui ne l’est pas : une version décalée de l’Ancien régime et de ses horreurs données en spectacle au bon peuple. Un récit historique maîtrisé et captivant malgré le calvaire sans fin, à la limite du tragi-comique, que cette BD nous donne à voir.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
cvd64cvd64   29 février 2020
Complètement cramée la vioque !
Fuyez-le ! Il vous tuera !!!
Cependant j'aime autant vous avertir tant qu'il est encore temps pour vous de l'imiter: Je… Je suis Sanson, l'exécuteur des hautes œuvres de Paris….
Fort bien mais…. J'ai la conscience tranquille …. Je pense que vous n'aurez pas envie de me pendre?
Commenter  J’apprécie          10
cvd64cvd64   29 février 2020
Les articulations avaient craqué mais ça tenait toujours ! Un cauchemar, je te dis ! Ce Damiens avait décidé de me tourmenter jusqu'au bout !...
Eh bien?
J'ai dû aller faire demander au juge, à l'hôtel de ville, la permission d'emporter les gros nerfs à coup de tranchoir...
Commenter  J’apprécie          10
beklfbeklf   23 octobre 2016
- Hé braves gens ! Une thune et j'y lis dans la paluche !
- Hé, voyons... J'aimerais savoir si je vais passer une bonne nuit...
- Oooh, Quelle destinée radieuse ! Quel avenir prospère ! ... Crégueux ! Quelle fin atroce !!
- Bon, cessez d'effrayer mademoiselle et à mon tour !
- A ! Du sang ! Du sang ! Des centaines de têtes ! Des milliers de têtes coupées ! A ! le Roi ! La Reine ! Assassin !! Régicide !!
- Non mais dites !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Erik_Erik_   19 novembre 2020
L'humanisme, ce n'est pas dire : "Ce que j'ai fait, aucun animal ne l'aurait fait", c'est dire : "Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête".
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Simon Hureau (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simon Hureau
Pierre Gay et le dessinateur Titwane étaient les invités de l'émission "ça se passe ici" sur France 3 Pays de la Loire le 28 mars 2022 à 18h30. Pierre Gay co-scénariste et Titwane l'un des dessinateur du Docu-BD "Des Animaux et des Hommes" répond au question du journaliste Emmanuel Faure
Plus d'informations sur : https://www.petitapetit.fr/produit/des-animaux-et-des-hommes/
Merci aux équipes de France 3 télévision ainsi qu'au Bioparc de Doué La Fontaine.
Découvrez, au sein de ce véritable carnet de voyage, 18 projets de conservations animales soutenus par le Bioparc en bande dessinée. 18 façons de protéger des animaux… et des hommes !
Scénariste : Gaet's et Pierre Gay Couverture : Frank Pé Dessinateur.trice.s : A. Dan, Genevieve Marot, Simon Hureau, Titwane, Joël Alessandra, Olivier Martin
Contact presse : ilona@petitapetit.fr
#Francetélévision #France3 #normandie #BD #interview #reportage #docuBD
+ Lire la suite
autres livres classés : lumièresVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4359 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre