AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782957529902
108 pages
Auto édition (01/11/2020)
4.55/5   146 notes
Résumé :
« Le féminisme n’a jamais tué personne ». Cette phrase est brandie depuis des décennies par le discours féministe majoritaire. Comme si les féministes cherchaient à rassurer un patriarcat pétri d’angoisse, ou à appuyer l’idée – déjà bien répandue – qu’une femme ne peut pas faire peur, qu’une femme ne peut pas être dangereuse. Mais est-il vrai que le féminisme n’a jamais tué personne ? Elles s’appellent Maria, Noura, Judith, Diana, Christabel. Elles ont fait usage de... >Voir plus
Que lire après La terreur féministe : Petit éloge du féminisme extrémisteVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,55

sur 146 notes
5
13 avis
4
1 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Irene – prononcer « Iréné » – raconte l'histoire de femmes contraintes de faire usage de la violence pour se défendre, pour survivre, pour résister au patriarcat. Aux reproches faits aux féministes d'être « trop agressives », « trop extrémistes », elle répond que « face a un système qui maltraite et peut aller jusqu'à tuer les femmes, riposter avec violence est vital, légitime et nécessaire ».
(...)
En conclusion, Irene explique qu'elle ne se bat pas pour être « égale aux hommes » mais pour détruire l'oppression : « Mon but n'est pas d'octroyer aux femmes la possibilité d'opprimer autant que les hommes blancs. En temps que féministe, je ne me bats pas pour donner du pouvoir aux femmes, mais bien pour détruire le pouvoir. » Avec ce manifeste extrêmement accessible (et convainquant) grâce aux nombreux exemples qui l'illustrent, Irene nourrit un débat trop souvent évité et pose les bonnes questions.

Article complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          302
"Le féminisme n'a jamais tué personne", puisque les femmes sont des créatures douces, fragiles, innocentes...
Non, loin de ces considérations patriarcales et misogynes dans lesquelles les sociétés voudraient cantonner les femmes, cet essai militant s'intéresse aux formes de violence de femmes. Les femmes sont des victimes, oui. Victimes de violences conjugales et de féminicides, de mutilations génitales, de rapports forcés, de mariages forcés. Et parfois, certaines sont à bout et se défendent.
Mais l'autrice explique bien qu'il s'agit toujours de réponses, le féminisme est défensif face au patriarcat qui lui attaque. C'est donc le portrait de femmes qui luttent de façon violente, y compris meurtrière, pour leurs droits, leurs corps, leur sexualité, leur dignité... Dans le passé, dans le présent, en Occident ou ailleurs, qu'il y ait des arguments religieux, sociaux, culturels, législatifs...Diane est leur figure tutélaire, la chasseresse qui s'en prend aux hommes qui venaient la déranger elle et ses compagnes.
La lecture est intense, avec des portraits parfois difficiles de femmes ayant vécu l'horreur. Une jeune somalienne mariée et violée de force, une femme provoquée par le violeur de sa fille, une Mexicaine mutilée et torturée par des policiers... Mais c'est peut-être le portrait de la grand-mère de l'autrice, pauvre, peu éduquée, n'ayant pas accès aux discours politiques et militants, qui m'a le plus interpellé. Car elle a souffert tous les jours de sa vie des manifestations d'une société patriarcale, n'ayant comme moyens de défense que sa parole.
Un texte qui fait réfléchir sur l'usage de la violence légitime, la façon de lutter pour ses convictions, sur l'importance de la médiatisation aussi - pour une femme battue qui a tué son mari graciée exceptionnellement suite à une mobilisation politique et médiatique, combien d'autres restent en prison ? Il n'y a pas de réponse toute faite, l'autrice donne son avis mais en nous permettant de nous faire le nôtre. Et malgré les souffrances présentées et endurées par les femmes présentées, je veux retenir d'elles leur courage, leur force, leur détermination. de ce choeur antique formé par tous ces portraits, surgit l'idée plus optimiste que c'est la sororité qui permettra de changer les choses. Et si je n'adhère pas à tout ce qui est exposé, c'est cette conclusion plus positive que je vais garder en fermant l'ouvrage.
Commenter  J’apprécie          100
La terreur féministe, vous en avez certainement entendu parler, vous savez, ces femmes « hystériques » qui manifestent pour la PMA pour toutes?
C'est cela qui fait peur aux hommes? Et si les féministes faisaient VRAIMENT peur? Et si la peur de perdre leurs parties génitales était la seule solution pour que les hommes cessent d'agresser les femmes?
On entend à tout va que non, le féminisme n'est pas violent, qu'il n'a jamais tué personne (au contraire du machisme), qu'il s'agit d'un mouvement pacifique. Pourquoi? Car la société renvoi une image de la femme douce, inoffensive et j'en passe. Mais qu'en est-il en réalité? Selon Iréné, nier la violence des femmes c'est passer sous silence leur combat, leur histoire. Au travers de différentes histoires, en France et ailleurs dans le monde, elle nous prouve que les femmes peuvent être violentes dès lors qu'elles n'ont plus le choix. Pour se défendre lorsque personne ne les défend, encore moins les Etats. Ne faisant en aucun cas l'apologie de la violence, l'auteure ne nie pas pour autant la violence des femmes! Non les féministes ne sont pas qu'un groupe de nana munies de pancartes à paillettes! Oui nous pouvons être autant violentes que les hommes! Oui on peut se faire entendre! Sans pour autant que ce soit une obligation, tout en connaissant les conséquences.
Ce petit livre est une pépite! Je l'ai lu d'une traite, un vrai régal! Je l'ai terminé avec l'envie folle de révolutionner nos vies, de ne plus se laisser faire, JAMAIS.
Commenter  J’apprécie          122
Voilà un livre qui devrait être dans toutes les bibliothèques des féministes en herbe et même de toutes les femmes et jeunes filles !
J'avais peur en abordant ce livre que ce ne soit qu'un manifeste qui encense la violence et engage à commettre des exactions.
Que nenni ! !
Irene nous dévoile son féminisme au travers d'histoires de femmes et de réalité historique.
Oui c'est violent ! Mais la violence est partout dans ce monde patriarcale où la femme est reléguée au rang de moins que rien. Et nous, les femmes, réagissons à cette violence par la violence ! Mais pas pour le plaisir de frapper, humilier, se sentir pleine de pouvoir.
La violence pour seule défense...
La violence pour ne plus subir...
La violence pour sauver sa vie...
Telle Valérie Bacot qui, après des années de sévices, a dû se libérer seule, car notre pays, pourtant loin d'être régi par des religieux ou des dictateurs, est incapable de mettre ces femmes à l'abri de leurs bourreaux...
Commenter  J’apprécie          120
Un essai brûlant qui se lit d'une traite.
Il y a beaucoup de violence à l'intérieur de ces pages. Celle du patriarcat d'abord. Et puis celle de la riposte, de la survie d'abord, de la contre-attaque ensuite.

Partant d'un slogan très présent - "le féminisme n'a jamais tué personne" - Irene (prononcez "Iréné") s'interroge sur la question de la violence dans le féminisme, au travers du portrait et du parcours de nombreuses femmes, par delà les époques et les frontières.

Irene aborde en premier lieu la question de la représentation de la violence féminine. Partant d'Artemisia Gentileschi et arrivant à l'héroïne des romans Millenium, Lisbeth Salander. Avant d'enchaîner sur des cas réels de violence. Pour survivre. Ces portraits, Ita, Ana, Maria del Carmen et Noura, dépeignent des femmes violentées qui dise non. Qui dise non et qui joigne le geste à la parole.

Irene montre ensuite que ce slogan en introduction est historiquement faux et pointe du doigt qu'on ne peut pas lutter contre l'invisibilisation des femmes dans l'histoire et dans le même temps invisibiliser des femmes des luttes féministes !
Viennent donc des pages sur les suffragettes, d'Angleterre, le groupe Rote Zora, d'Allemagne de l'Ouest, et Diana la vengeresse, de Ciudad Juarez.
Le tout en citant les ouvrages de Peter Gelderloos puis d'Elsa Dorlin.

Le propos est clair et sans concession. Limpide. La logique est imparable. Toutes les violences ne peuvent être mises sur le même pied. La grammaire du système patriarcal est la violence. S'adresser à lui, nécessite donc qu'au moins l'on se pose la question.
En oubliant jamais que c'est le pouvoir qui décide des contours de la violence.

Irene ne lance pas un appel à la violence. Elle regrette la nécessité de celle-ci. Elle se refuse à condamner celle qui y ont recours dans ce cadre.
Irene refuse résolument que la violence féminine soit masquée. Elle existe. A existé. Et, malheureusement, existera. Nécessairement.

Il y a plein de réflexions pleines de bon sens dans ce livre. Une vitalité entraînante dans le ton. Des punchlines qui ne gâchent rien.
Le tout derrière une magnifique couverture qui en fait un bel objet. Que voulez-vous de plus ?
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
C'est le récit d'une histoire banale, comme il en existe des millions dans le monde. Une histoire reproduite à l'infini, avec différents noms et différents visages, mais toujours la même fin. Une histoire qui ne heurte même plus. Car ce qui rend le patriarcat puissant, ce qui fait sa domination toute puissante, c'est qu'il est ordinaire. La violence faite aux femmes est banale, car constante, car quotidienne.
Commenter  J’apprécie          40
J’aime ce terme d’autodéfense car il résume parfaitement la réalité : le féminisme est une riposte, une réponse pour se défendre de la misogynie. La violence féministe est une violence défensive et non pas oppressive.
Commenter  J’apprécie          60
Les paillettes, ça se balaye ; les murs, ça se repeint ; les choses, ça se répare. Alors que la vie et l’intégrité de nos corps ne se réparent pas…
Commenter  J’apprécie          80
Il y a une fâcheuse tendance, encore aujourd'hui, à reporter la faute de la misogynie sur "la société". Or "la société" ainsi évoquée représente une entité invisible et dépolitisée. Mais l'oppression des femmes n'est ni imaginaire ni invisible, il faut donc admettre que les sujets oppresseurs ne le sont pas non plus."
Commenter  J’apprécie          30
En tant que féministe, je ne me bats pas pour donner du pouvoir aux femmes, mais bien pour détruire le pouvoir. Alors non, le féminisme n'est pas la lutte pour que les femmes soient égales aux hommes cisgenres, car nous ne souhaitons pas être incluses dans leur monde, nous voulons le détruire pour en créer un autre.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Irene (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Irene
Irene (La terreur féministe) : "Parlons plutôt de la peur que les femmes et les minorités ressentent depuis toujours et presque tous les jours"
autres livres classés : féminismeVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Irene (1) Voir plus

Lecteurs (387) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
827 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..