AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2377420044
Éditeur : Poulpe Fictions (17/08/2017)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Dans un pays lointain, les poules, les renards et les vipères habitent côte à côte, chacun dans leur territoire. A la fois proies et prédateurs les uns des autres, ils vivent dans une paix fragile grâce au Pacte d'Aileforte. Mais lorsque la guerre menace, Albin découvre un terrible secret et l'équilibre du pays entier repose tout à coup sur ses ailes.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Charliebbtl
  26 juin 2019
Une plongée dans le royaume des poules
Premier tome d'une trilogie tournant autour des 3 personnages principaux de la saga (Albin le poussin, Célis le vipereau et Zora le renardeau), cet opus repose principalement sur le personnage d'Albin.
Nous voilà donc plongés dans un monde constitué par trois territoires (les Poules, Les Renards, les Vipères) régis par les lois naturelles et donc susceptibles de se faire la guerre à tout moment. C'est, en tout cas, ce que l'on rappelle constamment au peuple gallinacé et Mlle Kiglousse, l'institutrice, la première. Albin, le poussin, se pose pourtant une question essentielle même si jugée incongrue par ses camarades : ne serait-il pas plus simple de faire la paix avec les deux autres territoires ? Alors que ses congénères s'indignent de cette possibilité, Albin va découvrir, tout au long du roman, que cette « guerre perpétuelle » n'est aucunement le fruit du hasard et que ce que l'on revendique comme « naturel » arrange surtout les intérêts de certains. Albin parviendra-t-il à mettre à jour cette vérité et convaincre les autres poules de revoir leurs positions sur le sujet ?
Une jolie leçon de vie
Je ne vais pas revenir sur la qualité de l'écriture, l'intelligence du propos et la « mignonitude » des illustrations (ici celles de Miss Paty) des ouvrages édités par Poulpe Fictions, il vous suffit de relire ma chronique sur "Orage, Petit seigneur des ténèbres".
Faisant référence au jeu de cours de récré du même nom, le titre parle forcément aux plus jeunes mais ce qui est intéressant ici, c'est que le roman met surtout en avant les subtilités d'un jeu dont les règles sont bien plus complexes qu'il n'y paraît d'où la possibilité d'une lecture à plusieurs niveaux. En effet, la première chose qui vient à l'esprit, ce sont les trois principes suivants :
- Les renards mangent les poules ;
- Les poules picorent les vipères ;
- Les vipères mordent les renards.
Une fois cela dit, ben on tourne en rond. Et c'est là qu'intervient le talent de Paul Ivoire et l'intérêt du personnage d'Albin. En effet, ce petit poussin, au fil de son aventure et aidé de ses jeunes amis Célis, Zora et Plume, va nous démontrer que cette relation tripartite n'est pas aussi figée que cela, que les alliances entre clans sont parfois nécessaires afin de survivre et que les mésalliances en interne sont parfois possibles. En gros, les choses ne sont jamais aussi simples que l'on veut bien le montrer. D'ailleurs, le choix des personnages est aussi révélateur de cette complexité. Dans la tradition populaire, on aurait tendance à appliquer la vision manichéenne classique : les poules sont les gentilles, les renards et les vipères sont les méchants. L'histoire nous prouve que là encore cette vision en surface du monde est trompeuse et que les gentils ne sont pas toujours là où l'on pense. Cela me semblerait d'ailleurs une réflexion intéressante à mener en classe pour casser cette image un peu trop tranchée du monde qu'ont en général les enfants et les aider à mener une réflexion sur le regard que l'on porte sur l'étranger.
Une autre critique intéressante est celle de l'obscurantisme qui est ici symbolisée par la relation entre le souverain et le comte d'Ergot. Ce dernier fait, en effet, une découverte qui devrait changer la face du monde et donc modifier les rapports entre les trois territoires. Apprenant cela, le roi ne peut le supporter car cela impliquerait la fin des ses ambitions de pouvoir. En somme, le comte d'Ergot est une sorte de Galilée avec des plumes et Mlle Kiglousse, sa fidèle assistante (un petit peu amoureuse quand même). Cette illustration me semble faciliter l'approche de cette notion complexe et hélas encore bien trop à la mode à notre époque, ou comment aborder la philosophie simplement avec les plus jeunes. Ce qui est également intéressant, c'est de constater que cette lutte contre l'aveuglement souhaité par certains adultes est ici menée par des enfants, ce qui laisse là encore plein d'espoir pour notre humanité trop souvent défaillante.
Enfin un autre élément que j'ai trouvé intéressant, c'est cet espace appelé « le Triangle sans nom » qui m'a fait penser immédiatement aux No man's land qui ont marqué l'Histoire (Première Guerre mondiale, RFA/RDA, les deux Corées). Là encore, derrière une histoire apparemment destinée aux enfants, c'est une leçon d'Histoire qui leur est proposée et c'est cela qui me plaît de plus en plus dans les ouvrages de Poulpe fictions : c'est le genre de roman dont on sort avec l'impression de s'être fait plaisir tout en ayant appris quelque chose sur la vie.
Ma chouchoute à moi
Bien qu'Albin soit au centre de ce premier opus, ma préférence va aux personnages de Zora et de Plume qui incarnent toutes les deux une forme de féminisme rempli d'intelligence et de courage. Zora gagne ses galons de renard expérimenté sans suivre la voie de ses ancêtres et sans tomber dans la barbarie. Quant à Plume, son indignation face à Faubec et son égo surdimensionné en font une enfant refusant les préceptes de cette société reposant encore trop sur le patriarcat de grand papa. Elle est en cela la brillante élève de Mlle Kiglousse.
La tête à claques de service
Vous l'aurez deviné, c'est Faubec (Faux derche, Faux cul… comme vous voudrez) qui m'a fait penser immédiatement au taiseux Joffrey Barathéon dans "Game of Thrones". J'attends avec impatience de lire la suite pour voir si ce dernier va se faire moucher par nos trois héros.
Je pense que le tome 2 sera au programme des mes lectures du mois prochain car vraiment, j'adore ce genre de littérature de jeunesse qui ne prend pas les gamins pour des imbéciles.
Lien : https://mespetitsplaisirsamo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sharon
  29 janvier 2018
Il est possible de parler de valeurs qui sont chères sans les écrire noir sur blanc, du moins, c'est ce que j'ai eu l'impression à la lecture de ce tome 1. Il est possible de parler de l'importance de se soutenir, d'aider les autres sans écrire la formule.Il est possible de montrer que l'on peut être ami tout en étant différent sans l'écrire noir sur blanc. L'inverse est possible aussi. Manipuler les autres ? Facile. Jouer sur l'ignorance et les peurs ? Pas trop dur. Faire taire les opposants ? Jeu d'enfant.
Poules, renards et vipères est l'histoire de trois peuples qui vivent chacun de leur côté, un triangle entre les trois lieux est une zone « neutre » où s'aventure parfois l'un ou l'autre des représentants des peuples. C'est un lieu où l'on peut tester sa vaillance – ou se retrouver par le plus grand des hasards. Ainsi, Albin se retrouve coincé ici et aide Célis, une jeune vipère, et Zora, une jeune renarde débrouillarde. Surtout, il découvre que certains défenseurs de son peuple ne sont pas aussi honnêtes qu'ils le prétendent. Il n'est jamais bon d'identifier un complot.
Le roman est bien écrit, l'intrigue est mouvement, les personnages (mention spéciale pour l'institutrice et pour Filvite) sont nettement caractérisés. J'ai d'ors et déjà acquis le tome 2.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sami33
  04 août 2017
Dans une petite île, trois clans en face de l'autre mais ces trois clans sont séparés par le "triangle sans nom". Les trois clans en question sont les poules, les renards et les vipères. Ils sont ennemis "par principe" et chacun campe sur son territoire. le "Triangle Sans Nom" est ouvert aux trois tribus et constitue leur seul point de rencontre. Mais voilà qu'Albin, du clan des poules, poussin de part sa condition, s'introduit dans le triangle ! Les herbes se mettent à bouger et là, il fera la connaissance de Célis, le vipéreau et de Zora, la renarde.
Albin est téméraire et bienveillant. Il espère qu'un jour, que la "guerre" s'arrêtera entre les clans pour pouvoir tous vivre ensemble.

Célis est timide et courageux à la fois. Il garde son sang-froid dans toutes les circonstances !
Zora est intrépide et a sa fierté. Elle est prête à prendre de gros risques pour aider ses amis !
J'ai beaucoup aimé faire la rencontre d'Albin, de Célis et de Zora. Ce sont des personnages attachants, qui vivent une aventure incroyable et qui est à surtout pas manquer !
Les illustrations sont belles, en noir et blanc même si je n'aurai pas été contre une touche de couleurs (cf. images dans la chronique sur le blog).
L'histoire est vive, le scénario rondement bien mené. La plume de l'auteur est fluide, très addictive on a qu'une envie, suivre les aventures d'Albin et de ses amis ! Vivement la sortie du tome 2 !

L'auteur transmet un beau message sur l'importance de l'amitié, de la solidarité !

Enfants et adultes vous apprécierez à tous les coups cette belle histoire que je vous recommande vivement !
Lien : http://leslecturesdeladiablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sanschaise
  02 novembre 2017
Albin est un poussin ordinaire. Dans son pays, les poules, les renards et les vipères vivent en paix, chacun dans leur territoire. Par un concours de circonstance, Albin se lie d'amitié avec Célis la vipère et Zora la renarde. Lorsque la guerre s'annonce entre les peuples, le petit poussin découvre un terrible secret qui menace l'équilibre du pays. Son amitié avec Célis et Zora va-t-elle durer ? Arrivera-t-il à rétablir la paix entre les peuples ?
Ce roman est inspiré par le jeu du même nom où chacun est à la fois proie et prédateur des autres. Il est facile à lire et contient de jolies illustrations. Les personnages sont attachants, il y a du suspens. J'ai vraiment envie de lire la suite !
Commenter  J’apprécie          00
Emel1ne
  08 août 2019
J'ai beaucoup aimé ce roman. Les personnages sont attachants et leur amitié est plaisante à lire. Paul Ivoire nous fait voyager sur cette île où ces espèces, à la fois prédateur et proie, vivent tant bien que mal les unes à côtés des autres. Mais tout peut basculer par le désir de grandeur de certains individus. Par la double lecture proposé par l'auteur, petits et grands devraient lire ce roman. Il y aborde l'amitié, le pouvoir, l'entraide, l'écologie... Thèmes d'actualités abordés tout en finesse. Je recommande vivement.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SharonSharon   23 octobre 2017
En dépit des circonstances, Albin ne put s'empêcher de trouver la réflexion amusante. Il n'avait jamais imaginé que les vipères pouvaient aller à l'école. Il était d'ailleurs surpris par la petite taille du vipéreau. Mlle Kiglousse leur avait dit que la reine des vipères était gigantesque.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Paul Ivoire (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Ivoire
Paul Ivoire est venu présenter aux Livres dans la Boucle sa superbe trilogie jeunesse « Poules Renards Vipères » parue chez Poulpe Fictions. Il a conquis un très large public et a remporté le Prix Jeunesse du Festival "Les livres dans la Boucle". + d'infos : http://www.livresdanslaboucle.fr
autres livres classés : îlesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre