AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081347892
241 pages
Editions Arthaud (04/01/2017)
3.12/5   66 notes
Résumé :
Après le succès international de son premier ouvrage "Courir ou Mourir", Kilian Jornet a repris sa plume et propose " La frontière invisible ". Un livre où le prodige catalan expose sans ambages sa passion de la montagne, son attirance pour les sommets et pour les nouveaux défis les plus insensés : records d'ascension du Mont-Blanc, du Cervin, etc. A travers le récit parfois poignant de ses expéditions dans les plus grand massifs de la planète, l'athlète ibérique ré... >Voir plus
Que lire après La frontière invisibleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Je connais Killian Jornet pour ses exploits sportifs, j'ai regardé avec plaisir quelques vidéos retraçant le parcours de ce traileur hors norme : quand certains "se contentent" de gravir les montagnes en marchant, lui, court ou monte à ski avec des peaux de phoques. Killian Jornet est un athlète exceptionnel.
La perspective de lire ses aventures sous sa plume ne pouvait que me réjouir.
Autant le dire d'emblée : cette lecture a été bien décevante.
Les différents récits sont décousus et entrecoupés de réflexions pseudo-philosophiques que j'ai souvent trouvées d'une platitude affligeante.
Alors oui, il y a de-ci de-là des passages plus accrocheurs, mais globalement, l'émotion ne vient pas.
Pour être honnête, j'ajoute qu'un chapitre m'a nettement plus intéressée, celui dans lequel Killian Jornet raconte une expédition dans l'Himalaya, au Shishapangma. Là, il nous donne du concret, nous fait partager les difficultés, les doutes, les peurs et les joies de son équipe. Voilà ce que j'aime dans un récit d'aventures. Ce chapitre, nettement moins pollué que les autres par des considérations annexes, m'a laissé entrevoir ce qu'aurait pu être ce livre.
Car on sent que cet texte aurait pu être bien plus intéressant, et c'est très frustrant.
Killian Jornet a suffisamment de faits exceptionnels à son actif pour pouvoir en tirer un livre passionnant.
Mettre de l'ordre dans le récit, évacuer les trop nombreuses digressions, étoffer la narration par des détails et des anecdotes qui la rendent vivante : voilà ce qui, à mon avis, donnerait à ce texte une tout autre ampleur.
Même si cette lecture s'est avérée assez décevante, je remercie Babelio et les éditions Arthaud pour leur envoi qui m'a donné l'envie de revoir quelques vidéos de Killian Jornet.
Pour ceux que ça intéresse, voici un lien ; si vous ne connaissez pas, je vous conseille vraiment de regarder : vous allez découvrir des images à couper le souffle :
https://www.youtube.com/watch?v=7eVBrMcflDE
Commenter  J’apprécie          243
Moi qui ait du mal à dormir dans mon lit et ne supporte pas de ne pas me doucher d'un jour, je reste perplexe devant des hommes qui pour assouvir leur passion sont prêts à ne pas se doucher d'un mois et à manger de la bouillie informe durant la même période !
Il y a une sorte de masochisme dans leur pratique de la montagne que je ne comprends pas et qui souvent me parait relever du maladif.
Attention que l'on aime la montagne, je suis le premier à le revendiquer mais qu'on s'y adonne à une agitation forcenée pour être le premier à toucher un sommet en un temps record m'espante à 50° comme on dit par ici.

Ceci dit et dont tout le monde se fout, le livre de Kilian est captivant pour sa partie ascensionnelle, pénible pour ses errements para-psychologiques. Et par ailleurs, sa prose s'en ressent : lourde et confuse lorsqu'il parle de ses états d'âme, aérienne et envolée lorsqu'il évoque ses randonnées.
Un conseil donc : qu'il se cantonne au récit et abandonne toute tentative romano-philosophique !
Commenter  J’apprécie          140
Un livre réflexion sur la montagne, les rêves des alpinistes et la notion de bonheur. Globalement, une lecture intéressante; les considérations métaphysiques de l'auteur m'ont paru tout à fait pertinentes et justifiées, surtout lorsque celui-ci fait le choix, comme d'autres héros de la montagne, de pousser le rêve vers les limites du raisonnable, ce dont il est conscient. Sa recherche de la compréhension et de la conception du bonheur m'a également atteint et je la partage, précisément lorsqu'il considère que nous avons chacun nos propres perceptions du bonheur, très différentes suivant les individus. Quelques belles descriptions de la montagne, insuffisantes à mon goût, notamment un lever de soleil qui m'a fait à celui que célébrait Frison-Roche depuis le Brévent.
Commenter  J’apprécie          120
Acheté et lu entre 2013 et 2015. J'avais simplement oublié de l'ajouter à ma liste et, à l'occasion, de l'achat et de la lecture du premier livre de Kilian Jornet, Courir ou mourir, je me rends compte que j'ai enterré celui-ci dans ma bibliothèque et mes lectures.
Je l'ai prêté plusieurs fois à d'autres amis ou collègues coureurs, car il faut courir, au moins un peu, je crois, pour comprendre ce qui fait courir les autres.
J'aime assez Kilian Jornet, j'ai aimé ses films et son site, sa philosophie et les pensées qu'il met dans l'acte de courir. C'est loin d'être le cas de tous les sportifs.
La frontière invisible ne concerne pas uniquement la course à pied, le sky-running (histoire de rajouter un mot à la mode), mais l'ivresse que Kilian ressent à l'assaut de certains des plus hauts sommets du monde, au moment de franchir en vainqueur (ou pas) une ligne d'arrivée, la frontière qu'il repousse en lui-même pour continuer malgré les souffrances physiques et les risques... le bonheur aussi de poursuivre ses rêves et de les rejoindre parfois.
J'ai trouvé l'ensemble un peu confus car on se perd entre espace onirique et réel, entre personnages et récit à la première personne...
Il me semble que la traduction dérape un peu, certaines phrases sont très alambiquées et, comme je ne comprends pas du tout le castillan, je ne peux pas savoir si le texte d'origine est emmêlé ou s'il s'agit du français. La question demeure...
L'auteur revient, au début du récit, sur la prise de risques qu'implique les sports de comme le trail ou le ski alpinisme avec la perte de son ami, Stéphane Brosse, pendant la traversée du Mont Blanc et sur le bonheur vite effacé par l'accident.
J'ai aimé me retrouver, pour un temps, au sommet de l'Everest, mais Kilian Jornet trouve le bonheur dans le dépassement de soi, quel qu'il soit et c'est à la portée de tous. Nous avons tous notre Everest en course à pied même si le mien est plus proche du 10km et des petits sommets du coin que du mythique Everest.
Merci Kilian Jornet d'être une source d'inspiration quand on chausse ses baskets sous la pluie et qu'on grimpe le souffle court nos pauvres 400m de dénivelés, mais quelle joie d'être vivants au milieu des éléments météorologiques, des arbres, des oiseaux...
Commenter  J’apprécie          10
J'avais beaucoup aimé "Courir ou mourir" où l'auteur nous faisait réellement partagé sa passion pour son sport et nous permettait de nous immiscer dans le quotidien de sportif de haut niveau.
Pour ce nouvel opus, j'ai eu beaucoup plus de mal. Peut être parce que ce livre est beaucoup moins personnel et plus descriptif. J'ai trouvé qu'il manquait d'émotions, mais il reste un ouvrage très pertinent pour les amateurs de trails et de sensations fortes. Killian Jornet reste une légende de ce sport.
Le point négatif (mais peut-être ai-je été influencé par le fait que je sortais d'un roman très bien écrit), c'est le style d'écriture assez peu développé peut-être dû à la traduction.
Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Savez-vous ce qu'est le bonheur ? Le bonheur à l'état pur ? Ce n'est pas le moment où l'on obtient quelque chose, ni celui où un événement se produit. Non, le bonheur à l'état pur, c'est l'instant précédent, le moment où l'on découvre qu'on va y accéder. C'est le moment où une bouche d'adolescent se rapproche d'une autre pour l'embrasser, et que cet adolescent prend conscience qu'il aimera peut-être cette autre personne pour le restant de ses jours. C'est le mathématicien qui s'écrie "Eurêka !" en résolvant soudain ce théorème qui résistait au monde scientifique depuis des années. C'est l'instant où le marathonien aux Jeux olympiques se retourne - en vue de la ligne d'arrivée - et constate qu'il a suffisamment d'avance pour gagner. C'est le moment où une femme comprend que dans quelques mois elle tiendra un bébé dans ses bras : le sien.
Commenter  J’apprécie          265
La vie ne consiste pas à cocher les cases d'une liste préétablie que nous recevons à la naissance. La Vie, ça se ressent. La Vie, c'est l'instinct qui te commande d'entrer aux Beaux-Arts, alors que tes notes te permettraient de briller en droit ou en médecine. C'est elle qui te pousse à quitter le cabinet d'avocats qui t'offre un super salaire pour te construire une petite ferme dans le Pallars en Catalogne. [...] C'est la Vie, ce sentiment, ce manque de rationalité total qui me souffle de monter là-haut pour pouvoir être heureux, qui m'enjoint de laisser le confort de côté pour être qui je suis. Afin que je puisse raconter un jour à mes enfants que j'ai bien vécu parce que j'avais des rêves fous et que je les ai poursuivis.
Commenter  J’apprécie          211
C'était un garçon habile et souple en dépit de sa grande taille et de sa corpulence impressionnante. Il se distinguait par des bras très forts, gros comme des cuisses, sur lesquels on devinait des veines saillantes sous une épaisse couche de poils noirs. Cette masse de muscles abritait un corps mince, dense, sec, dont chaque fibre, chaque os affleurait sur une peau desséchée et brune. Mais ce qui m'impressionnait le plus, c'était ses mains : des mains ordinaires, peut-être un peu boursouflées par le contact des rochers, mais bien proportionnées par rapport à son corps. Il avait de longs doigts, semblables à des saucisses charnues, si rugueux et noueux qu'il semblait impossible qu'ils puissent appartenir à ces mains ordinaires. Et ces doigts qui paraissaient gourds, raides et dépourvus de toute sensibilité, jouaient avec le rocher, s'accrochaient fermement ou avec tact à chaque anfractuosité. Ils parcouraient les parois avec la douceur d'une caresse de nouveau-né.
Commenter  J’apprécie          140

N'est-ce pas égoïste d'escalader les montagnes ? N'est-ce pas égoïste de courir après les choses inutiles dont on a rêvé ? Pourquoi un peuple entier doit-il traverser cette frontière pour fuir l'oppression et survivre, alors que nous la franchissons en sens inverse pour satisfaire nos caprices en risquant d'y trouver la mort ? Mais ne serait-il pas encore plus égoïste de ne pas lutter pour nos convictions, pour aller au bout de nos rêves ?
Commenter  J’apprécie          260
C'est très facile d'avoir de l'éthique sur le papier. C'est facile de parler de racisme sur un "plan éthique" quand on vit dans un quartier bourgeois. C'est facile de parler de liberté dans un pays qui n'a plus connu la guerre depuis des années. C'est facile de parler d'écologie dans un pays qui exporte ses déchets vers d'autres nations. L'éthique et la morale sont des concepts engendrés par l'abondance, pas par la misère.
Commenter  J’apprécie          233

Videos de Kilian Jornet (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kilian Jornet
Sept ans seulement après s'être mis à courir, Mathieu Blanchard est devenu l'une des stars mondiales des courses d'endurance en montagne. Son rêve : remporter l'Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB), une boucle de 172 kilomètres et 10 000 mètres de dénivelé positif autour du géant des Alpes. Tout au long de sa préparation pour l'édition 2022, l'ultra-traileur de 35 ans, passionné de nature et d'aventures, raconte ce qui l'a convaincu de quitter sa carrière toute tracée d'ingénieur pour mettre la course à pied au centre de son existence. Au point d'accomplir cette épreuve mythique en un temps record, et de rivaliser avec Kilian Jornet. Avec une sensibilité aiguisée, Mathieu Blanchard se livre sur sa reconversion délicate et ses blessures intimes, sa capacité à en faire des forces pour atteindre ses objectifs, vivre mieux et plus fort, à sa manière. Son témoignage est un récit de sport autant qu'une quête d'émotions et de sens, qui résonne en chacun d'entre nous.
+ Lire la suite
autres livres classés : sportVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (155) Voir plus



Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
861 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..