AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2371021695
Éditeur : Lumen (04/04/2019)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 18 notes)
Résumé :
"Je sais à présent que j'ai un cœur, parce qu'il est brisé..."

Christopher a beau être orphelin, il fait l'envie de tous ses amis... des amis bien particuliers, puisque ce sont des robots ! C'est que, contrairement à eux, il est ce qu'on appelle un Authentique : un être humain doté d'une âme, une vraie. Apprenti auprès d'un inventeur malhonnête, Absalom, le garçon observe avec consternation les manigances de son mentor, et passe ses soirées à enchante... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
eTemporel
  16 juin 2019
Les professionnels de la chaîne du livre s'interrogent souvent sur les raisons qui peuvent bien pousser un lecteur à acheter tel ouvrage plutôt que tel autre, et se demandent si la couverture a une quelconque influence sur ce choix. En ce qui me concerne, elle est un élément essentiel, surtout pour un auteur qui m'est inconnu. C'est la première chose qui m'attire et si elle n'est pas à mon goût, je passe directement mon chemin. Autant dire que je me suis intéressée aux Orphelins de métal, de Padraig Kenny, grâce à la splendide couverture des éditions Lumen. A peine a-t-elle commencé à fuiter sur le net que j'ai eu envie de ce livre, c'est bien simple.
C'est la raison pour laquelle je me suis précipitée dessus quand je l'ai aperçu au sein des ouvrages de la Masse Critique Babelio du mois de mai. Je savais qu'il s'agissait de littérature jeunesse mais il m'arrive d'en lire et l'univers de Padraig Kenny titillait mon imagination. Ce n'était pas mon seul choix, pourtant quand j'ai découvert l'avoir obtenu, j'étais ravie. J'ai bien vite déchanté et ça n'a rien à voir avec le roman lui-même : j'ai reçu des épreuves non corrigées, alors qu'il était sorti en librairie depuis un mois et demi ! Difficile de ne pas avoir l'impression d'être prise pour une truffe, pour parler poliment !
Il leur restait sans doute des exemplaires à écouler, ils n'ont pas hésité. Ils ne l'avaient pourtant signalé nulle part, je suis allée vérifier sur le site de Babelio. Adieu la magnifique couverture qui me faisait tant envie et bonjour les fautes d'orthographe, les mots manquants et… pompon sur la pomponnette, les pages manquantes. Oui, vous lisez bien, les pages manquantes ! Il fallait le faire, quand même. de quoi vous gâcher la lecture d'un roman que vous attaquiez pourtant avec tant d'enthousiasme. Bref, revenons plutôt à Padraig Kenny et ses orphelins qui ne sont en rien responsables, malgré tout.
C'est un roman jeunesse, très jeunesse, mais que n'importe quel jeune lecteur va adorer, pour peu qu'il ait entre les mains un exemplaire comportant toutes les pages. Désolée, c'était plus fort que moi ! En tant qu'adulte, j'ai un tout petit peu moins adhéré. L'univers est pourtant extraordinaire. C'est un monde où les inventeurs créent des robots à taille d'enfants -la taille adulte est formellement interdite, pour ne pas risquer de confusion. Dans le passé, certains ont même réussi à leur insuffler une âme par magie, à tel point qu'ils ne savent pas eux-mêmes qu'ils sont des robots. C'est interdit à présent, à cause d'un grave accident, mais vous vous doutez bien que c'est à l'un de ceux-là que nous allons avoir à faire.
Les personnages sont très réussis, bien qu'un peu trop humains pour des robots, à mon sens, mais ce petit groupe d'enfants est terriblement attachant. D'une honnêteté scrupuleuse, ils croient à l'amitié et sont prêts à tout pour sauver leur ami. le bémol, c'est l'intrigue ou peut-être la manière trop simpliste dont elle est menée. On sent venir les choses à des kilomètres et l'auteur reste trop souvent à la surface. Si cela conviendra à de jeunes lecteurs, leurs parents se sentiront sans doute un peu frustrés. Quant à moi, j'attendais davantage d'explications concernant les automates, l'insufflation d'âme, le contexte de cette Angleterre si différente de celle que nous connaissons.
Au final, c'est une lecture très tendre que nous propose Padraig Kenny. Un univers fascinant mais un petit peu sous-exploité, des personnages très attachants -encore que le héros soit très vite éclipsé par ses copains, si vous voulez mon avis- et une intrigue aventureuse mais un poil attendue. Je reste un peu sur ma faim, mais je suis persuadée que ce ne sera pas le cas de vos chères têtes blondes !
Lien : http://etemporel.blogspot.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
StephanieIsReading
  21 mai 2019
Quelle belle aventure littéraire et humaine que cette lecture ! (Et quel travail éditorial remarquable !)
Lapoigne, Rob, Jack, Manda, Estelle et Christopher : des personnages aussi drôles que touchants qui, tout au long du roman, donnent une véritable leçon d'humanité.
Étrange de parler d'humanité quand ceux qui en font preuve sont des robots créés de toutes pièces… Alors qu'ils sont supposés être incapables d'éprouver des émotions et des sentiments car ils ne sont pas des « authentiques », ce sont eux qui savent faire preuve d'amour, de compassion et d'amitié et qui mettent tout en oeuvre, au péril de leurs vies, afin de sauver leur meilleur ami qui a été enlevé par deux hommes mystérieux : Christopher.
S'ils sont orphelins c'est parce qu'un robot n'a pas de parents mais au fil du texte, on se rend compte que, d'une manière ou d'une autre, chaque personnage du roman : robot ou humain, est orphelin.
Christopher est le jeune apprenti d'un inventeur. Alors qu'il pense être un véritable petit garçon, un « authentique », on découvre (en même temps que lui) dès les premiers chapitres qu'il est en réalité un robot lui aussi. Il se met sur les traces de son passé et ne comprend pas pourquoi il se souvient de certaines choses et notamment de sa mère. Il remet tout en question et ne parvient plus à démêler le vrai du faux car des « patchs » lui ont été appliqués afin de lui créer des souvenirs. Serait-il un robot auquel on a insufflé une âme ?
Trois figures d'inventeurs sont représentées :
Absalom : l'inventeur peu compétent qui assemble des pièces maladroitement afin de créer des robots dans le seul but de gagner de l'argent.
Blake : l'inventeur qui créé des robots-machines de guerre et qui cherche à rendre fier son père décédé et l'égaler dans son talent.
Cormier : l'inventeur désabusé qui créait des robots et les réparait avec passion mais qui, après avoir vécu la perte de son fils, sa belle-fille et son petit-fils, n'a plus goût à rien et se cloître dans une ville de robots au sein de laquelle aucun « authentique » ne peut pénétrer.
Ce qui est stupéfiant, c'est la capacité de l'auteur à nous présenter des personnages ni totalement bons, ni totalement mauvais. En effet, j'ai éprouvé à la fois de la compassion et de l'aversion envers un personnage au cours d'une même scène.
Alors, oui, il s'agit bien d'un roman jeunesse mais pas seulement ! C'est une ode à la différence et à l'acceptation de l'autre dans sa différence. Je trouve donc ce roman tout à fait d'actualité.
Cette petite bande d'amis hétéroclite m'a tellement touchée que j'ai peiné à les quitter en tournant les dernières pages, espérant un ultime rebondissement qui me laisserait croire à un tome suivant. Il est des personnages qu'on est heureux de rencontrer et tristes de quitter : comme des amis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DreamBookeuse
  27 avril 2019
Christopher est un orphelin d'une dizaine d'année. Un enfant recueilli par Absalom, un inventeur malhonnête, alors même qu'il ne garde de sa vie d'avant que de très vagues souvenirs : la feu, sa mère, ses cheveux au soleil… Pourtant le jeune garçon n'est pas seul, se rapprochant des robots de l'atelier dont il se fait des amis : Lapoigne, un géant muet, Manda, une petite fille avec une jambe plus courte que l'autre, Rob et sa tête amovible ou encore Jack et sa tignasse rousse. Alors, lorsque le jeune garçon disparaît, récupéré par l'Agence, la société gérant les robots, toute la bande se met en route. Pas question de l'abandonner. Et pour ça ils pourront compter sur l'aide d'Estelle, une jeune adolescente de 13 ans, Cormier, un des premiers inventeurs à avoir utilisé la propulsion raffinée ou encore Georges, sorte d'araignée à six pattes. Une aventure qui s'annonce chargée d'embûches, de révélations, de secrets et d'humanité.
Mon avis
Le roman s'ouvre sur 4 règles qui ressemblent d'une certaine façon à celles édifiées par Isaac Asimov : interdiction de créer des robots de la taille d'un homme adulte, interdiction de leur attribuer une âme, interdiction de créer sans licence, obligation de créer dans le respect des principes de la propulsion basique. Sans le savoir c'est sur ces quatre règles que toute l'intrigue va se construire et c'est pourquoi le seul bémol est qu'on nous ne les explique pas beaucoup plus tôt. On en apprendra ainsi tout le long du roman sans jamais réellement réussir à comprendre comment la robotique de cet univers fonctionne. D'un certain côté je ne pense pas que c'était les points sur lesquels l'auteur voulait s'attarder, de l'autre j'aime tellement comprendre les univers créés par les auteurs et les clés qui les gardent, que j'aurais d'autant plus apprécié qu'on me laisse quelques indices. Toutefois, on oublie assez vite ce point pour se concentrer sur l'essentiel : Christopher et ses amis.
Sans le savoir vraiment, Christopher fait l'objet autant d'admiration que de jalousie de la part de ses compagnons de métal, tous absolument persuadés de son authenticité. Avoir une âme est pour eux quelque chose d'exceptionnel et pourtant c'est aussi l'âme qui fait souffrir ou pousse à vouloir du mal aux autres. Cette ambivalence entre le bien et le mal, sans pousser au manichéisme est assez bien maîtrisée par l'auteur et j'ai beaucoup aimé que cela figure dans un roman jeunesse. On comprend assez vite que les orphelins de métal ne sont pas non plus des robots comme on a l'habitude de voir, exempt d'une certaine humanité : ils s'inquiètent, se protègent, se mettent en colère, bien qu'ils soient incapables de blesser ou tuer. Manda pleure a de multiples reprises, Lapoigne se réjouit que Jack ne soit pas vendu, Rob touche par son sourire candide et son éternel bonne humeur. On comprend que ce sont sans doute des glyphes ou des « patchs » qui leur permettent de ressentir ces émotions là, mais en même temps, rien ne nous permet de dire qu'elles sont factices, au contraire ! Cela les rend attachants et bien plus humains que les inventeurs que nous croiseront sur notre route.
Padraig Kenny n'invente pas grand chose de nouveau et pourtant je n'ai pas pu m'empêcher de trouver ce roman extrêmement original dans son univers et dans son approche. Bien qu'il soit écrit pour la jeunesse, l'auteur ne se contente pas d'écrire une belle histoire, on y parle également d'égalité des sexes à travers le personnage d'Estelle qui ne peut exercer ce qu'elle aime faire, le métier d'inventeur étant réservé aux hommes sans aucune raison, de la perte et du deuil à travers celui de Cormier n'ayant jamais réussi à se remettre de la mort de son fils et de son petit-fils, ou encore de la transmission à travers celui de Blake, complètement détruit par les appétits démesurés de son père… D'autres y passent bien sûr comme la vengeance et le mensonge, mais aussi l'amour et la mémoire. L'univers est parfois sombre avec Havrefer, où tous les robots se rassemblent pour se faire réparer, espoir anéanti par le repli sur soi de Cormier depuis la disparition de son petit-fils.
Mais il est aussi lumineux avec le formidable pouvoir de l'amitié qui lie Christopher et sa bande. C'est elle qui les propulse, qui leur donne le pouvoir de résister, de se battre, de sourire mais aussi de convaincre et de pousser à les suivre. Cette amitié les rend attachants et courageux, et on en peut s'empêcher d'éprouver de la tendresse pour eux, comme maintenus sur un radeau, voguant sur un monde brutal et sans pitié pour les robots : entre vente, abandon et refonte. Une interrogation aussi sur la nature humaine et ce qui la différencie du reste des créatures que nous inventons aujourd'hui dans notre XXIe siècle bien réel.
En résumé
Les Orphelins de métal est un one shot tendre et touchant qui s'attache des personnages hauts en couleur. Dans un univers entre Magicien d'Oz et Nausicaa, l'auteur nous invite à nous interroger sur ce qui fonde l'humanité, mais aussi la mémoire. Comment différencier les vrais souvenirs de ceux que l'on se fabrique ? Une formidable ode à l'amitié qui prend des allures d'odyssée familiale. Une excellente lecture ❤
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
3Moopydelfy
  18 juin 2019
L'alchimie qui règne entre tous les héros marquent l'esprit. L'ensemble est délicieux. L'univers fantastique joue sur les coeurs avec une grosse bouffée d'affection. Les robots gagnent leur place. Ils sont doux, protecteurs, attachants. Christopher a de la chance de les avoir pour amis. Les inventeurs ont donné vie à des être adorables.
En bref, Les Orphelins de Metal s'avère un roman jeunesse tendre, envoûtant. La trame simple transporte dans une belle histoire toute mignonne, toute en amitié. Les jeunes comme les plus âgés seront ravis d'accompagner Christopher et les robots. C'est une lecture pleines de sourires et de larmes. Un épopée avec des héros adorables se dessine sous les mots de Padraig Kenny. le méchant du récit poussera les héros dans plusieurs voies. Peu importe que vous soyez de chair ou de boulons, le coeur parvient à montrer des émotions qui font mouche.
Ps: mon épreuve n'était pas parfaite mais elle a retranscrit l'atmosphère du roman avec de jolies nuances.
Lien : https://www.newkidsonthegeek..
Commenter  J’apprécie          11
Eilly
  25 mai 2019
Ce roman est une véritable petite pépite ! Oui, c'est jeunesse. Oui, l'écriture est très simple. Mais la thématique est bien plus complexe qu'elle n'y parait. Au début on pourrait croire qu'il ne s'agit que d'une histoire d'amitié entre robots alors qu'au fond... on parle d'humanité. le livre nous questionne sur nos futurs possibles avec les robots humanisés. Est-il possible de vivre en compagnie des robots ? Peuvent-ils remplacer un enfant perdu ? Ne sont-ils que des bouts de métal sans sentiments que l'on met au travail ? Ou au final, ont-ils plus d'humanité et de coeur que nous ?
C'était une jolie épopée, très fraîche avec des personnages plus adorables les uns que les autres. C'était tendre, c'était beau !
Je ne peux que le conseiller encore et encore tellement ce fut une jolie lecture !
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
DreamBookeuseDreamBookeuse   27 avril 2019
Plus ils progressaient, plus Jack s’émerveillait de ce qu’il voyait. Dans cette ville, même les arbres étaient en métal. Ils avaient des troncs de fer recouverts d’une écorce d’acier et arboraient des feuilles en cuivre. Les maisons, toutes en pointes et en angles, s’empilaient presque les unes sur les autres et pourtant elles formaient un ensemble harmonieux par leur emplacement et leur conception. C’était comme si la ville, malgré sa nature artificielle, avait poussé hors de terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   10 avril 2019
- Moi, j’espère qu’aucun de vous ne sera vendu parce que plus tard, je vais devenir inventeur et gagner assez d’argent pour tous vous racheter. Comme ça, on restera ensemble.
- Pour toujours? fit une voix non loin de lui.
Christopher se retourna et aperçut le gros Rob qui l‘observait, les yeux brillants d’espoir. Il avait de la neige jusqu’aux genoux.
- Pour toujours, répéta le garçon en souriant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SioSio   26 mai 2019
Le colosse s'avança vers la porte, le poing levé et le bras plié en arrière. Jack vit les câbles et les ressorts se tendre sur son épaule. Il s'étonnait toujours que, malgré ses lacunes professionnelles, Absalom ait réussi à fabriquer une machine aussi efficace que Lapoigne. Il en venait parfois à se demander si l'inventeur avait réellement joué un rôle dans sa fabrication.
Commenter  J’apprécie          00
DreamBookeuseDreamBookeuse   27 avril 2019
Je voudrais savoir ce que ça fait de respirer, d’avoir une vraie peau. De grandir. J’aimerais pouvoir expérimenter des choses à la fois normales et importantes, comme toi.
Commenter  J’apprécie          10
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   10 avril 2019
- Tu n’as pas peur?
Jack sourit.
-Bien sûr que si. Le contraire serait étonnant. Si j’avais un coeur, je peux te dire qu’il battrait à tout rompre en ce moment.
- Malgré tout, nous devons aller jusqu’au bout, affirma Rob, plein de résolution, les yeux fixés sur la route qui se déroulait devant lui. Parce que c’est notre ami.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : automatesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2750 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..