AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michel Deutsch (Autre)
EAN : 9782253016076
407 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)
  Existe en édition audio
4.22/5   463 notes
Résumé :
Devenu un classique contemporain, le roman de Ken Kesey, paru en 1962, n’a rien perdu de sa puissance. Il plonge dans le chaos d’un hôpital psychiatrique « un monde de carton-pâte peuplé de personnages en trompe-l’oeil, surgis de quelque histoire de fou qui serait vraiment drôle si ces héros n’étaient pas des types en chair et en os... »
L’infirmière en chef Ratched règne en maître sur son service. Jusqu’au jour où débarque McMurphy, un sacré énergumène bien ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
4,22

sur 463 notes

LightandSmell
  18 décembre 2020
Je ne chroniquerai pas en profondeur ce roman devenu culte, mais je peux néanmoins vous dire qu'on est ici en présence d'une histoire qui marque et qui remue… On comprend d'ailleurs sans peine la renommée de ce roman que je regrette de ne pas avoir lu avant d'autant qu'il se révèle particulièrement accessible. Peut-être en raison de la manière dont il met à nu des drames humains et des trajectoires individuelles qui, à un moment donné, ont dévié, mais aussi des interactions humaines touchantes et inattendues.
Il faut dire qu'en nous plongeant dans l'antre d'un hôpital psychiatrique, l'auteur a fait le choix de présenter des personnages atypiques qui n'arrivent pas à s'intégrer à la société et qui évoluent au sein d'une structure médicale, supposée les aider. Or, on comprend très vite que les choses ne sont pas aussi simples, les techniques de guérison employées se révélant parfois contestables, et c'est un euphémisme. Difficile de ne pas se révolter devant cette violence omniprésente qui ne peut que miner les progrès des patients… On en vient d'ailleurs à se demander si les soignants ont véritablement envie de les guérir ou s'il n'est pas plus commode de garder enfermés des patients qui se révèlent parfois plus marginaux qu'autre chose.
Loin de l'humanité que l'on serait en droit d'attendre d'un tel lieu, il se dégage de l'hôpital une dureté et un sentiment d'oppression, tous les deux symbolisés par une infirmière surnommée la Chef. Une sorte de croquemitaine à blouse qui a veillé à asseoir son autorité, de sorte que personne n'ose rien dire, que ce soit du côté des patients ou du personnel médical. Mais la situation change progressivement avec l'arrivée d'un homme, McMurphy, qui va apporter un doux vent de révolte et réveiller ses compagnons d'infortune.
Alors, on frémit et on s'insurge des méthodes pour « soigner », mais on s'amuse également beaucoup devant tous les pieds de nez que McMurphy fait à la Chef, bien plus dictatrice en puissance que professionnelle bienveillante… Son esprit rebelle, sa gouaille, sa personnalité haute en couleur et son charisme font du nouvel arrivant un porte-parole pour les patients qui osent à peine, pour certains, s'exprimer, si ce n'est respirer trop fort.
Mais à mesure que le bras de fer psychologique entre la Chef et McMurphy s'engage, on sent imperceptiblement le climat s'alourdir ! Il y a une sorte de tension sourde qui grandit, mais que le tonitruant McMurphy semble minimiser comme si les moments d'accalmie pouvaient le mettre à l'abri de la tempête. Les lecteurs, à l'inverse, ne peuvent s'empêcher de s'inquiéter et de se demander s'il ne risque pas de franchir la ligne rouge et déclencher des hostilités, dont les conséquences pourraient fort bien le briser…
L'auteur a effectué un véritable travail sur la construction de ses personnages, que l'on a, de fil en aiguille, l'impression de connaître et pour lesquels on développe une vive affection. Certains sortent néanmoins du lot comme McMurphy, bien sûr, mais aussi notre narrateur, colosse qui se prétend sourd et muet, et qui se pose comme observateur éclairé et éclairant, ou encore, un homme au délicieux humour pince-sans-rire !
J'ai, pour ma part, beaucoup apprécié les interactions entre les différents personnages, et la dynamique de changement insufflée par notre esprit rebelle qui, bien qu'il devienne un héros pour ses camarades, veille à ne jamais se présenter tel quel. Car si la révolte de McMurphy face à l'autorité écrasante et arbitraire de la Chef est réelle, il n'en demeure pas moins un homme mû par ses propres plaisirs et sa propension à tirer profit de chaque situation. Une dualité qui inscrit le personnage dans la réalité…
Quant à la fin, plutôt abrupte, elle m'a quelque peu déstabilisée même si finalement, tout était mis en place pour nous y amener !
Intelligent et cynique, voici un roman que je ne peux que vous conseiller que ce soit pour les thématiques abordées, du monde psychiatrique à ses dérives en passant par l'oppression d'un peuple pour s'approprier ses terres, ou les personnages atypiques pour lesquels on développe un certain attachement.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          276
Verdure35
  21 juin 2018

Je viens de lire ce chef -d'oeuvre dans la collection Cosmopolite des Edts Stock, de nombreux portraits croqués par l'auteur en immersion dans un hopital psychiatrique en accentuent l'atmosphère qui règne dans l'établissement en question.
J'avais vu en son temps le film de Milos Forman et le souvenir dela performance de Jack Nicholson en Mc Murphy m'a grandement aidée à rentrer dans ce livre.
L'horreur de ces établissements dans les années 60 est révélée « à cru » ; la perversité de certains membres soignants va au-delà de ce qu'on imagine, mais comme ce sont des humains, la minutie exercée dans le mal n'a pas de limites …
Des vexations aux électrochocs en pagaille, jusqu'à la lobotomie , voilà la gradation des soins à apporter aux récalcitrants. Et voilà qu'arrive un « malade », un manipulateur de première et récalcitrant en chef. Il va essayer par tous les moyens et d'abord par le rire de desserrer les liens psychiques de ses coreligionnaires jusqu'à se perdre, en connaissance de cause à force d'insolence et de » créativité » dans laquelle il a entraîné tous ces pauvres hères. Un livre d'une grande force que l'on oublie pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          317
BonoChamrousse
  31 juillet 2019
VOL AU-DESSUS D'UN NID DE COUCOU
de Ken Kesey
Traduit par Michel Deutsch
Éditions Stock (GF) / le Livre de Poche
C'est un livre ABSOLUMENT GÉNIAL... même si les 200 premières pages ont été un peu laborieuse pour moi...
Tout d'abord le film de Miloš Forman (que j'adore) a désagréablement parasité ma lecture et il y a eu ensuite la comparaison avec un autre livre de Ken Kesey (ET QUELQUE FOIS J'AI COMME UNE GRANDE IDÉE) qui fait partie de mes livres préférés)...
Alors il a fallu que je m'accroche jusqu'à ce que je comprenne ce qui fait la force de VOL AU-DESSUS D'UN NID DE COUCOU et, à partir de là, je ne l'ai plus lâché !
C'est vrai que le film (qui est cultissime !) colle beaucoup au livre et, mis à part la couleur de cheveux de McMurphy (dommage que Jack Nicholson ne soit pas roux), Miloš Forman a eu beaucoup de respect pour le livre de Ken Kesey.
Donc, inutile de répéter que Ken Kesey dénonce les conditions d'internement des personnes atteintes de "troubles mentaux" (entre guillemets parce qu'on sait très bien que les vrais dérangés du ciboulot se retrouvent toujours à la tête de grands pays et qu'eux ne subissent pas des séances d'électro-chocs)...
Mais ce qui fait la force du livre (par rapport au film), c'est son NARRATEUR, le chef Bromden (l'inoubliable Will Sampson dans le film) !
Grâce à ce personnage et à son rôle d'observateur de première ligne, le livre apporte une dimension particulière. le chef Bromden est un homme partagé entre son métissage entre une femme blanche et un chef indien. Cette dualité, qui l'amena aux portes de la folie, fera de lui le témoin privilégié du face à face entre McMurphy et l'infirmière Ratched (sans aucun doute le plus beau personnage de méchant de tous les temps et qui renvoie Dark Vador au jardin d'enfants).
VOL AU-DESSUS D'UN NID DE COUCOU est un livre aussi culte que le film et il est mis à l'honneur dans le #PicaboRiverBookClub dans le cadre de sa sélection "poches de l'été".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
Christels
  07 septembre 2019
Paru en 1962, un roman très fort qui secoue toujours autant.
Le personnage principal, McMurphy, est un noceur un tantinet exubérant, adepte des plaisirs que la vie peut offrir, et rétif à l'autorité. C'est un électron libre.
Pour éviter une peine de prison, il a simulé la folie, et il est interné dans une unité psychiatrique dirigée d'une poigne de fer par Miss Ratched, une infirmière-chef psychorigide qui a toutes les qualités d'un bon dictateur.
Autant dire que l'arrivée de McMurphy dans la routine cafardeuse de ce service, où les patients sont menés à la baguette et opprimés, est un gros pavé jeté dans la mare. Qui va faire des vagues.
Ratched use des médicaments pour garder ses « sujets » calmes et dociles. Elle utilise la thérapie de groupe (séances de confessions publiques forcées et humiliantes) pour les installer dans leur fragilité et exacerber leurs angoisses. Les récalcitrants sont traités aux électrochocs, la punition ultime qui terrorise les malades.
Tout ce mal quelle se donne, pour leur bien, les tient à l'écart de la vie, qui présenterait pour eux d'innombrables dangers. Elle joue sur leurs faiblesses et en fait des entraves.
Machiavélique, grâce à des méthodes inquisitoires, elle a la main mise sur chacun d'entre eux. Sauf sur « Grand Chef ».
Toujours en retrait, « Grand Chef » est un géant indien, une force de la nature, et un « malade irrécupérable », que tout le monde croit sourd et muet. Un balai à la main, il erre ici et là, absent, englué par la « machine à brouillard ». Il est devenu un meuble que personne ne remarque plus. Mais il observe et le lecteur voit à travers ses yeux.
Pour les patients, McMurphy est une bourrasque d'air frais, un vent de liberté. Il les aborde comme des personnes à part entière, les aide à s'affirmer, les encourage à s'affranchir de l'autorité. Il les engage à se soustraire à l'emprise de Miss Ratched et les pousse à la révolte.
Il s'évertue à les ramener à la vie.
Charismatique, il deviendra le meneur de cette troupe d'éclopés meurtris.
McMurphy va s'opposer aux manigances de Ratched, à ses principes et à ses règles. Il se dressera contre l'oppression et contre les restrictions à la liberté qu'elle impose.
Et à travers leur affrontement, c'est non seulement la psychiatrie qui est fustigée (la guérison n'est jamais envisagée), mais aussi la société dans son ensemble, une société qui se limite aux normes établies et ne prend pas l'humain en compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          259
gabb
  15 novembre 2019
Lui c'est Mc Murphy, grand type impulsif plein d'assurance et de désinvolture, tignasse rousse et rire tonitruant, grande gueule et grosses paluches, à l'aise partout et en toutes circonstances, même derrière les barreaux de l'hôpital psychiatrique où il vient d'être admis sans que l'on sache trop pourquoi...
Elle c'est Miss Ratched, l'infirmière en chef, vieille fille psychorigide et tyrannique qui dirige le service d'une main de fer, ne jure que par le sacro-saint Règlement et ne recule devant aucun traitement de choc pour maintenir l'ordre parmi ses patients.
Entre eux, comme on s'en doute, le courant passe mal. Très mal même, si l'on en croit chef Bromden, le narrateur prétendument sourd-muet (super trouvaille !) qui connait l'établissement comme sa poche pour y être enfermé depuis de très longues années et qui nous relate, façon reporter de guerre, les principaux faits d'armes des belligérants.
Super attachant, le chef Bromden, colosse au cœur tendre !
Régulièrement abruti de calmants ou soumis aux électrochocs, noyé dans la "machine à brouillard", il est comme tous les pensionnaires prisionnier d'une routine infernale, cadencée par l'odieuse Ratched, que plus personne ne songeait à remettre en question jusqu'à l'arrivée du rouquin-rebelle. Peu à peu, les consciences s'éveillent, la mutinerie s'organise et le mano à mano épique que se livraient les duellistes tourne à la véritable bataille rangée : les blouses blanches face aux camisoles.
La critique des conditions d'internement dans les asiles psychiatriques des années 50 est saisissante, et à mesure que les patients se libèrent de l'emprise néfaste de Miss Ratched, les charges contre le "Système" (cette redoutable machinerie hospitalo-carcérale qui broie les plus faibles en prétendant les soigner) se font de plus en plus virulentes.
Des personnages charismatiques, une écriture fluide et plaisante, des thématiques fortes (oppression mentale, espoir, folie, soif de liberté) et un final très réussi : il n'en fallait pas plus pour que je garde un bon souvenir de cette lecture et de ce crâneur de Mc Murphy, lui dont la seule folie fut d'être lui ("il était ce qu'il était, voilà tout [...] Comment quelqu'un peut-il arriver à cette chose inouïe : être ce qu'il est ?"). Derrière ses manières un peu rustres et son caractère impétueux se cache un homme brave et courageux, en lutte constante contre l'ordre établi, un meneur d'hommes attachant qui aime à faire sa loi (de Murphy, évidemment ;-) pardon)
Petit bémol quand même pour l'overdose des substantifs "moricauds" et "nègres", dont l'auteur use et abuse pour désigner les infirmiers ou le personnel d'entretien, et qui ont aujourd'hui quelque chose de vraiment dérangeant... Autre temps, autres mœurs.
Ce roman de l'antipsychiatrie, "qui emprunte à la vie les pulsations d'un coeur en révolte", est quant à lui intemporel !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          226

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
chapochapichapochapi   09 septembre 2010
Et c'était toujours le même petit garçon. Les cinq mille enfants habitaient les cinq mille maisons appartenant aux types qui étaient descendus du train. Des maisons tellement semblables que, régulièrement, les gosses se trompaient de demeure et de famille. Nul ne s'en apercevait. Ils dînaient, ils allaient au lit. Le seul que l'on remarquait était le petit du bout de la file : il avait tant d'égratignures et de bleus que, où qu'il allât, on se rendait tout de suite compte qu'il n'était pas à sa place. Il était incapable de bavarder. Incapable, aussi, de rire. C'est dur, de rire, lorsque l'on sent peser sur soi les ondes venant de chaque voiture qui vous croise, de chaque maison devant laquelle on passe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Alice_Alice_   10 août 2014
Et McMurphy continue de passer les Chroniques en revue. Il serre la main du colonel Matterson, de Ruckly, du vieux Pete, la main des Brouettes, la main des Circulants, la main des Légumes. Des mains qu'il lui faut prendre sur les genoux où elles gisent comme autant d'oiseaux morts, oiseaux mécaniques, merveilleux assemblages d'os minuscules et de fils métalliques, oiseaux tombés d'épuisement. Il serre toutes les mains qui se présentent à mesure qu'il avance, sauf celle du gros George, notre maniaque de l'eau, qui s'écarte en souriant de cette patte insalubre. McMurphy se contente de le saluer d'un signe et en s'éloignant, il murmure à l'adresse de sa main droite:
- Comment ce bonhomme peut-il bien être au courant de tous les péchés auxquels tu as été mêlée?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Walden-88Walden-88   08 décembre 2012
Lequel d'entre vous prétend être le plus fou ? Hein ? Qui est le plus dingue ? Qui est-ce qui tient la banque, ici ? Je suis nouveau et je veux faire, d'entrée, bonne impression sur l'homme de la situation à condition qu'il me prouve qu'il est vraiment le caïd. Alors, qui c'est, le dingo trois étoiles ?
Commenter  J’apprécie          210
Alice_Alice_   11 août 2014
Papa dit que, si l'on n'y prend garde, les gens réussissent à vous obliger à faire ce qu'ils estiment que vous devez faire - à moins que vous ne vous entêtiez à faire tout le contraire avec une obstination de mule, rien que pour leur apprendre.
Commenter  J’apprécie          200
milgoulmilgoul   27 octobre 2010
"(...) il faut rire de ce qui fait mal pour garder son équilibre, pour empêcher le monde de vous rendre complètement fou." Troisième partie
Commenter  J’apprécie          311

Videos de Ken Kesey (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ken Kesey
Le choix des libraires vous emmène à Auxerre, à la rencontre de Grégoire Courtois qui anime avec passion la Librairie Obliques !
Voici ses conseils : le livre nécessaire : Platon, "Gorgias" (Flammarion) le livre pour une soirée confinée : Ken Kesey, "Et quelques fois j'ai comme une grande idée" (Monsieur Toussaint Louverture) le livre antidépresseur : Douglas Coupland, "La pire personne. Au monde." (Au diable vauvert) le livre clique et collecte : Hoai Huong Nguyen, "Sous le ciel qui brûle" (Éditions Viviane Hamy).
Retrouvez l'émission en intégralité ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
+ Lire la suite
autres livres classés : asileVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1493 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

.. ..