AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791028104160
Éditeur : Bragelonne (15/11/2017)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.84/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Tout en haut du Plateau, le vent pouvait rendre fou.
On avait choisi d’y construire un asile. L’Orme : une grande bâtisse lugubre, battue par les vents et la neige. Même les bombardements de 44 n'avaient pu en venir à bout. À croire qu’il échappait à toute influence humaine.
Et des morts étranges, violentes, il y en avait toujours eu et il y en aurait encore, là-haut. D’ordinaire, personne ne venait s’en mêler. Ni la gendarmerie du Village, ni les rédu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  14 décembre 2018
Si j'ai craqué pour cet ouvrage, c'est parce que j'étais curieuse de voir ce qui m'attendait derrière ce résumé inquiétant et prometteur ! L'ambiance semblait terrifiante, oppressante, glauque et de longue haleine… Ce qui avait de quoi me plaire ! de plus, j'avais envie de découvrir la plume de l'auteur que j'ai connu grâce à la web-série « le visiteur du futur ». Je trouvais que Slimane-Baptiste Berhoun et François Descraques proposaient souvent un scénario bien ficelé, plein de twists et de rebondissements. Finalement, ce roman a tenu ses promesses. Bien qu'il ne m'ait pas totalement conquise, j'ai terminé les dernières pages en me disant que ça avait été vraiment pas mal et rondement mené. Merci encore aux éditions Bragelonne d'avoir accepté de m'envoyer ce service presse. J'ai passé un bon moment !
L'ouvrage met en scène des personnages a priori classiques, mais qui vont se révéler difficiles à cerner, imprévisibles et plus creusés qu'on ne le croit. Cela concerne principalement les trois personnages principaux : la belle et mystérieuse Lucie, le gentil pharmacien Gaultier ainsi que l'inquiétant chirurgien Valmont… Lucie est une héroïne qui m'a fait passer par plusieurs émotions : j'ai d'abord eu du mal à adhérer à son côté surdoué, sa façon d'observer tout en silence et le fait que tous les hommes de l'asile veulent la désirent. Heureusement, la jeune étudiante parisienne va se révéler plus humaine, sensible et fragile qu'il n'y paraît. Ce qu'elle va découvrir va la toucher et va mettre en avant plusieurs éléments de sa personnalité que l'on n'avait pas imaginés au premier abord. Une fois la moitié du livre passée, j'ai réalisé que je m'étais attachée à elle et que je craignais que son enquête lui brûle les ailes… Gaultier est un protagoniste avec lequel je n'ai pas eu d'attache… J'avoue que ce que son dévouement et son côté chevalier servant au début ne me plaisaient pas spécialement. J'attendais un peu plus de nuances ou que son côté « gentil » s'estompe un peu…
En ce qui concerne Valmont, je reconnais qu'il m'a de suite fait forte impression en raison de sa froideur. La scène de la lobotomie avec le pic à glace dans l'oeil m'a donné la nausée. de façon générale, Slimane-Baptiste Berhoun a su me provoquer des hauts le coeur avec brio et ce passage fait, pour moi, partie des plus marquants tant il est bien retranscrit. J'ai de suite compris que Valmont avait beaucoup de choses à cacher… Les révélations le concernant m'ont beaucoup plu, car les choses ne sont pas aussi évidentes qu'on ne le croit… du côté des autres personnages, ce fut assez compliqué. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup trop de noms à retenir que ce soit parmi les pensionnaires ou l'équipe de l'asile. Quoi qu'il en soit, l'auteur a vraiment bien conçu son huis-clos en proposant une ribambelle d'individus variés où chacun a un rôle et sa place. Parmi tout ce petit monde, j'ai surtout été intéressée par La Mo et par le terrible Sphynx. Toutes ces personnalités m'ont rappelé le film « Vol au-dessus d'un nid de coucou », mais avec une touche de fantastique grâce à cette créature qui sévit dans l'ombre…
Comme souvent dans le genre horreur, le rythme est assez lent et progressif… Cela dit, Slimane-Baptiste Berhoun propose souvent des révélations ainsi que des éléments assez inattendus (ex : Lucie !) comme parfois évidents (ex : révélation finale), ce qui permet au lecteur de ne pas se lasser. Des rebondissements scénaristiques, il y en a vraiment jusqu'à la dernière page ! C'est un régal… Je n'ai pas eu l'impression que le récit stagnait cependant, j'ai trouvé que l'on aurait peut-être pu écourter certains passages. (Mais je chipote…) La plume de l'auteur est vraiment très prenante, travaillée et efficace. L'ambiance qu'il instaure prend rapidement aux tripes. Attendez-vous à être immergés dans cette atmosphère déroutante qui ne laisse pas indifférent !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Julitlesmots
  22 octobre 2017
C'est en lisant l'avis de Les critiques de Yuyine​ que j'ai eu envie de découvrir ce livre et grâce à NetGalley France​ et aux éditions Bragelonne​ j'ai pu plonger dans ce thriller qui nous transporte dans univers atypique et rarement exploité.
Grâce à une écriture maitrisée et un talent de conteur on est immergé dans une lecture de grande qualité et addictive. On ne peut lâcher ce livre tellement il est de qualité, tellement les descriptions sont imagées, comme une série que l'on suit avec intérêt.
Plonger dans cette lecture atypique c'est gage de sensations fortes, avec pour seule règle « ne pas oublier que l'on se trouve dans un asile de fous et qu'il ne faut pas croire les fous »… Sauf lorsque l'on pense être fou soi-même…
Les descriptions sont tellement précises que l'asile de l'Orme en devient réel et un personnage à part entière… Un personnage qui fera fémir d'horreur n'importe quel lecteur… Un hôpital psychiatrique isolé, délabré, trois bâtiments… Dont chacun sera le spectacle de l'horreur : « Il y a toujours eu des morts à l'Orme. C'est normal il parait dans un asile. »
Une ambiance sombre et glaciale que le lecteur suit au rythme de ces pages qui deviennent un vrai page-turner tellement l'auteur réussi à nous embarquer dans la folie…
Les personnages sont nombreux et pourtant à aucun moment l'auteur ne perd son lecteur, car chacun a sa propre personnalité : celui qui mange tout ce qui lui tombe sous la main, celui qui se prend pour un poulet, j'ai adoré La Mo, un homme qui se prend pour sa femme… Léo, qui fait flipper mais qui est très attachant… Cazal, complètement déjanté mais qui m'a fait rire… J'ai adoré Lucie, un personnage troublant… Attachant… Qui peu à peu fait basculer la lecture dans ce qu'elle a d'horrifique et surtout donne corps au récit avec sa construction psychologique de grande qualité.
Mais il n'y a pas que les « fous » au royaume de cet asile, qui sont fous… La folie est en chacun des personnages…. le gardien mauvais comme une teigne qui aime le pouvoir sur plus faible que lui… Ce directeur avide d'argent… Ce chirurgien qui cherche à comprendre… Mais à quel prix… le seul dont la normalité est troublante est ce pharmacien qui veut juste faire son boulot tranquillement et peut être attirer l'attention de la belle Lucie.
L'auteur fourni une belle palette de personnage, ce qui pourrait faire peur, mais loin de là. Chacun a son rôle et sa place dans cette histoire addictive.
Un meurtre, des malades dont la peur du noir va être le point d'ancrage. Un monstre sévit dans les murs de cet asile… Mais parfois le monstre n'est pas celui que l'on croit… L'auteur nous balade pour nous attirer dans ses filets avec plusieurs rebondissements qui ne sont là que pour attirer le lecteur vers la toute fin du récit, pour comprendre où l'auteur a voulu amener son lecteur, qui va se prendre un grande claque tellement cela se termine en apothéose.
Un final que l'on ne voit pas venir ou que l'on refuse de voir… Un final qui fait frissonner…
Un roman qui se lit rapidement malgré ses 444 pages, qui nous balade entre folie, fiction et réalité sans laisser de répit à son lecteur qui referme sa lecture essoufflé tellement il en pris plein les yeux
Lien : https://julitlesmots.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Lucie_Ash
  01 juin 2020
Nous voilà projetés à l'Orme, asile que l'on se refuse à nommer de la sorte, lorsque le corps d'un enfant interné est retrouvé dans la cour. le détective en charge de l'affaire fait son premier examen de la scène de crime. Et puis… On arrête de suivre le détective, pour suivre tour à tour le pharmacien, Gaultier, le directeur, Vidal, les patients… Oui, contrairement à ma première idée sur le roman, l'intrigue se déroule dans l'hôpital psychiatrique, et non dans un commissariat. Bref, une étudiante de Lacan apparaît dans ce paysage bruyant et inquiétant : Lucie, qui vient étudier le cas d'une patiente de l'Orme atteinte de prosopagnosie. Mais au beau milieu de l'enquête qu'elle mène pour l'éminent professeur Parisien, un nouveau mystère émerge…
Voici un thriller bien ficelé que j'ai pris beaucoup de plaisir à dévorer. Ayant à la base peut-être un peu de mal à retenir tous les personnages et leurs particularités, j'ai pu compter sur Lucie pour faire fonctionner ma mémoire. Celle-ci permet à l'auteur de rappeler et raisonner avec beaucoup de subtilité. Car oui, les personnages sont nombreux, et chaque caractéristique a son importance dans l'histoire. Ainsi, l'auteur tisse un véritable réseau d'individus qui marchent chacun vers le dénouement de l'intrigue. Intrigue qui est multiple, ce qui m'a franchement questionnée tout au long du roman : va-t-on avoir des réponses à TOUTES les questions que l'on nous pose page après page ? La réponse est oui, tranquillisons-nous ! J'ai été surprise de voir que malgré toutes les routes empruntées par Slimane-Baptiste Berhoun, chacune trouve une conclusion parfaitement amenée et logique. Oui, la logique aura une place capitale dans toute cette histoire.
L'Orme est un lieu qui prend aux tripes. Parfaitement décrit par l'auteur, on s'y prend rapidement. Ses couloirs, ses chambres, sa cour, son mystérieux troisième étage… Chaque endroit a sa propre couleur. Mais tous ont cela en commun : ils sont glaçants. Presque comme dans une prison, les patients sont parqués, surveillés. Mais pire que ça, ils sont aussi des dangers pour eux et pour les autres. L'intrigue prend place dans les années 1950, beaucoup moins au fait des techniques médicales contemporaines (vous allez en prendre plein les mirettes) et beaucoup moins dans la sécurité des centres que l'on peut connaître aujourd'hui. Prenez un lieu immense, glacé et un peu flippant, mettez là-dedans un troupeau de malades sensibles à tout, quelques « soignants » borderline, et vous avez un décor parfait. L'auteur joue avec nos nerfs, de la même manière qu'un film d'horreur ; il titille nos images mentales d'asiles, tire dessus, les rend plus effrayantes, glauques et gores encore. Sans avoir été vraiment apeurée par ma lecture, j'ai pu être dégoûtée, stressée ou écoeurée par ce qui se passe entre ces murs.
Il est difficile de parler des personnages sans dévoiler une partie des surprises et des rebondissements du livre, tant leur développement est lié à celui de l'histoire. Disons en tout cas que chacun est très crédible et touchant à sa façon. Les apparences sont trompeuses, on nous le fait bien comprendre ; les fous ne sont-ils pas les plus éclairés dans ce roman qui bouscule nos préjugés ? J'émets peut-être un bémol tout de même quant à la relation entre certains personnages qui me semble un peu trop aboutie par rapport au temps qu'ils y ont consacré. Mais bon, c'est vraiment histoire de dire… En tout cas, les gentils sont parfois surprenants et les méchants peuvent avoir des circonstances atténuantes.
On rebondit donc de révélation en découverte, avec Lucie et Gaultier comme protagonistes. Grâce à leurs rencontres au sein de l'asile psychiatrique, côté patients comme côté personnel, nous avançons au même rythme… Ou presque. J'ai quand même un petit problème avec la résolution du tronc de l'intrigue. Je l'avais franchement vu venir bien avant la révélation… Cela n'a pas gâché complètement ma lecture, déjà parce qu'il y a plusieurs sous-intrigues, et aussi et surtout parce que Slimane-Baptiste Berhounécrit sacrément bien ! Mais j'ai eu un petit sentiment de déception, je ne peux pas le cacher.
Mis à part ce décalage, j'ai beaucoup aimé Les Yeux. J'y ai retrouvé tout ce que j'aime : des personnages pertinents et attachants, une intrigue (des intrigues) bien amenée, du suspense, de l'incertitude. A conseiller, sans hésitation !
Lien : https://folitteraires.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lesratsdebib
  28 février 2018
Ce n'est pas que je ne l'ai pas crue, non ce n'est pas vraiment ça. Quand ma collègue m'a dit, le regard fiévreux de certitude que ce livre était fait pour moi, avec des arguments décisifs tels que « glauque », « enquête », « hôpital psychiatrique », mon intérêt s'est arrêté, le pied en l'air, ma tête a tourné vers elle, et là, je lui ai quand même dit : « Ok, je le prends ».
Elle me l'a passé.
Le temps a passé.
Elle en avait besoin, je lui ai rendu.
Mais il a fallu qu'elle me le repasse. Et qu'il me regarde, posé là, sur la table de chevet, et que dans ma tête trotte toujours ses mêmes arguments, et que je repense à ma collègue qui tous les matins attend que je lui dise : « c'est bon je l'ai commencé, c'est bon je l'ai lu ». Alors, oui, oui, quand j'eus fini une lecture, bonne qui plus est mais finie, j'ai craqué et je l'ai ouvert.
Et je n'ai pas décroché !
C'est donc là que je vais reprendre un discours plus conventionnel et moins littérairo-meuf-qui-s'essaye-à-faire-de-la-littérature.
Vous l'avez lu, l'histoire se passe bel et bien dans un hôpital psychiatrique perdu en pleine campagne, aux bâtiments délabrés, en manque de personnel, et où un crime vient d'être commis. Sentez-moi ce suspense !
Un jeune patient est retrouvé mort dans la cour de l'hôpital, le ventre ouvert comme s'il s'était dévoré les entrailles (ou qu'ON lui avait dévoré les entrailles), la peur se lisant encore dans le regard. le commandant du village est au-dessus de lui, mais il se pourrait bien que faute d'indices, il laisse couler cette affaire (de dingues)...
Ça n'empêche pas l'hôpital de continuer de vivre, voici qu'il accueille au même moment un grand professeur parisien, venu pour examiner une patiente ayant une maladie particulière. Au grand étonnement du directeur, du pharmacien et du chirurgien en chef, c'est une jeune fille qui descend de la voiture de Gaspard (le taxi local berrichon), Lucy Klein, étudiante auprès du professeur parisien. Elle peut rester un mois.
Et la nuit, une Ombre rend visite à certains patients. Ils ne doivent pas la regarder. Bon après....ce ne sont que des fous !
Afin d'éviter une chronique beaucoup trop longue et devenant indigeste, tant j'ai à dire et ce, sans m'en lasser, je vais vous énumérer par points courts, simples et se voulant efficaces, pourquoi j'ai trouvé ce thriller parfait, magistral et qu'il est devenu MON coup de coeur 2018 (alors que nous ne sommes qu'en février) :
1. Les personnages sont bien décrits, approfondis psychologiquement. Ils sont intrigants, attachants, méprisants. Je les aurais suivi pendant plus de mille pages sans problème ! Maintenant que ma lecture est finie, ils ont laissé un grand vide dans mon coeur. Je pense encore à eux. Excusez-moi, faut que j'aille me moucher...
2. C'est une intrigue à multiples rebondissements (vous l'avez vu, il y a plusieurs mystères d'entrée de jeu, impossible de vous ennuyer). Nous avons ainsi un rythme palpitant maintenu jusqu'au BOUT DU BOUT DU BOUT ! Bien sûr, avec la fameuse grande action de fin qui monte crescendo, et même ça, vous pouvez être surpris par la construction proposée ! Surtout, pensez à bien rependre votre souffle. Ou entraînez-vous à maîtriser vraiment l'apnée. C'est vraiment selon les préférences de chacun. Moi, j'ai fait les deux, ce qui nous donne une respiration de chien cardiaque haletant et bavant...loin du glamour, quoi !
2bis : J'ai tellement apprécié partager les pensées de nos protagonistes, et donc suivre le cours des réflexions au présent. Pas de personnage qui se la pète plus haut que ses oreilles en ayant un train d'avance sur nous, lecteurs. Ici, on ne nous cache rien, on nous inclus dans l'évolution des résolutions des énigmes, et c'est tellement bon qu'il était important de le préciser. Comblée, je suis !
3. L'ambiance, oh my God, l'ambiance ! Tout pour faire un parfait huis-clos sombre, glauque mais pas étouffant (on a au contraire bien envie de continuer à s'y glisser), fantastique, frissonnant aussi putain, addictif beaucoup beaucoup !
4. L'écriture et les choix narratifs que je salue. C'est bien écrit, soigneusement bien écrit, intelligemment bien écrit, poétique parfois, drôle aussi (oui, oui, oui, et alors comme on dit, femme qui rit, femme complètement dans son lit, d'autant que vu le beau minois de l'auteur, je ne dirai pas.....grhuuuummmmghruuummm, je me reprends de suite, je me reprends de suite ! Alors moi, dès qu'on me fait rire, de suite, on marque des points !), les changements de points de vue, une véritable réussite ! On passe des pensées de Gaultier, à celles de Lucie, puis à celles d'un autre personnage et cela sans utiliser l'emploi de « je » (que je trouve maintenant franchement agaçant, on en a trop usé ces derniers temps). Moi, je ne peux que applaudir cette performance stylistique !
Je finirai par un sobre mais sincère : Bravo ! Et merci à ma collègue qui a su cerner mes goûts parce que oui, c'est exactement ce que j'aime !
J'ai en plus découvert le talentueux Slimane-Baptiste avec cette casquette d'auteur, ce qui me rend encore plus admirative !
Je vous invite à faire également cette découverte, si ce n'est pas déjà fait ! Avez-vous lu par hasard sa série La Meute ?
Lien : https://www.youtube.com/watc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LeoLabs
  27 mars 2020
J'ai beaucoup apprécié ce roman pour son écriture très soignée, ses personnages hauts en couleur et son atmosphère particulièrement anxiogène entretenue tout du long avec brio. J'ai par-contre moyennement aimé l'histoire en elle-même, ce qui m'a valu de grosses longueurs et parfois même de l'ennui. En bref, un avis mitigé. Bon roman, mais dispensable.
Commenter  J’apprécie          150

critiques presse (1)
SciFiUniverse   20 décembre 2018
Les Yeux est un thriller fantastique qui vous plonge dans la folie malsaine d’un vieil asile battu par les vents. Ce huis clos vous fera partager le quotidien de déments plus surprenants les uns que les autres et du chirurgien sévère qui les traite.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
LheureduthrillerLheureduthriller   11 octobre 2018
Certes, il avait le titre de pharmacien, mais dans les faits, tout le monde savait qu'il ne faisait que distribuer les traitements prescrits par Valmont. Il n'était ni plus ni moins qu'un garçon de café, à ceci près qu'il ne distribuait pas de boissons, mais des pilules. Et ce n'était pas le client qui choisissait ce qu'il allait consommer. Et aussi qu'il n'y avait jamais de pourboire. Gaultier songea que, tout compte fait, l'analogie était mal choisie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JoyeuxDrilleJoyeuxDrille   04 août 2017
Je déteste les postures intellectuelles toutes faites. Les dogmes religieux ou moraux ne sont que des excuses pour nous exempter de mener une véritable réflexion personnelle. L'argument "parce que c'est comme ça" n'est que le terrier de l'imbécile, acculé par son impuissance, incapable de penser par lui-même ; le refuge du paresseux, et cette paresse m'insupporte.
Commenter  J’apprécie          20
GanistorGanistor   10 août 2018
La nuit était tombée sur l'Orme. Dense, oppressante. Le maigre quartier de lune qui perçait à travers les nuages éclairait les couloirs d'une lumière bleutée si légère que Lucie distinguait à peine où elle mettait les pieds. Elle avait ôté ses chaussures et avançait dans le silence. Engloutis par l'obscurité, les couloirs semblaient s'être allongés à l'infini. Un bruit la fit stopper et tendre l'oreille.
Une chouette ululait dans le lointain.
Elle reprit sa marche, guettant chaque recoin, chaque puits de ténèbres.
La nuit, tout devenait possible. L'obscurité semblait capable de donner corps aux pensées les plus folles, les plus angoissantes.
Et si un monstre hantait réellement cet hôpital maudit? Une bête maléfique, tout droit sortie des enfers pour terroriser les âmes tourmentées prisonnières du bâtiment?
Cette idée ne lui ressemblait pas. Elle n'avait rien de logique, rien de rationnel. Cette idée, c'était la nuit qui la soufflait.
Satanée nuit !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
amynagataamynagata   16 août 2018
Un homme obèse se mit à hurler. Au-dessus de lui, un autre était monté sur la table et urinait dans son assiette. D'un hochement de tête, Saint-Juste envoya Bouvier les maîtriser. L'infirmier arriva juste à temps pour subtiliser l'assiette des mains de Grimaud, toujours à l'affût d'une nouvelle expérience culinaire.
Commenter  J’apprécie          20
ChristelsChristels   29 avril 2019
La pharmacie était un bien grand mot.
Enfin, ce n'était pas tant du mot qu'il était question, mais plutôt du lieu. Le mot, lui, n'avait pas à rougir. Certes il y avait plus long, mais il y avait aussi beaucoup plus court.
Court, par exemple, était plus court.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Slimane-Baptiste Berhoun (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Slimane-Baptiste Berhoun
Les Yeux de Slimane-Baptiste Berhoun
Tout en haut du Plateau, le vent pouvait rendre fou. On avait choisi d'y construire un asile. L'Orme : une grande bâtisse lugubre, battue par les vents et la neige. Même les bombardements de 44 n'avaient pu en venir à bout. À croire qu'il échappait à toute influence humaine. Et des morts étranges, violentes, il y en avait toujours eu et il y en aurait encore, là-haut. D'ordinaire, personne ne venait s'en mêler. Ni la gendarmerie du Village, ni les réducteurs de tête de Paris. Si on avait écouté les fous enfermés derrière les murs de l'Orme, on y aurait peut-être vu l'oeuvre d'un monstre. Mais les fous, ça ne s'écoute pas, ça se traite. Ce que le psycho-chirurgien à la tête des affaires médicales de l'établissement sait faire d'une main de fer. À l'abri des regards. À condition de parvenir à se débarrasser définitivement de cette trop curieuse disciple de Lacan venue fouiner dans les dossiers de ses malades.
Précommandez Les Yeux par ici http://bit.ly/2snmnqd
Retrouvez Slimane-Baptiste Berhoun sur : Facebook http://bit.ly/2stq60w Twitter http://bit.ly/2stEnKI
Retrouvez Bragelonne sur : Facebook http://bit.ly/2rRh6C1 Twitter http://bit.ly/2stWrEA
+ Lire la suite
autres livres classés : asileVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
627 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre
.. ..