AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791028106874
Éditeur : Bragelonne (14/11/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.85/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Tout en haut du Plateau, le vent pouvait rendre fou.
On avait choisi d’y construire un asile. L’Orme : une grande bâtisse lugubre, battue par les vents et la neige. Même les bombardements de 44 n'avaient pu en venir à bout. À croire qu’il échappait à toute influence humaine.
Et des morts étranges, violentes, il y en avait toujours eu et il y en aurait encore, là-haut. D’ordinaire, personne ne venait s’en mêler. Ni la gendarmerie du Village, ni les rédu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  14 décembre 2018
Si j'ai craqué pour cet ouvrage, c'est parce que j'étais curieuse de voir ce qui m'attendait derrière ce résumé inquiétant et prometteur ! L'ambiance semblait terrifiante, oppressante, glauque et de longue haleine… Ce qui avait de quoi me plaire ! de plus, j'avais envie de découvrir la plume de l'auteur que j'ai connu grâce à la web-série « le visiteur du futur ». Je trouvais que Slimane-Baptiste Berhoun et François Descraques proposaient souvent un scénario bien ficelé, plein de twists et de rebondissements. Finalement, ce roman a tenu ses promesses. Bien qu'il ne m'ait pas totalement conquise, j'ai terminé les dernières pages en me disant que ça avait été vraiment pas mal et rondement mené. Merci encore aux éditions Bragelonne d'avoir accepté de m'envoyer ce service presse. J'ai passé un bon moment !
L'ouvrage met en scène des personnages a priori classiques, mais qui vont se révéler difficiles à cerner, imprévisibles et plus creusés qu'on ne le croit. Cela concerne principalement les trois personnages principaux : la belle et mystérieuse Lucie, le gentil pharmacien Gaultier ainsi que l'inquiétant chirurgien Valmont… Lucie est une héroïne qui m'a fait passer par plusieurs émotions : j'ai d'abord eu du mal à adhérer à son côté surdoué, sa façon d'observer tout en silence et le fait que tous les hommes de l'asile veulent la désirent. Heureusement, la jeune étudiante parisienne va se révéler plus humaine, sensible et fragile qu'il n'y paraît. Ce qu'elle va découvrir va la toucher et va mettre en avant plusieurs éléments de sa personnalité que l'on n'avait pas imaginés au premier abord. Une fois la moitié du livre passée, j'ai réalisé que je m'étais attachée à elle et que je craignais que son enquête lui brûle les ailes… Gaultier est un protagoniste avec lequel je n'ai pas eu d'attache… J'avoue que ce que son dévouement et son côté chevalier servant au début ne me plaisaient pas spécialement. J'attendais un peu plus de nuances ou que son côté « gentil » s'estompe un peu…
En ce qui concerne Valmont, je reconnais qu'il m'a de suite fait forte impression en raison de sa froideur. La scène de la lobotomie avec le pic à glace dans l'oeil m'a donné la nausée. de façon générale, Slimane-Baptiste Berhoun a su me provoquer des hauts le coeur avec brio et ce passage fait, pour moi, partie des plus marquants tant il est bien retranscrit. J'ai de suite compris que Valmont avait beaucoup de choses à cacher… Les révélations le concernant m'ont beaucoup plu, car les choses ne sont pas aussi évidentes qu'on ne le croit… du côté des autres personnages, ce fut assez compliqué. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup trop de noms à retenir que ce soit parmi les pensionnaires ou l'équipe de l'asile. Quoi qu'il en soit, l'auteur a vraiment bien conçu son huis-clos en proposant une ribambelle d'individus variés où chacun a un rôle et sa place. Parmi tout ce petit monde, j'ai surtout été intéressée par La Mo et par le terrible Sphynx. Toutes ces personnalités m'ont rappelé le film « Vol au-dessus d'un nid de coucou », mais avec une touche de fantastique grâce à cette créature qui sévit dans l'ombre…
Comme souvent dans le genre horreur, le rythme est assez lent et progressif… Cela dit, Slimane-Baptiste Berhoun propose souvent des révélations ainsi que des éléments assez inattendus (ex : Lucie !) comme parfois évidents (ex : révélation finale), ce qui permet au lecteur de ne pas se lasser. Des rebondissements scénaristiques, il y en a vraiment jusqu'à la dernière page ! C'est un régal… Je n'ai pas eu l'impression que le récit stagnait cependant, j'ai trouvé que l'on aurait peut-être pu écourter certains passages. (Mais je chipote…) La plume de l'auteur est vraiment très prenante, travaillée et efficace. L'ambiance qu'il instaure prend rapidement aux tripes. Attendez-vous à être immergés dans cette atmosphère déroutante qui ne laisse pas indifférent !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
sonfiljuliesuit
  22 octobre 2017
C'est en lisant l'avis de Les critiques de Yuyine​ que j'ai eu envie de découvrir ce livre et grâce à NetGalley France​ et aux éditions Bragelonne​ j'ai pu plonger dans ce thriller qui nous transporte dans univers atypique et rarement exploité.
Grâce à une écriture maitrisée et un talent de conteur on est immergé dans une lecture de grande qualité et addictive. On ne peut lâcher ce livre tellement il est de qualité, tellement les descriptions sont imagées, comme une série que l'on suit avec intérêt.
Plonger dans cette lecture atypique c'est gage de sensations fortes, avec pour seule règle « ne pas oublier que l'on se trouve dans un asile de fous et qu'il ne faut pas croire les fous »… Sauf lorsque l'on pense être fou soi-même…
Les descriptions sont tellement précises que l'asile de l'Orme en devient réel et un personnage à part entière… Un personnage qui fera fémir d'horreur n'importe quel lecteur… Un hôpital psychiatrique isolé, délabré, trois bâtiments… Dont chacun sera le spectacle de l'horreur : « Il y a toujours eu des morts à l'Orme. C'est normal il parait dans un asile. »
Une ambiance sombre et glaciale que le lecteur suit au rythme de ces pages qui deviennent un vrai page-turner tellement l'auteur réussi à nous embarquer dans la folie…
Les personnages sont nombreux et pourtant à aucun moment l'auteur ne perd son lecteur, car chacun a sa propre personnalité : celui qui mange tout ce qui lui tombe sous la main, celui qui se prend pour un poulet, j'ai adoré La Mo, un homme qui se prend pour sa femme… Léo, qui fait flipper mais qui est très attachant… Cazal, complètement déjanté mais qui m'a fait rire… J'ai adoré Lucie, un personnage troublant… Attachant… Qui peu à peu fait basculer la lecture dans ce qu'elle a d'horrifique et surtout donne corps au récit avec sa construction psychologique de grande qualité.
Mais il n'y a pas que les « fous » au royaume de cet asile, qui sont fous… La folie est en chacun des personnages…. le gardien mauvais comme une teigne qui aime le pouvoir sur plus faible que lui… Ce directeur avide d'argent… Ce chirurgien qui cherche à comprendre… Mais à quel prix… le seul dont la normalité est troublante est ce pharmacien qui veut juste faire son boulot tranquillement et peut être attirer l'attention de la belle Lucie.
L'auteur fourni une belle palette de personnage, ce qui pourrait faire peur, mais loin de là. Chacun a son rôle et sa place dans cette histoire addictive.
Un meurtre, des malades dont la peur du noir va être le point d'ancrage. Un monstre sévit dans les murs de cet asile… Mais parfois le monstre n'est pas celui que l'on croit… L'auteur nous balade pour nous attirer dans ses filets avec plusieurs rebondissements qui ne sont là que pour attirer le lecteur vers la toute fin du récit, pour comprendre où l'auteur a voulu amener son lecteur, qui va se prendre un grande claque tellement cela se termine en apothéose.
Un final que l'on ne voit pas venir ou que l'on refuse de voir… Un final qui fait frissonner…
Un roman qui se lit rapidement malgré ses 444 pages, qui nous balade entre folie, fiction et réalité sans laisser de répit à son lecteur qui referme sa lecture essoufflé tellement il en pris plein les yeux
Lien : https://julitlesmots.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Lesratsdebib
  28 février 2018
Ce n'est pas que je ne l'ai pas crue, non ce n'est pas vraiment ça. Quand ma collègue m'a dit, le regard fiévreux de certitude que ce livre était fait pour moi, avec des arguments décisifs tels que « glauque », « enquête », « hôpital psychiatrique », mon intérêt s'est arrêté, le pied en l'air, ma tête a tourné vers elle, et là, je lui ai quand même dit : « Ok, je le prends ».
Elle me l'a passé.
Le temps a passé.
Elle en avait besoin, je lui ai rendu.
Mais il a fallu qu'elle me le repasse. Et qu'il me regarde, posé là, sur la table de chevet, et que dans ma tête trotte toujours ses mêmes arguments, et que je repense à ma collègue qui tous les matins attend que je lui dise : « c'est bon je l'ai commencé, c'est bon je l'ai lu ». Alors, oui, oui, quand j'eus fini une lecture, bonne qui plus est mais finie, j'ai craqué et je l'ai ouvert.
Et je n'ai pas décroché !
C'est donc là que je vais reprendre un discours plus conventionnel et moins littérairo-meuf-qui-s'essaye-à-faire-de-la-littérature.
Vous l'avez lu, l'histoire se passe bel et bien dans un hôpital psychiatrique perdu en pleine campagne, aux bâtiments délabrés, en manque de personnel, et où un crime vient d'être commis. Sentez-moi ce suspense !
Un jeune patient est retrouvé mort dans la cour de l'hôpital, le ventre ouvert comme s'il s'était dévoré les entrailles (ou qu'ON lui avait dévoré les entrailles), la peur se lisant encore dans le regard. le commandant du village est au-dessus de lui, mais il se pourrait bien que faute d'indices, il laisse couler cette affaire (de dingues)...
Ça n'empêche pas l'hôpital de continuer de vivre, voici qu'il accueille au même moment un grand professeur parisien, venu pour examiner une patiente ayant une maladie particulière. Au grand étonnement du directeur, du pharmacien et du chirurgien en chef, c'est une jeune fille qui descend de la voiture de Gaspard (le taxi local berrichon), Lucy Klein, étudiante auprès du professeur parisien. Elle peut rester un mois.
Et la nuit, une Ombre rend visite à certains patients. Ils ne doivent pas la regarder. Bon après....ce ne sont que des fous !
Afin d'éviter une chronique beaucoup trop longue et devenant indigeste, tant j'ai à dire et ce, sans m'en lasser, je vais vous énumérer par points courts, simples et se voulant efficaces, pourquoi j'ai trouvé ce thriller parfait, magistral et qu'il est devenu MON coup de coeur 2018 (alors que nous ne sommes qu'en février) :
1. Les personnages sont bien décrits, approfondis psychologiquement. Ils sont intrigants, attachants, méprisants. Je les aurais suivi pendant plus de mille pages sans problème ! Maintenant que ma lecture est finie, ils ont laissé un grand vide dans mon coeur. Je pense encore à eux. Excusez-moi, faut que j'aille me moucher...
2. C'est une intrigue à multiples rebondissements (vous l'avez vu, il y a plusieurs mystères d'entrée de jeu, impossible de vous ennuyer). Nous avons ainsi un rythme palpitant maintenu jusqu'au BOUT DU BOUT DU BOUT ! Bien sûr, avec la fameuse grande action de fin qui monte crescendo, et même ça, vous pouvez être surpris par la construction proposée ! Surtout, pensez à bien rependre votre souffle. Ou entraînez-vous à maîtriser vraiment l'apnée. C'est vraiment selon les préférences de chacun. Moi, j'ai fait les deux, ce qui nous donne une respiration de chien cardiaque haletant et bavant...loin du glamour, quoi !
2bis : J'ai tellement apprécié partager les pensées de nos protagonistes, et donc suivre le cours des réflexions au présent. Pas de personnage qui se la pète plus haut que ses oreilles en ayant un train d'avance sur nous, lecteurs. Ici, on ne nous cache rien, on nous inclus dans l'évolution des résolutions des énigmes, et c'est tellement bon qu'il était important de le préciser. Comblée, je suis !
3. L'ambiance, oh my God, l'ambiance ! Tout pour faire un parfait huis-clos sombre, glauque mais pas étouffant (on a au contraire bien envie de continuer à s'y glisser), fantastique, frissonnant aussi putain, addictif beaucoup beaucoup !
4. L'écriture et les choix narratifs que je salue. C'est bien écrit, soigneusement bien écrit, intelligemment bien écrit, poétique parfois, drôle aussi (oui, oui, oui, et alors comme on dit, femme qui rit, femme complètement dans son lit, d'autant que vu le beau minois de l'auteur, je ne dirai pas.....grhuuuummmmghruuummm, je me reprends de suite, je me reprends de suite ! Alors moi, dès qu'on me fait rire, de suite, on marque des points !), les changements de points de vue, une véritable réussite ! On passe des pensées de Gaultier, à celles de Lucie, puis à celles d'un autre personnage et cela sans utiliser l'emploi de « je » (que je trouve maintenant franchement agaçant, on en a trop usé ces derniers temps). Moi, je ne peux que applaudir cette performance stylistique !
Je finirai par un sobre mais sincère : Bravo ! Et merci à ma collègue qui a su cerner mes goûts parce que oui, c'est exactement ce que j'aime !
J'ai en plus découvert le talentueux Slimane-Baptiste avec cette casquette d'auteur, ce qui me rend encore plus admirative !
Je vous invite à faire également cette découverte, si ce n'est pas déjà fait ! Avez-vous lu par hasard sa série La Meute ?
Lien : https://www.youtube.com/watc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Aelynah
  28 février 2018
Je découvre avec ce roman la plume de Slimane-Baptiste Behroun. Elle est incisive, parfois froide et tranchante et en même temps elle a ce quelque chose qui attire et rend accro.
Le sujet est déjà hautement surprenant. Il m'a un peu fait penser à ce film avec Jack Nickolson titré « Vol au-dessus d'un nid de coucou ». Car l'un comme l'autre nous montre l'intérieur d'un asile du point de vue surprenant de ceux qui l'habitent.
Que ce soit le petit Léo, sa mère, ou les autres patients ils nous troublent par leur pathologie. Ce n'est pas toujours évident de savoir ce qu'ils pensent, ce que l'on doit ressentir face à eux.
De plus, Lucie Klein, l'héroïne, cette étudiante envoyée par le grand professeur de Paris pour une étude de cas est, elle-même, particulière. Elle semble cogiter tout le temps. Et nous entraîner dans ses pensées comme dans un train parfois fou.
Son enquête sur le cas de Marie va l'amener à découvrir des choses pas claires au centre psychiatrique de l'Orme. Des morts étranges, pleine de violence et de terreur. Des ombres. Des yeux jaunes. Et derrière tout cela une énigme : qui? Pourquoi?
Au fil des chapitres la trame se complexifie. le scénario devient dense et les révélations nous glacent. Personne ne semble être ce qu'il doit être.
Du personnel pas si soignant que ça. Des fous pas si fous. Des traitements parfois choc. Mais que se passe-t-il donc dans les soupentes de l'institut pour que ceux qui y échouent en reviennent changés ?
L'enquête de Lucie va-t-elle l'aider à coincer un meurtrier sanguinaire? Ou va t elle lui apporter d'autres réponses?
Sous la plume de l'auteur j'ai frémi d'angoisse.
Le suspense est soutenu, tendu et semble nous tirer vers des profondeurs glauques et putrides. Lorsque l'on pense avoir trouvé la faille, elle s'ouvre devant nous pour nous emporter dans un cauchemar horrifique et sanglant.
Je dois avouer que les descriptions de certaines scènes sont glaçantes de réalisme. le lecteur voit alors du sang partout, qui coule, qui suinte, qui éclabousse. C'est flippant et à la fois tripant car on ne peut lâcher le récit, les chapitres s'enchaînant dans une course effrénée vers la vérité.
Et bon sang!!! Quelle fin de folie!! J'en suis encore complètement sidérée. Je m'attendais à beaucoup mais là, même si j'ai eu un doute, un éclair de lucidité vite oublié dans ma lecture j'ai été sciée.
Je ne qualifierai pas ce roman de coup de coeur même si mon palpitant a subi quelques ratés à maintes reprises. Car c'est plus un coup au coeur, de stress, de tension que j'ai ressenti. Je pense qu'il faudrait alors inventer une nouvelle expression pour ce genre de lecture qui vous prend aux tripes dans l'horreur, le mal et la mort. Alors si vous avez des idées pour le qualifier, aidez-moi !
Mais en tout cas, rien ne vaut de le lire pour comprendre ce que je veux dire par là. Et adorer avoir peur. Maintenant je vais tenter de dormir, et surtout » ne le regardez pas dans les yeux! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LesMissChocolatinebouquinent
  31 octobre 2017
Une lecture qui se prête merveilleusement bien en cette période ! L'esprit Halloween es-tu là ?? Vous ne le voyez pas, ne vous inquiétez pas Slimane-Baptiste Berhoun vous l'apporte sur un joli plateau d'argent !!
« Les yeux » est le premier thriller fantastique de Slimane-Baptiste Berhoun et je vous assure il s'en sort très bien ! Imaginez un univers à la Stephen King et un huis clos à la Franck Thilliez et vous rajoutez le génie de l'auteur et ça donne quelque chose de sensationnel !!
Le lieu : le Berry, terre propice à toute sorte de légendes. Un asile hors norme qui vous file les frissons aux premiers regards. S'éloigner de ce lieux est primordial. Des immenses couloirs aux portes n'invitant guère la présence de visiteurs, de longues fenêtres peinant à éclairer ce sinistre et glauque immeuble. Un corps, un enfant déchiqueté. Il n'en fallait pas plus pour donner le ton au roman. Des pièces sombres. Un bloc opératoire suspicieux. Un troisième étage aux lourds secrets. Des souterrains lugubres. Des murs déshumanisés. Une atmosphére pesante et des yeux..des yeux jaunes qui invitent la mort à son passage ! Vous pensez vous enfuir ? Détrompez vous !! Ces murs vous retiendront indéfiniment !
Les personnages : rajoutez à tout cela des personnages aux caractéristiques à la fois énigmatiques et chaleureuses. Dès le départ vous ne savez pas à qui accordez votre confiance. Même Lucie, notre héroïne principale m'a apparu suspecte. Lucie, la vingtaine, se retrouve dans cet asile afin de comprendre la régression partielle d'une patiente atteinte d'une maladie qui porte un nom barbare : la prosopagnosie ( le fait de ne pas pouvoir associer un visage à une personne suite, en autre, à un choc psychologique). Cette quête sera la clé de son passé. Mais plus les réponses se dévoilent plus elles entrainent de nouvelles questions, et plus elle s'enlise dans une situation qui mettra sa vie en péril et également celle des habitants étranges des lieux. Lucie est une femme extraordinaire, hypermnésique, elle donne de sa personne pour détruire les liens qui la retiennent à son passé. Femme surprenante, elle a extrêmement du mal à interpréter le langage des autres. Elle se remet souvent en question. L'auteur associe à l'image d'une locomotive à pleine vapeur lorsqu'elle se met a réfléchir intensément et qu'elle relie tous les éléments en sa possession. L'auteur joue finement avec plein d'autres associations image/émotion. Lucie est très attachante car au fil des page on découvre ce qui la définie. Sa capacité d'adaptation et de raisonnement est hallucinante ! C'est un personnage aux multiples facettes qui n'arrête jamais de vous émouvoir. Gaultier est le personnage benêt du roman. Pharmacien par défaut, il vivote à sa guise au milieu de ces déments. Mais l'arrivée de Lucie va le bouleverser. Découverte des sentiments, amitié, protection, un trop plein d'émotions qui va le déstabiliser. L'amour le sauvera t-il de l'ombre qui hante ces murs ? le professeur Valmont : haaa le personnage de l'archétype même du psychologue fou furieux. Psychopathe à la recherche ultime du traitement qui les sauvera, il met tous les moyens à sa disposition pour avancer dans ses recherches et c'est pas du tout beau ce qu'il fait ce cher Monsieur. Par ce que dans le sanguinolent, le pic à glace enfoncé dans l'orbite, la « lobotomisation in vivo » et j'en passe, Monsieur ne fait pas du tout dans la dentelle. le directeur David : homme bien sympathique mais entraver dans une situation où le dû est de rigueur. Dépassé par des situations de plus en plus étranges et sordides, son asile va connaître les pires moments. le commissaire Durrieux : tient le rôle essentiel et de liaison entre la réalité du dehors et celui déraisonnée de l'asile. Mais il mettra le doigt sur plusieurs preuves loin d'être nettes. « La team fofolle de l'Orme » : composée de Léo, le petit garçon au bras rachitique, l'oiseau Capgras (comprendre un homme qui se prend pour un volatil), Calzac (celui qui se prend pour un résident d'un hôtel de luxe), La Mo (Maurice qui se prend pour sa femme décédée). Cette team est la clef de toute cette intrigue. Ils apportent chacun à leur tour un soutien sans faille à Lucie et vont jusqu'à imaginer un scénario digne de Shuster Island ! Ben évidemment d'autres personnages viennent agrémenter l'histoire. Je dois bien avouer que le panel des personnages et notamment de leurs caractères est vaste et donne une sacré force au récit. A la fois attachants, détestables, troublants, repoussants et suspicieux !
Ce qu'en j'en pense : Et bien j'ai adoré du début à la fin ! Une atmosphére qui se prête à merveille au scénario. Des personnages qui font flipper ! Et une intrigue qui donne du fil à retordre ! Les éléments sont égrenés au fils des pages. L'auteur vous mène par le bout du nez jusqu'au point final. Un final d'ailleurs qui prête à confusion et invite à une suite ! (Que j'espère de tout coeur). C'est sanguinolent, c'est visqueux : des tripes à l'air, des organes broyés, des yeux explosés, des viscères, des corps meurtris et torturés, des phénomènes surnaturels ! Ça fout la pétoche. D'ailleurs la fin m'en empêcher de dormir la nuit dernière. le tout n'est absolument pas rassurant. L'histoire est magnifiquement orchestrée. le travail fournit par l'auteur a du être colossal !
Si vous êtes fan du genre, je vous invite à découvrir « LES YEUX » ! Préparez vous à rendre visite aux enfers !
PS : A lire les yeux bien ouverts en présence de votre objet fétiche porte-bonheur afin de repousser ce qui se tapis dans l'ombre ! N'ayez crainte vous survivrez à l'expérience !
Lien : https://lesmisschocolatinebo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
SciFiUniverse   20 décembre 2018
Les Yeux est un thriller fantastique qui vous plonge dans la folie malsaine d’un vieil asile battu par les vents. Ce huis clos vous fera partager le quotidien de déments plus surprenants les uns que les autres et du chirurgien sévère qui les traite.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
GanistorGanistor   10 août 2018
La nuit était tombée sur l'Orme. Dense, oppressante. Le maigre quartier de lune qui perçait à travers les nuages éclairait les couloirs d'une lumière bleutée si légère que Lucie distinguait à peine où elle mettait les pieds. Elle avait ôté ses chaussures et avançait dans le silence. Engloutis par l'obscurité, les couloirs semblaient s'être allongés à l'infini. Un bruit la fit stopper et tendre l'oreille.
Une chouette ululait dans le lointain.
Elle reprit sa marche, guettant chaque recoin, chaque puits de ténèbres.
La nuit, tout devenait possible. L'obscurité semblait capable de donner corps aux pensées les plus folles, les plus angoissantes.
Et si un monstre hantait réellement cet hôpital maudit? Une bête maléfique, tout droit sortie des enfers pour terroriser les âmes tourmentées prisonnières du bâtiment?
Cette idée ne lui ressemblait pas. Elle n'avait rien de logique, rien de rationnel. Cette idée, c'était la nuit qui la soufflait.
Satanée nuit !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JoyeuxDrilleJoyeuxDrille   04 août 2017
Je déteste les postures intellectuelles toutes faites. Les dogmes religieux ou moraux ne sont que des excuses pour nous exempter de mener une véritable réflexion personnelle. L'argument "parce que c'est comme ça" n'est que le terrier de l'imbécile, acculé par son impuissance, incapable de penser par lui-même ; le refuge du paresseux, et cette paresse m'insupporte.
Commenter  J’apprécie          10
SaiwhisperSaiwhisper   07 décembre 2018
- Ton espoir est ridicule.
- Pas plus que tes certitudes.
Commenter  J’apprécie          110
amynagataamynagata   16 août 2018
Un homme obèse se mit à hurler. Au-dessus de lui, un autre était monté sur la table et urinait dans son assiette. D'un hochement de tête, Saint-Juste envoya Bouvier les maîtriser. L'infirmier arriva juste à temps pour subtiliser l'assiette des mains de Grimaud, toujours à l'affût d'une nouvelle expérience culinaire.
Commenter  J’apprécie          10
LheureduthrillerLheureduthriller   11 octobre 2018
Certes, il avait le titre de pharmacien, mais dans les faits, tout le monde savait qu'il ne faisait que distribuer les traitements prescrits par Valmont. Il n'était ni plus ni moins qu'un garçon de café, à ceci près qu'il ne distribuait pas de boissons, mais des pilules. Et ce n'était pas le client qui choisissait ce qu'il allait consommer. Et aussi qu'il n'y avait jamais de pourboire. Gaultier songea que, tout compte fait, l'analogie était mal choisie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Slimane-Baptiste Berhoun (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Slimane-Baptiste Berhoun
Du 25 au 29 juin 2018, c'est la #grosseop, avec chaque jour une sélection de 100 ebooks à 0,99 ? ! Cette année, pour accompagner la #GrosseOP, on vous propose de participer à notre jeu de la #Grossebattle ! le principe ? Chaque jour, nous vous présentons chacune un ebook de la sélection quotidienne en vidéo. Vous pourrez ensuite voter pour le livre qui vous a le plus convaincu et participer ainsi à un tirage au sort à la fin de semaine pour tenter de gagner une Bookeen Saga bleue avec les 5 ebooks gagnants. Pour participer au tirage au sort, rdv ici : http://unbouncepages.com/grossebattle/ Bonne chance !
----------------------------------------- Les livres dont nous parlons dans cette vidéo : - Nom de code : Verity d'Elizabeth Wein : https://bit.ly/2tbYS1M - La Meute de Slimane-Baptiste Berhoun : https://bit.ly/2K2L57g - Les 100 titres du jour 1 : https://bit.ly/2lnkRhW
----------------------------------------- Les musiques utilisées dans cette vidéo sont sous licence CC : - Back to the Woods de Jason Shaw https://bit.ly/2mGO6hC - MOUNTAIN SUN by Jason Shaw https://bit.ly/2M7JTgq
----------------------------------------- Vous pouvez également venir parler littérature et lecture numérique avec nous sur : - Twitter : https://twitter.com/Bookeen - Facebook : https://www.facebook.com/Bookeen - Instagram : https://www.instagram.com/bookeen_cafe/
+ Lire la suite
autres livres classés : asileVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Slimane-Baptiste Berhoun (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
544 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre
.. ..