AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 109468032X
Éditeur : Le Serpent à plumes (07/01/2016)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 7 notes)
Résumé :
L'Homme qui se croyait plus beau qu'il n'était est un roman en quatre-vingt dix histoires, un puzzle en quatre-vingt dix pièces. Certaines sont douces, d'autres cruelles, toutes sont animées, drôles et crues. Le Narrateur raconte sa vie, morcélée, et pourtant cohérente. C'est la vie d'un homme, entre Budapest, Auschwitz, Cuba, New-York et Paris, partagée entre le le XXème et le XXIème siècle, animée par l'amour, les passions, les deuils. Le lecteur recollera les mor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  14 mars 2017
Je te raconte l'histoire d'un petit garçon juif de Hongrie qui a fuit Bucarest avec ses parents – ne pas passer par la case Auschwitz.
Je te parle aussi d'un quinquagénaire sur un lit d'hôpital, lui n'a pas évité la case Cancer.
Cancer du Tropique, j'ai pris un billet pour Cuba.
Je me vois dans la peau d'un jeune étudiant, premiers amours, souvenir de dépucelage, Paris peut-être.
Le petit garçon arrive à New-York, quartier du Bronx.
Un quadra travaille dans une boite de publicité avant de se faire virer.
Le jeune étudiant rêve d'être écrivain.
Et si je cherchais une maison d'édition, pour son livre. le Serpent à plumes serait une bonne idée, faire entrer le jeune écrivain dans le panthéon des auteurs publiés. Et quel écrivain ! Foi de lecteur.
Un homme d'âge moyen, fraîchement divorcé ou bientôt marié, suivant comment je prends les épisodes – dans l'ordre ou le désordre, pire qu'un tiercé sur la pelouse d'Auteuil. Parce qu'il n'est pas juste question de trois bourrins sur un hippodrome. Non, là je te parle de quatre-vingt-dix chapitres d'une vie, putain de vie. Deux enfants qu'il voit, puis qu'il ne voit plus, le silence avant la mort...
Des chapitres qui se succèdent comme autant de bières que je prends seul, avant de finir moi même en bière. Cynique, cynisme d'une vie. J'adore. Ce côté, drôle et crue, triste et décalé, décrit dans des mini scénettes, une page ou deux, genre nouvelle à la Richard Brautigan ou à la Raymond Carver. Pas de longs discours, un bout de vie, une tranche de rien, du vide et de l'amour, quelques gouttes de sperme qui perle comme une goutte de sueur sur la tempe de Mick Jagger pendant que Keith Richards se fait un shoot entre deux titres. Magnifique, j'ai envie de dire. Un coup de coeur, pour originalité et le cynisme.
Original ? Qu'est-ce qu'il me sort... Qu'y-aurait-il d'original dans ces histoires juxtaposées ?


Le jeune étudiant qui rêve de devenir écrivain travaillera dans la publicité tout en écrivant le soir, il était ce petit enfant juif il évitera les nazis mais pas les moqueries de la vie, dans son école, dans son agence de publicité, sur une table d'opération. Toutes ces personnes n'en font qu'une, toutes les scénettes ne représentent qu'une seule et même vie, celle de « l'homme qui se croyait plus beau qu'il n'était ». Je te rassure, ce n'est pas moi, même si ces putains de vie qui n'en feront qu'une au final, lorsque l'on remet dans l'ordre, furent une révélation pour moi. Un bouquin pour moi. Parce qu'il y a du moi dedans.
J'ai fermé la dernière page de ce roman hier. J'ai déjà envie de le relire, de lire de nouveau tous ces quatre-vingt-dix chapitres, de les imprimer et de les remettre dans le bon ordre. Quelle idée a eu l'auteur, Mickael Korvin, de m'écrire et de mélanger ses feuillets avant de les donner à son éditeur. Tiens l'auteur vit entre New-York et Paris, il est né en Hongrie et son livre est édité chez le serpent à plumes. Un récit par conséquent que je vois sous un autre oeil, celui de l'autobiographie romancée et totalement décalée. J'aime son cynisme.
Lien : http://memoiresdebison.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          464
Galirad
  27 février 2016
J'ai lu « L'homme qui se croyait plus beau qu'il n'était » de Michael KORVIN dans le cadre de l'opération « Masse Critique » du mois de février 2016.
Avant de vous livrer mon analyse, je tenais à remercier Marie-Delphine de BABELIO et La maison d'édition « le Serpent à plume » qui me l'ont attribué.
Le livre se déroule en 90 chapitres très courts et percutants. Tantôt, l'auteur évoque les atermoiements de l'étudiant, tantôt les tourments de l'écrivain en devenir, puis revient sur une anecdote concernant le pré-adolescent, poursuit avec les déboires du quinquagénaire dépositaire d'un stand aux Puces et revient parfois sur l'histoire d'une famille hongroise devenue roumaine, quelque part dans les montagnes de Transylvanie, hantée par Dracula et l'Holocauste.
Ces multiples scénettes, à l'accent hyper réaliste, se présentent au fil de la lecture, selon aucun ordre apparent, comme si l'auteur avait laissé tombé les pages de son manuscrit, dans l'escalier, en arrivant chez son éditeur, et les avait rassemblées rapidement avant de lui livrer le paquet tel quel.
Tout au long de son récit, Mickael KORVIN emploie la troisième personne, comme si du bébé, au garçonnet jusqu'au quinquagénaire, chacun balloté à sa façon par les évènements de la vie, il n'avait été qu'un observateur. Regarder de cette façon sa vie à distance, lui a incontestablement permis d'écarter les détours narratifs et pompeux liés à l'inévitable ménagement de l'égo de l'écrivain. Et, c'est cette prise de recul, qui donne cette coloration toute particulière à son texte : pas d'emphase que du factuel !
Malgré, les moments dramatiques évoqués, les coups du sort et les occasions ratées, son texte garde une légèreté toute particulière, renforcée par des traits d'humour et beaucoup de désinvolture.
Le génie de l'auteur tient dans ce rapport 90 moments sur 154 pages. Il a veillé à relater chaque anecdote de manière très synthétique, sans fioriture, comme pris sur le vif et a su, par ailleurs, se limiter dans le nombres d'évènements choisis, pour ne pas faire de son livre le catalogue de sa vie.
Le lecteur sort de son univers repu, mais non pas saturé et gavé. Un vrai bonheur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
delphinettepasbete
  25 janvier 2016
J'ai beaucoup beaucoup aimé ce livre. Je ne sais pourquoi, au début, j'ai pensé à Audiberti. La forme, les mots... L'auteur a trouvé la forme idéale, qui met parfaitement en valeur son texte. La brièveté des nouvelles, tout en mini chapitres permet de partager une émotion subtile et laisse la place aux situations parfois scabreuses, douloureuses, tendres et délicates sans jamais verser dans la complaisance; une ironie douce amère qui échappe au cynisme mal venu. J'ai été touchée par ce que j'ai ressenti comme une douce nostalgie, une mélancolie parfois une tristesse poignante mais jamais envahissante, comme s'il voulait m'épargner (épargner le lecteur, mais je parle de ce que j'ai ressenti moi), très respectueux donc, et délicat. Beaucoup souri; étrangement, j'ai souvent pensé à Pagnol, ressenti le même plaisir qu'en lisant ses souvenirs. Son honnêteté et sa sincérité se lisent clairement et sont émouvantes. La forme qu'il as choisie et son style, alliant classique et contemporain, donnent une grande proximité.
En fait, ça me suffirait presque; j'ai hâte quand même de lire la version nouvelle, en "nouvofrancet", y retrouvera-t'on la même émotion? J'adore les exercices de style, Queneau, Perec, comme l'auteur les cite, mais aussi Apollinaire, Ponge etc. Pour moi ce sont des exercices qui rendent la littérature passionnante, encore plus passionnante; en revanche, je n'en fais pas une idéologie. Au delà de l'usage littéraire des mots, j'adore les études de Roland Barthes entre autres, avec ses comparses et toute étude des signes. Bref le langage et ses jeux me passionnent. Autant dire que je suis Mickael Korvin avec plaisir.
Bon ce n'est pas très clair et sans doute très banal, je ne suis pas critique littéraire. Mais pour ce que ça vaut, voilà.
Lien : https://www.facebook.com/lho..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Melms
  17 février 2016
C'est un livre déroutant au départ. Chaque très court chapitre semble indépendant et portant sa propre histoire. Mais peu à peu se découpe un personnage, et chaque chapitre dépeint une tranche de vie, un moment important, une rencontre, une histoire passée. Peu importe l'ordre chronologique, il n'y en a pas. Mais on se laisse porter par ce récit, par ces petits tableaux et l'on découvre une vie comme on a tous : faite de hauts, de bas, de rencontres... mais racontée ainsi elle prend un aspect poétique.
Commenter  J’apprécie          50
helo1807
  21 mars 2016
En tout cas, ce livre est tout à fait atypique : c'est presque un roman autobiographique constitué de nombreuses nouvelles. Chaque nouvelle peut se lire en autonomie mais l'ensemble constitue un corps, un esprit, un être : l'auteur lui-même qui se révèle par ces écrits. La mise à distance instaure une incompréhension au début mais a surtout été source d'admiration pour moi. Cet auteur a un talent fou !
Les histoires sont souvent dures, mais c'est la vie, et on se retrouve, on ressent de l'empathie pour cet homme qui s'est construit malgré tout, ou peut-être grâce à tous ces moments forts. Je suis ravie d'avoir découvert ce livre, et j'en recommande vivement la lecture !
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   19 mars 2017
L'homme dans la fleur de l'âge est depuis peu l'amant d'une jeune femme, accro aux produits bio, qui se trouve également être bisexuelle prédatrice et nymphomane.
Elle fait l'amour n'importe quand, avec n'importe qui, n'importe quoi.
Un soir, lors d'une fête de publicitaires où il l'a emmenée, elle attrape un jeune minet, et se le tape dans les toilettes, à grand bruit.
Une autre fois, c'est une remise de trophée, après laquelle elle participe seule à une orgie, avec les propriétaires de la salle de réception, un couple de lesbiennes imbibées comme des biberons.
Puis, à son tour, l'homme dans la fleur de l'âge accompagne sa petite amie nymphomane et bisexuelle à une partouze.
C'est une grande première pour lui et il ne sait pas trop comment ça va se passer.
Il s'avère que la personne qui les avaient invités à omis de leur indiquer un détail : il s'agit d'une orgie bisexuelle, mais de bisexualité masculine !
Le petit appartement est rempli d'hommes nus, recrutés sur internet pour la taille de leur pénis, et venus faire l'amour trois par trois avec deux malheureux couples consentants, sur des matelas tachés, à même le sol.
Il s'assied par terre en caleçon, au milieu de cette forêt de bites gigantesques. Celles-ci se dressent d'autant plus fort que sa copine vient de retirer son soutien-gorge, libérant une paire de seins refaits hors-norme.
Elle se fait prendre par absolument tout le monde et dans toutes les positions, par tous les trous, oreilles comprises.
Elle se fait mettre par tous, sauf lui, complexé par son gabarit standard.
Il l'écoute hurler comme une truie. Il est à ce point sensibilisé avec cette fille délurée qu'il n'est même plus tellement jaloux.
Mais doit quand même se soûler tous les jours pour vivre avec.
Après un mois à ce régime, il est guéri à vie de la possessivité intransigeante qui avait caractérisé toutes ses relations amoureuses jusqu'ici.
Elle lui inspire un roman traitant autant de bio que d'orgie, d'où le titre Biorgie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
le_Bisonle_Bison   14 mars 2017
L'homme d'âge moyen se compare au héros d'un film à la télévision. C'est l'histoire d'un producteur de disques à qui tout sourit.
Affalé sur le canapé, il se sent totalement perdu, culpabilisant d'avoir manqué toutes les nombreuses opportunités qui s'étaient présentées à lui et d'avoir échoué à toutes les épreuves, amour, famille, travail, amis.
Ce soir, il a l'impression que tout le monde est mieux adapté à l'existence que lui.
Il envisage vaguement de soit retourner à l'université, pour, à son âge, étudier Dieu sait quoi, soit de se flinguer, mais alors il ne faut pas que ça fasse mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
le_Bisonle_Bison   12 mars 2017
Son ami d'enfance veut bien partager sa petite amie, le temps d'un ménage à trois, sans se douter que l'étudiant est un peu amoureux de celle-ci.
Une fois sous les draps, en train de la limer comme un malade, son copain lui révèle, de la façon la plus ostentatoire, sa bisexualité.
L'unique manière de repousser ses viriles avances, de plus en plus insistantes, est de subrepticement abréger la soirée. C'est vraiment pas de chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
autres livres classés : autobiographie romancéeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
636 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre