AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Mokke tome 1 sur 9
EAN : 9782811611170
192 pages
Pika Edition (06/03/2013)
3.84/5   19 notes
Résumé :
Mizuki et Shizuru sont deux soeurs qui possèdent respectivement le don d'attirer les yôkai et celui de les voir. Elles sont envoyées chez leur grand-père, expert en exorcisme, vivant à la campagne. Cependant, leurs talents particuliers n’ont pas que des avantages. Non seulement elles ont l'interdiction de parler à leurs camarades de leurs pouvoirs, mais elles sont aussi confrontées à de nombreux phénomènes surnaturels…
Que lire après Mokke, tome 1Voir plus
Barakamon, tome 1 par Yoshino

Barakamon

Satsuki Yoshino

4.10★ (1310)

19 tomes

Kamakura Diary, tome 1  par Yoshida

Kamakura Diary

Akimi Yoshida

3.77★ (571)

9 tomes

Chihayafuru, tome 1 par Suetsugu

Chihayafuru

Yuki Suetsugu

3.98★ (812)

44 tomes

Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Shizuru et Mizuki sont deux jeunes soeurs qui côtoient les yokais. L'une les voit, l'autre les attire. Il existe toutes sortes de yokais, des petits, des grands… Grâce à leur grand-père avec lequel elles vivent, on apprend plein de choses sur ces créatures surnaturelles qui s'attachent littéralement (mais de façon invisible) aux personnes. Les yokais ne sont des créatures très sympathiques mais leurs rencontres avec les jeunes filles ne sont pas effrayantes. Les yokais sont aussi une façon d'expliquer certaines humeurs des gens qui ont des soucis… beaucoup aimé leurs aventures et l'ambiance de ce livre, je lirai la suite avec plaisir.
(J'aimerais bien voir la version animée !)
Commenter  J’apprécie          180
J'aime beaucoup la version animé de Mokke alors je suis ravie de pouvoir enfin découvrir la version papier en Français (cette série est sortie au Japon il y a plus de 10 ans...)

J'ai donc été contente de retrouver nos deux soeurs adolescentes qui possèdent des dons plutôt hors du commun.
Shizuru l'ainée, peut voir des esprits et autres créatures (imaginaires?) tandis que sa soeur Mizuki elle est toujours possédée. Alors dit comme ça, ce manga peut paraitre inintéressant mais pourtant il vaut vraiment le coup car il permet au lecteur de voyager au coeur des croyances japonaises.

Les deux jeunes filles sont en plus très attachantes et littéralement opposées, Shizuru est calme et réfléchit tandis que Mizuki est intrépide. Cette dernière me fait d'ailleurs très souvent rire.

J'apprécie aussi les dessins qui pour moi dans un manga ou un BD sont vraiment très important. Ici, je les trouve magnifique, le Japon et sa campagne sont vraiment très bien représenté et chose importante les visages des deux soeurs sont bien dessinés, avec des formes bien rondes et non des très anguleux comme dans de nombreux mangas.

J'ai hate en tout cas de découvrir la suite de cette série.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
Commenter  J’apprécie          120
Mizuki et Shizuru sont deux soeurs qui vivent à la campagne avec leur grand-père. Ces dernières possèdent chacune un talent un peu particulier : Alors que l'une a le don d'attirer les yôkai et de s'en faire posséder, l'autre a la faculté de les voir. Obligées de garder le secret sur leurs pouvoirs, les deux soeurs ont parfois bien du mal à les assumer.

Mokke nous emmène sans équivoque dans le monde folklorique japonais. Contraction de "Mononoké" signifiant esprit, le terme nous invite à découvrir le monde des yôkai, ces créatures fabuleuses, ces esprits imaginaires (ou pas) très présents au Japon.
Dans ce premier tome, nous découvrons tout d'abord la vie des deux soeurs. Mizuki est une petite fille gaie et quelque peu naïve qui peine à écouter les recommandations de ses aînés quant aux yôkai. de fait, la petite est régulièrement possédée par ces derniers, dont elle ne se protège pas assez. Sa soeur aînée, au contraire, semble beaucoup plus impliquée. Si elle ne peut être possédée par ces esprits, elle a pourtant le pouvoir de les voir et donc d'observer les conséquences plus ou moins néfastes sur les humains de son entourage. Toujours prête à les aider, elle doit néanmoins apprendre à ne pas toujours intervenir.
Le grand-père des deux filles est lui-même exorciste. Réputé pour ses dons, les gens font régulièrement appel à lui dans les cas extrêmes de possession. Homme sage et réfléchi ,il va aider ses petites filles à accepter leurs dons et surtout à apprendre à vivre en harmonie avec ces étranges créatures.

A travers le quotidien de Mizuki et Shizuru, le lecteur va découvrir tout cet univers invisible d'esprits tantôt neutre, tantôt malfaisant ou parfois même bienfaisant. Chaque chapitre propose une nouvelle rencontre des deux soeurs avec un yôkai différent dont elles vont devoir apprendre à gérer la présence. L'ambiance est plutôt bucolique et fait bien évidement penser à l'univers de Miyazaki. La vie semble douce, on vénère les ancêtres, on craint les esprits sans les voir et on multiplie les temples au coeur d'une nature encore relativement préservée. Bref, c'est dans une ambiance très traditionnelle que les personnages de cette histoire évoluent. Bien qu'ils soient invisibles, les yôkai font partie de ce monde et y interfèrent en fonction des humeurs, des faiblesses des humains dont ils profitent ou se nourrissent. Sans être forcément néfastes, ce sont des créatures avec qui il faut apprendre à vivre en harmonie et à ne pas fâcher sous peine de conséquences plus graves.
Au fil des chapitres, nous voyons évoluer et grandir les deux soeurs. Chaque rencontre avec un yôkai est prétexte à une leçon de vie. Elles apprennent aussi à ne pas être dépendantes de leur grand-père qui, sous des dehors rigides, souhaite qu'elles acquièrent elles-même la force de résister aux yôkai, de ne pas se laisser posséder ou de ne pas vouloir intervenir à chaque fois. Les explications de ce dernier sont très éclairantes et le lecteur apprendra de nombreux détails quant à ces créatures typiquement japonaises.

Entre les aventures de deux soeurs confrontées quotidiennement à un fantastique qu'elle doivent garder secret et le parcours d'initiation qui en découle, Mokke est une série plus que séduisante ! Les trois personnages principaux sont extrêmement attachants et l'alternance des points de vue suffit à oublier pour l'instant le manque de personnages secondaires d'importance. L'univers fabuleux des yôkai est particulièrement mis en valeur. Sans en peindre un tableau effrayant ou idyllique, l'auteur réussit à rendre réalistes et vivants ces créatures aussi variées que possible qui prennent corps sous nos yeux.

En bref, un titre particulièrement intéressant à suivre !
Lien : http://legrenierdechoco.over..
Commenter  J’apprécie          20
Après ma découverte il y a quelques mois du Cortège des Cent Démons que j'ai adoré, j'ai eu envie de me lancer dans des titres plus fantastiques autour de yokai et autres bestioles des contes et légendes japonais. Mokke est tout à fait dans cette veine là et je pensais vraiment me régaler à sa lecture. Ce ne fut malheureusement pas tout à fait le cas...
Pourtant, l'histoire mise en place par Takatoshi Kumakura se déroule dans un cadre plaisant. On suit deux soeurs dotées de pouvoirs leur permettant d'attirer et de voir les yokai, qui vivent à la campagne auprès, notamment, d'un grand-père exorciseur. Les deux sont assez drôles dans leur genre parce qu'elles sont à la fois intégrées dans cette petite vie simple mais aussi un peu à part à cause de leurs pouvoirs qui leur font vivre des choses que les autres ne vivent pas. J'ai bien aimé ce décalage.
Après force m'est de constater que ça ne prend pas comme ça avait pu prendre avec moi pour le Cortège des Cent Démons. L'humour n'est pas aussi bon. Les dessins ne sont pas aussi enchanteurs. Les histoires ne sont pas aussi bien écrites. Elles sont plus légères, plus anecdotiques et ne portent pas forcément à conséquence d'un chapitre à l'autre ce qui est dommage. Les chapitres sont d'ailleurs plutôt indépendants et le titre se lit comme du tranche de vie, mais ici c'est assez banal somme toute. Il n'y a rien pour faire vraiment sortir ce titre du lot, et surtout même si les yokais sont là, l'histoire se centre aussi pas mal juste sur leur vie d'adolescentes et ce n'est pas passionnant.
Les dessins, eux, ont un petit côté old school qui aurait pu me plaire, si ce n'est le design des personnages et des soeurs en particulier que je trouve trop proche du monde des animés, ce qui ne colle pas bien à l'ambiance ici. Par contre, les décors sont beaux et immersifs et j'aime beaucoup la façon dont l'auteur dessine les petits vieux.
Bref, ce ne fut pas du tout le coup de coeur que je pensais. J'ai trouvé cette lecture plaisante mais pas indispensable et je ne pense pas poursuivre la série.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          40
Je n'ai pas vraiment apprécié ce livre. Je trouvais déjà que le début était étrange : pour se débarrasser d'un yokaï malsain le grand-père de Shizuru et Mizuki dit à la victime de ce yokaï de fumer une cigarette. J'ai également trouvé très ennuyeux les passages où le grand-père de Shizuru et Mizuki raconte d'anciennes légendes ou l'origine d'un yokaï, certains noms de yokaï était vraiment trop compliqué et je n'en retenais pas la plupart. Les seuls moments que j'ai trouvé agréables à lire sont les moments où Shizuru et Mizuki sont à l'école. J'aimais bien le petit yokaï ressemblant à un hamster (excusez moi j'ai oublié son nom), j'aurais voulu qu'il reste plus longtemps dans l'histoire, il aurait fait un mignon petit compagnon pour Mizuki. Un manga qui reprend les légendes japonaises et mets en scène les yokaï de ces légendes, ce manga m'a laissé dans une profonde réflexion...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
- Dans la Chine Ancienne, un homme nommé Wudi, septième empereur de la dynastie Han, croisa la route d'une étrange créature... Mais personne ne sut ce que c'était, aussi il questionna un sage nommé Donfang Shuo a ce propos. Il répondit alors ceci...
"Il s'agit d'une chose qui est née d'un amoncellement de soucis".[...]
Wudi lui demanda alors comment s'y prendre pour s'en débarrasser. Le sage lui répondit qu'il suffisait de lui verser du saké.
- Du saké ?
- Oui le saké est normalement utilisé dans bon nombre d'exorcismes, mais l'argument qu'il a donné... C'est que le saké aide a soulager les gens de leurs soucis afin qu'ils les oublient.
Commenter  J’apprécie          130
Au fur et à mesure qu'ils grandissent, les enfants ccommencent à désobéir et apprennent aussi à comprendre les autres... et c'est en imitant qu'ils acquièrent ces facultés.
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Video de Takatoshi Kumakura (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Takatoshi Kumakura
Extrait de l’épisode 1 de Mokke (anime)
autres livres classés : YôkaiVoir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (34) Voir plus



Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1428 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

{* *}