AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782355924491
200 pages
Editions Ki-oon (25/10/2012)
4.04/5   113 notes
Résumé :
Seishû Handa, étoile montante de la calligraphie japonaise, collectionne les prix d’excellence pour son travail. Beau et jeune, mais surtout d’une arrogance sans bornes, il met sa carrière en péril le jour où, excédé, il assomme un éminent conservateur de musée qui juge son travail “formaté et sans saveur”… Sanction immédiate pour ce coup de sang : Seishû est puni et contraint d’aller expier son crime sur une petite île, au fin fond de la campagne nippone !
L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 113 notes
5
14 avis
4
15 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis

Mariloup
  27 mars 2016
J'avais besoin de lire un manga un peu plus léger que ceux que je lis d'habitude et mon attention a été retenue par Barakamon. le résumé se prêtait bien à ce que je voulais et le graphisme a tôt fait de me décider à l'emprunter. Et je n'ai absolument pas été déçue!
#Spoilers
[Notre héros principal s'appelle Seishû, c'est un beau jeune homme brun de 23 ans qui a reçu beaucoup de prix pour son excellence dans la calligraphie japonaise. Mais un jour, son patron va lui reprocher que ce qu'il fait n'est en réalité pas original, sans intérêt et sans saveur. Et c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase: Seishû frappe son patron! Ce qui lui vaudra d'être renvoyé bien sûr et exilé sur une petite île perdue, dans un village avec très peu d'habitants. Il va rencontrer Naru, une petite-fille absolument trop mignonne, une vraie petite chipie qui va lui en faire voir des vertes et des pas mûres. Lui qui voulait être tranquille pour se consacrer à son art, retrouver son inspiration, c'est peine perdue! Car elle ne va pas le lâcher d'une semelle! Plus il va la repousser et plus la petite fille va revenir à la charge. Ils ne pourront plus se quitter même si ce sera à force de chamailleries. Enfin, c'est surtout qu'elle trouve toujours le moyen de pénétrer chez lui malgré ses efforts pour l'en empêcher. Les gens sont aussi tous très chaleureux et aimables, l'entraide est de mise et Seishû est vraiment surpris car il est un parfait inconnu. Mais le soucis, c'est qu'ils sont aussi envahissants que Naru, donc pas de paix possible non plus avec eux et certains sont même excentriques. Il va être aussi embêté par les autres enfants du même âge que Naru, de vrais garnements! Seishû devient fou avec tout ce qu'il se passe en très peu de temps! Les enfants l'embêtent, les femmes sont complètement folles de lui et les hommes ne le prennent vraiment pas au sérieux. Et il va aussi se sentir bien seul car il n'y a pas vraiment de jeunes gens de son âge et il espérait se faire un ami en la personne d'Hiroshi, un lycéen en dernière année mais ce dernier se révèle être un voyou, un râleur, le grand-frère de Naru (je le suppose) mais en voyant les efforts de l'étranger dans son art, va lui donner envie de se donner à fond pour son futur examen. Seishû va aussi rencontrer les deux collégiennes qui donnent le mauvais exemple au petit pot de colle qu'est Naru! A suivre!]
Seishû est assez fermé comme garçon, sûr de lui, c'est quelqu'un d'arrogant, de fier. Quelqu'un d'antipathique au premier abord et pourtant, on s'y attache très vite. Complimentez-le sur ce qu'il fait, ça va le mettre de bonne humeur et il sera facile d'obtenir tout ce que l'on veut de lui. C'est son point faible!
Mais sa rencontre avec la petite Naru va commencer à le changer. du fait de son caractère, tout l'énerve, l'agace, elle l'embête tellement qu'il n'en peut plus mais il va finir par aussi l'apprécier, sans le montrer de manière flagrante, il se prend d'affection pour cette gamine insupportable qui arrive à lui faire passer des messages, à réfléchir à sa manière, avec son oeil d'enfant. Sans le savoir, elle a le don de toucher sa corde sensible, comme quoi son travail est "scolaire". Inconsciemment, elle va le guider vers de nouvelles choses, ce qui ravivera son imagination, son inspiration et en très peu de temps, des progrès vont se faire sentir.
Naru est une vraie casse-cou, elle est inépuisable cette gamine! Elle aime à faire les quatre cent coups et teste même des choses dangereuses (plongée en haut profonde, escalade à la corde... à seulement 6 ans!). Elle a aussi une certaine façon de parler... elle copie tout ce qui sort de la bouche des adultes alors gare à ce que vous direz! Les gros mots, ce genre de choses, elle retient! Un vrai perroquet qui parle de choses sans les comprendre, et cela énerve Seishû qui ne comprend pas qu'une petite fille puisse parler comme ça!
Seishû et Naru. Un duo du tonnerre, vraiment adorable et franchement, on ne pourrait pas croire qu'il y a une si grande différence d'âge tellement Naru peut se montrer mature parfois. Cette relation se rapproche vraiment de celle qu'entretient un grand frère et sa petite soeur, et c'est d'autant plus rigolo et original (c'est rare de voir ça dans un manga).
J'ai trouvé que l'ambiance était vraiment bien agréable, surtout de par les lieux (campagne, mer...), le temps (souvent ensoleillé, chaud). On est au plus proche de la nature et très loin de la civilisation. Rien que par le cadre, c'était reposant et une pure bouffée d'air frais. J'avais l'impression de me ressourcer avec ce manga, c'est mignon, pas prise de tête, ça se lit vraiment très vite (trop vite malgré l'épaisseur du tome). J'ai aussi apprécié le fait que la mangaka se soit inspirée de son propre vécu, de sa vie sur une île presque semblable, pour dessiner et écrire son histoire. ça se ressent.
Que de bonne humeur, de bonnes ondes avec ce manga. Des situations cocasses qui amène le sourire, rire, attendrissement... je me suis attachée fortement aux deux personnages principaux. Les personnages rencontrés, secondaires et autres ne sont pas en reste non plus, j'apprends à les connaître, les différencier un peu plus. Chaque personnage est sympathique à sa manière, se détache plus ou moins des autres comme le maître d'école, Kenta le garçon qui en pince pour Naru, Miha la collégienne qui donne le mauvais exemple à Naru... le village est peut-être petit mais il est vraiment très vivant, où tout le monde connaît tout le monde (ça ne sert à rien d'avoir des secrets ici, ce sera raconté!)
Par contre, il n'y a pas vraiment d'intrigue, de fil conducteur. C'est plus des petites histoires par chapitres mais pour ce genre de mangas, ce n'est pas plus mal.
Le graphisme est vraiment très agréable, les dessins sont communs, certes, mais c'est si bien exécuté. de plus, ils se prêtent bien à l'ambiance simple, fraîche et contemporaine du manga. Avec le scénario, c'est un tout!
"Barakamon" veut dire en français "avoir la pêche". Et je trouve que pour l'histoire, c'est parfait! Ce manga respire la bonne humeur et nous la communique! Je lirais la suite à coup sûr!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
manU17
  06 octobre 2017
Un manga rafraichissant et plein d'humour, voilà comment je qualifierai Barakamon de Satsuki YOSHINO.
Dans ce premier tome, on découvre le héros Seishu Handa qui est très tôt devenu maître dans l'art délicat de la calligraphie. Mais sa jeunesse, sa beauté et son talent lui monte un peu à la tête. Alors quand à l'occasion d'une exposition consacré à son art un prestigieux conservateur de musée juge son travail « formaté et sans saveur », il pète un plomb et colle illico une droite au vieux grincheux.
Inutile de vous dire que le geste ne passe pas inaperçu, tant dans le milieu que dans sa famille. Son père décide aussi sec de l'envoyer, ou plutôt de l'exiler, sur une petite île pour le moins… rurale ! Isolé du monde et coupé de toute vie sociale, il va pouvoir expier sa faute, réfléchir, s'adonner à son art et s'améliorer encore.
Sauf que, tout ne va pas vraiment se passer comme prévu. Dès son arrivée, il fait la rencontre de Naru, une vraie petite chipie, adorable comme tout mais pas avare en bavardages et en bêtises. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, la maison qui lui est dévolue servait en fait de repères à tous les jeunes du coin et ce n'est pas sa présence qui va les empêcher de continuer à l'occuper. Maitre Handa risque d'avoir un peu de mal à se consacrer à son art…
Jolie surprise que ce manga. Ce n'est pas le dessin qui marque le plus, il est plutôt basique dans le genre manga mais l'intérêt est ailleurs. Ce qui retient surtout l'attention, c'est l'humour et les personnages attachants souvent et « attachiants » tout le temps ! 
Barakamon signifie « avoir la pêche » et nul doute que cette lecture vous donnera la pêche et vous mettra un grand sourire sur les lèvres.  Vite, la suite !
Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          254
Shan_Ze
  17 novembre 2018
Seishû Handa se retrouve après un coup de sang, exilé sur une petite île. Il espère se ressourcer et travailler à fond la calligraphie mais il est dérangé par une gamine de 6 ans, Naru.
J'ai mis un peu de temps à rentrer dans l'histoire, à éprouver de l'empathie pour Seishû. Il s'énerve souvent et cherche à prouver son potentiel. Il est très exigeant avec lui-même. L'action est très lente mais on apprécie ce rythme qui va bien avec celui de la campagne, de leur façon de vivre. Les rencontres avec les villageois sont très agréables mais j'aurais aimé en savoir plus sur la calligraphie, c'est un art que je ne connais que très peu. Pas mal d'humour dans ce manga pour faire passer des messages philosophiques... à suivre !
Commenter  J’apprécie          240
Tachan
  04 décembre 2018
J'entends parler de Barakamon depuis un certain temps. Ses couvertures qui sont pour moi un mélange d'ambiance enfantine et fraiche à la Yotsuba et de culture japonaise traditionnelle grâce au rôle de la calligraphie m'intriguaient. le titre est tel que je me l'étais imaginé et cette lecture me conforte dans mon absence d'envie de me procurer la suite même si j'ai passé un bon moment.
Barakamon est clairement un titre tranche de vie. On y suit un jeune calligraphie tokyoïte, venu à la campagne pour trouver une autre voie dans son art. Il y fait la rencontre d'une gamine qui est une vraie tornade et qui va le chambouler et le bousculer sans cesse. du coup, on suit les péripéties douces et infantines qui lui arrivent chaque jour dans ce petit village si différent de la vie qu'il menait autrefois. C'est mignon, c'est drôle mais c'est surtout frais et sans conséquences. On rit de ses aventures et mésaventures, la gamine aimant bien lui jouer des tours, mais l'ensemble est trop léger et avec peu de profondeur.
J'ai tout de même aimé la ribambelle de personnages que notre jeune calligraphe croise. Ils sont tous plus sympathiques les uns que les autres même s'ils font très clichés. J'ai beaucoup ri de la gamine tornade, de son rival-amoureux au crane rasé à l'école, ou de ses copines collégiennes à la langue bien pendue, ou encore des habitants du village à l'accent bien campagnard. Ça donne une bande de joyeux lurons fort sympathiques.
Cependant, j'ai déjà trouvé le schéma assez répétitif dans ce premier tome avec à chaque fois la gamine comme élément déclencheur et le héros qui comprend ensuite quelque chose sur lui et sur la vie. J'imagine donc mal poursuivre la série sur 18 tomes au total, je crains trop de tomber dans le catalogue de petites histoires qui peuvent arriver à la campagne sans qu'il y ait de vrai fil narratif. En effet, l'accumulation de petites historiettes ne laisse pas présager autre chose pour le moment et juste l'évolution de ce garçon assez arrogant au début ne va pas me suffire.
Du coup, même si c'est une lecture facile, plaisante, amusante et détente, que les dessins sont maîtrisés et dynamiques mais sans petite touche particulière, je pense arrêter là pour le manga et plutôt tenter la série animée. C'est rare que je fasse ce choix mais vu que je n'ai pas trouvé le petit truc en plus et que je crains la répétition, je pense que c'est la meilleure solution.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AmeliaChatterton
  02 avril 2022
Cette critique concerne les 18 tomes de la série.
Lu dans le cadre du Hanami Book Challenge 2022, pour le Menu Passé, présent et futur du Japon – catégorie La vie à la campagne.
J'ai beaucoup apprécié cette série de mangas qui m'a rappelée sur un autre registre le carnet de voyage illustré de Florent Chavouet intitulé Manabé Shima. On y retrouve le même esprit de village sur cette île perdue où la population décroit lentement, mais dans laquelle les habitants sont plutôt accueillants passé un premier abord assez revêche. La galerie de personnages est à la fois amusante, touchante et assez représentative des personnes que l'on pourrait trouver sur ce type d'île japonaise : la mamie super douée à la pêche, le gérant de bar un peu rustre, le chef de village toujours arrangeant, la bande de gamins insupportables mais très débrouillards, le maître d'école à la cool. Au beau milieu de ce petit monde bruyant et très envahissant, notre Seishû va chercher à trouver son style en tant que calligraphe mais surtout développer sa sociabilité. Car à force de travailler son art, il en a oublié ses émotions… le duo qu'il forme au fil des tomes avec la petite Naru, est tout à fait unique : d'abord il cherche à la chasser pour obtenir sa tranquillité, puis il tolère sa présence et enfin il s'y attache à la manière d'un père de substitution. Les premiers tomes jouent beaucoup sur le décalage entre Seishû le citadin et l'ensemble des villageois, démontrant que le calligraphe est incapable de se débrouiller tout seul à la campagne. Cela donne lieu à des scènes hilarantes, renforcées par la venue de ses amis et sa famille, citadins eux aussi, sur l'île. A côté des scènes comiques, l'auteur nous montre le quotidien de l'île au fil des saisons (l'été, l'hiver, les typhons, la rentrée des classes), avec les célébrations organisées par les habitants qui n'existent que dans le village, un questionnement sur l'avenir des jeunes qui partent faire leurs études en ville (et ne reviennent pas) ou ceux qui décident de rester, la fermeture des commerces de proximité au profit des supermarchés, l'agriculture de l'île… le récit se déroule par épisodes qui apportent à chaque fois des informations sur l'île ou une scène comique. le fil rouge majeur est la présence temporaire de Seishû sur l'île, dont l'histoire décolle vraiment à partir du tome 10. le seul reproche que j'aurais concernant cette série est qu'elle est trop longue à mon goût. On sent que l'auteur joue sur le succès de son histoire pour l'étirer en longueur et c'est un peu dommage. Je suis également restée sur ma faim concernant l'histoire des parents de Naru, car jusqu'au bout on ignore l'identité de sa mère. A noter que cette série de mangas est inspirée de l'archipel de Gôto d'où est originaire l'auteur. Elle a tellement eu de succès que le personnage de Naru est devenue la mascotte du site de l'office de tourisme de l'île. En fin d'histoire, sur certains tomes, l'auteur indique d'ailleurs l'impact sur manga sur l'archipel et réalise une petite gazette dessus agrémentée de photos super intéressante. Cela donne envie d'aller y faire un tour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (4)
Liberation   28 octobre 2014
Elle-même originaire de ces îlots à l’extrême ouest du Japon, l’auteure de Barakamon invite la découverte de ce confetti chrétien perdu loin de son pays bouddhiste et shintoïste. La pêche, les rituels locaux et les enfants sans gêne qui se faufilent partout, comme étrangers au concept de propriété privée.
Lire la critique sur le site : Liberation
BoDoi   14 février 2013
Cette quête d’identité s’apparentant à un longue saga littéraire [...] Malgré un graphisme un peu trop raide [...] et une petite baisse de rythme dans le deuxième volume, ce manga s’apprécie comme un roman où chaque chapitre est une leçon de vie.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   04 décembre 2012
Sasuki Yoshino s’est investi pôur créer des personnages remplis d’émotion, aux traits fins et harmonieux. Dommage pour le manque de détails en arrière-plan, laissant d’énormes blancs fort décevants.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BullesEtOnomatopees   16 novembre 2012
Le titre déborde d'une bonne humeur contagieuse et offre une bouffée d'optimise très agréable.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
MariloupMariloup   15 mars 2016
Petit récapitulatif des expressions "non enfantines" que j'ai entendues dans la bouche de Naru en à peine un mois:
"J'en ai mouillé ma culotte.''
"J'ai acheté cette glace dans un bar mal famé."
"On va boire un verre en boîte?"
"Plus tard, je serai strip-teaseuse!".
"Il fait beau, si on allait s'envoyer en l'air?".
"Sa femme, elle tapine tous les soirs."
"La Daronne de Hina"...
"Le prof s'est fait la mal."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ColibrilleColibrille   15 juin 2014
- Dis, monsieur... Est-ce que tu es un boys band ?
- Quoi ?
- Naru, sois polie...
- Miwa, elle dit que les beaux mecs, c'est tous de boys band ! Et toi, tu es canon ! Donc tu en es un, c'est forcé !
- Belles capacités de déduction, mais en fait, ce monsieur est maître calligraphe...
- Ok, chef ! J'ai capté ! C'est un boys band qui sait écrire !
Commenter  J’apprécie          70
ColibrilleColibrille   15 juin 2014
- Je vais enfin pouvoir me faire un pote! Ca me redonne la pêche ! Il est comment, ce Hiroshi ?
- Il est blonf et il a toujours une batte à la main !
- Lui ? Monsieur banalité ?
- Voui... Depuis cette histoire de trois partout... C'est devenu un voyou! Il vole des patates dans les champs. Il fait du vélo sans les mains en lisant des mangas...
- Aucune chance qu'on sympathise...
- C'est chouette que tu aies un nouvel ami !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MariloupMariloup   15 mars 2016
Seishû: Je vais me connecter à Internet pour voir si mes clients m'ont commandé des réalisations...
Naru: Oh... c'est quoi?
Seishû: Un logo pour le titre d'un roman ou une enseigne publicitaire, par exemple...
Naru: Ah oui?
Seishû: Internet... si tu ne sais pas ce que c'est, dis-le!
Naru: Miwa m'en a parlé! C'est pour aller sur des sites porno!
(Naru a 6 ans.)
Seishû: Stop! C'est bon! N'en dis pas plus! Tu m’amèneras cette Miwa, la prochaine fois...
Naru: Pourquoi?
Seishû: Pour qu'on ait une petite discussion!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ColibrilleColibrille   15 juin 2014
- Qu'est-ce que tu t'es fait à la main ?!
- Euh... Rien !! T'occupe ! Ce n'est rien du tout !
- MAITRE ! Dis, qu'est-ce que je fais de l'oignon tout plein de sang que tu as coupé ?
- Mais non, je ne suis pas aussi maladroit ! Je suis quelqu'un qui réussit tout ce qu'il entreprend ! Ce n'est pas du sang ! C'est de la sauce épicée ! Du tabasco !!! Voilà ! C'est pour ça que c'est rouge !
- Mais bien sûr...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Satsuki Yoshino (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Satsuki Yoshino
Naruhiko vivote depuis dix ans de sa plume de mangaka. Ses récits remplis de dragons et de magie lui ont permis de se faire une place dans les pages des magazines, sans lui assurer un revenu suffisant pour quitter sa petite île natale... Il vit donc dans la maison de sa grand-mère, entouré des bons soins de sa mère et de Toshihito, son assistant dévoué.
Alors que sa dernière série vient encore d'être interrompue par manque de succès, il se lance sans conviction dans une histoire tirée de son environnement immédiat : les aventures quotidiennes de quatre garçons nés sur une petite île et liés par une amitié indéfectible. Pour Naruhiko, impensable que cette campagne ennuyeuse où tout le monde se connaît intéresse qui que ce soit ! Et pourtant...
Avec le brio et la vitalité qui la caractérisent, Satsuki Yoshino ("Barakamon") nous offre une histoire à double fond où les vies du dessinateur et de ses personnages se mêlent et se confondent. L'existence d'un mangaka est pleine de surprises, même quand il vit au fin fond du Japon !
+ Lire la suite
autres livres classés : calligraphieVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1170 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre