AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 288949067X
Éditeur : 5 sens éditions (01/04/2019)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Un livre se rapprochant plus du conte philosophique que du roman, dans lequel les thèmes de l’homme, de la vie, de la destinée sont abordés de façon originale.

Des pistes sont entrevues, des hypothèses avancées. Au-delà de l’audace des thèmes, voire de la facétie de certaines situations, ce roman repose et propose une réflexion philosophique sur ce qui est essentiel à l’homme de ce qui ne l’est pas.

Un livre qui séduira tous ceux qui ai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Paola93130
  27 mars 2019
Ma douce amie,
C--est incroyable comme le temps passe…
L--es jours filent, les semaines, les mois…
A--s-tu remarqué ? Six ! Six mois bientôt…
I--l aura fallu que tu nous quitte pour que je connaisse ton visage.
R--egard si doux…Tout à fait toi…
E--t tu me (nous) manque…
Tu sais, j'ai commencé à lire le nouveau roman de notre babelien d'auteur, Gilles La Carbona, quand tu étais encore là…Est-ce bien un roman, d'ailleurs ? C'est plutôt un conte. Avec la poésie, la délicatesse, l'écriture sensorielle à laquelle Gilles m'a habituée, j'ai été émue aux larmes par la première partie du texte : enfin quelqu'un qui me permet de mettre des mots sur mes croyances diffuses, mes sentiments confus à propos de « l'Après ». C'est imagé. C'est utopique. Peut-être. Mais je veux croire que c'est comme « ça ». Comme toujours, Gilles n'écrit pas pour divertir, pour faire passer un bon moment (ce que je cherche la plupart du temps, quand j'assouvi ma passion : la lecture). Gilles écrit pour dévoiler, pour montrer, pour faire sentir. Quand tu lis Gilles, tu vois, tu touches, tu sens, tu entends, tu renifle même. Et c'est bon. Ça émeut. Ça demande beaucoup d'attention, mais ça fait du bien. Ça fait réfléchir. Déjà avec « Mathilde », il m'avait éblouie. Avec « L'Ami perdu », il m'avait fait rêver.
Là, je me suis envolée (tu me diras, avec des rossignols, c'était simple….). Mais Gilles est très sérieux. Pas comme moi.
A la fin de la première partie…c'est toi qui es partie. Comme ça, sans prévenir. Avant d'être sûre, j'ai dormi trois heures cette nuit-là. Au matin, le message de Cécile m'a confirmé « l'inconfirmable »…Oh…n'entrons pas dans le pathos…mais j'adorais te lire, j'aimais bien t'écrire. Je t'ai raconté ma vie comme deux copines à la terrasse d'un petit bistrot. Mais nous n'avons échangé que 58 messages. Pour moi, ce fût « tout plein ». Je t'avais promis un dessin de ma Princesse …J'ai oublié de te l'envoyer. Aujourd'hui, elle m'en veut encore. Je lui parlais tellement de toi. Sans t'avoir jamais rencontrée, tu faisais partie de ma vie. Pardon. C'était si bon de te savoir là. le texte de Gilles a, alors, pris encore plus de sens à mes yeux… Tu n'étais pas parti. Tu serais toujours là…
Passés quelques jours, j'ai repris la lecture des « rossignols » : Gilles se transforme, devient fougueux, critique, égratigne, mord, montre du doigt, se ri du monde et de l'Homme. Comme il a raison. Comme il l'exprime bien. Il arrive même à teinter d'humour un texte qui ne prête pas à rire, un texte qui est comme un miroir grossissant des erreurs de l'Univers. Aaaah, ben si même le grand chamane se met à douter…on est mal barrés ! Mais c'est tellement bien écrit. C'est tellement différent de ce que je lis habituellement.
Je n'étais pas sure de pouvoir le faire avant, mais maintenant, je sais que je peux : je te recommande de lire « Et les rossignols chantent encore ». de là où tu es, tu peux certainement le faire, c'est Gilles qui me l'a dit. Et tu pourras me confirmer, si besoin est réellement, que Gilles ne se trompe pas et qu'il a beaucoup de talent….
P.S. : Tu sais, grâce à toi, j'ai tissé d'autres liens. Je tiens à remercier Cécile et son beau sourire comme un soleil ; Christine, ses messages doux comme le miel et ses yeux infiniment bleus ; et puis Jean-Pierre, sa sagesse, son savoir et l'hommage qu'il t'a rendu….
…et bien sûr, je remercie Mr. La Carbona.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8733
Jmlyr
  15 mars 2019
Ce roman nous pousse à nous poser un instant sur la fragilité de la vie, son sens, son essence.
Un homme âgé quitte ce monde en douceur, et se retrouve là où nous aimerions tous savoir de quoi il en retourne ! Dans cet ailleurs qui nous échappe. Et se tient alors un spectacle d'une autre dimension, où les âmes sont légion, et les dialogues emplis de questions existentielles et de réponses parfois étonnantes.
Dieu n'est jamais loin, et l'analyse de ce que nous avons fait de notre planète est absolument dans l'air du temps. de même, les coups de griffe de l'auteur sur l'intégrisme, catholique ou autre donnent à réfléchir sur les religions et toutes les formes d'extrémisme.
Si on est loin de « Mathilde », le premier opus que j'avais lu de l'auteur, certaines questions reviennent, et surtout, l'Amour est toujours là, quelle que soit sa forme. le message est limpide, beaucoup plus que les réponses que nous avons à notre disposition, malgré les progrès actuels de la science, sur la destinée.
La quatrième de couverture donne parfaitement le ton de ce roman à l'accent philosophique, et au style toujours agréable et fluide. Quant à moi, je donne juste mon ressenti : me voilà de nouveau en train me torturer le cerveau avec ces grandes questions que je me posais moins ces temps-ci !
Je remercie Gilles La Carbona de m'avoir permis de lire son oeuvre, et je vous invite à entrer dans le théâtre de l'au-delà et suivre les scènes qui s'y jouent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          718
mcd30
  27 avril 2019
Et si, nous allions voir de l'autre côté ? Après une vie bien remplie, Philippe est mort. Il va se retrouver ailleurs.
Dans cet endroit beaucoup de personnes se croisent, certaines se reposent entre deux vies en essayant de comprendre le pourquoi de leurs échecs et d'apprendre à se pardonner. Il y a Véronique qui va l'aider car Philippe n'a pas réussi à vivre son grand amour, il s'est contenté d'autre chose en faisant de son mieux. Il va retrouver Cathy, son grand amour lors de plusieurs vies. Il y a aussi Jo, un truand au langage fleuri qui va seconder Philippe. Là aussi, tout le monde a une tâche à accomplir. Il y a de nouveau une hiérarchie. Philippe va poser des questions qui lui permettront de comprendre que la vie est faite pour s'élever afin d'atteindre un niveau supérieur. J'ai beaucoup aimé une discussion qui n'est pas sans me rappeler certaines réflexions de Jean d'Ormesson :
" _ Dieu existe donc !
_ Faut croire !
_ Comment ça ? Même ici on ne sait pas !
_ Non, même ici on a un doute. Derrière le mur de sagesse il y a autre chose, mais quoi ?
_ Mais si on est là, c'est bien que Dieu existe non ?
_ Il y a de fortes chances oui, Dieu ou autre chose ?" (p. 21)
Ce livre est un immense plaisir de lecture car même si le sujet est sérieux. L'histoire de Philippe et son séjour ailleurs entre deux vies est loin d'être anxiogène, Philippe va finir par rencontrer Dieu qui se comporte en père de famille gentil et débordé par une progéniture très turbulente à laquelle il a donné son libre arbitre et dont il espère toujours.
Gilles La Carbona a affiné son style. Il est poétique, léger avec une pointe d'humour et un sens de la dérision que j'apprécie à leurs justes valeurs. C'est un excellent roman avec une fin magnifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          461
isachon42
  05 juin 2019
(… La Vie a peut-être un sens caché, mais l'Existence reste un mystère…)
Alors, quand l'heure du départ à sonné, que se passe-t-il de l'autre coté du voile ?
Ou partons-nous ?
Vers qui allons-nous ?
Philippe ne se réveillera pas de sa sieste. Il s'en est allé vers un autre plan vibratoire.
Certes, il vient de mourir, mais son âme, éternelle et immatérielle redevient une petite lumière ailleurs que sur terre. Il est accueilli dans un autre plan de réalité qui reste invisible à nos yeux.
Vient alors le moment du bilan de sa mission de vie.
Pour ce voyage il est accompagné par ses guides qui connaissent toutes ses forces, toutes ses faiblesses, tous ses succès et tous ses échecs.
Il y apprend que la Vie est une grande scène de théâtre ou nous jouons le rôle principal et ou notre libre arbitre peut alors affecter la vie d'autres personnage.
Gilles La Carbona nous entraîne dans un conte philosophique optimiste ou règne humour et dérision parsemé de questions existentielles sur le mystère de notre existence.
Merci à Jmlyr qui m'a donné envie de découvrir ce pétillant roman grâce à son bel avis posté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Cathy74
  15 mars 2019
L'éternité n'est pas un long fleuve tranquille pour les âmes. Après sa fin paisible, Philippe va vite s'en rendre compte. Sur Terre, il avait bien conscience d'avoir loupé son accomplissement personnel, mais bon, il s'en était sorti plus ou moins, avait fondé une famille, s'était montré bon citoyen. En se retrouvant au ciel, il pensait avoir droit enfin au repos et à la paix éternelle. Or, la « réalité » s'avère diablement compliquée au pays du Bon Dieu et le temps très élastique.
D'abord, il n'est pas le seul à s'être égaré sur son chemin de vie humain, il y en a des millions d'autres. A commencer par Cathy, celle qui aurait dû être sa compagne. L'un sans l'autre, ils ne sont rien, ils n'ont pas accompli leur destinée commune et sont voués à la réincarnation jusqu'à leur rencontre complète, qui donnera vie à l'âme en attente de leur enfant. Cela paraît simple, a priori : ils s'aiment, c'est leur Destin ! Mais la "vérité" est beaucoup plus aléatoire. Il ne suffit pas de suivre une simple feuille de route bien balisée. Que nenni. D'une part il reste aux vivants une part de libre arbitre et d'autre part de très nombreux pièges les guettent au tournant : âmes parasites, esprits obtus, volonté défaillante ou évènements incontrôlables… et les destins se détournent ! Cela peut durer longtemps, si on ose dire.
Ensuite, Philippe a la surprise de rencontrer un Dieu dépressif et dépassé par sa création, dont les équipes d'aide aux humains constituées d'âmes en apprentissage et d'âmes pures, sont malheureusement débordées par la tâche qui leur incombe, du fait de la multiplication exponentielle des hommes et des âmes. Ces équipes se révèlent par ailleurs aussi mesquines et jalouses de leurs prérogatives que sur Terre et le Grand Conseil est imbu de son pouvoir comme partout… Que vont devenir nos tourtereaux dans ce dédale cosmique et métaphysique ?
J'ai beaucoup aimé ce livre qui traite de sujets graves avec légèreté. La vie, la mort, la souffrance, l'amour, l'infini... toutes ces questions et bien d'autres, qui alimentent les philosophies et les religions depuis l'aube des temps, enrichit ici l'histoire, interpelle l'esprit du lecteur et propose des pistes croisées de réflexion surprenantes. Une très jolie découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
lecteur84lecteur84   17 mars 2019
L’esprit de l’homme a toujours été arrogant, voulant à tout prix me clouer sur le mur du savoir, me refusant toute place à ses côtés ! La théologie n’a fait que m’idolâtrer sans avoir jamais une seule preuve de mon existence, plongeant dans l’obscurantisme le plus stupide des générations entières ! Elle s’est arrogé le droit de commettre des crimes en mon nom, me salissant ainsi et me rendant abjecte aux yeux des non croyants ! Pire leur

donnant l’occasion de me combattre au nom de ces intégrismes stupides, ne cherchant qu’une seule chose, le pouvoir. Mon pouvoir ! La science m’a détesté pour les mêmes raisons. Paradoxe de l’esprit humain. L’homme combat l’homme au lieu de le soutenir, de le comprendre et de l’aimer. Il se croit ainsi tout permis, pense maitriser tous les éléments. Il n’a pas l’humilité des animaux qui l’entourent. L’homme m’agace vois-tu ! Pourquoi devrais-je sauver ce singe savant qui, par sa position dominante oublie qu’il est lui aussi un animal, au point de tancer ses propres congénères. Au mieux de regarder comme une curiosité sortie de la nuit des temps les Pygmées, au pire de massacrer les Indiens d’Amazonie sous prétexte qu’ils sont sur un sol économiquement riche. Où est le respect ? La tolérance ? Je n’en vois pas, le seul modèle économique capitaliste qui s’est étendu sur l’ensemble de la planète a fait plus de mal à la biodiversité que n’importe quelle catastrophe naturelle ! Son anthropocentrisme lui fait oublier qu’il n’était qu’un animal, mais l’Homme, quand il parle de lui se dégage de cette contrainte. Irrévérencieux vis-à-vis de la vie en général, tout lui est dû. Tout doit lui servir et pour cela il standardise, il uniformise sans unifier ! Ce n’est pas cela la vie telle que je l’imaginais. Je voulais un être supérieur, capable de protéger et préserver tout ce qui vivait. À la place l’évolution a conduit à un être abject, prétentieux et sanguinaire.
– Reprenez-le en main.
– Impossible, il est allé trop loin !
– Mais les âmes, c’est vous ?
– Bien entendu, ce sont des bouts de moi, des pensées éparpillées dans l’espace… L’homme cherche Dieu partout, sauf là où il se trouve !
– En lui ?
– Exactement !
...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
valsingvalsing   30 avril 2019
Philippe avait grandi dans cette maison il y a bien des années de cela. Sa fierté restait son jardin. La patience dont il avait dû faire preuve pour parvenir à l’harmonie, tant dans les formes, que les couleurs, témoignait de la bonté qu’il portait à la botanique. Le résultat aujourd’hui était à la hauteur du rêve secret commencé il y a bien longtemps. Qu’est-ce donc qu’un jardin, si ce n’est le refuge de l’âme ! L’excellence d’un tel lieu ne dévoile son intérêt et son charme que si on peut le contempler. À quoi bon l’isoler ! Un jardin ne vit réellement que par les regards qui s’y posent et les cœurs qui s’y délassent.
Page 11
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
lecteur84lecteur84   18 mars 2019
Ceux qui ne savent pas observer sont à plaindre, ils doivent se contenter pour comprendre le Monde de ce qu’ils en découvrent à travers des plaisirs factices. De fausses impressions, d’alléchantes vibrations créées de toutes pièces mais si loin de la réalité… La vérité est juste là devant nos yeux, une montagne bleuie par la lumière, une forêt sombre et mystérieuse, une fleur au parfum envoutant, un regard, un autre regard qui vient se poser sur notre âme, et s’y marie dans un silence révélateur d’une communion improbable ! Les mots ne servent plus à rien, les yeux parlent au cœur ! Les Rossignols s’en donnaient à cœur joie, tandis que de temps en temps, un souffle léger, venu d’on ne sait où apportait des parfums de jasmins, ou de lauriers roses… La Terre immobile, figée dans sa certitude, écrasait de sa force le reste du monde. Les éléments grandioses tel que le ciel et l’espace apparaissaient immuables, profonds, insondables
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
JmlyrJmlyr   15 mars 2019
Il se souvint de l’émoi ressenti par une mélodie, ou la lecture d’un vers, l’élévation produite par un tableau.
Soudain les yeux se posent sur une toile et la peinture parle à nos sens. Nous sommes transportés dans un univers impossible à décrire, il y a un choc qui se produit, une flamme intérieure s’allume.
Commenter  J’apprécie          260
isachon42isachon42   11 juillet 2019
Philippe regarda la Terre. L'homme lui sembla soudainement un rêve inaccessible, impossible même. Dieu a vu trop grand ! Il lui a semblé qu'il pourrait laisser une intelligence, non seulement le comprendre mais comprendre l'homme lui-même ! Il n'a réussi ni l'un ni l'autre. L'homme n'est qu'un vaisseau échoué sur le bord du néant, un goéland foudroyé, tel l'image baudelairienne, sur le sol, incapable de marcher. C'était un si beau projet, mais il fallait que l'âme soit plus forte que les tentations. Or, elle s'est laissé corrompre par le système de valeurs créé par les humains. A l'instar de Simone Weil, qui voyait dans l'argent le facteur nocif ayant corrompu ses actes, ses intentions, désigné comme le poison de l'inégalité. Elle aurait pu aller plus loin dans son raisonnement. Ce n'est pas seulement l'égalité qui retrouvé gangrenée, mais tout ce qui touche à sa structure mentale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Video de Gilles La Carbona (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles La Carbona
Vidéo de Gilles La Carbona
autres livres classés : roman conteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1210 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre