AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290332276
94 pages
J'ai lu (11/02/2004)
3.39/5   31 notes
Résumé :

" Soyez amant, vous serez inventif, Tour ni détour, ruse ni stratagème, Ne vous faudront : le plus jeune apprentif Est vieux routier dès le moment qu'il aime " " Le cuvier ". Moins connus que les fables, ces contes licencieux méritent largement qu'on les goûte. Du " Mari confesseur " au " Cocu battu et content ", en passant par " Comment l'esprit vient aux filles " et bien d'autres, plus de vingt histoires drôles et truculent... >Voir plus
Que lire après Contes libertinsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
J'ai appris l'existence de ces contes libertins de Jean de la Fontaine il y a quelques semaines seulement, dans le cadre du challenge Temps modernes. Je ne suis pas spécialement attiré par la frivolité mais bon, là il s'agit De La Fontaine. Ça mérite un détour.

Détour fait, je ne vais quand même pas emménager dans le quartier. Déjà je crois que lire les contes sur quelques jours seulement provoque une sorte d'écoeurement, de trop plein. On tourne toujours autour des mêmes choses (de la même chose dirais-je). J'aurais dû plus étaler dans le temps.
L'auteur parvient à diversifier les situations, cela dit. Il y a toujours un perdant, mais ce n'est jamais le même. Parfois c'est le mari cocu, parfois la femme dévergondée, parfois le moine lubrique, parfois la nonne lascive. La chair titille tout un chacun, quoiqu'en disent les convenances. La Fontaine sait égratigner ceux qui peuvent se croire à l'abri.
Pourtant je trouve que, souvent, il se perd dans de trop longs prologues. Quand cela arrive le texte perd en impulsivité et en férocité. Les vers deviennent difficiles à comprendre.

Mes préférés sont donc finalement assez courts, comme le cocu battu et content, le mari confesseur. Je confesse (l'expression prête à rire ici) que mon favori est Pâté d'anguille :

« Même beauté, tant soit exquise,
Rassasie et soûle à la fin.
Il me faut d'un et d'autre pain :
Diversité, c'est ma devise. »

La manière de démonstration – en forme d'analogie par l'exemple – que le maître afflige au valet sceptique est décapante.

Cela lu et cela dit, ne tirez pas de fausses conclusions : je ne recommande pas de suivre les exemples présentés ici. Les avocats vous mettraient en pièce.
Commenter  J’apprécie          375
Des vers parfois bavards sur le "cocuage" mais plus lisibles et moins familiers que ceux de Rabelais.
Cela dit, sur les moeurs de l'époque, à un siècle d'écart, ils se tiennent pareillement sur le thème de l'insolence.
L'été sera chaud dans les maillots chantaient Stone et Charden pour émoustiller le peuple dans les années 1970. Chaud. Il le fut aussi, à plus d'un titre, pour l'auteur de ces bagatelles qui souffrit de la censure et des tourments de ses accusateurs.

Précisions utiles: les prêtres, abbés, abbesses, moines et nonnes sont souvent des cibles de ses vers sous le manteau.

L'auteur des fables s'est essayé dans les genres les plus différents avec le constant désir de renouvellement.
Il n'est pas impossible que certains vers activent le renouvellement de ce désir.
Commenter  J’apprécie          324
En complément de ses célèbres Fables et dans leur continuité, Jean de la Fontaine poursuivit son exploration des "contes et fables" tirés entre autres des oeuvres d'Esope ou Boccace, mais réajustés à la réalité de son époque à sa vision de la société française.
Entre humour trivial et libertinage, cette littérature licencieuse est d'un goût exquis : aujourd'hui, cet humour serait largement vu comme sale ou déplacé, mais avec quelques rimes et un sens du ton bien choisi, c'est toute autre chose ! du cocu content aux jeunes filles cherchant grivoisement de l'esprit, chacun est servi et le style est ô combien rafraîchissant.
Courts et intenses, ces petits contes libertins se lisent sans fin...
Commenter  J’apprécie          210
J'appréhendais un peu la forme versifiée de ces contes mais leur brièveté la rendrait presque nécessaire.
Ils s'inscrivent dans la tradition du libertinage (Boccace, Marguerite de Navarre) et sont basés sur le comique de situation et la vivacité des dialogues. Il n'y a pas de temps mort. La Fontaine procède par allusions, jeux, ironie et les textes sont d'une légèreté sans pareille. Il n'impose aucun jugement, le lecteur est toujours libre de juger par lui-même ces contes dont il est partie prenante car l'auteur l'interpelle, le prend à témoin et le fait participer à l'intrigue. C'est un aspect très moderne de cette oeuvre qui évoque un épicurisme de bon aloi (ce qui valut à La Fontaine maints déboires mortifiants avec les représentants de l'Eglise).
Commenter  J’apprécie          111
Par le titre alléchée, je me faisait une joie d'effleurer cet album. Las, la déception fut rapide. Certes ce versant des oeuvres de Jean de la Fontaine est assez amusant à découvrir. Il se distingue cependant assez peu du commun des contes grivois. Maris jaloux, femmes mutines ou ingénues, amants malins. On s'ingénie à batifoler et à initier la jeune vierge un peu bébête. Il n'y est guère question d'amour. Peu d'érotiques suggestions à se mettre sous le coude.

Pour ce qui est des illustrations, c'est du Manara propre et connu, point à la ligne. Point de surprise.

Des galipettes vite mises de côté.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Du temps des Grecs deux sœurs disaient avoir
Aussi beau cul que fille de leur sorte;
La question ne fut que de savoir
Quelle des deux dessus l'autre l'emporte.

Pour en juger un expert étant pris,
à la moins jeune il accorde le prix,
Puis l'épousant lui fait don de son âme;
à son exemple un sien frère est épris
De la cadette, et la prend pour sa femme.

Tant fut entre eux à la fin procédé,
Que par les sœurs un temple fut fondé
Dessous le nom de Vénus belle fesse.
Je ne sais pas à quelle intention,
Mais c'eût été le temple de la Grèce
Pour qui j'eusse eu plus de dévotion.

Conte tiré d'Athénée (La Vénus callipyge)
Commenter  J’apprécie          132
Un villageois, ayant perdu son veau,
L'alla chercher dans la forêt prochaine.
Il se plaça sur l'arbre le plus beau,
Pour mieux entendre, et pour voir dans la plaine.
Vient une Dame avec un jouvenceau.
Le lieu leur plaît, l'eau leur vient à la bouche,
Et le Galant, qui sur l'herbe la couche,
Crie, en voyant je ne sais quels appas.

" Ô Dieux ! que vois-je ! et que ne vois-je pas ! "

Sans dire quoi : car c'étaient lettres closes.
Lors le Manant les arrêtant tout coi :

" Homme de bien, qui voyez tant de choses,
Voyez-vous point mon veau ? dites-le-moi. "

(Le Villageois qui cherche son Veau)
Commenter  J’apprécie          123
Le jeu, la jupe et l'amour des plaisirs sont les ressorts que Cupidon emploie.
De leur boutique, il sort chez les François,
Plus de cocus que du cheval de Troie,
Qu'il ne sortît de héros autrefois.
(À femme avare, galant escroc)
Commenter  J’apprécie          130
Qu'un homme soit plumé par des coquettes,
Ce n'est pour faire au miracle crier.
Gratis est mort ; plus d'amour sans payer :
En beaux louis se content les fleurettes.
Ce que je dis des coquettes s'entend.
Pour notre honneur, si me faut-il pourtant
Montrer qu'on peut, nonobstant leur adresse,
En attraper au moins une entre cent,
Et lui jouer quelque tour de souplesse.

(À femme avare, galant escroc)
Commenter  J’apprécie          50
Et redirai jusques au bout :
Mots dorés en amours font tout.
Ils persuadent la donzelle,
Son petit chien, sa demoiselle,
Son époux quelquefois aussi.
(Pâté d'anguille)
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Jean de La Fontaine (103) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean de La Fontaine
LA FONTAINE – Le Voyage en Limousin : une poésie du paysage (BFM, 2021) Une conférence intitulée « L’œil du voyageur et la plume de l’épistolier : une poésie du paysage » donnée par Damien Fortin le 10 décembre 2021 à Bibliothèque francophone multimédia de Limoges.
autres livres classés : contesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (134) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Fables de La Fontaine

A quel siècle a vécu Jean de La Fontaine ?

16ème siècle
17ème siècle
18ème siècle
19ème siècle

10 questions
370 lecteurs ont répondu
Thème : Jean de La FontaineCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..