AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Abdellatif Laâbi (Traducteur)
EAN : 9782757895009
192 pages
Points (04/03/2022)
4.42/5   12 notes
Résumé :
Cette anthologie pose un acte fort : réunir les plumes les plus prometteuses de la nouvelle poésie palestinienne, rompre le silence en redonnant une voix à celles et ceux qui vivent aujourd’hui dans la pénombre de l’impasse, presque invisibles, en tout cas inaudibles. S’y révèle un champ poétique entièrement renouvelé, espace sans limites où tout est encore possible : écrire, aimer, rêver, voyager loin, penser librement.

« Jamais auparavant nous n’avi... >Voir plus
Que lire après Anthologie de la poésie palestinienne d'aujourd'huiVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Nouvelle anthologie découverte par l'intermédiaire des éditions Points, et pas des moindres, celle de la poésie contemporaine palestinienne.

En quelques poèmes, principalement en vers, parfois en prose, j'ai découvert ainsi de nombreux poètes et poétesses, aux diverses situations de vie : la majorité encore en Palestine, certains ayant fait le choix d'en partir, ou étant né.e.s en dehors de leur état originel.

Au coeur de toute cette poésie, indéniablement, la situation géopolitique est omniprésente, plus ou moins discrètement, et vient nous rappeler qu'elle est, toujours, au coeur de la vie des palestiniens depuis 1947 et le plan de partage anglais pour la création de l'état d'Israël. Situation géopolitique synonyme le plus souvent de tristesse, de lassitude, également de colère, ou encore d'un fort sentiment de déracinement pour ceux qui ne vivent plus en Palestine, mais aussi synonyme de recherche de changement, d'évasion, de renouvellement, par la poésie notamment.

Une anthologie intéressante, plus en termes de thématiques et d'émotions qu'elle met à jour, qu'en termes de stylistique, l'ayant trouvée un peu trop prosaïque à mon goût.
Commenter  J’apprécie          140
Ce qui m'a décidé c'est une émission de radio un lundi matin quand un journaliste parlait d'une solution politique au problème palestinien, et j'ai entendu poétique...
Une issue poétique à un conflit ?
J'ai eu envie d'entendre des artistes s'exprimer sur le sujet alors j'ai trouvé cette anthologie.
Il ne s'agit pas de résoudre quoique ce soit en lisant de la poésie, mais ça peut éclairer un peu, partager des tranches d'humanité, croiser des regards, une intimité...ça ressemble à du voyeurisme, peut-être. Mais les poètes y consentent bien !
En lisant ce poème "Quand une roquette tombe"de Yahya Achour résident à Gaza, je me suis demandé s'il était toujours en vie, si finalement toutes ces femmes et ces hommes avaient survécu à la guerre.
Abdellatif Laâbi dit de la Palestine qu'elle est devenue en soi une poésie.
Mais ça n'est pas parce qu'elle est une terre déchirée, ce n'est pas parce qu'elle souffre, c'est parce qu'elle est peuplée de plusieurs générations de poètes depuis le début du xx ème siècle qui se perpétuent avec une vigueur particulière, un peuple doué d'une créativité peut-être exacerbée par cet inextricable conflit.
Je ne défends aucune cause, je ne souhaite qu'entendre des voix, d'autres intériorités qui pourraient me parler.
Commenter  J’apprécie          50
« Pour écrire une poésie
qui ne soit pas politique
je dois écouter les oiseaux
Et pour écouter les oiseaux
il faut que le bruit du bombardier cesse. » Marwan Makhoul

Anthologie de la poésie palestinienne d'aujourd'hui @editionspoints

La poésie palestinienne contemporaine est un monde en soi, beau, touchant, bouleversant… il y a quelque chose d'intense et d'unique dans ces mots, ce vécu, dans cette vie, ce pays, cette nation qui nous sont chantés, partagés, confiés…

« Être sans pays
veut nécessairement dire être palestinien
Être palestinien
ne signifie qu'une chose:
que le monde entier est ton pays
Mais le monde n'arrive pas à assimiler ce fait
comme tant d'autres te concernant. » Ashraf Fayad

Oui ces poèmes nous sont confiés pour ne pas que tombent dans l'oubli ce peuple, sa culture, sa terre… son âme 🌟

« Avant le sommeil
je suppose que les rêves vont passer
que la cage ne sera plus pleine
que le lac de Narcisse deviendra véridique
et que je me transformerai en cygne. » Rola Shiran

Ce recueil représente un très beau travail de traduction et de transmission, il est d'une richesse incroyable!

« Là repose la terre commune
intraitable
où les tribus des autochtones
entonnent les chansons de l'aube
où la rosée danse
et humecte chaque idée
pouvant sortir
de la tête du monde. » Rajaa Ghanim

Je finirai par ces mots d'une beauté saisissante qui m'ont touchée davantage tout en murmurant à mon être…

« Un jour
j'accompagnerai le soleil
dévalant
l'escalier du ciel
afin de dormir
dans la mer. » Yahya Achour

Je vous passe le flambeau ✨
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
SUR LA DECOUVERTE DE LA TERRE ET LA VÉRITÉ DE SA ROTONDITE

Maintenant
mon corps s'ouvre entre tes mains
forêts bleues et fleuves violets
Comment n'ai-je pas connu auparavant
tous ces passages herbeux et poisseux ?
Tu es mon aimé
Un alphabet fluide
abandonné depuis si longtemps
se renouvelle à l'instant entre tes mains
T'es mains petites et grandes
preuve s'il en est des racines du fellah
en toi
T'es mains effleurent mes seins
et le monde entier gémit
Le lait des mères s'écoule
J'entends les cris de mille enfants
sortant sur-le-champ de l'utérus
T'es mains, là, sur mon ventre
où se retrouvent les signes de la terre
et ses quatre directions
où Colomb à tournoyé
et Tariq ibn Ziyad
a fait brûler tous les vaisseaux
Là repose la terre commune
intraitable
où les tribus des autochtones
entonnent les chansons de l'aube
où la rosée danse
et humecte chaque idée
pouvant sortir
de la tête du monde

(Rajaa Ghanim)
Commenter  J’apprécie          40
J'imagine Rouget de Lisle
dans une des banlieues de Jérusalem
s'abritant derrière un rocher
écrivant ces paroles pour affronter l'occupation
Cet hymne peut-il se transformer
en une Marseillaise palestinienne ?
Le sang peut-il s'accorder
avec les slogans d'aujourd'hui
brodés d'humanitarisme ?

(Tarik Hamdan)
Commenter  J’apprécie          40
Des soldats aux visages fatigués
Des remugles de sueur
De boue et de poudre
Ce froid épais ne m'effraie guère
Et cette bataille sans fin
Ne veut pas dire grand chose pour moi
Tout ce qui me préoccupe
Ce sont les fleurs du printemps
Vont-elles être étouffées
Par les relents de la poudre
Et la vulgarité des soldats ?
Je n'ai pas peur de la mort
Je sais que tu viendras recueillir mes restes
Les morceaux de ma chair fraîche
Seront enfin entre tes mains
La chair du corps
Qui a longtemps désiré que ces mains
S'étendent vers lui
Pour le toucher
Ne serait ce qu'une fois

RAJAA GHANHIM
Commenter  J’apprécie          10
Ils vont m'expulser de la ville
avant la tombée de la nuit
Je n'ai pas payé la facture de l'air, disent-ils,
ni celle de l'électricité / Ils vont m'expulser de la ville
car j'ai failli de même avec le soleil et les nuages
Ils vont m'expulser de la ville
avant le lever du soleil

("Phobie", Najwan Darwish)
Commenter  J’apprécie          10
Le corbeau noir sur la neige est plus beau
Que toutes les colombes de la paix
Dans les discours des politiciens

MARWAN MAKHOUL
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Abdellatif Laâbi (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abdellatif Laâbi
Avec douze écrivains de l'Anthologie Avec Anne le Pape (violon) & Johanne Mathaly (violoncelle) Avec Anna Ayanoglou, Jean d'Amérique, Camille Bloomfield & Maïss Alrim Karfou, Cyril Dion, Pierre Guénard, Lisette Lombé, Antoine Mouton, Arthur Navellou, Suzanne Rault-Balet, Jacques Rebotier, Stéphanie Vovor, Laurence Vielle.
Cette anthologie du Printemps des Poètes 2023 proposent 111 poètes contemporains et des textes pour la plupart inédits. La plus jeune a 20 ans à peine, le plus âgé était centenaire. Tous partagent notre quotidien autour de la thématique corrosive des frontières. Leurs écrits sont d'une diversité et d'une richesse stimulantes. Ils offrent un large panorama de la poésie de notre époque. Avec notamment des textes de Dominique Ané, Olivier Barbarant, Rim Battal, Tahar Ben Jelloun, Zéno Bianu, William Cliff, Cécile Coulon, Charlélie Couture, Jean D'amérique, Michel Deguy, Pauline Delabroy-Allard, Guy Goffette, Michelle Grangaud, Simon Johannin, Charles Juliet, Abdellatif Laâbi, Hervé le Tellier, Jean Portante, Jacques Roubaud, Eugène Savitzkaya, Laura Vazquez, Jean-Pierre Verheggen, Antoine Wauters…
Mesure du temps La fenêtre qui donne sur les quais n'arrête pas le cours de l'eau pas plus que la lumière n'arrête la main qui ferme les rideaux Tout juste si parfois du mur un peu de plâtre se détache un pétale touche le guéridon Il arrive aussi qu'un homme laisse tomber son corps sans réveiller personne Guy Goffette – Ces mots traversent les frontières, 111 poètes d'aujourd'hui
Lumière par Iris Feix, son par Lenny Szpira
+ Lire la suite
autres livres classés : palestineVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (24) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1198 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}