AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226616760X
Éditeur : Pocket (22/03/2007)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 610 notes)
Résumé :
Réunis dans leur résidence estivale de l'île d'Orléans, non loin de Québec, les Miller et leurs six enfants offrent l'image de l'harmonie et de l'aisance. La crise des années trente les a épargnés.

Chez eux, le goût du bonheur l'emporte sur les conventions et les préjugés d'une société paroissiale et étouffante. Comblée par un mari intelligent et sensuel, Gabrielle aspire à encore plus de liberté, prête à la révolte.

La tendre et viol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (96) Voir plus Ajouter une critique
Ode
  05 septembre 2012
Encore un trésor déniché par le bouche-à-oreille !
Lors de mon dernier congé maternité, après avoir fait durer le tome 13 de la saga "Le Chardon et le Tartan" de Diana Gabaldon, j'ai bien dû me rendre à l'évidence : mon stock de lectures-fleuves était à sec ! J'ai donc rappliqué ventre à terre (!) chez ma libraire préférée avec mon cahier des charges pour trouver le livre idéal en cette période (enfin, cela n'engage que moi), à savoir : 
1. Une prose accessible (pouvoir d'attention bien amputé par le manque de sommeil)
2. de l'originalité, de l'aventure et du romantisme (sensibilité au top)
3. Ne pas lésiner sur le nombre de pages (ce n'est pas le temps qui manque pour lire...)
Et là, avec un sourire entendu, elle m'a sorti "Le Goût du bonheur", de Marie Laberge, plébiscité par ses clientes : une saga historique et familiale en trois tomes qui commence vers 1930 à Québec et se poursuit sur 2 générations.
Bon, je dois vous avouer que pendant les 40 premières pages de "Gabrielle" je me suis demandé si c'était une bonne idée... Mais soudain, le récit a décollé, et moi avec !
Premier atout, et non des moindres, le texte est écrit en québécois, ce que j'ai trouvé très rafraîchissant. Quel plaisir de découvrir des expressions insolites et de deviner le sens de certains mots inusités en France. Savez-vous, par exemple, que le verbe "placoter" signifie bavarder ?
La reconstitution historique du Québec après la crise de 1929 est soignée et j'ai beaucoup appris sur ce pays que je connaissais finalement assez peu. Marie Laberge souligne sans complaisance le peu de libertés dont disposaient les femmes, entre le carcan religieux et les pleins pouvoirs accordés aux maris.
Mais la plus grande richesse de ce livre, ce sont ses personnages éperdument attachants et leur volonté de goûter au bonheur, même si cela dérange les conventions étriquées de la bonne société catholique francophone. Dans ce premier tome, on entre dans l'intimité du couple brillant formé par Gabrielle et Edward Miller. Gabrielle, qui a osé se marier par amour, mère attentive de 5 enfants et bientôt 6, toujours à l'écoute des plus faibles, nous charme par son courage et sa générosité. Difficile aussi de résister au charisme de Nic McNally, l'ami de la famille, toujours prêt à aider ses proches. Et parmi les enfants Miller, on remarque déjà la force de caractère d'Adélaïde, qui prend sous son aile le fragile petit Florent, le fils des domestiques de leur maison d'été...
Au fil de leurs aventures, certains trouveront que Marie Laberge force parfois le trait sur la tragédie ou les sentiments charitables. Mais insuffler des sentiments jusqu'à créer l'empathie avec le lecteur, n'est-ce pas là le propre d'une saga réussie ? Et celle-ci l'est à l'évidence, vu l'urgence ressentie à la fin de chaque tome pour se procurer le suivant.
Allez, trêve de placotage ! C'est une pépite, tout simplement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          592
latina
  10 avril 2017
C'est fou ce que l'on s'attache à une famille quand on apprend à la connaitre !
C'est fou, oui...car c'est une famille de papier !
Et pourtant, le couple formé par Gabrielle, la belle jeune femme aux yeux gris et Edward, son mari amoureux m'entraine à sa suite dans les activités quotidiennes à Québec et en vacances sur l'île d'Orléans, de l'autre côté du fleuve.
Quelle vie mouvementée ! C'est vrai qu'avec cinq enfants, deux soeurs, un beau-frère, deux nièces et de très bons amis, il ne peut arriver que des péripéties.
C'est vrai aussi que nous commençons cette histoire en 1930 et que la misère règne dans bon nombre de foyers, suite au krach boursier de 1929. Notre Gabrielle s'engage corps et âme dans l'aide aux défavorisés, luttant également pour l'émancipation des femmes, tout en essayant de rester en bons termes – en surface – avec l'Eglise rétrograde et avec la société en général, toute en commérages si quelqu'un fait un pas de travers. C'est qu'on ne badine pas avec les moeurs en ces temps d'avant-guerre !
Cette société aura fort à faire avec la famille de Gabrielle...
J'ai beaucoup aimé cette histoire de famille pleine de vie, de bons et moins bons sentiments, de joies immenses et de drames atroces, une histoire témoin de cette division entre riches et pauvres, entre hommes et femmes, avec toujours, la toute-puissance de l'Eglise et des hommes.
Les questions de mariage – souvent « de raison » - sont abordées maintes fois, ainsi que celles de la contraception, de la maladie (ah...la tuberculose qui a fait des ravages en ce temps-là ! ), de l'amour aussi, omniprésent, ciment du couple-phare de ce 1er tome. Gabrielle est heureuse et le bonheur fait tache d'huile.
Mais la société corsetée laissera-t-elle s'épanouir Gabrielle, Edward et tous ceux qu'ils ont pris sous leur aile, morale ou physique ?
Je l'apprendrai à travers ces presque 900 pages, avec intérêt et bonheur. Une langue savoureuse (ouf, il y a un lexique à la fin) me conduit à travers les pensées et les actes des multiples personnages, dans des lieux bien pittoresques.
Et franchement, j'ai vraiment eu de la peine à quitter ces personnages de papier si attachants !
Il parait qu'il y a encore 2 tomes. Celui-ci se termine en 1942, sur des rebondissements de taille. Vite, la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5610
Roggy
  20 septembre 2018
Chez Marie Laberge le goût du bonheur est sucré, capiteux et chaleureux. Elle nous fait goûter à la joie qu'on retire des choses simples de la vie et plus particulièrement dans la vie de famille.
Les descriptions vivantes et pleines de couleurs composent un récit d'une énergie ardente et regorge de scènes poétiques, tragiques ou comiques.
L'écriture somptueusement ciselée est agrémentée par des délicieux régionalismes québécois.
L'héroïne de ce premier tome, Gabrielle est une femme forte, volontaire et effrontée qui se bat pour la liberté de la femme et va au bout de ses convictions malgré le poids des convenances.
Les personnages qui gravitent autour d'elle sont charmants et bien travaillés, créant une ambiance digne des sagas familiales comme on les aime.

Trêve de placotage ! Ce roman est un formidable antidote contre les coups de blues, c'est un récit fin et sobre qui cache sous chaque ligne une tendresse infinie.
Commenter  J’apprécie          490
NathalC
  20 février 2017
Gabrielle, 1er tome d'une saga familiale.
Ce 1er tome m'a emballé. Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu une aussi belle histoire familiale. Dans la lignée des Jalna !
Au départ, j'avoue avoir été réticente à lire ce 1er livre : le nombre de pages (+ de 600), la taille de la police, la couverture qui n'est pas forcément attrayante.
Mais quel plaisir !
On se laisse embarquer par cette histoire, par cette famille qui vit à Québec dans les années 30.
Gabrielle est magnifique dans tous les sens du terme : c'est une mère accomplie, une femme amoureuse, honnête, droite, déterminée, moderne mais aussi respectueuse des traditions.
A cette époque, la religion catholique est extrêmement importante. C'est aussi le début de l'émancipation de la femme, le début de leur indépendance face à l'église, face à leur mari ou leur père, le droit de vote des femmes est réclamé, le tabou de la sexualité, les bonnes oeuvres, la maladie...
J'ai aussi découvert les prémices de la 2nde guerre mondiale vues du côté canadien.
Le statut des canadiens français, des canadiens anglais, des juifs, des pauvres...
Ce livre est riche de détails sur la vie au Québec à cette époque d'avant-guerre.
Durant toute ma lecture, j'ai eu envie de m'asseoir à la table en compagnie de Gabrielle, Edward, Nic, Adélaïde, Florent, et le reste de la famille et amis.
Une très belle histoire que je recommande.
Je commence d'ailleurs illico le 2ème tome : Adélaïde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
isabelleisapure
  24 juin 2016
La lecture de ce livre m'a rajeunie de quelques dizaines d'années, lorsqu'adolescente, je me délectais de ces histoires familiales au long cours. Je me souviens avec nostalgie des « Jalna » de Mazo de la Roche ou « Les semailles et les moissons » d'Henri Troyat. Ces lectures me ravissaient, j'aimais y retrouver l'atmosphère d'une époque, grâce à un fourmillement de petits détails réalistes de la vie quotidienne.
Dans le premier opus de son « goût du bonheur », Marie Laberge nous entraîne à Québec dans les années 30 à la suite de Gabrielle mariée avec Edward depuis bientôt dix ans. Elle mène une vie bien remplie, entourée de ses cinq enfants. de toute évidence, il s'agit d'un mariage heureux. Mais le bonheur est suspect en cette époque où notre sainte mère l'Église nous dit que nous sommes sur terre pour accomplir notre devoir.
L'héroïne est une femme courageuse, intelligente qui essaie de changer le monde en allant au bout de ses convictions.
Les autres personnages, enfants et adultes sont attachants. Marie Laberge décortique les caractères de chacun.
Même si les 100 premières pages m'ont semblée un peu longues, je ressors de cette lecture totalement conquise. L'histoire se met peu à peu en place pour ne plus laisser place au moindre ennui.
Je ne vais pas tarder à lire les deux prochains volumes de la saga !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          438
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
cathduscathdus   16 février 2019
Quelle belle trilogie! On s'attache aux personnages. J'ai adoré être transportée dans cette univers au Canada.
Commenter  J’apprécie          00
silencejelissilencejelis   11 février 2019
Quand Edward ferme ses bras autour de ses épaules et la serre contre lui, elle se met à pleurer dans la lumière douce de la lune. Elle pleure sur l'enfance de sa petite fille qui s'achève, sur le temps si court des enfants qu'on garde dans ses bras, sur Florent si peu gâté par la vie et à qui elle veut donner au moins une petite chance d'avoir un jour dix ans. Elle pleure le dos abandonné contre le corps solide de cet homme qu'elle aime et qu'elle approuve, même si sa décision est dure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NathalCNathalC   12 février 2017
Ecouter cette histoire est un péché. Voilà la vérité : on ne peut emêcher des actes pareils, parce qu'on n'arrive jamais à l'acte lui-même, on fuit avant de l'entendre. Comment pourrait-on condamner ce qui n'est pas évocable ? Le sexuel est si douteux que, même quand c'est heureux et beau, ce n'est pas avouable. Alors, quand c'est odieux, perverti, répugnant et dégradant... on laisse une petite fille faire face toute seule à trois ivrognes débauchés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
NathalCNathalC   17 février 2017
- Et vous êtes riches. Les Canadiens français vous en veulent de votre réussite et de celle des Anglais. Ils pensent que c'est du pareil au même et ce que vous avez, vous le leur enlevez.
- Quel raisonnement ! Qu'ils fassent de l'argent au lieu de vouloir nous écarter. Qu'ils nous devancent, qu'ils soient meilleurs que nous. Vouloir abattre et faire disparaître celui qu'on jalouse, c'est de la barbarie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
jadziajadzia   29 mars 2013
Le lendemain, ils se promènent toute la journée et Florent lui indique les tons, les couleurs. Sur la plage, il lui montre comment observer l’ensemble de la couleur et ensuite, en prenant chaque galet, il lui montre l’infinité des gris, des beiges, des blancs qui donnent l’ensemble apparemment d’une seule couleur. Parce qu’il la force à porter attention, Adélaïde se rend compte que pas une planche du mur de la grange, pas un brin de blé vert dans le champ n’a la couleur exacte de son voisin… et que l’harmonie provient de la parenté, mais aussi de la différence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Marie Laberge (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Laberge

Québec : Marie Laberge change d'avis quant au prix unique du livre
Invitée sur le plateau de l'émission télévisée Tout le monde en parle, ce 13 octobre 2013, l'auteure québecoise venue présenter son onzième et dernier roman ...
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1546 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..