AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Bruno Latour (Autre)
EAN : 9782359252002
Les Empêcheurs de penser en rond (21/01/2021)
3.09/5   33 notes
Résumé :
Depuis la terrible expérience du confinement, les États comme les individus cherchent tous comment se déconfiner, en espérant revenir aussi vite que possible au « monde d’avant » grâce à une « reprise » aussi rapide que possible. Mais il y a une autre façon de tirer les leçons de ces épreuves, en tout cas pour le bénéfice de ceux que l’on pourrait appeler les terrestres. Ceux-là se doutent qu’ils ne se déconfineront pas, d’autant que la crise sanitaire s’encastre da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
DoubleMarge
  18 octobre 2021
Un nouveau régime climatique, un confinement dans une zone critique de moins de 6 kilomètres d'épaisseur où vivent tous les organismes connus, une métamorphose inéluctable, de l'activité collective, un retournement philosophique … Pensée transversale pour vivre autrement avec la Terre.
Pierre-Romain Valère dans DoubleMarge (extrait)
Lien : https://doublemarge.com/page..
Commenter  J’apprécie          591
Passemoilelivre
  03 février 2021
Après s'être demandé où atterrir, Bruno Latour se demande où il est ! Les questionnements sur notre place et notre relation à Gaïa se poursuivent à la lumière de notre confinement Covid, peut-être finalement source positive d'interrogation sur notre devenir. La première partie de l'ouvrage est compréhensible, et on est presque fier de parvenir à suivre l'argumentation de l'auteur, mais cela se gâte ensuite, dés lors qu'une philosophie pure et plus dure s'invite au débat. Impression mitigée qui n'empêche pas d'être conscient et convaincu que les vraies questions sont posées !
Commenter  J’apprécie          130
PGilly
  23 février 2021
C'est ardu comme le confinement. Nous avançons page à page, entre L Univers, Gaïa, Terre, les terrestres, la zone critique, la Vie et la vie, les bords, l'extérieur, le dedans, le dehors. C'est un conte philosophique qui convoque Kafka et La métamorphose, celle qui mûrit lorsque l'humain s'interroge sur la meilleure façon de subsister à l'instar du Vivant qui nous permet de vivre sur terre. Chaque détail de notre territoire est l'oeuvre d'un vivant, parfois éloigné dans le temps.
Le virus (et le Nouveau Régime Climatique) réduit notre espace. Nous avons ainsi l'occasion d'en percevoir les limites, d'en découvrir la beauté à portée de main et de regard. le sol, la terre, les produits locaux, redeviennent des matières que l'on peut toucher, humer, découvrir.
En appui à une réflexion dense sur notre position sur la terre et nos relations avec Gaïa (englobe tout ce qui compose l'ici-bas), Bruno Latour raconte les ateliers Où atterrir ?. Dans un grand cercle au sol, divisé en quatre, le participant se place au centre. Il va se situer par rapport à ce dont il est dépendant pour vivre, à ce qui menace sa survie, à ce qui permettrait d'améliorer la situation, à ce qui risque d'empirer les choses.
Un exercice pratique édifiant mais insuffisant si on ne redonne pas à l'imagination, à l'imaginaire, ses lettres de noblesse. Cette aptitude au rêve, désignant la lune contemplée, loin de nos confins, comme l'horizon de tous les possibles. C'est tout même plus près que Mars.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jefdebourges
  06 mars 2021
Soit je n'étais pas en condition pour le lire, soit je suis passé à côté, soit ce titre n'est pas assez travaillé, soit la matière traitée (Covid19 et confinement) est trop récente pour l'observer avec recul.... Allez savoir !
Mais je sors de cette lecture avec très peu de choses et un peu d'ennui.
Je trouve que les distinctions entre terre, Terre et Gaïa mériteraient d'être plus explicitées car là j'y vois une "gestuelle lexicale" (donc un peu pédant ou capillotracté ).
Il aborde pleins de sujets mais reste à la surface (j'évite le mot superficiel car ce serait une critique gratuite et un peu infondée)
Bref, je le dépose dans ma PARL (Pile A ReLire) pour lui donner une 2nde chance.
Livresquement votre
Commenter  J’apprécie          50
mylena
  08 août 2021
J'ai bien aimé la première partie, la comparaison de l'état dans lequel se sont trouvés les terriens au début du confinement général du point de vue de l'effet de surprise avec l'état de Grégor Samsa dans la Métamorphose de Kafka. Plus tard, il revient sur cette comparaison sans que le lien soit aussi clair. Tant que Bruno Latour montre comment l'expérience du confinement a changé notre manière d'habiter un lieu, de penser, d'agir, notre rapport à la Terre, j'ai réussi à suivre. Ma principale difficulté, c'est que de ce point de vue le confinement ne m'a beaucoup affectée (dans mon rapport aux autres, oui, mais pas dans mon rapport aux lieux, vu que j'habite à la campagne, et que le périmètre autorisé correspondait à peu près à mes déplacements ordinaires).
Ensuite, ça se gâte, la réflexion est dense, parfois j'ai eu du mal à suivre les cheminements de l'auteur, et, quand enfin, je m'y retrouvais, à chaque fois, il passait à un autre sujet, et la difficulté recommençait. Beaucoup de thèmes intéressants, mais à mon avis à peine effleurés, pour un résultat somme toute plutôt décevant, d'autant que l'écriture est dense et difficile à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
LaLibreBelgique   26 janvier 2021
Dans "Où suis-je ?", le célèbre philosophe tire les leçons du confinement pour changer nos façons de raisonner.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaCroix   21 janvier 2021
Revenir au monde d’avant le plus vite possible ou trouver un enseignement et des pistes de vie nouvelle dans la crise ? Bruno Latour invite à une bascule.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Jean-DanielJean-Daniel   24 février 2021
Il y a bien des façons de commencer. par exemple en disant, comme un héros de roman qui s’éveille après un évanouissement en se frottant les yeux, l'air hagard, et qui murmure : "Où suis-je ?" Pas facile, en effet, de reconnaître où il se trouve, surtout après un si long confinement, le visage masqué, en sortant dans les rues aux rares passants dont il ne voit que le regard fuyant.
Commenter  J’apprécie          210
watercolorandbookspariswatercolorandbooksparis   30 janvier 2021
Cette idée d’environnement n’a guère de sens puisque vous ne pouvez jamais dessiner la limite qui distinguerait un organisme de ce qui l’entoure. Au sens propre, rien ne nous environne, tout conspire à notre respiration. Et l’histoire des vivants est là pour nous rappeler que cette terre si « favorable » à leur développement, ce sont les vivants qui l’ont rendue favorable à leurs desseins - desseins si bien cachés qu’ils les ignorent eux-mêmes tout à fait !
À l’aveugle, ils ont courbé l’espace autour d’eux; ils se sont comme pliés, enfouis, roulés, pelotonnés en lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PassemoilelivrePassemoilelivre   03 février 2021
la solution pour ne pas récidiver. Elle consiste à ne jamais accepter de dire d’un sujet quelconque qu’« il a une dimension économique » ! S’y soumettre, en effet, cela revient toujours à suggérer qu’il y aurait, d’un côté, une réalité profonde, essentielle, vitale – l’économique –, et que, de l’autre côté, on pourrait, si on avait le temps, prendre malgré tout en compte « d’autres dimensions » – sociales, morales, politiques, et même pourquoi pas, s’il y a du reste, une dimension « écologique »...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PassemoilelivrePassemoilelivre   03 février 2021
il me semble que nous sommes nombreux à avoir ressenti les risques courus par la genèse de toutes les formes de vie. Brusquement la question revenait dans les chaumières : « Sur quelle terre vais-je bien pouvoir vivre, moi et mes dépendants ? » Comment comprendre autrement ces formes nouvelles d’intérêt pour le sol, pour la terre, pour le local (sans oublier l’attrait du jardinage et l’étrange passion pour la permaculture !) qui m’auraient paru « réactionnaires » il y a dix ans ? Si je ne peux pas les situer facilement entre gauche et droite, c’est que tout le monde « réagit » en effet de mille façons à la même inquiétude par mille symptômes différents
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PassemoilelivrePassemoilelivre   03 février 2021
Cette fois-ci, il ne s’agit plus seulement d’améliorer, de changer, de verdir ou de révolutionner le « système économique », mais de se passer tout à fait de l’Économie. Par un paradoxe qui ne cesse de réjouir le cœur des terrestres, c’est l’épisode de la pandémie qui a eu pour effet de libérer l’esprit des confinés, et de leur permettre un instant de sortir de ce long enfermement dans la « cage d’acier » des « lois de l’économie » où ils croupissaient. S’il y a un cas où l’on s’émancipe de la mauvaise émancipation, c’est bien celui-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Bruno Latour (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Latour
Dans la deuxième partie de cette émission, le dessinateur Étienne Davodeau rejoint Bruno Latour. Il publie une bande-dessinée absolument remarquable, intitulée "Le droit du sol" chez Futuropolis. Cette dernière est le récit d'un périple entre la grotte préhistorique Pech Merle dans le Lot et le site d'enfouissement nucléaire de Bure dans la Meuse. 
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
autres livres classés : écologieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
200 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre