AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782262030360
396 pages
Éditeur : Perrin (23/10/2014)
4.4/5   10 notes
Résumé :
Après les cruelles désillusions de 1914 et les offensives répétées, aussi meurtrières que vaines, de 1915, les stratèges tirent en 1916 les leçons de la guerre des tranchées et envisagent alors de mener le conflit en scientifiques : finies les attaques à outrance de l'infanterie, place au feu roulant de l'artillerie, aux orages d'acier qui doivent tout annihiler sur leur passage. Et pourtant, malgré les dizaines de millions de bombes lancées sur Verdun ou sur la Som... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ay_guadalquivir
  05 janvier 2015
Jean-Yves LE NAOUR poursuit son chantier sur la Grand Guerre avec 1916. Contrairement à ce que le titre laisse envisager, il ne s'agit pas d'un travail chronologique, mais seulement de l'inscription des grands sujets de la 1ère guerre mondiale dans une temporalité intermédiaire. Façon de montrer que le temps est un acteur décisif, et peut-être que chaque nouvelle année (bonne année à tou(te)s mes ami(s) lecteurs-lectrices!) s'ouvre sur des promesses, des espoirs, des possibilités.
1916 est l'année de Verdun, de la Somme, de l'entrée en guerre de la Roumanie, et de la chute de Joffre. La fin de l'Uniion Sacrée.
Jean-Yves LE NAOUR continue, au long de 1916, à montrer les enjeux militaires, sans jamais assommer le lecteur des détails des batailles. Mais surtout, il poursuit sonn analyse des relations entre le GQG, le gouvernement, le Parlement, et la presse. Et permet ainsi de comprendre comme la guerre devient un objet politique et d'ambitions de bons nombres d'acteurs. Durer à tout prix, telle semble est la motivation essentielle de Joffre, Briand et les autres. le tout porté par une presse sous contrôle, tandis que la boucherie continue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Cristofire
  26 mai 2019
Absolument passionnant. Jean-Yves le Naour est décidément un formidable historien à la plume précise, engagée et immersive.
Extrêmement instructif.
Je file en 1917.
Commenter  J’apprécie          30
Nikoz
  09 juin 2015
La poursuite, mieux maitrisée, de l'excellent travail de le Naour... Son style se libère et son analyse sur l'incurie est simple, sobre et efficace...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
myrtigalmyrtigal   14 décembre 2020
« Ceux qui s’affrontèrent à Verdun représentaient une véritable élite. Comme de l’acier trempé juste le temps qu’il fallait, ils étaient durs, tendus, mais pas encore cassants », a prétendu l’historien Alistair Horne. Il avait tort. Il reprenait à son compte la littérature héroïque de l’arrière, celle qui sublimait l’horreur et taillait dans la boue des statues de marbre impavides. Il croyait rendre hommage aux combattants, mais en réalité il les déshumanisait.
Or, les défenseurs de Verdun, les seuls et vrais vainqueurs, ces poilus crottés que l’on vantait mais que l’on ne voulait pas recevoir à déjeuner dans les beaux établissements de Bar-le-Duc parce qu’ils étaient si sales, étaient simplement des hommes. Ils ne demandaient pas à devenir des légendes. Ils voulaient vivre, attendaient la paix, rêvaient d’embrasser leurs femmes, leurs enfants, leurs parents. Ils ne vibraient pas au chant de gloire pour leur calvaire ni au Te Deum flamboyant pour leur agonie solitaire, tout au contraire. Ils n’en sont pas moins admirables, ils le sont plus encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
myrtigalmyrtigal   14 décembre 2020
Et c’est ainsi qu’une opération secondaire pour le GQG, mineure pour les Allemands, plus morale que militaire, ou préliminaire d’une action plus ambitieuse qui compte sur la nervosité de l’adversaire, s’est transformée en un affrontement implacable de trois cents jours et trois cents nuits qui allait symboliser à lui seul toute la guerre.
Commenter  J’apprécie          10
ay_guadalquiviray_guadalquivir   05 janvier 2015
En 1916, on pense donc à la paix tout en faisant la guerre, tandis que d'autres songent à la guerre tout en défendant la paix, et chacun d'hésiter entre la détermination et le compromis... comme s'il était encore possible de choisir. (p317)
Commenter  J’apprécie          10
NikozNikoz   09 juin 2015
Pourtant, d'un côté comme de l'autre, tout le monde croit à la décision pour 1917.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Yves Le Naour (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Yves Le Naour
A l'occasion du salon "Rendez-vous de l'histoire" à Blois, rencontre avec Jean Yves le Naour autour de son ouvrage "Fusillé sur son brancard : l'affaire Chapelant et les fantômes de la Grande Guerre" aux éditions Armand Colin. Rentrée sciences humaines 2019.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2311358/jean-yves-le-naour-fusille-sur-son-brancard-l-affaire-chapelant-et-les-fantomes-de-la-grande-guerre
Note de musique : © Scott Holmes
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2372 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre