AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782330169237
176 pages
Actes Sud (17/08/2022)
2.43/5   15 notes
Résumé :
Un archéologue ferroviaire se perd en pleine nature sur les traces de ces lignes abandonnées qui ont emporté avec elles des villages et de petites communautés humaines désormais dispersées. Benoît, son frère, presque un jumeau, n'est jamais très loin. A la disparition de leur mère, bien que présentant des troubles autistiques, c'est lui qui saura recomposer ce qu'ils n'avaient pas vu de cette femme.
Un roman éclectique, où l'image que nous gardons des disparu... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ODP31
  24 août 2022
Se méfier de l'emballage.
Je me suis encore fait avoir mais j'ai des circonstances atténuantes. Il y a d'abord cette couverture pleine de promesses avec la présence fantomatique de Buster Keaton dont le spectre semble exhumer du Mécano de la Générale, qui m'a fait de l'oeil au milieu des garnitures insipides et sans imagination des autres romans mis en page comme des briques sur un toit.
Néanmoins, avec l'âge, une oeillade ne suffit plus à me tourner la tête et j'ai approfondi le sujet en toisant l'envers du décor, la quatrième de couverture, popotin du bouquin et baratin de l'éditeur. Et bien, le petit mot doux qui appâte les incrédules dans mon genre avec un personnage qui traque les lignes ferroviaires abandonnées a terminé de me séduire. Emballé, c'est pesé. Oui, l'esprit est aussi faible que la chair.
Outre Xavier, l'archéologue du rail rouillé, ce roman suit son frère Benoît, qui a réussi à compenser des troubles autistiques grâce au théâtre et qui à défaut de pouvoir exprimer des émotions normales, maîtrise de façon mécanique les usages de la société. Au fil des pages, s'immisce également le souvenir des parents avec la description de vieilles photos de famille et le personnage d'Ana, l'amie de la mère qui vit ses derniers jours en Israël.
Comme jouer aux petits trains ne remplit pas la vie de ce cheminot des mauvaises herbes, Xavier tombe amoureux, non pas d'une déléguée syndicale de la SNCF, mais de Clara, universitaire dont les recherches portent sur les écrivains qui ont cessé d'écrire. Elle pourrait peut-être s'intéresser dans un prochain roman aux écrivains qui continuent à écrire alors qu'ils n'ont plus grand-chose à dire.
Guillaume le Touze n'a pas ce problème et son style est très abouti mais ce que je reproche essentiellement à ce roman, c'est au contraire, de ne pas en dire assez. Dans une ambition poétique, l'auteur survole des personnages qui pris individuellement sont d'une richesse et d'une justesse incroyables. A vouloir capter les émotions et les sensations, l'auteur a oublié l'incarnation. La prose élégante laisse les personnages un peu hors-sol.
J'aurai ainsi aimé que le lecteur puisse accompagner davantage Xavier dans ses fouilles dans les hautes herbes, les pieds boueux et les ongles pleins de terre, que Clara puisse rencontrer plus d'auteurs qui ont décidé de laisser les pages blanches immaculées ou assister aux représentations de Benoît sur scène.
La structure de ce récit fragmenté dont j'ai compris la résonance avec l'histoire familiale et le handicap du frère, isole trop selon moi les personnages. Chacun reste dans son monde et les liens qui les unissent ne franchissent que trop rarement les barricades des chapitres.
J'ai ressenti plus de frustration que de déception car l'écriture est belle, les personnages séduisants mais j'ai l'impression de ne pas avoir dépassé le stade des présentations.
Trop vaporeux pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          974
fbalestas
  01 novembre 2022
Qu'est-ce qui fait le plaisir de lecture ? Comment ça marche ? Pourquoi certains livres vous accrochent et d'autres pas ?
« Moi en plus beau » avait tout pourtant pour plaire. Un premier personnage, Xavier, archéologue « ferroviaire » - original – doté d »un frère, Benoît, censé avoir des troubles autistiques (mais one ne le verra guère). Une jeune femme séduisante, Clara, rencontrée sur un banc avec qui le premier personnage va se lier. Elle mène une enquête sur les raisons pour lesquelles des écrivains n'écrivent plus – un questionnement qui intéresse Guillaume le Touze ?
Et pourtant non, je n'ai pas accroché. Quelques passages originaux sur la quête de Xavier, l'archéologue qui piste les anciennes voies ferroviaires en observant les courbes de niveau d'un terrain. Mais parfois il suffit de peu pour vous faire dévier de votre lecture.
Exemple page 17 : il y est question toute la page de Xavier, et au beau milieu de la page une phrase étrange : »Que vient-on chercher sur les lieux de son enfance lorsqu'on aborde la cinquantaine ? se demandait Benoit. » Benoît ? Vraiment ? N'est-ce pas plutôt Xavier dont il est question dans la phrase précédente et la suivante ? Une erreur qu'aurait laissée passer Actes Sud ? Etrange ..
Perturbée par cette page 17, j'ai avancé plus loin mais avec un oeil critique posé sur le texte à la recherche d'une autre erreur – pas vraiment propice au plaisir de lecture.
Il y a de beaux passages, comme lorsque Benoît se livre à une forme de sylvothérapie. Benoît est comédien, et il a l'air beaucoup plus « sain » que bien de nos contemporains, avec leurs nouvelles additions aux écrans. Il écrit aussi dans un journal, et son écriture vaut beaucoup mieux que bon nombre d'écrits qu'on peut trouver ici ou là.
Il y a encore quelques personnages secondaires intéressants. Comme Ana qui a consacré sa vie à la question des troubles du développement et s'est occupée de Benoît enfant.
Ou encore cette jeune femme noire, Hiba, qui est arrivée de très loin pour faire une étape à Briançon. Elle rencontrera Benoît et sera ramenée en voiture par Xavier et Clara vers sa nouvelle destination. Car oui Clara et Xavier sont désormais ensemble – comme il se doit.
Il y a aussi une reproduction de quelques photos à la fin. D'où on imagine que ce récit est en partie autobiographique, mais on n'en saura pas beaucoup plus.
Je suis peut-être passée à côté d'un plaisir de lecture – désolée – mais sans vouloir vous priver de tenter l'expérience à votre tour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          368
lilicrapota
  23 novembre 2022
Je découvre l'auteur et je pense sans méchanceté que je n'y reviendrai pas. Je n'ai pas pu le finir. Au départ, cela m'a rappelé Maylis de Kerangal : le travail abouti sur les rails de chemin de fer me faisait penser à celui sur les ponts (par exemple), mais il manque une vraie dimension aux personnages, et malgré un style maîtrisé, l'aspect trop descriptif, sans dialogue, sans que l'on rentre véritablement dans la tête des personnages qui pourtant au départ me semblaient intéressants (surtout le frère autiste), tout cela m'a ennuyé et a provoqué l'abandon... Tant pis !
Commenter  J’apprécie          00
JuEtLi
  17 juillet 2022
Xavier est archéologue ferroviaire. Il recherche les voies ferrées désaffectées pour reconstruire l'histoire rurale et les paysages. Il est le tuteur de son frère Benoit, porteur de troubles de l'autisme. À l'occasion d'un voyage à Nîmes, il y rencontre Clara, professeure d'université et chercheuse.
Les trois personnages de ce roman nous offrent une histoire sans but écrite à trois voix, sans dialogue, sur des sujets différents et pas toujours passionnants - les vois ferrées oubliées ou les raisons qui ont poussé un écrivain à arrêter d'écrire…
Selon moi, le personnage le plus intéressant est Benoit, dont les réflexions sont touchantes et font montre d'une grande intelligence de la vie et d'une grande volonté de faire partie de la société.
Dans l'ensemble c'est un roman simple et léger, bien écrit mais sans grand intérêt et pas assez émouvant pour qu'il devienne marquant.
Commenter  J’apprécie          10
Quilt
  25 octobre 2022
Déçue par ce dernier roman de Guillaume le Touze. Rechercher des rails de chemin de fer pour découvrir le passé, ok mais ce n'est pas l'objet du livre. L'autisme et le lien avec Benoît, le frère autiste, ok mais ce n'est pas assez développé.
Bref, je reste sur ma faim et le petit faux air de Rain man n'arrange rien...
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LeMonde   05 septembre 2022
L’écrivain est rare, parce qu’il est d’abord enseignant spécialisé auprès d’enfants handicapés. Il fait se rejoindre ses deux métiers dans un roman apaisé et apaisant, « Moi en plus beau ».
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   24 novembre 2022
Les études de marché ne pourraient jamais totalement régenter le monde de la création, lieu de la surprise par excellence où surgit ce qui est singulier et qui devient, de ce fait, indispensable.

( p.107)
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24fanfanouche24   22 novembre 2022
Depuis des années, Xavier a su s'adonner librement à sa passion pour ce qui a permis aux hommes de se rencontrer, ces axes grâce auxquels ils ont pu échanger et progresser en apprenant de l'autre. Il a encore la naïveté de croire en ce monde- là, celui où le virtuel n'a pas tout supplanté, celui où l'on prend le risque de se confronter à la présence physique de l'autre dans ce qu'elle peut avoir parfois de dérangeant.
Xavier vit en réalité dans un monde rayé de jolis rubans oscillant qui s'appellent Via Aurelia, Route de la soie, Caravane des épices (..)
Ce qui l'anime réside dans l'idée que chacun sans le savoir met ses pas dans ceux des autres.
( p.115)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24fanfanouche24   24 novembre 2022
Évidemment, cela n'intéresse pas grand monde, mais ne serait-il pas juste de rendre hommage à tous ceux qui, une pioche ou une pelle à la main, ont sué sang et eau pour faire advenir le progrès ? ( p.116)
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24fanfanouche24   21 novembre 2022
( **après la mort de la mère)
Un chagrin pesant s'était abattu sur lui à l'automne précédent, il ne gardait aucun souvenir des semaines qui avaient suivi l'enterrement, absent à lui-même, dans l'attente d'un renouveau, sa solitude avait quelque chose d'absolu (...)
Le chagrin était nécessairement un chemin solitaire, quel que fût le frère que la vie vous avait donné .

( p.19)
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24fanfanouche24   21 novembre 2022
Sur la portion de voie dont le tracé lui était confié chaque ingénieur imprimait sa marque, son propre style.(...)

Il s'agissait d'un jeu entre l'homme et le paysage, le premier tentant d'apprivoiser le second qui se laissait faire un temps, mais reprenait sauvagement des droits dès le retour du silence.Une partition subtile entre la végétation et les intempéries permettait au paysage d'effacer plus ou moins rapidement les traces humaines. Et finalement, ce que cherchait Xavier, ce n'était pas tant de mettre au jour d'anciens rails en fonte que de témoigner de la dispute infinie entre l'homme et le paysage. Cette lutte se jouait souvent à armes inégales, mais il y avait du génie et de l'acharnement dans les deux camps.

( p.66)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Guillaume Le Touze (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Le Touze
« Ce qui m'intéressait dans la gémellité, c'était ce rapport de dépendance entre les deux frères, cette idée qu'on est toujours là pour l'autre. Benoît a besoin de Xavier parce qu'il est porteur de troubles autistiques, et depuis l'enfance, Xavier est celui qui le pousse vers le monde. C'est vraiment le point de départ du roman. Et puis après, il y a ce personnage de la mère disparue avec, pour chacun des deux frères, la question de ce qu'elle leur a transmis. » Guillaume le Touze
---
**Moi en plus beau** de Guillaume le Touze
Un archéologue ferroviaire marche dans la nature sur les traces de lignes disparues, de ces voies de chemin de fer arrachées par souci de rentabilité mais dont les empreintes révèlent la présence de communautés humaines depuis dispersées. Un frère au regard d'une acuité très particulière, une amie qui recherche les écrivains reconnus qui soudain n'écrivent plus, une mère magnifiquement réinventée. Tels sont les points de départ de ce livre aux contours d'enquête située dans les parages de ces endroits lointains, de ces ruines blotties dans les forêts, imaginaires ou bien réelles.
https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/moi-en-plus-beau
---
#rentréelittéraire #rl2022
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
372 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre