AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782258103993
288 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (12/09/2013)
3.58/5   6 notes
Résumé :

Au début du XXe siècle, dans les Pyrénées orientales, dans l'univers des mines de fer du mont Canigou, Félicie vit sa singularité depuis sa tendre enfance.

De génération en génération, sur les hauteurs du mont Canigou, on est mineur comme le père de Félicie, charbonnier, forgeron ou muletier, les pieds dans la neige de novembre à avril.

Gamine étrange et solitaire, intelligente et rebelle, un peu sorcière selon certains, Félic... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Iphyse
  21 juillet 2021
L'histoire se passe dans les mines de fer du Canigou au début du siècle dernier et relate les dures conditions de vie des mineurs et de leurs familles. Parmi ces hommes et femme, une gamine, Félicie, élevée par un père ivrogne qui la bat, s'est forgé une armure pour subsister. Elle est vive, très intelligente, rapide, garçon manqué, aussi discrète qu'un chat et quelque peu sorcière d'après certaines rumeurs. Elle grandit donc dans ce milieu hostile de la cité minière et un jour sa cuirasse se fendille. Parviendra-t-elle à reprendre sa vie de sauvageonne ?
En plus du côté historique, l'auteur Hélène Legrais nous décrit avec amour et passion la montagne catalagne. Un véritable bol d'air de ravissement.
Commenter  J’apprécie          00
pika50
  31 octobre 2014
Plus les lignes défilent et plus on s'attache à Félicie, jeune fille sauvage, orpheline de mère qui vit sous les coups de son père. On découvre les montagnes et ses mines ainsi que l'univers rude de ses hivers. Une écriture fluide, un brin de romance, des personnages attachants malgré des caractères difficiles font de ce livre une petite merveille.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   01 décembre 2017
Nuit après nuit, ses yeux s’étaient accoutumés à l’obscurité mouvante et à présent elle se dirigeait dans le noir avec autant d’aisance qu’en plein jour. Quand ses yeux n’y suffisaient pas, ses oreilles sensibles au moindre frôlement, au moindre murmure d’eau ou de vent, ses narines que l’odeur la plus ténue faisait palpiter et même la plante de ses pieds, reconnaissant les cailloux roulant sous ses semelles ou le tapis glissant des aiguilles sous les pins qui avaient donné leur nom à la mine, y suppléaient sans effort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   01 décembre 2017
Petite, elle s’obligeait à rester allongée dans le noir sans faire de bruit, de peur d’être punie. Elle s’efforçait de se concentrer sur le tambour assourdi de son cœur afin de tenir à distance la respiration moite du dortoir. Mais elle avait beau remonter la couverture au-dessus de sa tête et plaquer ses mains sur ses oreilles, la rumeur obsédante finissait toujours par s’insinuer sous la laine rêche et entre ses doigts. C’étaient des chuchotements et des gémissements, le grincement régulier des sommiers sous les corps qui s’agitaient. De l’eau gouttait, le plancher craquait, des hommes parlaient dans leur sommeil épuisé. Quelque part dans le fond, des rongeurs se battaient et couinaient avec une sorte de désespoir frénétique. Ça sentait la sueur aigre et les hardes crasseuses. Une odeur d’hommes seuls, loin de leur famille, loin des femmes, mère ou épouse, qui auraient pris soin d’eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 décembre 2017
C’était bien la seule chose à laquelle il prêtait ainsi attention, la hachette avec laquelle il pouvait déployer tout son art et sans laquelle il se sentait démuni, nu en fait. Nul mieux que lui ne savait tailler le bois que les mulets rapportaient de la forêt de l’Estanyol, ni l’ajuster plus près, plus étroitement pour soutenir les flancs et la voûte des galeries où les piqueurs se démenaient pour arracher au ventre de rocher de la montagne le minerai, hématite ou carbonate, dont la patrie avait tant besoin pour bouter les boches au-delà du Rhin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
IphyseIphyse   21 juillet 2021
On ne dira jamais assez le mal qu'on peut faire aux enfants en croyant qu'ils sont trop jeunes pour comprendre, commenta-t-il dans un murmure navré.
Commenter  J’apprécie          00
IphyseIphyse   21 juillet 2021
C'était comme si l'hiver avait posé sur la montagne une couverture de laine immaculée, épaisse et moelleuse, qui étouffait tous les sons.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Hélène Legrais (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hélène Legrais
Message des autrices et auteurs Calmann-Lévy pour la réouverture des librairies. Avec Plantu, Roxane Dambre, Guillaume Musso, Laurent Gounelle, Niko Tackian, Marlène Charine, Serge Hefez, Emmanuelle de Boysson, Julien Sandrel, Patrick Breuzé, Laurence Peyrin, Cécile Pivot, Olivier Weber, Agathe Portail, Eddy Moine, Jean-Marie Périer, Jean-Francois Chabas, Sylvie Baron, Francois Grandcollot, Helene Legrais, Georges-Patrick Gleize, Iman Bassalah, Elisabeth Segard, Jacques Expert, Philippe Dana, Corinne Javelaud, René Manzor, Marie-Bernadette Dupuy, Jérome Loubry, Yann Queffélec.
autres livres classés : minesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Enquête littéraire

Un soir, à la recherche de Nestor Burma, j'arpentais en vain la Rue de la Sardine ...

Marcel Aymé
John Steinbeck

14 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , roman américain , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre