AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782917718117
130 pages
Éditeur : Griffe d'Encre (30/05/2009)
3.94/5   24 notes
Résumé :
Roïn Venkoo veut en finir avec sa vie qu’il juge absurde. Sauf que dans ce monde parfait, au bonheur obligatoire et policé, tout est réglementé. Pour mourir, il lui faut demander l’autorisation… qu’on tarde à lui donner. Les machines sont formelles : il faut attendre. Alors, Roïn craque et passe outre. Il se jette du haut d’un immeuble et… est ressuscité. De force, puisqu’il n’avait pas obtenu la permission. Les mâchoires de la société se referment sur lui.
<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 24 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

alex19899
  28 décembre 2010
Il s'agit d'une nouvelle de 122 pages écrite par Antoine Lencou et publiée chez Griffe d'Encre. La 4e de couverture nous met tout de suite dans le bain et donne le ton.
Tout d'abord, l'histoire, elle se déroule sur une Terre futuriste, sans date précise. C'est dans ce futur qu'évolue Roïn Venkoo notre héros qui déçut de son existence, dans laquelle les hommes ne communiquent plus que via des écrans d'ordinateur, où le télétravail est devenu la norme. Les automates rendent la vie plus facile aux humains mais, ceux-ci ne savent plus rien faire et sont devenus totalement dépendant d'eux.
Ensuite les personnages. L'histoire tourne autour de trois personnalités bien différentes, mais qui a elles seules portent l'histoire du début à la fin et tiennent le lecteur sous le charme. Roïn Venkoo donc, le héros suicidaire, Olcéana, sa compagne, créatrice de mode égoïste et égocentrique totalement intégrée à cette société où plus rien ne semble réel et enfin Athaïn Filiji, le chef d'entreprise et homme d'affaire sans scrupule aucun.
Roïn insatisfait de sa vie et en total décalage par rapport à son époque, il est proche de nous tout en vivant dans ce monde qui n'a plus rien avoir avec le nôtre. Il se pose beaucoup de questions et se torture l'esprit.
Au coeur de ce livre se trouve une réflexion, sur la mort bien sûr, mais aussi sur la vie, le choix. Dans cette société où l'on stocke l'âme des défunts pour ensuite la réutiliser, la question de l'éthique se pose bien évidemment et de jusqu'à quel point peut-on accepter les choses et les innovations censées nous offrir une vie meilleure. Que penser d'une société qui contrôle chaque seconde de votre et qui va même décider si vous pouvez mourir ou non (allant jusqu'à vous ressuscitez si vous enfreigniez sa décision).
La lecture est fluide et agréable. La nouvelle n'est pas trop longue ce qui lui permet de ne pas s'essouffler. le cadre ainsi que les personnages sont bien définis dans les premières pages de la nouvelle. On accroche facilement à l'histoire. de plus cette société bien qu'étant très futuriste et éloignée de la nôtre ne semble pas si lointaine. Pour ma part, le mobilier qui se connecte à internet, parle, aide son propriétaire et la cuisine automatique me font vraiment penser à cette quête que nous menons actuellement, avec des appareils de plus en plus performant, qui font de plus en plus de chose pour nous laisser de plus en plus de "liberté". Et si ce monde dépeint par Antoine Lencou n'était que le miroir d'une société toute proche...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KORTO
  24 novembre 2010
Parole d'ascenseur : "Nous sommes 445 milliards de machines et 7 milliards d'humains à nous partager cette planète. Les ressources communes ne sont pas infinies et doivent être gérées avec soin." Dans cette société où les machines sont ultra-présentes, et les êtres humains effacés, enfermés chez eux (télétravail), et les contacts corporels et charnels auto-bannis au nom de la prévention sanitaire, il n'y a plus d'enfants à naître. La grossesse de la femme est d'ailleurs jugée dégradante pour le corps humain... L'être humain devient donc une ressource finie, qui ne peut pas tout à fait prétendre à l'autodétermination.... en tout cas dans un cadre limité. Notre héros, Roïn Venkoo, travailleur émérite, un des derniers à sortir de chez lui, demande la permission de mourir. Il n'a plus de motivation dans ce monde de machine, son travail ne le passionne pas, et sa femme, être extravagant inutile à la société (et qui le paiera) le lasse. Mais dans un monde animé par des robots-fonctionnaires, la permission de se suicider passe en examen... dans 6 mois. Trop long pour un dépressif... Dans un coup de tête, il saute dans le vide (300 m de chute) et passe ainsi outre la permission. Grave erreur... constatera-t-il au réveil. Son corps est reconstitué, son cerveau réinitialisé : " Lorsque vous êtes entré dans nos services, votre cerveau était inactif depuis quelques minutes, mais votre sauvegarde psy avait bien fonctionné. Nos neurochirurgiens ont prélevé votre encéphale, ont retiré la capsule bio avec laquelle ils ont programmé une endive qu'ils ont réimplantée dans votre crâne."
Hors-la-loi par son acte, Roïn est condamné à une lourde peine : vivre. Dans ce monde où les maladies sont vaincues, la vieillesse des cellules aussi, c'est une condamnation à perpétuité.... ad vitam eternam.

Antoine Lencou nous entraîne sur cette nouvelle de 122 pages sur un terrain intéressant : notre place dans la société, notre utilité au regard du monde extérieur, notre réelle capacité d'autodétermination. Si notre liberté s'arrête là où celle des autres commence, que dire des lois implicites qui régissent les sociétés ? Quand un mode de vie est imposée à tous sans concertation de chacun, peut-on parler de dictature par le nombre ou de soumission inconsciente de troupeaux dociles ? Si le propre du politique est de décréter le bonheur des foules à leurs dépends, l'état d'abrutissement qu'un monde aux apparences oisives nous impose sera-t-il suffisant à tirer l'humanité vers le haut et la faire progresser ? plus généralement : qu'est-ce que le bonheur, quelle est l'unité de mesure pour l'appréhender ? Quand on a tout, qu'est-ce qui manque encore ? Sujet de philo pour le bac, ou de thèse pour les psys : pourquoi prétendre à ce que l'on n'a pas ? Et pour les sociologues: l'art est-il inutile ?

Autour de cette nouvelle, et des questions ainsi posées, on peut parler du livre en lui-même. Agréable à lire et bonne prise en main, format poche, avec un petit plus : le marque-page aux couleurs du livre. Pas de faute de typo, c'est agréable, pas de faute d'orthographe suite à de mauvaises relectures, agréable aussi (merci si j'en crois les "crédits" à Magali Duez, Réjane Durand, Menolly, Lucile Orliac).
L'éditeur : Griffe d'Encre édition, se définit ainsi : une ligne éditoriale entre réel et imaginaire (bref de l'anticipation), un site web une boutique et un forum : http://www.griffedencre.fr/. le catalogue laisse apparaître de belles promesses de lecture. Personnellement, j'ai eu ce livre entre les mains grâce à Babelio et masse Critique spécial SFFF, et tomber sur un éditeur qui n'édite que ce genre de livres me ravit au plus haut point, étant donné que c'est mon style préféré.gageons que de belles perles s'y cachent... Merci donc à Babelio, et aux éditeurs qui sont plus grands que le "petit" par lequel ils s'auto-désignent...

L'auteur Antoine Lencou m'était inconnu. Il a commis d'autres romans et nouvelles, et je vais de ce pas ajouter à Babélio une biographie de l'auteur telle qu'elle est décrite dans le site Internet de Griffe d'Encre. le lien : http://www.babelio.com/auteur/Lencou-Antoine/110784

Pour clore le tout : une lecture très agréable, une histoire intéressante et pas très banale, une mise en situation intéressante qui laisse apparaître une suite... pourquoi pas ?
Lien : http://www.avoriaz-vacances...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Zazette97
  26 novembre 2010
"Votre mort nous appartient" est une nouvelle publiée en 2009 et signée de l'écrivain français Antoine Lencou.
Roïn Venkoo est un homme mal dans sa peau et dans son époque. Marié à Olcéana Xinava, une créatrice de mode fantasque et égocentrique, il mène une vie sans plaisir dans ce monde cloisonné où les hommes servis par des machines et des androïdes restent confinés chez eux, travaillant à domicile et communiquant majoritairement par l'intermédiaire de réseaux de communication. Les religions ont disparu sous le poids de la promesse d'une vie éternelle et depuis que le Forum Féminin Familial désapprouve la grossesse, le taux de natalité est en chute.
Aliéné par cette société régie par une virtualité permanente, Roïn décide d'introduire une requête auprès du Service des Suicidés.
Mais son désir d'en finir avec la vie se heurte à une administration peu compatissante qui ne lui accorde un rendez-vous que dans 6 mois.
Or Roïn n'en peut plus d'attendre et décide de se jeter du haut d'un immeuble.
A son réveil, il se rend compte qu'il a survécu et qu'il est sur le point de connaître sa sentence pour avoir outrepassé la loi. le juge fait annuler sa demande de suicide pour une durée de 107 ans et l'oblige à intégrer l'administration.
Roïn choisit d'être affecté à l'Administration des Défunts. Bien que les décès surviennent encore, les âmes sont conservées sur support magnétique et peuvent être réimplantées dans un corps si besoin est. La mission de Roïn consiste à repérer les doublons et à les effacer.
Mais au bout de quelques jours, le jeune homme constate une faille dans le système...
Découpé en 25 chapitres courts, "Votre mort nous appartient" nous plonge dès les premières lignes dans un univers aux accents futuristes, lisse et aseptisé, au sein duquel les technologies régissent les rapports entre les êtres humains.
Portés par un individualisme exacerbé, les hommes vivent en autarcie dans des appartements minimalistes mais modulables à souhait et qui contiennent tout ce qui est nécessaire à une vie d'assisté. Qui ne rêverait pas de se faire masser par un coussin qui lui tend les bras ou de se voir offrir n'importe quel rafraîchissement par sa table de salon?
A l'évidence plus humain que les autres individus de son espèce, Roïn est un incompris, une âme sensible et réfléchie à qui cette oisiveté ne suffit pas. Contrairement aux autres, il aime se rendre au travail et prendre l'air pour admirer le monde extérieur.
C'est pourtant depuis son salon que Roïn devra s'en remettre à une table espionne et un coussin hacker pour mener l'enquête et prouver la faillibilité du système en place, un système qui a fait de la mort son fond de commerce.
Même si au cours de ma lecture, j'ai ressenti comme un goût de déjà lu/vu (je pense notamment aux oeuvres d'Orwell et de Wells, le tout baignant dans une absurdité toute kafkaïenne), j'ai trouvé l'intrigue cohérente et les personnages fort bien brossés et surtout, j'ai pris plaisir à voir les dérives de notre société (surpopulation, pollution, rentabilité maximum, mécanisation croissante des services, invasion du virtuel,...) soumises à l'imagination et à la plume vive et souvent drôle d'Antoine Lencou !
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Gr3nouille2010
  29 avril 2014
J'étais plutôt enthousiaste à la découverte de ce roman mais c'est bien vite redescendu... Ceci n'engage que moi mais j'ai simplement trouvé l'univers trop complexe. Très bien développé, très enrichi mais bien trop complexe pour moi.

Le début me plaisait beaucoup. On évolue dans un monde complètement aberrant, un monde où l'on n'est plus totalement maître de sa propre vie, à commencer par sa propre mort. En effet, si l'on veut mettre fin à ses jours, il faut d'abord passer par tout un tas de "traitement" afin d'avoir à nouveau le goût de vivre, et si rien n'y fait, que l'on ne veut vraiment plus vivre, il faut l'accord du gouvernement, qui peut prendre des mois... Roïn, le personnage principal de ce roman, a essayé de mettre fin à ses jours de lui-même, sans accord, et il s'est vu revenir à la vie...
La vie est également plus longue et on en a même plusieurs... Tout est vraiment différent de ce que l'on connaît, les modes de vie, les ambitions, ne sont plus les mêmes. Mais tous ces modes de vie sont intrigants, on a cesse envie d'en savoir davantage.

J'ai commencé à décrocher lorsque l'on passe du côté du "méchant" de l'histoire. Quand il entre en jeu, que l'on découvre ses complots et intentions à peine dévoilés au départ, je ne comprenais pas tout et j'ai eu du mal à m'y intéresser. Il en va de même pour tout ce qui a suivi. Pourtant, les situations m'intéressaient : le but de Roïn lorsqu'il a compris que tout n'était pas tout rose dans le monde dans lequel il vit, la vie et le comportement décalé de sa femme, la technologie hautement poussée... mais je ne comprenais pas vraiment ce que je lisais et ça a apporté un gros frein à mon enthousiasme pour ce roman.

Roïn est un personnage que j'ai beaucoup apprécié, simplement parce qu'il n'arrive pas à vivre avec son temps, il n'arrive pas à se faire à toute cette évolution. Je l'ai trouvé très touchant et très réaliste.
Sa femme fait plutôt réagir autrement... Obsédée par la mode et le renouveau, Roïn n'est qu'une source d'inspiration pour elle, et c'est ce côté de sa personnalité qui m'a beaucoup déplu.

Je pense que ce roman de science-fiction est trop brut, trop pur pour moi, simplement. Les choses m'ont parue trop complexes à suivre et m'ont enlevée tout intérêt à ma lecture... Je pense qu'il conviendrait mieux aux personnes qui aiment la science-fiction pure car l'univers est très enrichi et très approfondi.
Lien : http://uneenviedelivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Senrys
  25 avril 2020
Ce premier tome intitulé "Le bureau des Défunts : Votre Mort nous appartient", de Antoine Lencou, est à mes yeux les prémices d'une tétralogie qui n'a pas fini de nous surprendre !
Roïn Venkoo vit dans un monde totalement aseptisé, nul besoin de se déplacer de chez soi pour faire ce que l'on souhaite, de passer un temps interminable dans les transports matin et soir pour rejoindre son travail ...
Dans ce monde là, tout peut se faire directement de chez soi.
Mais notre protagoniste n'en peut plus, il est de l'ancienne école, alors rejoindre son travail via les transports en commun et un loisir, sortir prendre l'air aussi.
C'est un marginal. Qui voudrait pouvoir contrôler sa vie, et aussi, sa mort.
Imaginez un instant, vivre dans un monde ou l'on peut tout faire de chez soi, plus de maladies, plus de vieillesses comme nous la connaissons. Ici, les gens peuvent vivre plus de 700 ans facilement ! Sans prendre une ride ! Mais voilà, que pourrait-il arriver de pire que ... de s'ennuyer de sa propre existence ? En arriver à la détester ?
Roïn Venkoo a une solution, le suicide. Mais de façon sauvage, sans en avertir les hautes instances, sans attendre leur accord.
Mais dans cette société ... votre propre vie ne vous appartient plus.
Ce premier tome nous plonge dans cette ambiance malsaine et étouffante qui fait la particularité du récit.
Pouvoir disposer du droit de vie ou de mort sur soi-même, c'est quelque chose que l'on n'a pas vraiment en tête. Après tout, le suicide n'est pas vraiment la finalité de la vie que l'on se souhaite n'est-ce pas ?
Mais voilà, nous avons le choix.
Dans ce roman, ce n'est plus le cas. Notre vie ne nous appartient plus. Et là, bizarrement, on se sent beaucoup moins libre.
La plume de l'auteur retranscrit à merveille ce côté macabre et dérangeant, j'ai tout simplement adoré me plonger totalement dans cet univers.
On prend d'ailleurs conscience de certaines réalités en rapport avec sa propre existence, son désir de vivre ou de savourer les choses les plus simples.
Les rebondissements ne manquent pas, tout comme les nombreux mystères de ce monde parfait. Cela apporte un certain rythme qui ne pourra que combler le lecteur.

Bref, je n'en dirais pas plus, mais ce premier tome est vraiment très intéressant et addictif. J'attends la suite avec impatience et curiosité !
Lien : https://www.yurensei-chronic..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
KORTOKORTO   24 novembre 2010
(4ème de couverture)

C'est l'histoire d'un homme...
"Le Bureau des Suicides, s'il vous plait ? "
... qui voudrait en finir...
"vous avez rendez-vous ? "
... mais quand la bureaucratie s'en mêle...
"le suicide est une affaire sérieuse, monsieur. Revenez dans six mois."
... et qu'il prend en main son destin...
Splash !
... il a une drôle de surprise au réveil...
"Je ne suis pas mort ?
- Disons que vous ne l'êtes plus."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Zazette97Zazette97   26 novembre 2010
Il avait surtout oublié que la société, sa société, ne pouvait tolérer un décès qui n'entrait pas dans ses préceptes de vie. Elle l'avait donc ressuscité, et ses interrogations de son vivant laissaient place à des craintes sur son après-mort. Qui était-il devenu? Comment? Dans quelles conditions? Chaque cellule de ses chairs, chaque pore de sa peau, chaque pensée de sa conscience lui posaient tous la seule et même question : suis-je encore moi-même? Nul - et surtout pas lui - ne pouvait l'affirmer. Il en souffrait le martyre. p.37
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gr3nouille2010Gr3nouille2010   21 avril 2014
- Autrefois, les gens vivaient au grand air, contemplaient la nature, et les étoiles la nuit.
- Tu l'as dit : autrefois. Nous ne sommes plus des sauvages ! Ils avaient quantité d'occupations bizarres. Certains faisaient pousser eux-mêmes des trucs qu'ils mangeaient. Tu te rends compte, Roïn, ils les mangeaient !
Commenter  J’apprécie          40
Zazette97Zazette97   26 novembre 2010
Décidément, il ne comprenait pas sa société, ses aspirations et ses desseins. Sans doute, ces enregistrements étaient à l'origine de son propre devenir. La technologie et la médecine de son époque les avaient transformés en une arme contre la mort, et la plupart de ses concitoyens, sinon la totalité, voyaient en eux le progrès ultime, définitif. Mais à quel prix? Celui de leur avilissement. p.57
Commenter  J’apprécie          20
Gr3nouille2010Gr3nouille2010   29 avril 2014
- Autrefois, les gens vivaient au grand air, contemplaient la nature, et les étoiles la nuit.
- Tu l'as dit : autrefois. Nous ne sommes plus des sauvages ! Ils avaient quantité d'occupations bizarres. Certains faisaient pousser eux-mêmes des trucs qu'ils mangeaient. Tu te rends compte, Roïn, ils les mangeaient !
Commenter  J’apprécie          20

Video de Antoine Lencou (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Lencou
Antoine Lencou - "A corps perdu" et "Votre mort nous appartient" .A l'occasion du festival "Les imaginales d'Épinal", rencontre avec Antoine Lencou autour de ses ouvrages "A corps perdu" et "Votre mort nous appartient" aux éditions Griffe d'encre. Retrouvez les livres : http://www.mollat.com/livres/lencou-antoine-corps-perdu-9791092349061.html Notes de Musique : Black Twig Pickers and Steve Gunn - Old Strange. Free Music Archive. http://www.mollat.com/livres/lencou-antoine-votre-mort-nous-appartient-9782917718117.html Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : novellasVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3697 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre