AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757819791
360 pages
Éditeur : Points (03/01/2013)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 112 notes)
Résumé :
Un soir que la neige tombe sur la Sérénissime, une femme blonde juchée sur des hauts talons et enveloppée dans un manteau de fourrure croise la route de notre cher commissaire Guido Brunetti. Elle s’appelle Franca Marinella, s’est fait remodeler le visage par un chirurgien peu adroit, cite Cicéron ou Virgile par cœur, et Brunetti est instantanément subjugué par cet étrange alliage d’intelligence, de culture et de beauté altérée par l’inconscience – comme sa Venise, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  07 mai 2016
''Super Liftata''...C'est ainsi que la bonne société vénitienne a baptisé Franca Marinella, la jeune seconde épouse du riche homme d'affaires Maurizio Cataldo, tant elle semble avoir abusé des ''bienfaits'' de la chirurgie esthétique. C'est au cours d'un dîner mondain chez ses beaux-parents que le commissaire Brunetti la rencontre pour la première fois et, étrangement, il tombe sous le charme de cette femme au visage figé mais qui peut citer Virgile ou Cicéron de mémoire. Il est loin de se douter que leurs chemins vont se recroiser dans des circonstances moins sympathiques et très inattendues. En effet, Brunetti est contacté par un carabinier qui lui demande de retrouver un suspect potentiel dans une affaire de meurtre, un homme dont il ne sait rien si ce n'est qu'il serait vénitien. Défiance et compétition entre les différents corps de police font hésiter Brunetti qui finit pourtant par trouver une piste. L'homme est un flambeur et c'est donc au casino que le commissaire le débusque. A son bras, Franca Marinella...
Pollution, trafic de déchets toxiques et mafia...des thèmes déjà abordés par Donna Leon tant ils touchent Venise, la belle et menacée Sérénissime. Une ville qu'on a toujours plaisir à retrouver -cette fois-ci sous la neige- malgré sa lente corrosion, les petits trafics entre amis et la corruption. On connaît désormais suffisamment Brunetti pour savoir qu'il tente toujours, avec ses faibles moyens, de lutter contre ceux qui, par orgueil, cupidité, certitude de leur impunité, jouent avec les lois, amassant fortune et pouvoir sans souci de nuire aux autres, à la ville, au pays. Souvent résigné à ne pas pouvoir changer les choses, il continue tout de même à s'interroger, à discuter avec son épouse Paola, ou avec son beau-père dont il se rapproche malgré leurs points de vue différents sur le monde des affaires et le capitalisme. le ton est donc doux-amer dans cet opus qui parle aussi de la solitude de ceux qui sont trop intelligents pour le monde qui les entoure. La ''Super Liftata'', si belle autrefois, est l'incarnation même du sentiment d'isolement qu'on peut ressentir dans une société où l'apparence compte plus que l'âme...Un bon cru.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Sylviegeo
  19 juin 2016
Un dimanche après-midi pour retrouver Donna Leon et le commissaire Brunetti est toujours un plaisir. Même si nous connaissons la recette, même si nous sommes des habitués de la manière "Leon", les retrouvailles sont toujours heureuses. Ici encore. Dans le fond, ce qui me charme ce sont les différents visages de Venise, ce sont les repas de famille, ce sont les conversations qu'entretient Brunetti avec sa femme, ce sont les digressions à partir des lectures du commissaire, bref de bons moments. L'histoire importe moins que tout ce qui l'entoure. Et malgré qu'à chaque lecture, nous découvrions un côté plus sombre de l'Italie, malgré le fait que nous critiquions ses administrations et sa gouvernance, nous sommes à Venise, nous mangeons italien et nous discutons des grands classiques en sirotant une grappa ...!
Commenter  J’apprécie          210
Aline1102
  23 mai 2014
C'est ma seconde incursion dans le monde de Guido Brunetti et, une fois de plus, j'ai particulièrement apprécié ce polar.
Plusieurs sujets y sont abordés par Donna Leon, qui rend certains de ses personnages aussi mystérieux que la ville de Venise. A commencer par Franca Marinello, la femme de Maurizio Cataldo, un riche homme d'affaires qui cherche à intéresser le beau-père de Brunetti dans ses affaires.
Franca qui a trente ans de moins que son mari fascine Brunetti. Lors d'un dîner chez ses beaux-parents, il a l'occasion de discuter avec elle et apprend avec stupeur qu'elle a lu la plupart des auteurs iques : Cicéron, Virgile, Ovide et bien d'autres. Mais France Marinello surprend Brunetti pour une autre raison : la jeune femme semble s'être un peu trop adonnée à la chirurgie esthétique, comme en témoigne son visage figé. Franca Marinello ne sait plus sourire ou bouger les sourcils et ceux qui veulent se moquer d'elle l'appellent la super liftata, la super liftée... Pour une fois, donc, le titre français d'un roman originalement écrit en anglais est adapté : La femme au masque de chair, c'est Franca Marinello.
Mais qu'a-t-elle à voir avec une enquête sur la pollution ? C'est un peu la question que se pose Brunetti tout au long de cette enquête. Franca Marinello semble plus d'une fois se trouver sur son chemin alors que le commissaire aide un carabinier venu lui demander des renseignements sur un Vénitien qui semble mêlé à un trafic de déchets toxiques.
Le mystère entourant les personnages, la pollution de l'environnement, les affaires, la volonté de gagner de l'argent sont quelques uns des nombreux sujets abordés par Donna Leon dans ce polar très sérieux mais néanmoins divertissant.
L'intrigue de ce roman est donc assez semblable à celle de Mort en terre étrangère, que j'ai lu il y a quelque temps déjà. Là aussi, il était question de pollution. Et le sujet de l'enquête de Brunetti n'est pas le seul point commun entre ces deux polars : une fois de plus, l'ambiance mise en place par Donna Leon est très agréable. Brunetti mène ses investigations de façon efficace, mais sans se presser et sans stress inutile. Les détails de sa vie privée sont nombreux et la vie douillette qu'il mène en compagnie De Paola, son épouse, et de leurs deux enfants semble très sereine. Pour ne rien gâcher, Paola est une excellente cuisinière et l'auteure nous donne quelques détails sur les menus qu'elle concocte pour son mari et ses enfants.
Mon ressenti face aux enquêtes de Brunetti n'a donc pas changé : ce que j'apprécie le plus dans ces polars, c'est leur ambiance générale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Fantine
  29 février 2012
En ce qui me concerne, c'est toujours avec plaisir que je retrouve le Commissaire Brunetti, héros récurrent imaginé par Donna Leon.
Donna Leon jette, par l'intermédiaire de son personnage préféré, un regard désabusé, voire quelque peu accéré, sur les travers de la societé italienne, régit à tous les niveaux par la Mafia.
Cette fois-ci, l'écologie, et, notamment le trafic de déchets toxiques – orchertrés d'une main de maître par la Mafia – sont au centre de cette nouvelle enquête de Brunetti.
On remarquera également le rôle plus important du Comte Falier, et, on remarquera les relations plus apaisés entre celui çi et son gendre où l'estime et l'admiration remplace petit à petit, voire même rapidement l'animosité que tous deux se vouaient l'un envers l'autre.
Si, au fil de ses investigations, le Commissaire Brunetti a souvent l'impression de tourner en rond et/où s'adresser à un mur, il peut compter sur le soutien, sans faille, de sa famille, même si parfois, ses discussions avec son épouse sont « épiques », mais, c'est ce qui fait le charme de cette série.
Etant une inconditionnelle de Donna Léon, j'avoue avoir adoré, et, dévoré (avec délectation) ce titre. Et surtout, vivement l'année prochaine afin de découvrir le nouveau Brunetti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Bigmammy
  18 février 2012
Il y avait dans la littérature « l'homme au masque de fer », il y a désormais « la femme au masque de chair ». Un roman plus encore psychologique que policier, avec, comme il est d'usage dans les histoires de Donna Leon, les inévitables trafics de déchets toxiques en relation avec la Camorra.
Nous revoici donc à Venise, sous la neige. Un carabinier enquête sur la mort de son informateur, un entrepreneur de transports en déconfiture. Il vient demander l'assistance du Commissaire Guido Brunetti car l'un des contacts de cet entrepreneur semble habiter à Venise. Peu après, ce gendarme auprès de l'administration de la sauvegarde de l'environnement est retrouvé assassiné dans la zone industrielle de Marghera. La routine.
Dans le même temps, Brunetti fait la connaissance d'une jeune femme étrange, Franca, une proche amie de sa belle-mère Donatella Falier. Elle est très cultivée et il passe avec elle une délicieuse soirée à discuter littérature antique : Virgile, Cicéron …. Ce qui paraît difficilement compréhensible, c'est pourquoi cette jeune femme, qui semble porter à son mari de plus de trente ans plus âgé qu'elle un amour sincère, porte les stigmates de multiples interventions chirurgicales esthétiques qui l'ont totalement transformée, alors qu'au naturel, elle était si jolie ….
Un roman dense, entièrement fondé sur la discussion à demi-mots, qui traite de la solitude des personnes intelligentes et cultivées obligées la plupart du temps de travailler auprès de personnes qui ne le sont pas. Et aussi des personnes qui éprouvent le désir profond de découvrir l'envers des choses, de mettre au jour leur cheminement complet, pour les comprendre. C'est le cas de Guido Brunetti, de son épouse Paola ….et de son père le comte Falier, qui tient aussi un rôle important dans cette nouvelle affaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
michel.carlier15michel.carlier15   18 avril 2014
(...)Brunetti décida que le moment était venu de faire son entrée ."Ah , la paix et l'harmonie à table ", dit-il en prenant place . Il se tourna pour jeter un coup d'oeil à ce qui mijotait sur le feu . Puis il se servit du vin , en prit une gorgée , le trouva bon , en prit une deuxième et reposa son verre . "Quel réconfort et quelle joie pour un homme que de retourner , après une dure journée de travail , au sein d'une famille aimante .
-La journée n'en est qu'à la moitié , fit observer Chiara de sa voix rugueuse d'arbitre . Elle tapota son verre de montre .
"Et de savoir qu'il ne sera jamais contredit , enchaîna Brunetti , que chacune de ses paroles sera considérée comme une perle de savoir , que chacune de ses remarques sera respectée pour sa sagesse ."
Chiara repoussa son assiette , posa la tête sur la table et se la couvrit des mains . "On m'a enlevée quand j'étais bébé pour m'obliger à vivre avec des fous "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
GrouchoGroucho   18 avril 2015
.../...
la voix de la comtesse s'éleva du bout de la table :
- J'espère que personne ne se formalisera si nous faisons un repas végétarien ce soir.
Sur quoi, elle sourit en regardant ses invités, tout à tour, avant d'ajouter, d'un ton qui trahissait à la fois de l'amusement et de l'embarras :
- Entre les idiosyncrasies alimentaires de ma famille et le fait que j'ai trop attendu pour vous appeler et vous demander les vôtres, j'ai décidé qu'il serait plus simple d'éviter viande et poisson.
- Les idiosyncrasies alimentaires ? murmura Claudia Umberti, la femme de l'avocat.
Elle paraissait sincèrement intriguée et Brunetti qui était assis à sa gauche, l'avait vu assez souvent lors de dîners de ce genre pour ne pas douter qu'elle sût que les seules idiosyncrasies de la famille Falier - les crises végétariennes épisodiques de Chiara mises à part - concernait la taille des portions et un goût prononcé pour les desserts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
crapettecrapette   26 mars 2014
Cicéron dit que c'est le devoir des bons consuls..."Il doit protéger la vie et les intérêts des gens, faire appel au sens patriotique de ses concitoyens et, de manière générale, placer le bien être de la communauté au dessus du sien."
Commenter  J’apprécie          50
Cath36Cath36   10 mai 2012
"J'avais été chargé d'arrêter le fils d'une maquerelle qui habitait chez maman tout en poursuivant des études universitaires.
-Qu'est-ce qu'il étudiait ?
-Le management.
-Bien entendu, dit-elle avec un sourire.
Commenter  J’apprécie          50
caryatidecaryatide   27 décembre 2014
Il referma la porte fenêtre et revint s'asseoir sur le lit. "Il a neigé" Il approcha la main qui avait touché la neige de l'épaule de Paola. Elle avait beau avoir la tête tournée de trois quarts dissimulée par l'oreiller, il n'eut aucun problème à entendre ce qu'elle lui dit :" Si jamais tu me touches avec ta main gelée, je divorce et je pars avec les enfants.
- Ils sont en âge de décider par eux mêmes, répondit-il avec un calme qu'il jugea olympien.
- C'est moi qui fais la cuisine.
- C'est vrai", dit-il, admettant sa défaite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Donna Leon (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donna Leon
Donna Leon se dévoile en répondant, avec humour et sincérité, au questionnaire de Proust.
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Venise de Donna Leon

Le premier roman paru en France (1992) "Mort à la Fenice" est un roman à clef. Qui se cache derrière le chef d'orchestre très médiatique assassiné ?

Wilhelm Furtwängler
Antonio Toscanini
Herbert von Karajan
Agostino Steffani

13 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Donna LeonCréer un quiz sur ce livre