AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782843441332
448 pages
Éditeur : Le Bélial' (12/03/2015)
4.2/5   255 notes
Résumé :
« Elle plaque la feuille sur la table, face vierge exposée, et la plie. Intrigué, j’arrête de pleurer pour l’observer. Ma mère retourne le papier et le plie de nouveau, avant de le border, de le plisser, de le rouler et de le tordre jusqu’à ce qu’il disparaisse entre ses mains en coupe. Puis elle porte ce petit paquet à sa bouche et y souffle comme dans un ballon.

“Kan, dit-elle. Laohu.” Elle pose les mains sur la table, puis elle les écarte.
<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (75) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 255 notes
5
40 avis
4
24 avis
3
8 avis
2
0 avis
1
0 avis

lyoko
  15 février 2018
J'avais déjà lu les deux (micros) romans, il ne m'en fallait pas plus pour attaquer ce recueil de nouvelles.
Ce que je pensais déjà de cet auteur se confirme. Il est incroyable de justesse et percutant. Ce qui me bluffe a chaque fois c'est son efficacité sur un si petit nombre de pages.
Ici ses nouvelles vont de plusieurs pages à 2 pages. Comment peut-on sincèrement faire quelque chose de prenant et d'incisif sur 2 pages ? Et bien Ken Liu l'a fait !!
Bien sur j'avoue quand même que ce n'était pas mes nouvelles préférées.
Ce que j'aime donc chez l'auteur c'est déjà qu'il est percutant, mais surtout qu'il fait réfléchir. Certaines de ses nouvelles m'ont menée a avoir la chair de poule par leur intensité.
Je n'ai pas envie de les détaillées car elles sont toutes intéressantes. Bien sur un recueil de nouvelles se picore de-ci delà....
Un auteur que je ne peux que conseiller vivement...
Commenter  J’apprécie          8812
Witchblade
  19 septembre 2018
J'avais découvert ce livre lors d'une masse critique en 2015, j'ai fini par l'acheter et l'enterrer dans ma PAL. Je remercie juten-doji pour cette pioche (Février 2018) et de m'avoir aidé à l'en sortir. Je pensais avoir un roman complet et non un recueil de 19 nouvelles. J'ai découvert cet auteur avec « L'homme qui mit fin à l'histoire », le style était très particulier sur une période historique sombre. À voir donc ! J'espère que je ne me lasserai pas à la lecture de ce recueil car je ne suis pas particulièrement fan des nouvelles…
Voici donc mon avis sur chacun de ses nouvelles, certaines valent le détour et d'autres moins, à mon goût bien entendu :
- Renaissance : Cette nouvelle m'a fait penser à un mélange entre « La nuit des temps » et « La vie éternelle », trop d'éléments sont concordants. Cette première nouvelle m'a beaucoup surprise à cause du changement total d'univers par rapport à ma précédente lecture de lui. Elle m'a un peu déstabilisé au départ. L'imagination y est très originale où la logique et la fin laissent sans voix.
- Avant et Après : Une phrase qui fait 2 pages avec beaucoup de virgules. Très étrange.
- Les Algorithmes de l'amour : Alternance de passé et présent d'une jeune femme qui dissèque mentalement l'être humain pour créer des poupées très réalistes. Curieuse conception de la vie et de l'amour.
- Nova Verba, Mundus Novus : Ou la théorie de la terre plate et la création d'un nouveau langage.
- Faits pour être ensemble : Ou comment avoir son esprit et sa mémoire dans une machine...
Les nouvelles sont plutôt dérangeantes dans le sens où elles sont futuristes mais en même temps si proche de notre réalité virtuelle que c'est à se demander comment va devenir notre monde avec toutes ces technologies ainsi qu'avec la destruction des ressources de notre planète et les problèmes qu'il y a un peu partout liés au dérèglement des climats, aux famines, malnutritions, ...
- Emily vous répond : Bizarre et pas tout compris.
- Trajectoire : Ou comment essayer de repousser la mort le plus longtemps possible.
Les nouvelles les plus longues sont celles qui font se poser le plus de questions tant elles sont futuristes sans être totalement irréelles. Ken Liu a vraiment un style très particulier pour conter ce genre d'histoires.
- Le Golem au GMS : J'ai adoré la petite Rebecca, sacré tempérament. Ça a été une nouvelle très amusante à lire et nettement plus reposante que les précédentes.
- La Peste : Ou l'éternel problème de vouloir sauver quelqu'un qui n'a rien demandé car on pense qu'on est plus intelligent que lui.
- L'erreur d'un seul bit : Abandon au milieu de la nouvelle car je n'y ai strictement rien compris. La logique programmeur n'est pas mon fort.
- La ménagerie de papier : Petite nouvelle assez triste qui semble un brin autobiographique. J'ai néanmoins trouvé dommage qu'elle ne soit pas plus longue car l'univers y est bien différent des autres nouvelles…
- Le Livre chez diverses espèces : Nouvelle assez bizarre et qui ressemble plus à un catalogue d'espèces fantastiques.
- Le Journal intime : Trop bizarre.
Cette nouvelle me fait penser à un livre à la mode Harry Potter mais l'ambiance y est très glauque.
- L'Oracle : Curieuse histoire mais je n'avais pas du tout pensé à cette fin. Jolie morale au final.
- La Plaideuse : Petit polar à la mode asiatique. J'aime beaucoup ce type d'histoires car le dépaysement est assuré et les résolutions d'enquêtes sont très différentes des occidentales. C'est toujours très intéressant à lire, beaucoup de détails et d'informations. J'aurais même préféré que cette nouvelle soit plus longue.
- Le Peuple de Pélé : Les space-opera ne sont pas ma tasse de thé en lecture et pourtant, j'ai bien apprécié cette nouvelle sur un monde nouveau où les USA ont décidé d'envoyer un équipage dans un voyage sans retour. Je serai curieuse d'en connaître la suite.
- Mono no aware : Alternance de passé et de présent dans une sorte de dystopie et de space-opera. Ça pourrait être la suite du précédent car les personnages partent en direction du même système solaire. La fin y est néanmoins très triste.
- La forme de la Pensée : Ken Liu continue sur le monde qu'il a inventé mais avec une toute autre histoire et un langage particulier. Quand les barbares ne sont pas ceux que l'on croit… Spécial mais en même temps, j'ai l'impression d'y voir notre futur possible où l'anglais prévaut sur toutes les autres langues et où on veut éduquer tout le monde même les tribus indigènes en dépit du bon sens et sans même chercher à les comprendre…
- Les Vagues : Encore un space-opera avec un ajout de jouvence éternelle, cela donne une ère technologique des plus avancées sur une nouvelle planète, le tout mêlé de légendes sur la création et de l'Humanité.
Comme vous l'aurez compris, cette lecture a été mitigée. Il s'agit quand même d'un curieux recueil où on trouve toute l'étendue de l'imagination de Ken Liu, certaines m'ont beaucoup plus (notamment La Plaideuse), d'autres moins (Les Vagues) et d'autres m'ont laissés de marbre (L'erreur d'un seul bit). Un recueil très atypique au final où l'auteur met en avant le monde qu'il a inventé sous différents thèmes et histoires (Pélé). Les 4 dernières nouvelles étant des space-opera de différents styles, il me tardait quand même de voir la fin de ce recueil. En film, ça ne me dérange pas mais en roman, j'y suis souvent hermétique, je ne comprend rien aux histoires. Si vous souhaitez découvrir les différents styles de cet auteur et son imaginaire plus qu'original, je vous conseille très fortement de découvrir ce recueil, il mérite d'être plus lu. Beaucoup de ces nouvelles sont d'ailleurs primées. Pour ma part, je continuerai sans doute à découvrir ces écrits, il est juste dommage qu'il se cantonne aux nouvelles. Pour moi, il a vraiment la possibilité de créer des romans complets.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          437
Foxfire
  07 novembre 2018
J'avais été époustouflée par l'excellence de « l'homme qui mit fin à l'histoire », c'est donc avec plaisir et en toute confiance que je me suis lancée avec quelques amies babéliotes dans une lecture commune du recueil de nouvelles « la ménagerie de papier » du même Ken Liu. Comme il est compliqué d'évoquer cette lecture… Comment faire passer son ressenti lorsqu'on est au-delà du coup de coeur ? Comment évoquer avec mon peu d'éloquence la pertinence et l'intelligence des réflexions abordées par l'auteur ? Et puis comment faire ça sans trop en dire ? En effet, je tiens à laisser aux futurs lecteurs le plaisir de la découverte. Je ne vais donc pas faire un compte-rendu détaillé de ma lecture, simplement livrer mon ressenti face à ce qui est pour moi un sommet de la littérature SFFF. Oui, je vais loin mais quand on est face à un tel niveau d'excellence autant dire les choses telles qu'on les ressent. « La ménagerie de papier » est une oeuvre grandiose, magistrale, sublime… Je m'arrête là, la liste des superlatifs pourrait être très longue…
Ken Liu est vraiment impressionnant. Il a un talent remarquable pour donner vie à un univers en très peu de pages. Il est capable avec une économie de mots de créer tout un monde, avec un background solide, un fonctionnement parfaitement exposé, des personnages consistants et vivants… Là où d'autres ont besoin de dizaines de pages pour mettre en place leur récit, Liu y parvient en quelques phrases. Et pourtant, jamais les récits ne paraissent désincarnés, ils ne se contentent pas d'être descriptifs. Il y a de l'émotion, du sentiment, de la chair, de l'âme… En effet, quel que soit le sujet abordé, Liu place l'humain au coeur de ses histoires. Tous les récits ont une dimension intime qui ne peut que toucher et parfois même bouleverser le lecteur. Chaque lecteur découvrira forcément dans ce recueil un texte qui trouvera un écho en lui, une histoire dont on a l'impression qu'elle a été écrite juste pour soi tant elle nous parle.
En plus de son immense talent de conteur, Liu montre ici son éclectisme. Il excelle dans tous les registres, maniant aussi bien l'humour que le drame. Et quelle écriture ! Fluide, élégante et poétique… Que du bonheur !
D'une intelligence inouïe, provoquant des torrents d'émotion, servies par une écriture magnifique, chacune des nouvelles de ce recueil est un petit diamant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          489
gouelan
  25 novembre 2019
Un recueil de nouvelles qui laissera une empreinte.
Un fil les relie. Les hommes, l'importance de la mémoire, la transmission.
Ces histoires et leurs personnages vont jusqu'à se fondre à l'univers et se perdre dans la nuit du futur, il n'empêche que même la nouvelle La ménagerie de papier, pourtant bien ancrée sur terre et au présent, se rattache à la même ficelle. le même cerf-volant de papier.
Une nouvelle par ci une nouvelle par là, le lecteur voyage. Un recueil à ouvrir et à rouvrir pour laisser échapper des pensées subtilement profondes.
Commenter  J’apprécie          561
HundredDreams
  07 avril 2021
Auteur sino-américain, Ken Liu rencontre un succès grandissant auprès les lecteurs amateurs de romans fantastiques et de science-fiction. Il multiplie les prix littéraires : prix Hugo, prix Nebula de la meilleure nouvelle science-fiction, le World Fantasy Award pour n'en citer que quelques-uns.
J'ai voulu me rendre compte de son style en choisissant un recueil de nouvelles.
Le titre, « La ménagerie de papier », tout simplement magnifique, a déterminé mon choix de lecture.
Ken Liu ne peut être enfermé dans un genre littéraire. En alternant des textes fantastiques, de science-fiction, d'anticipation, de policier, … l'auteur nous offre une belle palette de tons et de plaisirs. Guidé par nos avancées technologiques et scientifiques, ce recueil imagine l'évolution de l'espèce humaine en proposant différents futurs possibles.
*
Ses dix-neuf nouvelles offrent un large éventail de textes très différents les uns des autres, permettant de mettre en évidence le talent de cet auteur qui sait se renouveler et proposer des histoires qui interrogent et font réfléchir.
Il sait également maîtriser des récits très courts de quelques pages seulement, comme des récits un peu plus longs d'une cinquantaine de pages.
*
Je ne résumerai pas chacune de ces nouvelles. L'intérêt est de se laisser porter par toutes ces histoires originales et surprenantes, qui se finissent souvent de manière inattendue, touchante ou triste.
Bien sûr, elles ne se valent pas toutes. Chaque lecteur trouvera forcément, suivant ses goûts et ses envies, le récit tant attendu, celui qui le marquera, le touchera, le troublera, le bouleversera, l'indignera, le réconfortera, ou le questionnera.
Mon premier choix se portera sans aucun doute sur le récit fantastique qui a donné le nom à ce recueil de nouvelles, « La ménagerie de papier ». Ken Liu nous parle de manière pudique et délicate de l'amour d'une mère pour son fils. Par un jeu de miroirs, la magie des origamis révèle la personnalité de cette mère discrète et sensible.
La seconde nouvelle dont je vous parlerai est « Mono no Aware » ou la sensibilité de l'éphémère que je résumerai par cette belle phrase.
« Mais c'est la conscience de la mort toujours proche, de la beauté inhérente à chaque instant, qui nous permet de tout supporter. »
Cette nouvelle, constellée de magnifiques haïkus sur le temps, à la fois fugitif et éternel, est une tendre réflexion sur l'importance de l'autre, sur la notion de sacrifice et d'amour.
« Rien ne dit
Dans le chant de la cigale
Qu'elle est près de sa fin. »
« Les étoiles brillent
Nous sommes des invités
Un sourire, un nom. »
« Trajectoire » est aussi une nouvelle percutante qui m'a séduite par son héroïne attachante dans sa quête d'immortalité.
« Et malgré tout ce qu'il m'avait enseigné sur la liberté, j'avais fini par m'attendre à sentir ses épaules larges contre ma joue le matin, sa main entre mes cuisses le soir. J'avais fini par avoir l'impression que je lui appartenais et qu'il était à moi. Si on ne s'était jamais dit « je t'aime », je comprenais à présent que ça n'avait aucune importance. »
Une belle leçon de vie sur l'art qui façonne les morts pour « simuler la vie avec la mort ».
Une autre nouvelle a retenu mon attention. C'est « La forme de la pensée », qui interroge sur les difficultés de communication, l'incompréhension qui peut résulter des variations du langage et de la pensée.
On suit Sarah, une petite terrienne qui va se lier d'amitié avec un enfant Kalathanis. En s'ouvrant à une culture étrangère, elle va construire un pont entre les deux peuples et leur culture, mais cette voie est obstruée par la peur de l'autre, la volonté de dominer et l'ignorance.
Il y en a bien sûr d'autres nouvelles qui m'ont plu comme « le Golem », avec ses dialogues amusants entre une petite fille impertinente et Dieu, ou « Nova Verba, Mundus Novus » qui fait un clin d'oeil au Disque-Monde de Terry Pratchett. Ou bien, « L'algorithme de l'amour » et son émouvante héroïne. Ou encore « Emily vous répond », un récit épistolaire drôle et cynique sur l'importance des souvenirs.
*
Toujours est-il que Ken Liu pose un regard sur notre société et l'individu, parfois critique, parfois triste, souvent touchant. Il met en lumière notre volonté de conformisme alors que ce sont nos différences qui font notre richesse. Il aborde de nombreux thèmes touchant à la famille, la transmission intergénérationnelle, la religion, la liberté, le langage, la pensée, la mémoire et l'oubli, le temps, la vieillesse et la mort.
Le ton employé varie en fonction des nouvelles. Parfois humoristique, moqueur, sarcastique, dramatique, il est le plus souvent nostalgique ou mélancolique.
*
La plume de Ken Liu, savant mélange de culture asiatique et américaine, est magnifique, poétique, subtile, pertinente. L'émotion est souvent présente. Les thèmes chers à l'auteur sont porteurs de réflexions intéressantes et de questionnements sur le sens de la vie, sur notre Histoire passée, présente et future.
J'ai passé un très bon moment de lecture. Je dois reconnaître que la nouvelle littéraire n'est pas un genre que j'affectionne. J'ai besoin de temps pour entrer dans l'histoire et faire la connaissance des personnages.
Mais Ken Liu a réussi le pari de me faire voyager dans son monde avec intelligence et émotions, il m'a captivée la plupart du temps, m'a fait aussi sourire, et surtout, il m'a souvent interrogée sur la vie, la mienne également, mes attentes, mes projets, mon futur.
Je poursuivrai sans aucun doute mon exploration de son oeuvre, peut-être avec le second recueil de nouvelles intitulé « Jardins de poussière ».
*
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2910


critiques presse (1)
Elbakin.net   07 avril 2015
Liu est un écrivain au talent pur et irradiant, dont l’éclat brille de récit en récit, du début à la fin du recueil.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
PpochePpoche   08 juin 2021
Communiquer des informations de façon neutre est impossible. Si on donne à Tilly le nom d'un candidat à une élection, doit-elle nous conduire sur sa page officielle, ou sur un site qui le critique ? Si on lui demande des informations sur "Tian'anmen", est-ce qu'elle doit nous parler des centaines d'années d'histoire de cette place, ou seulement du 4 juin 1989? Le bouton "J'ai de la chance" est une lourde responsabilité, une responsabilité que nous prenons très au sérieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jamiKjamiK   01 avril 2019
En ce moment, à cet endroit, les potentiels d’action dans mes neurones entraînent par effet de cascade certains arrangements, schémas, pensées ; ils descendent le long de mon épine dorsale, se divisent entre mes bras, se ramifient dans mes doigts, jusqu’à ce que mes muscles se contractent et que ma pensée se traduise par un mouvement ; des leviers mécaniques basculent ; des électrons se redisposent ; des marques apparaissent sur le papier.

En un autre moment, à un autre endroit, de la lumière frappe ces marques pour se refléter dans deux instruments optiques de haute précision sculptés par la nature à l’issue de milliards d’années de mutations aléatoires ; des images inversées se forment sur une paire d’écrans composés de millions de cellules photosensibles traduisant la lumière en impulsions électriques qui escaladent les nerfs optiques, franchissent le chiasme, dévalent les bandelettes optiques et pénètrent le cortex visuel, lequel restitue ces impulsions sous la forme de lettres, de signes de ponctuation, de mots, de phrases, de véhicules, de teneurs, d’idées.

Tout ce système paraît fragile, ridicule, science-fictif.

Qui peut dire si les pensées que vous avez à l’esprit tandis que vous lisez ces mots sont les mêmes que celles que j’ai à l’esprit pendant que je les dactylographie ? Vous et moi, nous sommes différents, et les qualia de nos consciences respectives divergent autant que deux étoiles aux extrémités opposées de l’univers.

Pourtant, même si la traduction opérée par le long trajet de mes pensées dans le dédale de la civilisation jusqu’à vous a amoindri mon propos, je crois que vous me comprenez et vous croyez que vous me comprenez. Nos esprits ont noué un contact, aussi bref et imparfait qu’il soit.

Cette perspective ne rend-elle pas l’univers un peu plus doux, un peu plus chaud, un peu plus brillant, bref, un peu plus humain ?

Nous vivons pour de tels miracles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
MusardiseMusardise   07 novembre 2019
On visite donc le Peabody Essex Museum, où se trouvent les trésors de l'Orient issus du passé glorieux de Salem.
La collection de porcelaines est affreuse, la qualité des bols et des soucoupes inexcusable. Les motifs paraissent tracés par des enfants. Selon les panonceaux explicatifs, il s'agit là de produits d'exportation. Jamais les marchands de Canton n'auraient osé vendre des trucs pareils en Chine.
Je lis le compte-rendu rédigé par un prêtre jésuite qui a visité leurs échoppes à l'époque.
"Les artisans étaient assis en rang, chacun avec sa brosse et sa spécialité. Le premier ne dessinait que les montagnes, le second que l'herbe, le troisième que les fleurs, le suivant que les animaux. Il se passaient les assiettes et il suffisait à chacun de quelques secondes pour remplir son rôle.
Ces "trésors" sont donc des produits de masse réalisés en série dans un atelier d'exploitation du passé. J'imagine les mêmes brins d'herbe sur mille tasses par jour : une routine incessante peut-être interrompue par la pause du déjeuner. Tendre le bras, saisir de la main gauche la tasse devant soi, tremper la soie, un, deux, trois coups de pinceau, poser la tasse derrière soi, recommencer. Un algorithme tout simple. Très humain.

Les Algorithmes de l'amour
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
lyokolyoko   01 février 2018
Qui peut dire si les pensées que vous avez à l'esprit tandis que vous lisez ces mots sont les mêmes que celles que j'ai à l'esprit pendant que je les dactylographie ? Vous et moi, nous sommes différents , et les qualia de nos consciences respectives divergent autant que deux étoiles aux extrémités opposées de l'univers.
Pourtant, même si la traduction opérée par le long trajet de mes pensées dans le dédale de la civilisation jusqu'à vous a amoindri mon propos, je crois que vous me comprenez et vous croyez que vous me comprenez. Nos esprits ont noué un contact, aussi bref et imparfait qu'il soit.

Avant propos
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
lyokolyoko   03 février 2018
Année après année, les moutons que nous sommes devenons de plus en plus dociles, et notre laine plus épaisse. Après quoi Centillion (*) nous passe à la tonte et s'enrichit.

* Centillion est un algorithme permettant de trouver ce qui plait le mieux au gens, de les guider dans leur choix d'achat, etc ... un peu l'équivalent d'internet avec Google.

Faits pour être ensemble.
Commenter  J’apprécie          343

Video de Ken Liu (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ken Liu
Qui ne connait pas Ken Liu ? Notre auteur est né en 1976 à Lanzhou, en Chine, avant d'émigrer aux USA à l'âge de onze ans. Depuis une quinzaine d'années, il dynamite les littératures de genre, collectionnant distinctions et prix littéraires, dont le Hugo, le Nebula et le World Fantasy Award. Sous nos latitudes, il s'est fait connaître avec le recueil “La Ménagerie de papier” (2015), lauréat du Grand Prix de l'Imaginaire, ainsi que le court roman “L'Homme qui mit fin à l'histoire”. La parution toute récente de “Toutes les saveurs”, western fantastique, dans la collection “Une heure-lumière” sera l'occasion de le questionner sur son oeuvre…
Animation : Pierre-Paul Durastanti Interprétariat : Cyrielle Lebourg-Thieullement Illustrations : Aurélien Police
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3580 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..