AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1092111085
Éditeur : Editions de la Gouttière (17/02/2017)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Années 1930. Émile est un jeune garçon souvent perdu dans son monde intérieur. Il adore dessiner, griffoner, croquer, au grand dam de ses parents. Désespérés, ces derniers décident de l'envoyer à la Pension Moreau, un lieu de vie accueillant des enfants « difficiles ». Pour être accepté dans cette pension, il suffit simplement d'avoir le porte-monnaie bien garni...
Émile fait la connaissance de Paul, Jeanne et Victor, des pensionnaires qui ont déjà subi le j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
clotildebore180691
20 juin 2017
C'est l'histoire d'un jeune garçon, trop différent pour ses parents qui l'abandonnent dans une pension pas comme les autres. Dans son monde et toujours entrain de chercher à dessiner, Emile va faire la connaissance de jeunes dans la même situation que lui. Sauront-ils faire face ??
Avis personnel : Je n'aime pas trop le graphisme (grosse tête et petit corps). L'histoire est dure non pas à suivre mais à vivre. La maltraitance des enfants en pension est un sujet difficile à traiter et à lire. Même s'il reflète la réalité, il n'y a pas de petite lueur d'espoir dans ce tome, seulement des "malheurs". Je ne le mettrais pas cette BD au CDI car trop négative et peut-être trop sensible pour certains élèves.
Même si je ne l'ai pas trop appréciée, je voudrais toutefois lire la suite.
Commenter  J’apprécie          00
dadotiste
20 juin 2017
C'est très court. Trop court.
En effet, le lecteur ne découvre dans ce tome que le cadre. Il ne peut même pas se faire une vague idée des personnages.
C'est dommage car cela ne donne même pas envie du second tome.
Commenter  J’apprécie          10
alouett
17 février 2017
Emile a fugué plusieurs fois de chez lui et est mutique. Pour ces raisons, ses parents jettent l'épongent et décident de le confier à la pension Moreau.
En payant une somme faramineuse, ce richissime couple fait totalement confiance à cette institution pour remettre leur fils dans le droit chemin et l'éduquer. Derrière les murs épais de cet internat pour gosses de riches, Emile fait la connaissance de Victor, de Jeanne et de Paul. Il comprend vite que les conditions de vie sont austères. En dehors des quelques heures de cours hebdomadaires, les enfants sont corvéables à souhait. S'occuper du jardin, faire les lessives, rénover les pièces de la bâtisse… il n'y a là aucune place pour le plaisir. Les quatre membres de l'équipe éducative sont rigides, autoritaires et ne communiquent que pour rabrouer, donner des ordres, des coups et des punitions.
Quel univers sombre pour un album jeunesse ! Benoît Broyart propose à ses jeunes lecteurs de faire une chute vertigineuse, aux antipodes de ce qu'ils peuvent lire habituellement. Il est effectivement assez rare d'aborder le sujet des violences et maltraitances dont les enfants peuvent être victimes. Il imagine, dans un huis-clos isolé, loin de toute ville, où pas même une oreille pourrait entendre un appel à l'aide… Et comble de tout, alors que tous les protagonistes sont des humains, les membres de cet internat ont une apparence animale. le directeur est un hibou, le professeur un renard, celui qui s'occupe des activités physiques est un phacochère et le dernier, un raton laveur semble-t-il, n'a pas une fonction très claire.
Sur le site de l'éditeur, la fiche de présentation de l'album explique que le scénariste s'est inspiré d'un fait réel de 1934. Il y est question d'un bagne pour enfants et Jacques Prévert, en apprenant cela et même plus puisque les enfants se sont révoltés et certains sont parvenus à s'enfuir… mais une récompense pécuniaire fut offerte à chaque personne qui ramènerait un enfant dans cet enfer. Prévert laisse éclater sa colère dans un poème qu'il intitule « Chasse à l'enfant » et on peut en lire un court extrait dans « La Pension Moreau » puisque la première page met en scène le directeur-hibou, debout devant la fenêtre de son bureau, rêvassant à l'écoute d'une lecture de son poème (...)
L'article complet est sur ce site : https://chezmo.wordpress.com/2017/02/17/la-pension-moreau-tome-1-broyart-lizano/
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (3)
Ricochet09 juin 2017
Benoît Broyart et Marc Lizano font référence de manière très personnelle au destin tragique de ces enfants martyrs, tout en évitant de tomber dans le pathos. Un premier tome d'une trilogie très prometteuse.
Lire la critique sur le site : Ricochet
BDGest10 avril 2017
Sous une couverture soignée qui fait impression, voilà un début de série très intrigant… Les prochains tomes de cette trilogie seront attendus avec impatience, par les grands comme les petits !
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario25 janvier 2017
L’écriture est d’une grande fluidité et le récit qui s’appuie essentiellement sur les dialogues porte naturellement l’émotion.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Video de Marc Lizano (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Lizano
Un entretien avec Marc Lizano à l'occasion de la sortie de la Pension Moreau et de Père et Fils aux éditions de la Gouttière
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
551 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre