AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2915623732
Éditeur : Skol Vreizh (09/11/2010)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Bretonnismes. Ce mot n'existe pas dans les dictionnaires. Il y a bien gallicisme, anglicisme, latinisme mais point de bretonnismes !

Il est vrai que peu d'ouvrages ont été consacrés au sujet et que les natifs de Basse-Bretagne ignorent le plus souvent qu'ils en émaillent leur conversation quotidienne en langue française comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir.

Ce livre bien qu'érudit n'est pas un traité de linguistiqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  30 juin 2014
Lorsque le français local est teinté d'emprunts à la langue bretonne on obtient le "bretonnisme" ou ce que les linguistes appellent substrat linguistique. On pourrait aussi l'appeler le français local ou " franbreton".
L'école ayant voulu ignorer la langue bretonne, les écoliers devaient parler un français standard, comme dans toutes les écoles de la république. Leurs parents se sont échinés à leur apprendre, sans le maitriser réellement eux-mêmes, le français, en conservant souvent l'accent tonique du breton.
Il en résulte que ces écoliers "baragouinaient" le français, avec une influence de la tournure bretonne. Alors que si on les avait laissés être bilingue, en apprenant le français comme on apprend une langue étrangère, il y aurait eu peu d'interférences . Ils auraient obtenu un meilleur niveau de français. C'est ce qu'on a constaté avant la guerre 14-18.
Ce livre nous fait sourire quand on se rend compte tout à coup que certaines expressions qu'on emploie assez souvent, viennent tout droit du breton, telles que:
" Avoir l'air fin" pour " avoir l'air malin"
" C'est pas dit que.." pour "C'est pas sûr"
" C'est pas pour dire, mais..."
" Il a bu cinq verres de rang." pour "d'affilée, à la suite"
" Il est resté bête" pour "être interloqué"
On retient aussi quelques interjections comme
" hopala!" ou "hopopop!" pour dire "ho là là! ou "assez, ça suffit" quand votre hôte vient de vous servir votre verre à ras bord.
On remarque aussi des usages surprenants des verbes en français ( sauf pour les "bretonnant"), tels que;
"attraper froid, attraper un rhume"
" ma journée est faite" pour finie
"faire du vélo"
" le temps est parti pour rester" pour dire qu'il va continuer à faire beau.
" il a fait pareil que nous" pour " il nous a imité."
Et aussi de répondre par l'adjectif opposé:
"C'est pas mal!" pour dire que "c'est bien."
"Y a pas à se plaindre!" , en parlant du temps, même si le soleil brille vaillamment dans un ciel bleu azur. ( Ce qui arrive souvent en Bretagne!). D'aucuns y voient toute l'expression de l'humilité de la culture bretonne.
Il y a un mot qui m'a fait beaucoup rire; "genaoueg". J'ai cru entendre mon grand-père disant : " il est tout genaou!", ce qui voulait dire il est penaud, niais.
On note aussi la confusion entre le verbe être et le verbe avoir.
Par exemple;
"Il a été à Brest ce matin" ou "sa voiture a la couleur blanche"
On comprend mieux cette confusion, qu'on entend encore fréquemment chez les personnes âgées ( mais pas seulement.), quand l'auteur nous explique que le verbe être en breton peut aussi prendre le sens de "avoir" en fonction de la préposition qui suit. L'erreur devient tout de suite excusable.

Mes grands-parents ne parlaient pas le breton, mais plutôt je pense le gallo ou un substrat de gallo ( En Haute- Bretagne.). Je pensais que c'était un patois , avant de savoir que le gallo est l'une des deux langues qui étaient parlées couramment en Bretagne autrefois. Pourtant j'ai bien reconnu certaines tournures de phrases empruntées au breton et qu'on utilise aussi dans notre région.
Il y avait sans doute des interférences entre les deux dialectes.
J'ai beaucoup aimé ce petit livre, très bien documenté avec une recherche approfondie de la langue bretonne.
On apprend plein de choses intéressantes.
On se dit aussi que c'est bien dommage que toutes ces langues régionales tentent à disparaitre, elles font partie de notre histoire, de notre identité.
En refermant ce livre, on a tendance à voir des "bretonnismes" partout.
Je me demande si , quand je dis " C'est pas donné", pour dire que" c'est cher", cela n'est pas justement un" bretonnisme"?
Merci à Hervé Lossec, je me sens encore un peu plus bretonne maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
MllePeregrine
  03 février 2014
Bretonne (et fière de l'être!) , je vis dans le Nord-Est de la France. Maintenant je comprends mieux pourquoi de temps en temps on me dit que j'utilise des mots étranges! Je n'ai que des connaissances rudimentaires en breton et pourtant celui-ci s'invite de manière inconsciente dans ma façon de parler.
Ce charmant petit livre d'Hervé Lossec est très bien fait, drôle, joyeux (il y a plein de couleurs) et très intéressant!
(Outil indispensable pour tous ceux qui ont des bretons dans leur entourage ^^ )
Commenter  J’apprécie          215
tynn
  25 avril 2014
Celui là, c'est un drôle!*
Il est autour de ses vaches! *
Et toi, l'Jean, arrête de ruser tes pieds!*
T'as mis la moitié trop!*
Quelle brelle! *
Nous v'la propres, maintenant!*
Quel jabadao!*
Tout cela doit être dit avec l'accent breton , s'il vous plait!
Car ces expressions cocasses et décalées trouvent leur origine dans le breton ou plutôt dans le bretonnisme croissant, sorte de sabir intermédiaire, consécutif à l'interdiction de la langue bretonne au tournant du 20ème siècle, et que les transformations et traductions directes ont adaptées de façon souvent très amusantes.
Hervé Lossec se défend de faire un ouvrage linguistique, mais il a effectué un travail grammatical remarquable, fouillé et très amusant, pour lister, retrouver, traduire ou expliquer des expressions passées dans le langage courant, en expliquer la manière détournée, les confusions.
Les gènes des bigoudennes ou autres chapeaux ronds vont adorer!
Comme moi! Toute mon enfance...
---------------
1* drole: bizarre, étrange, dérangé, voire inquiétant (sens breton de drol)
2* il s'en occupe
3* trainer, frotter. (du vebe breton ruzañ)
4* deux fois trop
5* écervelé, fantasque
6* situation embarrassante
7* agitation, bruit (danse bretonne interdite par l'Eglise fin 19ème)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
gerry29
  06 février 2011
Mon avis:
Je suis Bretonne, je vis en Bretagne, mais je ne parle pas Le Breton! Qu'à cela ne tienne, je suis une grande adepte des Bretonnismes que j'emploie à profusions, sciemment...ou pas. Ce livre était donc absolument fait pour moi! D'ailleurs, je le referme avec un sourire aux lèvres, en me disant que je me coucherai mon bête ce soir!
Hervé Lossec débute son essai en définissant le titre de son livre (précisant que le mot "Bretonnisme" n'existe pas dans le dictionnaire ), "Les Bretonnismes (...) désignent des emprunts d'un terme, d'une tournure de phrase ou d'une expression propre à la langue, transposés dans une autre où ils n'existent pas".
Ici, il s'agit donc de traductions de phrases bretonnes, littéralement transposées au français!
L'auteur commence par nous exposer le pourquoi du comment! Pourquoi créer des phrases mêlées de Français et de Breton?? La réponse est historique!
Dans les années 40, la pratique du Breton, notamment à l'école, fût prohibée... Les élèves étaient sanctionnés pour l'usage de leur langue locale en société. Et comme l'expression le dit si bien, "Chassez le naturel, il revient au galop", les Bretons ont progressivement appliqué les deux langues dans une même phrase, essentiellement par manque de vocabulaire plutôt que par rébellion.
Depuis, les Bretonnismes ont évolué, et les individus, les emploient désormais fièrement (pour la plupart) pour clamer leur appartenance à leur région!

Ainsi,j'ai pu apprendre (ou réviser) nombre de mots et expressions courantes grâce au glossaire du livre.
Le passage des "emplois involontaires" des Bretonnismes (p28) étonnera, je pense, beaucoup de monde, découvrant que le mot "cuche" (queue de cheval) par exemple est un dérivé breton.
J'ai découvert avec plaisir que je connaissais le véritable sens des mots suivants (p29):
- Genaoueg (niais)
- Gwenneg (sous, monnaie)
- Marmouz (enfant qui fait des bêtises)
- Pilpous (bouloche... mais aussi hypocrite)
- Ratouz (petit et hargneux)
et je me suis délectée des "expressions diverses" débutant p34, mêlant de façon burlesque Le Breton et le Français dans des expressions connues de tous Bretons qui se respecte même ne parlant pas la langue.

En voici quelques extraits:
" Avoir l'air fin: Ne pas être très malin, avoir l'air ridicule"
"Celui-là c'est un drôle: qualifie un type bizarre, étrange, un peu dérangé, inquiétant même"
" C'est une brell: Argot. Qualifie quelqu'un d'écervelé"
Lisez-le et vous découvrirez le sens d'expressions telles "qu'être dans le lagenn", "faire un tour de tos-tos", "il est resté bête", "il y a eu du jabadao", "koaguer sa voiture", "nous voilà propres", "mettre la moitié de trop"... et bien d'autres encore!
Ce livre, en plus d'être très instructif sur le plan historique, mais aussi grammatical, est un très bel objet! J'ai adoré le parcourir et découvrir ça et là, les dessins caricaturaux de Nono.
La mise en page est aérée, le choix des couleurs donne de la vie à un ouvrage dont le fond (la langue bretonne) pourrait, je dis bien pourrait paraître vielliot. Un livre qui, je pense, plaira aux jeunes générations non-bretonnantes qui se retrouveront à 100% dans l'utilisation des Bretonnismes comme aux "anciens" qui acquiesceront avec joie et nostalgie à chaque page!
Ma note: 10/10
Je le re-baptiserai bien " Petit précepte vital, à l'usage du Breton non-bretonnant né après 1970"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Oliphant
  12 février 2015
Un livre intéressant qui rappelle le contexte difficile dans les années 40 où le breton a été interdit dans toutes les écoles et où oser le parler était la pire des hontes.
Le terme Bretonnisme désigne ici le français comme on le parle en Bretagne. Les Bretonnismes sont abordés sur leurs constructions mais aussi sur leurs sens avec une petite dose d'humour.
Il est amusant de découvrir que certaines tournures de phrases nous viennent directement du breton et que si certains mots utilisés ailleurs ne sont pas compris, c'est parce qu'ils sont directement issus de cette langue.
L'idée de cet ouvrage linguistique est très bonne et permet de se sentir encore plus proche de la culture de sa région.
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gouelangouelan   28 juin 2014
Emporter de chez soi les parlers familiers,
C'est emporter un peu de terre à ses souliers.
Emporter son accent d'Auvergne ou de Bretagne
C'est emporter un peu sa lande ou sa montagne!
Lorsque, loin du pays, le cœur gros, on s'enfuit,
Votre parler, c'est un peu le pays qui vous suit,
Votre accent, c'est un peu, invisible bagage,
L'âme des siens que l'on emporte en voyage.
Avoir un accent enfin, c'est quand on cause,
Parler de son pays en parlant d'autre chose.

Extrait de l'Accent, Miguel Zamacois, écrivain et poète provençal (1886/1955).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
gouelangouelan   28 juin 2014
" Mai'nant que l'argent est parti tout, nous voila prop'". L’expression est employée couramment en Bretagne, venant sans doute, de la traduction de Ni a zo prop, breman,'vat. Ailleurs on dit plutôt : nous voilà dans de beaux draps.
Commenter  J’apprécie          70
JuinJuin   29 janvier 2019
Celui-là est bon pour aller aux enterrements. Traduction mot à motde hennezh' zo mat evit mont d'an interamantoù.
Il assiste volontiers aux enterrements, donc. Et y en a même des qui disent que " le jour où on le verra plus derrière un cercueil, c'est qu'il sera dedans !"
(p 37)
Commenter  J’apprécie          40
gouelangouelan   28 juin 2014
Tu mets de l'eau à celui-là, alors que tout le monde sait qu'il est parti avec le vin!
Réflexion d'une commère à une brave veuve arrosant les fleurs sur la tombe de son défunt mari.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Hervé Lossec (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Lossec

Dialogues, 5 questions à Hervé Lossec
www.librairiedialogues.fr 5 questions posées à Hervé Lossec, à l'occasion de la parution du livre Ma Doue benniget, histoires drôles en brezhoneg et en français (éditions Ouest-France).
autres livres classés : littérature bretonneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15232 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre