AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253120286
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/2008)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 92 notes)
Résumé :

" Le trait de lumière qui éclaire aujourd'hui le monde est parti de la petite ville de Thorn. " Voltaire saluait ainsi le génie d'un homme qui a effectivement révolutionné notre vision du monde.

C'est au début du XVIe siècle, en Pologne, que Nicolas Copernic, tout à la fois astronome, médecin et chanoine, va renverser les théories établies par Ptolémée et Aristote : ce n'est plus la Terre qui est le centre de l'Univers, mais le Soleil !
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
cmpf
  08 novembre 2016

Premier d'une trilogie que Jean Pierre Luminet a appelée Les bâtisseurs du ciel. Il est suivi par “Kepler, la discorde céleste” et “Newton, le dernier des alchimistes”.
C'est donc une biographie romancée de Copernic, dont la vie est assez mal connue. Censée être écrite par Michael Maestlin, astronome allemand né 7 ans après la mort de Copernic et destiné à un autre astronome qui lui aussi révolutionnera cette science.
En cette fin de 15e, début 16e le ciel est régi par le système de Ptolémée, savant égyptien qui vécut à la fin du premier siècle - début du second et qui place la Terre au centre de l'univers, immobile tandis que les autres planètes tournent autour d'elle sur un fond d'étoiles fixes. Cette vision correspond à l'Écriture Sainte, et fait de la Terre et donc des humains le chef d'oeuvre de la création. D'autres avant lui ont eu l'intuition de l'héliocentrisme, mais soit leurs écrits se sont perdu, soit ils ont préféré se taire, les dogmatiques ne sont tendres en aucune période où société.
Ce roman riche en personnages permet de remettre en perspective des hommes appartenant à des domaines différents, tels Albrecht Dürer ou Machiavel.
Copernic devient sous la plume de l'auteur un homme vivant avec ses défauts et ses contradictions. Dans une postface Luminet explique ce qui relève de l'Histoire et ce qui relève de son imagination.
Cette biographie imprégnée de l'Italie et de ses génies est très agréable à lire et abordable par tous, esprits scientifiques ou non. En revanche je ne vois pas le pourquoi du titre. S'il n'a pas vraiment divulgué ses découvertes, il n'en a pas fait non plus un secret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ladymi
  02 mars 2012
Cette série, "Les bâtisseurs du ciel", me semblait fascinante. Se plonger dans l'univers de grands scientifiques qui ont façonné l'astronomie et renouvelé la vision que l'humanité avait de sa propre place dans l'univers. Chaque tome a ses savants : Copernic, Kepler et Brahé. Galilée et Newton.
Dans ce premier tome, les éléments biographiques amenés par Luminet sont très intéressants. L'auteur nous confie en fin de volume qu'il aura tenté de rendre à Copernic un caractère un peu plus doux que ce qui lui aura été attribué par différents historiens scientifiques et biographes. On devine que les recherches de l'auteur auront été importantes et délicates, étant donné le peu de documents biographiques datant de l'époque de l'astronome polonais.
La plume est belle et les éléments scientifiques sont quand même relativement bien vulgarisés.
Je reste toutefois sur ma faim. Je m'étais attendue à retrouver beaucoup plus d'éléments expliquant la méthode et le travail de Copernic. La théorie de l'héliocentrisme de Copernic semble s'être présentée à lui comme une vision. On ne développement pas longtemps sur le raisonnement de Copernic le menant à cette conclusion. Il est dit que Copernic jugeait important de comparer et de compiler les tables astronomiques rédigées depuis l'Antiquité, mais sans entrer dans les détails. Je suis ceci dit consciente que ce roman se voulait un ouvrage de vulgarisation et non pas un volume proprement scientifique, mais je crois que cela aurait ajouté au contenu "éducatif" que cet écrit pouvait apporter au lecteur.
Le sous titre, "Le secret de Copernic", ne trouve pas non plus écho dans le récit. La théorie de Copernic n'est pas tenue secrète en tant que telle. Elle est partagée à des collègues choisis par le chanoine-astronome et ne distribue pas librement son amalgeste à qui le veut. Mais je ne crois pas que ceci justifie le "secret" du titre. On ne sent pas le secret de la théorie puisque la grande majorité de la communauté scientifique européenne sait ce sur quoi travaille Copernic. Il faut lire ce que Luminet met comme commentaire à la fin de son roman pour comprendre le choix de ce titre.
En lisant cet ouvrage, il faut également garder en tête qu'il est en fait une longue lettre écrite à Kepler. Même si cela survient rarement, l'auteur de la lettre intervient soudainement au "je" dans la narration ce qui fait décrocher le lecteur à mon avis.
Un bon roman historique en soi, mais qui aurait pu aspirer à beaucoup plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Apikrus
  23 juillet 2012
La vie et les recherches de Copernic, racontées par Arthur Koestler dans "Les somnambules" - livre que commente un peu Jean-Pierre Luminet dans sa postface - m'avaient passionné.
Jean-Pierre Luminet étant d'abord un astrophysicien, je m'attendais à un roman très documenté sur la genèse de la (re)découverte de Nicolas Copernic.
[Copernic - redécouvrant ainsi une hypothèse émise des siècles plus tôt par Aristarque de Samos - a (re)mis le Soleil au centre du système solaire, au lieu de la planète Terre qu'y avaient placée Ptolémée et ses successeurs. Pour "sauver les apparences", c'est à dire faire en sorte que sa théorie coïncide autant que possible avec les observations, Ptolémée avait imaginé un astucieux, mais artificiel et complexe, système de cercles le long desquels chaque objet céleste était censé se déplacer. En effet, par "évidence" et pour des motifs philosophiques ou religieux, la Terre ne pouvait qu'être le centre de l'Univers, et la sphère le seul mouvement concevable des objets célestes (comment Dieu aurait-il pu concevoir des mouvements de forme imparfaite ?).]
Documenté, ce livre l'est incontestablement - un peu à la manière des romans historiques de Gilles Perrault - mais il l'est plus sur le contexte politico-religieux de l'époque que sur les recherches scientifiques de Copernic. Quand on connaît la triste fin de Giordano Bruno (brûlé pour hérésie), et l'importance des questions théologiques à cette époque, ce contexte est effectivement important, encore plus en période de schisme entre catholiques et protestants. La place accordée par l'auteur aux questions diplomatiques, politiques et théologiques dans son livre l'a cependant rendu assez ardu à lire, d'autant plus que je m'emmêlais un peu dans ses nombreux personnages.
Cette difficulté de lecture m'en a beaucoup gâché le plaisir. C'est dommage car le sujet est intéressant, et l'auteur le maîtrise bien.
Malgré cette réserve, je pense que je lirai probablement La discorde céleste, suite de ce roman de cette série Les bâtisseurs du ciel.
[En effet, le théorie de Nicolas Copernic reste imparfaite pour expliquer les mouvements célestes tels qu'ils sont observés de la Terre ; il reste (notamment) à supprimer l'hypothèse de mouvements circulaires parfaits, oeuvre qui sera celle de Johannes Kepler (avec l'aide des observations de Tycho Brahé).]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
paroles
  02 avril 2013
J'avais peur que ce livre ne soit trop scientifique, Luminet étant un astrophysicien, mais non, cet auteur a su vulgariser son propos.
Fin XVe, début XVie. Nicolas Copernic, par ses recherches, va démontrer que la Terre n'est pas le centre du monde, mais bien une planète qui tourne autour du soleil.
Un roman bien bâti qui nous plonge dans la grande Histoire au moment où les théories scientifiques affrontent les théories religieuses.
Commenter  J’apprécie          120
Mirliton
  07 septembre 2012
Dans ce roman biographique, Luminet raconte la vie de Copernic, en retraçant un parcours atypique au cours d'une période historique très troublée. le roman retrace bien L Histoire: ce n'est pas seulement la vie de Copernic, il situe l'ensemble dans un contexte donné (ce qui donne plus de profondeur à la démarche de Copernic), et est agréable à lire.
Sur certains passages, on sent un peu trop le parti pris: l'admiration que Copernic suscite chez certains de ses contemporains est manifestement aussi celle que ressent Luminet... qui brosse des portraits parfois trop complaisants / caricaturaux des amis et ennemis du savant. La biographie devient par moment hagiographie... Mais le roman reste agréable à lire, et permet une découverte très intéressante d'un homme qui a eu une importance capitale dans l'histoire des sciences (et L Histoire tout court)
Comme le rappelle Luminet en introduction:
- ce n'est pas une réelle biographie (donc certains faits sont purement imaginaires, même s'il limite au maximum la part d'invention)
- ce n'est pas de la vulgarisation scientifique. le système de Copernic est expliqué plusieurs fois, mais pas en détail, ce n'est pas le but.
Le roman s'adresse avant tout aux curieux qui ont envie d'en savoir plus sur l'homme qu'a été Copernic, et son époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   29 septembre 2016
- Vous avez, je suppose, lu un jour l'Almageste ? Fit-il en prenant des allures comiquement pédantes. Eh bien, pour ma part, depuis maintenant bientôt quinze ans que je le dissèque, que je le tourne et le retourne dans tous les sens en grec, en latin, et même en allemand, je reste désemparé par l'extrême complication de la mécanique céleste que Ptolémée et ses successeurs nous imposent depuis tant de siècles.
- Tu n'es pas le premier à le dénoncer, mon neveu, à ce que j'en sais. Détruire est parfois une bonne chose. Mais que construire à la place ?
- La simplicité, mon oncle, la simplicité. La nature ne fait rein de superflu, rien d'inutile ; elle sait tirer de nombreux effets d'une cause unique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
gouelangouelan   30 septembre 2016
- Quand donc cesserez-vous, vous autres Italiens, de plaisanter avec tout ? ragea Copernic en tapant du poing le pommeau de sa selle. Je te demande de me conseiller, pas de te moquer de moi.
- Et quand donc cesseras-tu, trop sérieux Prussien, parodia Novara en claquant à son tour l'encolure de sa mule, de ne pas prendre avec toute chose la distance d'un sourire ? À croire que tu n'as jamais lu Platon, que tu n'as jamais perçu que Socrate, pour accoucher les âmes, usait de l'ironie comme du meilleur des instruments. Songe aussi à Lucien de Samosate. L'ironie, Nicolas, est un doute qui construit. C'est force de création et de réflexion, face aux certitudes, prédictions et axiomes assénés par ceux qui affirment savoir sans avoir sans avoir jamais rien appris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
calanoorcalanoor   08 avril 2011
-Oui, Dantiscus, voilà la solution. Les rapports entre lui et le chanoine ne sont certes pas des meilleurs. Une histoire de femme, d'après ce que j'ai compris. Ah, ils sont encore chauds, malgré leur âge, ces deux prêtres-là! Maudits soient les voeux de chasteté! Mais malgré cela, Dantiscus ne tarit pas d'éloges sur Copernic et sa théorie. Il faut dire que l'astronome redore singulièrement le blason de son triste évêché. En plus, et bien que tout les oppose sur le plan religieux et politique, ce diable de catholique- je parle de Dantiscus- est resté très lié avec cette canaille luthérienne de Melanchthon. Les deux hommes s'estiment. Voilà enfin de la belle philosophie. Celle de la tolérance, mon ami, de la divine tolérance! C'est comme une éclaircie, un coin de ciel bleu dans cet orage imbécile qui n'en finit pas de crever, dans ce monde de brutes où l'on s'étripe à propos de pucelage de la mère du Christ. Est-ce Joseph qui l'a déchiré, l'hymen de Marie, ou l'archange saint Michel? A-t-elle été foutue par le cul ou par l'oreille? Insondable question! Et quand je dis insondable...
- Moins fort, je t'en prie!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gouelangouelan   28 septembre 2016
Dans cet ouvrage, La Docte Ignorance, qui plaidait, contrairement à Ptolémée, pour un univers infini, Nicolas avait relevé cette phrase qui le fascinait : "Le centre du monde est partout, et sa circonférence nulle part." Il avait déjà relevé à peu près la même formule dans un livre de Ficin dont il ne se rappelait pas le titre. C'était fort beau, mais hélas pas démontré par le calcul mathématique. Peut-être dans Regiomontanus...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
gouelangouelan   01 octobre 2016
- [...] dévoiler la vérité inconsidérément et à n'importe qui, c'était comme si - voilà, ça me revient - "comme si on versait de l'eau propre dans un vase plein d'ordure , on ne ferait qu'agiter l'ordure et gâter l'eau"...
Commenter  J’apprécie          122
Videos de Jean-Pierre Luminet (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Luminet
Vers une nouvelle théorie de l'univers... Avec Marc Lachièze-Rey et Jean-Pierre Luminet Un film de Laure Delesalle CNRS Images 2010
autres livres classés : astronomieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1604 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..