AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253114710
316 pages
Le Livre de Poche (01/10/2005)
3.61/5   77 notes
Résumé :
En 642, les troupes du général Amrou investissent Alexandrie. Elles doivent brûler le million de livres que recèle sa célèbre Bibliothèque. Car, à Médine, le calife Omar leur a donné l'ordre d'éliminer tout ce qui va à l'encontre de l'Islam.
Un vieux philosophe chrétien, un médecin juif et surtout la belle et savante Hypatie, mathématicienne et musicienne, vont tenter de dissuader Amrou de détruire le temple du savoir universel. Ils vont lui raconter la vie ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,61

sur 77 notes
5
0 avis
4
6 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
1 avis

Fourvin
  13 février 2014
Je fus d'abord attiré par la jaquette, qui promettait une mise en abyme rare pour le lecteur : le roman de la mythique bibliothèque d'Alexandrie ; un peu le même frisson qu'en découvrant "Une histoire de la lecture" de Manguel, ou en refermant "La bibliothèque de Babel" de Borgès. Las, les toutes premières pages impriment fortement un cadre romanesque et arabisant, apparemment sans grand rapport avec la promesse, qui m'ont d'abord fait l'effet d'une mise en bouche ratée.
Il a donc fallu que je m'y essaye une deuxième fois et que je dépasse la première (courte) partie et son style un peu précieux et ampoulé pour plonger dans le véritable apport de ce livre : retracer 1000 ans d'histoire des sciences antiques jusqu'à la fatidique destruction de "La Bibliothèque" vers 640 ap. JC.
Le livre est de ce fait à rapprocher du jubilatoire (et un peu frustrant de s'arrêter aussi tôt dans L Histoire) "Théorème du Perroquet" de Denis Guedj, qui déclinait pour les sciences ce que Jostein Gaard avait assez brillamment réussi pour la philosophie avec son "Monde de Sophie".
Le propos de Luminet est un peu différent, puisqu'il centre son propos sur Alexandrie et la pensée scientifique grecque. Cela lui permet d'offrir un panorama unique sur une effervescence intellectuelle, ses poussées, ses relations avec les autres pouvoirs politiques et spirituels. Or il s'agit des fondements scientifiques qui vont servir de socle pendant encore 1000 ans, jusqu'aux remises en questions radicales de Copernic puis Newton.
Une première chose est plaisante pour l'ancien étudiant que je fus il y a quelques jolies lurettes : tous les concepts demeurent compréhensibles et accessibles, probablement de par leur relative simplicité. Qui plus est, l'auteur a rajouté un corpus de notes savantes qui en détaillent et expliquent la majeur partie d'entre eux.
A un deuxième niveau, on apprécie la construction, faite essentiellement de narrations alternées des quatre protagonistes et de leurs dialogues, sur le mode de la littérature didactique classique. Cette construction est aussi un hommage, un peu plaqué, laissant voir certaines ficelles mais qui s'effacent rapidement devant la qualité du talent de conteur de son auteur. Jamais rébarbatif, ne forçant pas sur des échanges trop scientifiques ou intellectuels, le livre nous embarque d'abord et avec une réussite certaine à travers le matin de notre aventure intellectuelle humaine. Les histoires s'enchainent, s'empilent, se répondent, pour tenir la promesse initiale, celle du roman. Ce que l'auteur avouera ouvertement dans sa postface : il a moins cherché à faire oeuvre d'historien qu'à construire une histoire qui sait prendre les libertés nécessaires avec L Histoire, avérée ou précisément douteuse.
Au final donc, un bon plaisir de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
leboncoinlecture
  18 janvier 2021
Juste après avoir lu Les Cheveux de Bérénice de Denis Guedj dont la narration m'avait paru assez aride, j'ai commencé par être plutôt enthousiaste face à la construction claire et raisonnée ainsi qu'au style fluide du Bâton d'Euclide de Jean Luminet.
Trois scientifiques cherchent à convaincre le général musulman Amrou de ne pas détruire la bibliothèque d'Alexandrie. Chacun raconte à son tour un épisode de l'histoire de la bibliothèque d'Alexandrie et/ou des sciences, pour lui démontrer que les livres et le savoir qu'ils portent pourraient être utiles à l'expansion de la civilisation musulmane. Chacun de ces récits est bien compartimenté dans un chapitre, qui est toujours suivi de la discussion qui en découle entre les quatre personnages.
Je dois avouer que ce format très calibré finit par lasser quelque peu, de même que les inventions romanesques, libertés prises avec L Histoire dans les lacunes qu'elle offre - ce n'est pas rare dans un roman historique mais, pour ma part, j'ai besoin de faire le distinguo, donc j'ai complété par des recherches, ce qui est intéressant mais coupe la lecture et fait perdre le fil. L'auteur mentionne dans sa postface qu'il a imaginé ce qui pouvait être plausible en donnant quelques exemples mais j'aurais apprécié avoir davantage d'indications à ce sujet - par exemple dans les biographies des personnalités ajoutées en annexe qui sont extrêmement succinctes et ne permettent pas d'en savoir plus que ce qui est déjà dit dans l'oeuvre... Cela m'a d'autant plus gênée que j'ai eu l'impression que certaines tournures de phrases provenaient davantage de l'élan littéraire que de la source historique, trouvant notamment le résumé sur les épisodes suivant la mort de Jules César à la limite de la contre-vérité.
Il précise bien, contrairement à ce que laisse penser la présentation de l'éditeur, que l'Hypatie parmi les trois scientifiques défendant leur cause n'est pas la célèbre Hypatie, qui a vécu au IIIème siècle, puisque l'histoire racontée ici se déroule au VIIème siècle. Là encore, j'ai été gênée que, parce que c'est une femme, intervienne des questions de séduction dans l'entreprise de persuasion de l'interlocuteur, de même que quand est présentée la célèbre Hypatie du IIIème siècle, c'est en partie par le biais d'un de ses élèves qui, bien entendu ne pouvait être que fou amoureux d'elle, et réciproquement... - un exemple des libertés prises par l'auteur avec L Histoire. Quand il s'agit de présenter les hommes, on ne parle pas de leurs amours, mais dès qu'il s'agit d'une femme, cela semble inévitable... Nous disposons encore aujourd'hui de lettres de ce fameux élève, de beaux témoignages de relation élève / enseignant, je trouve cela suffisamment fort pour ne pas éprouver le besoin de présenter autre chose qu'une communion intellectuelle dans une oeuvre dont l'objet est de démontrer les apports du savoir.
Au final, j'ai terminé le livre plutôt agacée... d'autant que ce général Amrou, qui devrait jouer un rôle de contradicteur est, je trouve, plutôt un auditeur complaisant assez peu consistant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JunoR
  23 septembre 2018
Férue de livres et de romans en particulier, amateur de mathématiques et de physique, passionnée d'histoire, ce roman qui rassemble tous ces ingrédients que j'adore aurait du n'être que pure extase... Mais non.
Un peu comme la pizza au nutella, à vouloir donner tout en même temps, ce roman ne donne rien, ou du moins ne donne rien bien. À vouloir citer trop de personnages historiques, le lecteur ne s'attache à aucun et ne retient rien de toutes ces grandes figures, encore moins leurs grandes théories et découvertes. De plus, à vouloir raconter des personnages historiques qui racontent d'autres personnages historiques, on passe également complètement à côté de l'histoire-support et cette mise en abîme se révèle obscure, inutile, gâchée...
Si au moins c'était bien écrit... Si au moins les dialogues étaient crédibles, touchants... Ou même si les personnages décrits avaient un peu de fond ou de personnalité. Mais non, le livre entier est noyé sous l'égo de l'auteur et sa boulimie absurde qui produit la nausée.
En effet, l'auteur, non seulement de se vouloir romancier, historien et pédagogue, a voulu aussi faire passer des messages plus ou moins subtiles sur tout un tas de sujets : les rapports entre les hommes et les femmes, entre les juifs, les chrétiens et les musulmans, entre le pouvoir et la religion, entre l'ancien et le nouveau, entre les sciences et la philosophie, ... Il a aussi voulu mettre de l'histoire contemporaine magiquement prédite dans la bouche de ses personnages (vieux de quatorze siècles) et encore pérorer maladroitement là-dessus...
Bref, parce que l'auteur a voulu y mettre trop de choses en même temps mais surtout parce que c'est vraiment trop mal écrit, le roman entier est une vraie corvée à lire et j'ai du me faire violence pour l'achever. L'intention de base est louable et le même livre écrit d'une autre manière aurait pu être vraiment intéressant, mais en tout cas je ne vous recommande pas ce livre-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CharlesEdouard
  04 janvier 2019
Les arabes ont-ils détruits la bibliothèque d'Alexandrie? Est-ce une légende?
"Sa'd Ibn Abî Waqqâs écrivit à 'Umar Ibn al-Khattâb pour lui demander des ordres au sujet de ces ouvrages et de leur transfert aux musulmans ? 'Umar lui répondit : « Jette-les à l'eau. Si leur contenu indique la bonne voie, Dieu nous a donné une direction meilleure. S'il indique la voie de l'égarement, Dieu nous en a préservés. » Ces livres furent donc jetés à l'eau ou au feu, et c'est ainsi que les sciences des Perses furent perdues et ne purent parvenir jusqu'à nous. »
Ibn Khaldûn, le Livre des Exemples, T. I, Muqaddima"
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bibliothèque_d%27Alexandrie
Il s'agirait donc d'une légende, puisque l'incendie fut antérieur aux invasion islamique.
Dans ce roman, un philosophe chrétien, un médecin juif et la savante Hypatie, mathématicienne et musicienne, vont tenter de dissuader Amrou qui a reçu l'ordre du Calife Omar, de détruire la célèbre bibliothèque.
Les 3 défenseurs de la bibliothèque racontent la vie et les découvertes d' Euclide, Archimède, Aristrarque de Samos, Ptolémée..Afin de persuader Amrou de ne pas commettre l'irréparable.
Un livre qui m'a amené vers l'ouvrage : "Avicenne ou la route d'Ispahan" de Gilbert Sinoué qui est désormais dans ma PAL.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cecileterrestria
  19 mars 2018
Ce roman pose sa thématique dans un contexte pertinent, la prochaine destruction de la bibliothèque d'Alexandrie, ce thème en soi est fascinant pour qui aime l'antiquité, le savoir, la culture et l'histoire de ces derniers.
Il faut un certain génie pour caser en si peu de pages autant de récits dans le récit. La mise en abyme est ici brillante et l'érudition de l'auteur rend humble tout autant que le travail de chercheur auquel il a dû se soumettre. Tous les ingrédients étaient ici réunis pour en faire un roman historique assez fantastique, si ce n'est que, pour ma part, je n'ai absolument pas accroché aux dialogues entre les quatre protagonistes principaux, c'est-à-dire le premier niveau du roman.
Ca sonne creux, ça sonne artificiel, on sent l'excuse pour présenter les sous-intrigues, cela peut passer pour certains, pour ma part, cela m'a fait poser le livre tous les deux chapitres… Persévérante, je l'ai repris et reposé, puis repris encore puis reposé encore, bonnant malant je l'ai terminé mais non sans peine. Cela tend pourtant à s'améliorer au trois quart du livre, il faut tenir bon.
Pourtant, je tiens absolument à souligner que ce roman n'est pas dénué d'intérêt au contraire… mais comme un plongeur d'apnée fasciné par les fonds marins, refaire surface pour le prétexte de base est dur, pénible même, on perd la magie, la brillance des sous récits qui eux exercent une sorte de fascination hypnotique et dont il aurait peut-être été préférable de ne pas nous sortir si souvent…
La fin est tout aussi attendue que cohérente, elle se veut une fin ouverte qui salue l'histoire de nos savoirs et de nos savants. Il se dégage tout autant un hommage qu'un avertissement dans ce roman historique ; un hommage vibrant aux hommes et aux femmes qui ont su chercher et partager le savoir parfois au risque de leur vie et un avertissement que l'humanité ne cesse de reproduire sans arrêt les mêmes schémas.
En refermant ce roman et malgré les bémols que j'ai pu lui porter, il me reste l'impression indéniable d'un travail de chercheur forcenné et passionné mais aussi une question entêtante qui flotte dans mon esprit « l'humanité saura-t'elle un jour tirer des leçons de se passé ? »
Je terminerai en précisant que l'auteur clôture ce livre en expliquant sa démarche, à savoir d'avoir écrit un roman et non un essai historique, précision ô combien nécessaire quand je vois certains retours. Il n'a jamais été question ici de précisions historiques mais bien d'arrangements romanesques et plausibles. Il faut savoir accueillir les choses pour ce qu'elles sont et nous sommes ici en présence d'un roman historique riche qui mérite d'être découvert.
Lien : https://labougiedevinayaka.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
dupuisjlucdupuisjluc   02 avril 2012
- Nous, les Bédouins, nous n'avons souvent pour toit que la voûte étoilée. Et nulle part le ciel ne parait plus proche de la terre qu'au milieu du désert. Le désert nous invite au ciel. Dans la solitude et le silence des dunes, l'esprit qui pense subit par degrés la dilatation de l'infini. Plusieurs fois, jadis, aux côtés de mon grand-père, j'ai ressenti cette expérience intérieure, presque mystique... Je voyais, j'entendais, j'adorais la musique du ciel dans le silence universel... (p.153)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
FourvinFourvin   13 février 2014
Lire sans comprendre n'est pas grave. Lire sans douter est redoutable. Lire sans plaisir, ce n'est pas lire.
Commenter  J’apprécie          130
JunoRJunoR   23 septembre 2018
- Tu es bien comme tous les hommes, Amrou, si tu juges et condamnes avant de savoir. C'est pourquoi vous faites la guerre. Or c'est une histoire de paix et non de guerre que je vais te raconter, une histoire de savoir et non de pouvoir.
- Une histoire de femme, en somme.
- Pourquoi pas ? La Bibliothèque est femme, sans doute, dont nul ne peut épuiser les secrets.
Elle avait dit cela presque en chuchotant, d'une voix chaude et légèrement voilée. Amrou en fut profondément ému.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
veronique55veronique55   29 novembre 2018
P 192 c'est ainsi qu'en une année de travail assidu, Claude Ptolémée révolutionna la cartographie. Entreprenant une révision méthodique des anciens tracés, il calcula un nouveau planisphère, entièrement géométrisé, où il mit en application les principes de la théorie d'Euclide. Il découpa l'oekoumène non pas en quatre lignes de climats, comme l'avait fait Erastosthène mais en lignes serrées, parallèles à l'Equateur, toutes à intervalles égaux jusqu'aux pôles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cecileterrestriacecileterrestria   18 mars 2018
Décidément, l'histoire ne fait que se répéter, à croire que dans certains lieux l'esprit toujours souffle, que le ciel soit pur ou couvert de nuages noirs.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Pierre Luminet (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Luminet
Pour quoi vous levez-vous le matin ? Se construire et construire
Pour la première fois, une centaine de personnalités - astronaute, philosophe, biologiste, chef cuisinier, artiste, pilote de ligne, astrophysicien, mathématicien... - dévoilent leur moteur intime. La motivation qui les pousse à agir, créer, travailler, espérer, vivre au mieux chaque jour et à donner du sens à leur existence. Leurs réponses poétique, amusantes, profondes, tragiques ou ludiques sont autant de témoignages de vie. Ces textes courts, illustrés par Hélène Crochemore, offrent tout à la fois connivence, réconfort, plaisir et inspiration.
https://www.belin-editeur.com/pour-quoi-vous-levez-vous-le-matin
Pour laisser votre propre témoignage : Site de l'ouvrage : https://whygetup.org/fr/
Les auteurs par ordre d'apparition : Cédric Villani • Jacques Arnould • Jean-Louis Israël • Monique Atlan • Jean Audouze • Nicholas Ayache • Jean-Paul Delahaye • Gérard Berry • Catherine Bréchignac • Alexandre Fleurentin • Edgardo D. Carosella • Thibault Damour • Jean Botti • Enki Bilal • Anne Cheng • Maxime Abolgassemi • Catherine Maunoury • Rémy Camus • Gérald Bronner • Laurent de Wilde • Mercedes Erra • Roger-Pol Droit • Étienne Klein • Yohann Thenaisie • Alexei Grinbaum • Marc Dugain • David Elbaz • Xavier Emmanuelli • Hervé Fischer • Marc Fontecave • Maud Fontenoy • Jean-Gabriel Ganascia • Claire Gibault • Pascal Pujol • Olivier Gechter • Anatole Lécuyer • Yves Gingras • Gabrielle Halpern • Hartmut Rosa • Marcel Hibert • Jean-Jacques Hublin • Patrick Iglesias Zemmour • Marc Lachièze-Rey • Gilles Macagno • Virginie Martin • William Marx • Jean-Michel Othoniel • Patrick Pissis • Cyril Rigaud • Aldo Naouri • Emmanuelle Pouydebat • Frédéric Thomas • Adrien Rivierre • Thomas Sterner • Étienne Vernaz • Matthieu Ricard • Stuart Vyse • Sylvie Cafardy • Jean-Pierre Sauvage • Norbert Gautrin • Claire Mathieu • Jacques-Alain Miller • Jean- Philippe Uzan • Miroslav Radman • Geneviève Héry-Arnaud • Giancarlo Faini • Jean-Louis Étienne • Jean-Pierre Luminet • Guillaume Néry • Alain Bernard • Guillau
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2596 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre