AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226188557
288 pages
Éditeur : Albin Michel (01/10/2008)
3.81/5   18 notes
Résumé :

Comme chaque été, Noélie retourne à val Vergne auprès de Louise, sa grand-mère. C'est au cœur de cette nature sauvage qu'elle retrouve les émotions de son enfance et ce goût de liberté oublié. Mais ce lieu si serein ravive aussi un triste souvenir : l'éloignement de son père, qui a quitté la maison vingt ans auparavant pour ne jamais y revenir. Dans la tendre complicité qui l'unit ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
atam
  09 février 2021
Un beau roman...de belles personnes...sauf peut être le fils, mais doit on le bannir ?? roman , peut être , un peu '”fleur bleue” , mais qui se lit facilement et qui fait passer un très bon moment.
A lire pour le plaisir, pour les jolis rapports entre cette grand mère et sa petite fille, cette maison d'autrefois, son jardin, ces animaux , et la vie dans ce village de France .
Commenter  J’apprécie          20
cejalo
  07 août 2014
je ne suis pas une fan de livre du terroir. mais cette mamie m'a fait penser à la mienne , la même relation. c'est tellement beau. les descriptions de l'auvergne, c'est tellement magnifique notre région. cette histoire est touchante,la relation même entre la grand mère et son fils qui même s'il est loin même s'il a tord , elle l'aime c'est son fils jusqu'à la fin elle croit à son retour. c'est très émouvant .
Commenter  J’apprécie          00
Cathye
  17 août 2021
Un roman tout simple, émouvant qui sent bon le terroir. Et qui se laisse dévorer…
L'histoire tendre d'une mamie et de sa petite fille, mais qui n'est pas sans épine….
Et je serais bien allée me baigner dans cette rivière si claire.
L'auteur sait nous faire aimer son Auvergne natale…
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  14 août 2019
Un beau récit qui m' a paru vraiment trop court tellement j'ai apprécié cette lecture envoutante.
Commenter  J’apprécie          30
mariehelenevignal
  07 octobre 2017
Récit trop court, facile de deviner le déroulement de l'hisroire.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
meknes56meknes56   14 août 2019
M. Bourdette, qui la côtoyait chaque jour, se mit à la couver, puis à la dévorer des yeux, sans se préoccuper de sa femme et ses enfants. Mme Bourdette ne lui donnait plus au lit ce qu’autrefois elle lui accordait de bonne grâce. Elle avait d’ailleurs pris de l’embonpoint et se négligeait, uniquement préoccupée de ses enfants. Mais elle avait remarqué les attitudes de son mari. Le doute s’installa si fort en elle qu’un matin, l’observant plus que d’habitude, elle le vit se diriger vers l’appentis où Louise préparait une grosse lessive. Elle entendit alors son homme qui, comme un fou, forçait Louise à lui céder. La jeune femme se débattait, criait, mais en vain. Mme Bourdette courut chez elle, se saisit du fusil et revint, rapide comme l’éclair. Elle poussa la porte violemment et dirigea son arme vers l’homme qu’elle ne reconnaissait plus.
– Salaud ! hurla-t-elle. Comment oses-tu t’en prendre à Louise ?
Bourdette se retourna d’un bond et vit le bout du canon à quelques centimètres de lui.
– Ne tire pas, ne tire pas je t’en prie, elle m’a provoqué et moi…
– Je t’ai entendu, salaud ! Je t’ai vu la jeter au sol ! Tu vas me payer ça, oh, tu vas me le payer cher ! Tu as voulu profiter de ta position, tu sais qu’elle a eu du malheur, tu pensais que personne ne te verrait, hein ? Ici ! Chez moi !
Paralysée, Louise ne pouvait articuler un mot. Elle rabaissait ses cotillons et, tremblante de peur, se rencogna dans la paille qu’avait éparpillée Lauressergues. Lui, remontant son pantalon, balbutiait des mots inaudibles. Il n’était pas beau à voir, l’homme. Soudain, Angèle Bourdette tourna le fusil, le saisit par le canon et, folle de rage, l’abattit sur la tête de son mari.
Louise hurla, certaine que son tour allait venir, mais il n’en fut rien. Angèle l’aida à se relever, et, sans se préoccuper du sort de son mari, la consola tendrement.
– Ne craignez rien, Louise, tout ceci restera entre nous. Les hommes se comportent parfois comme des bêtes !
Louise, encore chancelante, tentait de se ressaisir :
– Oh ! mon Dieu ! Je ne pourrai plus rester chez vous après ce qui vient d’arriver, on a frôlé un malheur !
– Le fusil n’était pas chargé, ma fille, il ne l’est jamais à la maison, pensez bien…
– Merci d’avoir été là, merci. Sans vous…
– Nous parlerons de tout ça plus tard, venez prendre quelque chose pour vous calmer. Celui-là s’en remettra, il a la tête dure… et quand il sera rétabli nous mettrons les choses au point. Pour une fois que je le prends sur le fait, nous avons des comptes à régler.
Robert Bourdette n’en était pas à son coup d’essai, tous le savaient, mais il s’en était toujours bien sorti. Jusqu’à ce jour.
– Je ne pourrai plus rester chez vous, non, je ne pourrai plus, répétait Louise.
– Que voulez-vous faire ma fille ? Chercher encore ailleurs, et avec le petit Jean qui se plaît bien chez nous avec mes enfants ?
– Je ne sais plus, je suis marquée par le mauvais sort.
– Je suis arrivée à temps, il n’y a pas eu de mal pour vous. Vous comprenez ?
Louise se tut, trop bouleversée pour décider quoi que ce soit.
Les jours suivants, l’incident donna tant d’autorité à Angèle qu’elle en profita pour prendre des initiatives étonnantes, qui allaient sauver Louise.
Angèle, autrefois, avait été une bonne ouvrière en couture. Elle avait exercé le métier de culottière- giletière. Son mariage et la venue de ses enfants l’avaient empêchée de continuer mais, parfois, elle le regrettait.
Que se passa-t-il dans sa tête ? Toujours est-il qu’elle discuta avec Louise et l’envoya vers les enfants comme s’il ne s’était rien passé. Elle avait sa petite idée.
Quand son mari apparut sur le seuil, tenant à deux mains sa tête rougie de sang, elle le cloua du regard.
– Tu as de la chance que je ne t’aie pas tué, mais la prochaine fois, il n’y aura pas de sursis. Je te le jure.
Il se dirigea en vacillant vers la souillarde et versa de l’eau dans une cuvette. Elle n’esquissa pas un geste pour le soigner.
– Je vais garder Louise. Nous nous entendons bien et je vais l’aider. Elle en a besoin.
Il se tourna vers elle, la regarda un instant, puis baissa les yeux.
– Comme tu voudras.
– Elle n’a aucun métier, pour elle les temps seront durs. Surtout si elle rencontre des gens comme toi. Je lui ai proposé de lui apprendre la couture.
– Pourquoi tu fais ça ?
– Parce que j’ai honte de toi. De ce que tu lui as fait subir. Si elle part de chez nous, blessée comme elle est, où ira-t-elle ? Que dira-t-on d’elle, et toi, qu’oseras-tu dire d’elle ? Quand elle saura travailler, je la laisserai partir, mais pas avant. Voilà ce que j’ai décidé, que ça te convienne ou pas !
C’était le deuxième coup qu’il prenait sur la tête en une journée.
Il n’avait rien à dire, et il ne dit rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CathyeCathye   17 août 2021
- Connais-tu le grand-père d’Anaïs, grand-mère ?
- Oui, c’était un camarade d’école et un gentil garçon, ma foi
- Savais-tu qu’il était amoureux de toi, lorsque vous étiez jeunes ?
- Je crois bien me souvenir que oui
- C’est lui-même qui l’a confié à Anaïs qui me l’a rapporté
- Il ne faut pas toucher à ces souvenirs, petite. Ce sont les plus tendres…
Commenter  J’apprécie          00
atamatam   09 février 2021
Elle imaginait sa vie coulée dans le secret, elle ressentait sa solitude, son carcans de regrets, d’attente aussi.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Antonin Malroux (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonin Malroux
A l'occasion du salon Lire à Limoges 2019, Antonin Malroux nous présente son nouveau roman "Le c?ur de mon père" Interview de Georges-Patrick Gleize
autres livres classés : Auvergne (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4190 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre