AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782130619987
127 pages
Presses Universitaires de France (27/04/2013)
3.44/5   9 notes
Résumé :
Les philosophes ont souvent préféré méditer sur l'âme et ses passions, faire des enquêtes sur l'entendement humain, ou encore critiquer la raison pure, plutôt que se pencher sur la réalité du corps et sur la finitude de la condition humaine. Pourtant, même si le corps a souvent été considéré comme un fardeau entravant la connaissance et la vertu, aucune philosophie na jamais pu faire l'économie de sa présence. C'est dans et avec son corps que chacun de nous naît, v... >Voir plus
Que lire après La philosophie du corpsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Ce livre a les qualités et les défauts de la plupart des “Que sais-je?”.

Un format court et dense qui permet de synthétiser une thématique tout en fournissant les utiles notes de bas de page et autres bibliographies qui permettent d'approfondir le sujet. le choix des auteurs induit, de facto, un parti pris qui peut parfois déranger.

La philosophie du corps n'échappe pas à cette règle. Michela Marzano est une spécialiste du corps au point qu'il est souvent l'élément central de son travail (en fouillant la toile on remarque que les philosophes du corps ne sont pas légion si ce n'est dans des niches très particulières ou scientifiques). Son écriture est parfaitement adaptée et j'ai pris plaisir à remonter le temps pour tenter de comprendre comment notre rapport au corps a évolué depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.

De plus, la philosophe du corps du corps ne se contente pas d'être une brève Histoire du corps mais va chercher aussi du côté de son rapport à l'art, la science, la culture, la technologie la psychologie et la psychologie.

C'est justement ce dernier point qui , pour moi, pose le problème du parti pris. Michela Marzano est sans doute une freudienne puisque la partie psychologie est vue quasi-uniquement à travers les lunettes de l'ami Sigmund. Malheureusement je ne suis pas de ceux qui croient aux fariboles de la psychanalyse.

Hormis, cela ce petite livre mérite d'être lu, surtout à notre époque où la culture de l'image est presque érigée en principe.
Commenter  J’apprécie          71

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
En fait, le corps humain est tout d’abord un « objet matériel » et, en tant que tel, il s’inscrit dans le « devenir » et dans le « paraître » – d’où son caractère apparemment insaisissable d’un point de vue conceptuel ou encore le refus, de la part de certains, de le prendre en compte comme un sujet philosophiquement digne d’intérêt. Mais il est aussi l’« objet que nous sommes » et, en tant que tel, il est le signe de notre humanité et de notre subjectivité – d’où l’intérêt de réfléchir sur celui-ci notamment lorsqu’on cherche à comprendre ce qu’est l’homme. C’est pourquoi soutenir que le corps est un objet n’implique pas nécessairement qu’il soit une chose comme les autres, sauf à envisager, au moins mentalement, la possibilité de s’affranchir de lui.
Commenter  J’apprécie          20
L’être humain est une personne incarnée : sans corps, elle n’existerait pas ; par le corps, elle est liée à la matérialité du monde. C’est pourquoi l’expérience du corps est toujours double : nous avons avec notre corps une relation qui est à la fois instrumentale et constitutive. Notre peau connaît et donne le plaisir de la caresse, de même qu’elle subit aussi la douleur de la brûlure du feu ou la morsure du froid. Notre corps magnifie la vie et ses possibilités, mais il proclame aussi notre mort future et notre finitude.
Commenter  J’apprécie          20
Le corps humain est, certes, un objet. Nous pouvons le contempler de l’extérieur et le mettre ainsi « à distance ». C’est le corps d’autrui : un corps parmi d’autres, mais qui ne cesse pourtant jamais de renvoyer à une présence différente de celle des autres objets matériels ; un corps qui donne accès à une image, à un paraître, et qui en même temps renvoie à l’être même de la personne qui se trouve devant nous. Mais c’est aussi notre corps : un corps-image que nous pouvons contempler dans un miroir ; un corps morcelé, lorsque nous regardons nos mains ou nos pieds ; un corps pourtant qui bouge lorsque nous bougeons et qui souffre et jouit lorsque nous souffrons et que nous jouissons.
Commenter  J’apprécie          10
Les tortionnaires et les régimes totalitaires le savent bien: pour dominer, soumettre et anéantir l’homme, il faut le réduire à son corps, l’attacher à ses besoins, empêcher que la pensée puisse emerger.
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Michela Marzano (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michela Marzano
Et si vous vous réveilliez un beau matin en ne sachant rien de votre propre vie ? Cape Cod, Massachusetts. Écrivain mondialement célèbre, Randall Hamilton se réveille dans la chambre d'un hôtel luxueux avec vue sur l'océan. le problème, c'est qu'il ignore totalement pourquoi il s'y trouve et comment même il est arrivé là. Pire, il semble avoir tout oublié de sa propre existence, y compris le fait qu'il est l'auteur de plus de quarante romans.
Boston, Massachusetts. Vivant de petits boulots, le jeune Andy Marzano passe tout son temps libre à écrire des romans dans son studio. La tête pleine de rêves de gloire et de reconnaissance, il collectionne surtout les lettres de refus des agents littéraires. Conscient de son cruel manque d'inspiration, Andy s'ingénie à piller la vie de son entourage. Mais un jour il franchit la ligne rouge en séduisant une jeune comédienne, Abigaël, dans le seul but de se nourrir de leur relation et de servir son ambition. En voulant diriger les autres comme de simples personnages, il s'apprête à provoquer des drames irréparables…
Un auteur couronné de succès, un apprenti écrivain miné par les échecs : les deux hommes ignorent tout l'un de l'autre. Pourtant, leurs destins sont inexorablement liés et leurs routes ne tarderont pas à se croiser. Pour le meilleur, et surtout pour le pire.
Valentin Musso nous dévoile un roman à la construction diabolique et au dénouement vertigineux.
Né en 1977, Valentin Musso est l'auteur de nombreux succès traduits dans plusieurs langues. En quelques années, il a su s'imposer comme l'un des meilleurs auteurs de thriller psychologique de sa génération, notamment avec "Le Murmure de l'Ogre", "Une vraie famille", "Dernier Été pour Lisa", "Un autre jour" et "Qu'à jamais j'oublie". "L'Homme du Grand Hôtel" est son dixième roman.
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (33) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
450 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *}