AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290313169
317 pages
J'ai lu (05/07/2001)
3.65/5   56 notes
Résumé :
Dès leur première rencontre, Chris et Ann ont senti se nouer entre eux ce lien mystérieux qui unit les âmes sœurs. Et de fait, lorsque Chris meurt dans un accident de la route, il ne disparaît pas vraiment. Une seconde vie s'ouvre à lui dans un univers insoupçonné dont il n'a de cesse de communiquer l'existence à son épouse.

Mais comment Ann pourrait-elle être sensible à ses messages d'espoir, elle qui ne croit pas à une après-vie ?. Qui y croit si p... >Voir plus
Que lire après Au-delà de nos rêvesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 56 notes
5
4 avis
4
1 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis
Je reviens sur un autre de mes auteurs préférés, Richard Matheson, qui m'a une nouvelle fois bien embarquée avec Au-delà de nos rêves. Ce roman nous parle de la vie après la mort et d'une magnifique histoire d'amour, mais nous ne sommes pas dans le sirupeux, je vous rassure.
Chris et Ann se sont rencontrés, se sont aimés... et puis Chris meurt dans un accident de voiture.
De l'au-delà, il tente désespérément d'entrer en contact avec Ann, mais celle-ci est complètement réfractaire ne serait-ce qu'à l'idée d'une survie de l'âme, et il déploie bien des efforts en vain.
Désespérée, elle met fin à ses jours... et même là, Chris n'arrive toujours pas à accéder à l'esprit de sa bien-aimée.
L'auteur nous décrit des paysages magnifiques et vraiment, on s'y croirait, dans ces "nuages", tellement l'après-vie est parfaitement organisée. C'est simple, comme sur terre, mais en paradisiaque. Il y a même une faramineuse bibliothèque où l'on peut consulter tous les livres qui n'existent pas sur notre planète. Bref, je prends le prochain train, moi.
Matheson a comme à son habitude mené des recherches approfondies, mêlant informations à parties romancées et le résultat est bfuffant. Il nous parle de moralité, il nous parle d'empathie, toutes les religions sont évoquées. Ce n'est pas facile à décrire, mais un nectar à lire, entre métaphysique, mysticisme, spiritualité...
Bien entendu, notre Chris n'aura de cesse de retrouver sa chère Ann, qu'il ne peut atteindre parce qu'il y a des lois, là-haut (si l'on peut dire), et une hiérarchie et des fautes à expier, des niveaux à atteindre, avant que des âmes ne se retrouvent sur le même plan et puissent communiquer.
Je n'en dirai pas plus parce que l'essentiel du livre est maintenant relaté et qu'il ne reste qu'à se laisser porter par les mots de l'auteur, et même les anges savent qu'il manie admirablement la plume. Un roman génial que je recommande +++
Commenter  J’apprécie          4914
Remarque : ce livre est paru en 1978 en anglais, et seulement en 1998 en français, soit la même année que le film.
J'ai lu le livre en connaissant le film. J'ai trouvé le livre bien meilleur, et il a beaucoup plus de sens. le film a supprimé des évènements, c'est normal, mais il en a ajouté aussi. Cela donne une histoire différente du récit d'origine – de toutes façons, je ne vois pas comment on aurait pu restituer cette histoire en film, sans la réduire. Je suis très contente de l'avoir lue, c'était une bonne surprise.
Un récit assez subtil, qui se déroule dans les coulisses de la vie terrestre et, comme au théâtre, les coulisses peuvent être plus spacieuses et ramifiées que la scène. L'histoire est très cohérente. J'ai bien apprécié la logique, la structure, de ces mondes. L'au-delà décrit par Matheson est même assez tentant - dans les sphères supérieures ! Il y a matière à réflexion, ou plutôt à rêve. La "descente" à la recherche de son épouse est bien mise en scène. J'apprécie les nuances des différents états intérieurs par lesquels passent les personnages, les pensées qui les y mènent et les en sortent...
Les lieux influencent l'état d'esprit des héros, qui doivent rester vigilants dans les milieux les plus obscurs. Réciproquement, leurs pensées ont un impact sur leurs capacités et sur les lieux qu'ils peuvent fréquenter.
Une aventure originale, sur le mode "témoignage", qui explore dans un roman captivant les mystères de la vie après la vie. Une réussite, à mon avis, pour nous emmener "Au-delà de nos rêves", un peu plus loin que ce que nous rêvons d'habitude.
Commenter  J’apprécie          232
La mort étant l'un des thèmes récurrents de Matheson, au même titre que la solitude, la folie, l'amour avec un grand A, le combat d'un héros contre l'inconcevable..., on peut dire que cet Au-delà de nos rêves concentre un peu tous ses "dadas", puisqu'il a pour sujet la lutte d'un homme, mort dans un accident de la route, tentant par tous les moyens de reprendre contact avec son épouse tant aimée, d'abord dans le monde des vivants, puis dans l'au-delà.
[...]
À vrai dire, si j'avais voulu creuser le sujet de l'au-delà, je me serais tournée vers un essai, ou l'un des nombreux livres sur la question, et ils ne manquent pas.

Mais ce qui est certain, c'est que je ne m'attendais pas à cet embrouillamini de croyances sur la vie après la mort en commençant ce Matheson. Je voulais une histoire, pas un discours mystique qui me laisse dans les gradins du fond à patienter en regardant le nombre de pages restantes... Juste un bon scénario auquel je puisse adhérer, même si c'est celui d'un homme coincé dans l'au-delà, sans me poser les grandes questions existentielles évoquant la conséquence de nos actes, ou le sort des âmes des suicidés...

J'étais à mille lieues de m'imaginer que j'allais mettre les pieds dans un récit reposant sur un mix de croyances sur la réincarnation et l'importance du karma, reprenant des théories ésotériques et spirituelles (très New Age) éparpillées un peu à tout vent, au-dessus d'un assemblage de religiosité moralisatrice, et presque formulé en guise d'avertissement. Dommage...

Fort heureusement, j'ai tout de même retrouvé ce que j'aime chez l'auteur grâce à quelques bons passages :

- Pendant la première moitié, le malaise indéfinissable qu'éprouve le héros a gagné mon intérêt à mesure que sa descente dans la sphère inférieure devenait sombre, terrifiante et infernale. Sorte de revisite des neuf cercles de L'Enfer de Dante, ce fût le moment culminant du récit pour moi.

- le bras de fer psychologique avec l'épouse, dans une maison cauchemardesque, et les tentatives de persuasion du héros dans l'angoissante décrépitude d'un lieu qui aurait pu tout droit sortir d'un des romans de Stephen King pour le sentiment de malaise éprouvé.

Il m'a manqué un voile indéfinissable de fantastique, une aura d'illusions, une brume de chimères, pour envisager le thème pourtant passionnant de la frontière entre mort, rêves, et réalité tronquée, qui était au centre du récit. Ils auraient permis d'ouvrir la voie vers un champ narratif plus large et subtil, et auraient décloisonné un récit s'enfermant peu à peu dans des thèses idéologico-spirituelles un brin aveuglantes.

Carrément lumineux a aussi été le dénouement, je l'ai vu arrivé de loin, comme un gyrophare céleste.
[...]
Très récemment, j'ai regardé l'adaptation ciné de L'Homme qui rétrécit réalisé en 1957 (vraiment bien d'ailleurs !), et je me suis faite la réflexion que dans toutes les histoires de l'auteur (Je suis une légende, le jeune homme…, celui-ci, ainsi que L'Homme qui rétrécit), c'est toujours le combat d'un homme, sa ténacité, son courage, que ce soit face au surnaturel, à l'horreur, et à la mort, qui est au centre du récit, ses héros faisant toujours preuve d'un idéalisme passionné, d'une forte abnégation, ou d'un amour invincible. Pourtant le côté sentimental et même romantique de Matheson est bien là, mais sans la force insufflée dans le jeune homme, la mort et le temps.

Sauf qu'ici, le héros n'a pas le charme romanesque de ses pairs... Et que le pouvoir fictionnel se noie carrément dans le propos.

Bon, cette petite désillusion ne freinera nullement mon envie de lire La maison des damnés, car je sais que Matheson saura me ravir à nouveau, et sans intervention divine ;-)

Et je suis tout de même curieuse de voir comment Vincent Ward a adapté ce roman avec Robin Williams dans le rôle principal ;-)
Commenter  J’apprécie          110
Voici le guide du routard de la vie après la mort. Vous y trouverez des conseils vestimentaires, des recommandations alimentaires. Ah bah non en fait : ils n'ont plus besoin de manger. Vous aurez aussi des astuces pour les moyens de transports, un plan du quartier avec les zones à éviter (enfer, tortures en tout genre), et les jolis coins bucoliques à ne pas louper.

Certes l'exercice d'imaginer l'après-mort est difficile.
Certes un grand nombre d'écrivains a tenté sa chance.
Et il faut bien l'avouer : c'est plus souvent loupé que réussi...

Richard Matheson s'est finalement pas trop mal débrouillé. Il parvient à rendre plausible tout ce qu'il imagine. J'ai bien aimé sa description du monde d'après. C'est bien fichu, cohérent. Mais le tout m'a laissé un goût de trop peu. Comme de visiter une ville à bord d'un car, sans avoir l'occasion d'en descendre.
Et puis comme dans son roman le jeune homme, la mort et le temps, le style est un peu passé, un peu suranné. Mais ça, l'auteur n'y peut rien. C'est juste le temps qui passe.

Alors, faut-il le lire ? Non pas nécessaire. Préférez Je suis une légende du même auteur.
Commenter  J’apprécie          110
Au-delà de nos rêves c'est l'amour au delà de l'impossible. Quand le vivant cherche à retrouver l'autre qui est mort, c'est bien une évidence, c'est une chose qui arrive à toutes les époques mais que le mort cherche à retrouver sa partenaire dans l'au delà alors l'auteur nous fait vivre une autre ambiance purement paranormale.
Chris et Ann, deux amoureux qui ne vivront pas assez leur amour car Chris sera victime d'un accident mortel. Son fantôme reviendra visiter Ann et celle-ci prendra gout à la mort. Elle veut retrouver tranquillement son âme soeur. Puisque la mort tarde à venir à elle, alors elle va chercher la mort, elle se suicide. Seulement le cas d'accident et celui du suicide ne sont pas traités de la même manière dans le monde de l'au delà. Aussi va-t-elle être transféré à l'enfer alors que l'autre l'est au paradis. Chris quitte alors le paradis pour aller retrouver sa bien-aimée à l'enfer...
C'est un livre plein de matériaux paranormaux vrai ou pas vrai, j'ai beaucoup aimé l'esprit imaginatif de l'auteur!
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Nous avons atteint un ravissant petit pont enjambant un cours d'eau rapide. Je me suis arrêté pour contempler le tourbillon précipité des eaux. On aurait dit du cristal liquide et les remous miroitants se paraient de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel.
J'ai tourné la tête et me suis penché. "On dirait... de la musique, non?" Cela dépassait mon entendement.
"Toutes les choses émettent une forme de musique. Au bout d'un moment, on la perçoit partout. Dans le cas présent, le mouvement de l'eau est si rapide que le son est plus facilement perceptible, c'est tout."
Ebahi, j'ai secoué la tête. Les sons constamment changeants composaient une sorte de mélodie atonale mais harmonieuse. J'ai repensé un instant au morceau préféré de maman, La Moldau. Smetana avait-il capté cette même musique dans les eaux mouvantes de la rivière?
Commenter  J’apprécie          80
"Il ne me reste plus rien. Mon mari est mort, mes enfants sont grands. Je reste toute seule. Abandonnée de tous. Si j'en avais le courage, je me suiciderais."
Ces paroles m'ont horrifié. Se donner la mort pour se retrouver dans un monde si atroce qu'on n'a qu'une envie: se donner à nouveau la mort... Quelle perversité dans cet infini jeu de miroirs!
Commenter  J’apprécie          80
La lumière commençait à baisser. Une pression extérieure semblait s'exercer sur le halo lumineux que je maintenais autour de moi par la seule force de ma volonté. Le nimbe d'Albert était plus résistant, mais n'émettait plus qu'une faible lueur de bougie prête à s'éteindre. Je croyais sentir quelque chose se solidifier progressivement autour de nous. C'était comme si nous avancions sur le fond sablonneux d'une mer profonde et glauque. Personne en vue, pas le moindre bâtiment. Rien que de la pierre, un interminable entassement de rochers sillonnés de crevasses.
Puis nous avons atteint le rebord d'un cratère.
J'ai plongé mon regard dans ses profondeurs obscures, mais j'ai dû battre en retraite: tout en bas, quelque chose de nuisible, de malveillant s'était jeté sur moi. "Qu'est-ce que...?
- S'il y a une région qui mérite le nom d'Enfer, c'est bien celle-ci", a annoncé Albert.
Commenter  J’apprécie          20
Quand Chris meurt dans un accident de la route, il ne disparaît pas vraiment. Ce jour-là, un monde inconnu s'ouvre à lui, où le corps est léger, où l'on communique par la pensée pure. Une seconde vie commence.
Mais Chris veut à tout prix retrouver Ann, son amour. Et tenté par tous les moyens de rentrer en contact avec elle. Malheureusement, Ann reste insensible, convaincue qu'il n'existe pas de vie après la mort, convaincue que Chris n'est plus là. Au point que même après s'être donné la mort, elle demeure séparé de son mari.
Orphée moderne, Chris va alors partir "Au delà de nos rêves" pour retrouver son Eurydice...
Commenter  J’apprécie          20
Disons que non seulement j’ai redécouvert les expériences sensorielles de ma vie, mais dû revivre tous mes désirs inassouvis comme s’ils avaient, au contraire, été comblés. J’ai vu que ce qui se trame dans l’esprit a autant de réalité que les événements concrets. Ce qui en était resté au stade de l’imagination prenait subitement corps, chaque fantasme devenait tangible. Et je les ai vécus jusqu’au dernier, tout en m’en tenant un peu à l’écart, en témoin de leur intimité souvent sordide. Un témoin condamné à l’objectivité totale.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Richard Matheson (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Matheson
En savoir plus sur "Automnal" : www.lisez.com/9791032404560
S'inscrivant dans la nouvelle vague des récits horrifique américains, Automnal tient autant du folk horror des films The Wicker Man et Midsommar que des écrits de Richard Matheson et Stephen King. Sous la plume du romancier Daniel Kraus, connu pour son travail avec Guillermo del Toro (La forme de l'eau, Trollhunters), Automnal redonne du sens au terme roman graphique en portant le récit d'horreur dans les hautes sphères de l'angoisse psychologique, en offrant la part belle à des personnages crédibles. Cela accompagné par le trait gras et puissant de Chris Shehan et du génie de la couleur Jason Wordie.
+ Lire la suite
autres livres classés : au-delàVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (141) Voir plus



Quiz Voir plus

L'homme qui rétrécit

Richard Matheson a écrit ce roman...

dans les années 30
dans les années 50
dans les années 70
dans les années 80

10 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : L'homme qui rétrécit de Richard MathesonCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..