AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782710369158
480 pages
La Table ronde (15/03/2012)
4.6/5   20 notes
Résumé :
Fils de samouraï, Basho (1644-1694) a vécu de son art et pour son art, dans un dénuement choisi.
À l'âge de treize ans, il apprend d'un maître du haïku les rudiments du genre, puis fonde à Edo (l'actuelle Tokyo) l'école de Shomon. Le Maître partage alors son existence entre de longues pérégrinations qui inspirent son oeuvre (Ma vie de voyageur / le va-et-vient / d'un paysan labourant la rizière) et d'austères séjours dans des ermitages. Il meurt à Osaka le 12... >Voir plus
Que lire après Seigneur ermite - IntégraleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Je suggère cet ouvrage, Seigneur ermite, à quiconque veut s'initier à l'art des haïkus. Vous savez, ces très courts poèmes japonais. Trois courts vers. Ce recueil regroupe les différents haïkus composés dans la seconde moitié du XVIIe siècle par Basho au cours de sa vie, de ses nombreuses pérégrinations à travers le Japon médiéval. En fait, c'est l'intégrale de son oeuvre poétique. Toutefois, ne vous laissez pas impressionner par ce mot (intégrale) ni par l'épaisseur du bouquin. Ça se lit facilement et rapidement. Je l'ai terminé dans un temps record et je le regrette beaucoup : ces jolis haïkus, il ne faut pas les enchainer mais plutôt les lire lentement pour bien les apprécier.

D'abord, dans la présente édition, on retrouve une introduction très instructive qui explique l'évolution de l'art du haïku. Ensuite, une biographie de l'auteur, riche d'informations précieuses (famille, occupations, ermitages, voyages, etc.) et d'anecdotes. Après tout, Basho est étroitement associé à cet art. Il ne l'a pas inventé mais l'a profondément transformé et il en est devenu son meilleur représentant. du moins, à l'étranger. Puis viennent les haïkus eux-mêmes, précédés de leur version en japonais et de leur transcription avec l'alphabet latin. Enfin, l'ouvrage se termine par une assez longue section de notes. Chaque haïku y a son entrée, où peuvent être expliqués des expressions anciennes, des noms propres auxquels réfèrent les poèmes (souvent, des noms de lieux, parfois, des individus), ou bien des fêtes locales ou n'importe quoi qui permet de mettre en contexte les jolis poèmes.

Les haïkus en eux-mêmes sont intéressants. La plupart se réfèrent à la nature, à de beaux paysages, au passage du temps (le soleil couchant, la lune, etc.), parfois aussi à des jolies femmes dans leur kimono ou à de fiers jeunes hommes tenant leur sabre. Il ne faut pas s‘attendre à des chutes ou à des jeux de mots ou figures de style trop sophistiqués. Et encore moins être renversé par les émotions. Chez nos amis orientaux, surtout ceux de l'époque, la retenue et la pudeur régnaient en maitre. Particulièrement les Japonais. Leurs haïkus, dans leur forme définitive, se limitaient à une seule phrase. Tout est dans la brièveté et dans l'association d'images obtenues. Dans la manière d'organiser des fragments et en former un ensemble, un sens.

Certains m'échappaient un peu (peut-être parce qu'ils font référence à des épisodes très personnels dans la vie de Basho), d'autres me paraissaient répétitifs de par leurs thèmes récurrents. Toutefois, la plupart m'ont plu et en voici trois qui m'ont particulièrement interpelé :

Ma vie de voyageur,
Le va-et-vient
D'un paysan labourant la rizière

Attendre
Le premier chant du coucou,
Une éternité!

Elles mourront bientôt
Et pourtant n'en montrent rien –
Chant des cigales

Ces haïkus et les autres qui forment ce recueil, ils constituent un voyage dans le temps et dans l'espace. Un voyage dans le Japon d'autrefois, à une époque plus simple où il était plus facile d'apprécier les douceurs de la nature (même les hivers froids apportent un bien quelconque). C'est peut-être un encouragement à nous arrêter un peu, à nous détourner ne serait-ce qu'un peu de notre monde effréné d'Occidental et à apprécier les beautés qui nous entourent? En ce sens, la poésie de Basho est intemporelle.

Sur ces mots, je vous souhaite une bonne journée et une bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          370
Découvrir le cheminement poétique du maître du haïku.


Dans une belle présentation où le texte original et sa transcription phonétique se démarquent grâce à leur couleur verte du poème traduit, le lecteur suit Bashō sur le chemin de sa vie : voyage et méditation, joie des rencontres et deuil, douceur de l'été et rudesse de l'hiver, notations sur la vie quotidienne, réflexions plus philosophiques,...

Fils de samouraï, Bashō (1644-1694) a vécu de son art et pour son art. À treize ans, il apprend d'un maître du haïku les rudiments du genre puis fonde à Edo l'école de Shōmon. Il partage alors son existence entre de longues pérégrinations et des séjours dans des ermitages.

Dans cette intégrale sont publiés, pour la première fois en édition bilingue, ses neuf cent-soixante-quinze haïkus. Après une introduction sur les différentes formes de la poésie japonaise qui ont conduit aux haïkus ainsi qu'une biographie du grand maître et l'histoire de son influence sur les écoles de haïkistes, Makoto Kemmoku et Dominique Chipot nous indiquent leurs choix de traduction.
Commenter  J’apprécie          80
Bashô ou le Maitre du haiku....
Ce recueil vous propose la quasi intégralité de la production du maître en version bilingue...Pratique pour ceux qui connaissent ou veulent s'initier à la graphie japonaise.

Une avalanche de belles images, de phrases pensives ou humoristiques qui trouvent toujours un écho dans notre vie!
Commenter  J’apprécie          20


Je n'ai pas d'autre commentaire à faire que d'inviter les Babéliens à se délasser l'esprit avec les haïkaï (s) de Basho

Pat
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Le soleil splendide
entre chien et loup -
Soir de printemps
Commenter  J’apprécie          91
Très vieux cerisier en fleur-
Cette femme, bien conservée
Aimerait aussi, refleurir !

/...

Un corbeau perché
Sur une branche défeuillée -
Soir d'automne

/...

Plus blanche
Que la fleur de pêcher,
La couleur des narcisses
Commenter  J’apprécie          10
Les nuages épars
nous reposent
d'admirer la lune
Commenter  J’apprécie          100
Bambous sous la neige -
un parent survivant à son enfant,
quel monde à l'envers!
Commenter  J’apprécie          51
Oh tous ces iris !

Et pareil à s'y méprendre

Leur reflet dans l'eau.




Commenter  J’apprécie          30

Videos de Bashô Matsuo (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bashô Matsuo
Alain Walter vous présente l'ouvrage "Le carnet de la hotte. Oi no ko-bumi" écrit par Bashô aux éditions William Blake Art & Arts et dont il a fait la traduction.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2677817/basho-le-carnet-de-la-hotte-oi-no-ko-bumi
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (41) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1242 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}