AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782369819325
80 pages
Rue de Sèvres (10/01/2018)
4.03/5   184 notes
Résumé :
En Argentine, de 1976 à 1983, sous la dictature militaire, 500 bébés ont été arrachés à leurs mères pour être placés dans des familles plus ou moins proches du régime. Plusieurs années après cette tragédie, les grands-mères de ces enfants ne cessent de se battre pour les retrouver. Interpellé par ce drame largement médiatisé, Mario, un jeune homme de 20 ans qui s'interroge sur sa filiation décide d'aller à la rencontre de ces grands-mères accompagné de son ami Santi... >Voir plus
Que lire après Vies volées : Buenos Aires, Place de Mai (BD)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 184 notes
5
24 avis
4
26 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis
Plaza Dorrego, Buenos Aires, 1998. Tandis que Mario et Santiago traversent la Plaza Dorrego, ils croisent, comme toutes les semaines, des grands-mères manifestant. En effet, de 1976 à 1983, sous la dictature militaire, 500 enfants ont été volés à leurs mères, des opposantes au régime, et confiés à des familles proches du régime, des militaires ou des familles "sûres". Ces grands-mères sont là pour réclamer le retour de leurs petits-enfants et qu'une fois retrouvés, ils soient rendus à leur famille biologique. Mario va à l'encontre de l'une d'elles car il doute aujourd'hui. En effet, il ne ressemble pas du tout à ses parents qui, au demeurant, ne possèdent aucune photo de grossesse de sa mère. Prêt à faire les démarches nécessaires, il sait néanmoins que cela risque de blesser ses parents mais aussi que ce qu'il pourrait découvrir l'anéantirait. Santiago, lui, l'accompagne dans sa démarche. Jusqu'au moment où, pour revoir l'infirmière qui s'est occupée du prélèvement d'ADN, il fait le test également. Les deux amis sont loin de se douter des conséquences de leurs actes...

De 1976 à 1983, nombre d'opposants à la dictature militaire disparurent. Près de 30000 personnes qui furent, pour la plupart, assassinées. Parmi elles, des femmes enceintes dont les bébés naquirent en captivité. Plus de 500 enfants furent ainsi donnés à des familles militaires, proches du régime ou encore des policiers. Aujourd'hui, grâce notamment aux grands-mères qui se mobilisèrent pour que ces enfants soient rendus à leur famille, plus de 120 enfants ont pu rejoindre les leurs. Santiago et Mario, deux jeunes hommes, font partie de ceux qui s'interrogent sur leur origine et leur famille. Effectuant tous les deux les tests ADN, ils ne savent pas que leur vie va basculer. C'est au coeur de ce contexte méconnu que nous plonge Matz avec cet album. Un album enrichissant, instructif et émouvant sur le comportement du régime militaire au cours de ces années. Il met en avant ce pan de l'histoire mais aussi la complexité des rapports humains, la difficulté de se construire et d'être sans connaître ses vraies racines ainsi que les répercussions sociales et psychologiques. Ce récit réaliste, empreint de sensibilité, est habité par deux personnages très attachants aux caractères opposés. Graphiquement, Mayalen Goust, de par son trait délicat et ses couleurs au ton pastel, nous offre de très belles planches douces et légères.
Commenter  J’apprécie          625
Deux amis argentins. L'un est intrigué de ne pas ressembler physiquement à ses parents et se demande s'il ne fait pas parti de ses 500 bébés volés que des grands-mères recherchent. Son ami l'accompagne au test ADN et le fait aussi, mais pour draguer l'infirmière. Quand les résultats vont tomber, leurs vies va prendre une autre tournure. Des faits historiques qu'il est bien de se rappeler, un scénario bien tourné qui montre que pour certains le passé empêche le présent et le futur. Dommage que l'illustratrice ne soit pas indiquée sur Babelio parce que ses traits de dessins sont magnifiques. Une histoire toute en émotion et instructive !
Commenter  J’apprécie          375
Des vies volées ont été nombreuses en Argentine de 1976 à 1983, des bébés d'opposants politiques arrachés à la naissance et confiés pour l'adoption à des familles en attente d'enfants.

Sur la place de mai de Buenos Aires, des grands mères manifestent pour parler de ce scandale et rechercher faire en sorte que ces petits enfants retrouvent leur parents biologiques.
Mario qui s'interroge sur ses origines, se confie à son ami Santiago et tous deux vont alors faire la démarche de recherche d'ADN.
Cette démarche va bouleverser leur vie, comme on s'en doute.
Cet album ne doit pas être lu pour l'intrigue car il y a peu de surprises mais plus pour L Histoire et ne pas oublier ce qui peut se passer dans les dictatures.
Le graphisme aux couleurs pastels contrastent avec la violence des faits . J'aime beaucoup les dessins "doux" ,et les attitudes très naturelles.
Un bel album agréable.

Commenter  J’apprécie          350
Argentine, Buenos Aires.

De 1976 à 1983, le pays est sous le coup de la dictature militaire. Les opposants au régime dont font partis la majorité des étudiants et des jeunes couples, font l'objet d'arrestations. Tortures, meurtres, vols d'enfants et de bébés sont monnaies courantes. 500 bébés sont arrachés à leurs mères dès leurs naissances et confiés à des partisans du régime.

Depuis cette date, des grands-mères se battent pour retrouver les enfants. Ce sont les grands-mères de la place de mai.

En 1998, on rencontre Mario et Santiago, deux amis, qui s'interrogent. Mario a des doutes sur son origine. Il trouve qu'il ne ressemble pas à ses parents. de plus, à la maison, il ne trouve aucune photos de lui bébé ou de sa mère enceinte. Il veut passer un test ADN. Santiago l'accompagne mais pour une toute autre raison : revoir la jolie infirmière qui y travaille. Alors, lui aussi finalement passe le test.

Si Mario attend avec impatience les résultats, Santiago n'en a que faire. Pourtant les résultats vont changer leur vie à tous les deux.

J'ai beaucoup aimé cette bande dessinée qui retrace un fait historique marquant du passé argentin. J'ai apprécié la manière d'évoquer ce drame du point de vue des enfants arrachés à leurs familles de nombreuses années plus tard. Je trouve fascinant le dévouement de ses grands-mères qui ne lâchent rien depuis tout ce temps et qui, chaque année, manifeste pour que l'on entende leur histoire.

Il y a peu de texte mais les images et le graphisme parlent d'eux-mêmes. Tout est dit. On comprend le malaise subsistant encore de nos jours et les conséquences ressentis sur les vies de ces enfants devenus des adultes aujourd'hui.
Lien : https://labibliothequedemarj..
Commenter  J’apprécie          230
Quelle magnifique BD !
J'ai d'abord adoré les illustrations. je découvre Mayalen Goust. Elle a su, avec talent, accompagner le texte de Matz, sans violence, ce qui rend à mon avis cette histoire tragique encore plus forte. La douceur des couleurs et la finesse du trait en font une BD très élégante.
Certaines planches, notamment celles avec les arbres, m'ont fait penser aux traits de van Gogh et les personnages longilignes à Modigliani ?
Le texte de Matz nous plonge dans cette partie de l'Histoire terrible de l'Argentine et de sa dictature militaire. Avec ces vies volées, nous découvrons ou nous rappelons le destin de ces enfants arrachés à leurs parents. Et tout ce qu'il en résulte de tristesse, d'incompréhension, de quête d'identité et de leur recherche par leurs familles respectives.
Dans le texte aussi c'est sans violence que l'auteur nous livre ces pages d'Histoire révoltante.
La recherche de ces grands-mères de la place de Mai se poursuivent...
Commenter  J’apprécie          219


critiques presse (4)
BoDoi
22 mai 2018
Une bande dessinée qui traite avec douceur d’une thématique pas forcément connue de tous de notre côté de l’Atlantique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LaFabriqueaBulles
04 avril 2018
Vies volées est agréable à lire, sans fausse note. Il sensibilise et instruit sur le drame des bébés volées de la dictature argentine, et donne envie d’en savoir plus.
Lire la critique sur le site : LaFabriqueaBulles
BDGest
02 février 2018
Toute en émotion contenue et mise en valeur par des illustrations délicates, cette fiction emplie d'humanité met en scène des faits malheureusement avérés qui méritent d'être éclairés, par égard pour les victimes.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom
18 janvier 2018
Son sens de la couleur permet également à Mayalen Goust des ambiances d’une grande douceur, apaisant de ses teintes cette histoire nécessairement pesante par moments, forte et savamment dosée dans ses effets, bref une très belle histoire !
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
- Les parents, ce sont ceux qui mettent à manger sur la table, qui te raconte une histoire le soir avant de dormir ou te filent une baffe quand tu franchis les limites. Pas ceux qui te mettent au monde et t'abandonnent.

- Je suis d'accord avec toi mais là, on parle d'enfants volés, de parents assassinés. Ce n'est quand même pas tout à fait la même chose qu'une adoption, non ?
Commenter  J’apprécie          80
- Tristesse ? Une honte, tu veux dire ! Voler des enfants à leur famille ! Qui fait ça dans un pays civilisé ? Non, je te le dis, mon garçon, ce pays est un cauchemar, et tu devrais aller chercher fortune ailleurs !
-Mais on, ne dis pas ça ! C'est notre beau pays, l'Argentine, et notre Mario saura très bien se débrouiller ici !
- Toujours à rêver, toi.
Commenter  J’apprécie          70
Mon cœur s'est arrêté. Mon cerveau s'est bloqué. Je crois que même les aiguilles de ma montre ont stoppé net. Mes jambes ont flageolé et j'ai cru que j'allais tombé dans les pommes. C'est la femme de ma vie, c'est tout, mon vieux.
Commenter  J’apprécie          80
- Ils se sentent affreusement coupables, tu sais.
- C'est toujours comme ça. Ce sont pas les pires qui se sentent le plus coupables. C'est une des curiosités de la nature humaine.
Commenter  J’apprécie          90
Tu as peut-être raison, pour mon pessimisme. Je crois que lorsque je saurai la vérité, lorsque j'aurai tiré les choses au clair sur mes origines, je me sentirai mieux. Et je serai capable d'affronter les choses. C'est le doute qui me ronge, tu comprends ça ?
- Plus ou moins. Parfois, j'ai l'impression que tu te compliques la vie et que tu cherches des raisons de tout voir en noir. Ou que tu te cherches des excuses...
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Matz (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Matz
THE KILLER | Bande-annonce officielle VF | Netflix France
autres livres classés : enfants volésVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (277) Voir plus



Quiz Voir plus

Prix BD 3e-2nd (3e5) : Vies volées

Qui découvre dans le livre qu'il/elle a été adopté(e) ?

Mario
Victoria
Eléna
Santiago

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Vies volées : Buenos Aires, Place de Mai (BD) de MatzCréer un quiz sur ce livre

{* *}