AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782849532355
111 pages
La Boîte à Bulles (06/01/2016)
4.09/5   38 notes
Résumé :
Juin 2013, au Caire. Deux ans après la chute de Moubarak, l’Egypte redescend dans la rue pour demander le départ de Mohamed Morsi, président récemment élu.

Lassée de cette révolution qui n’en finit pas, Layla préfère se concentrer sur la fin de ses études. Mais Asim, son ami d’enfance obnubilé par la politique, insiste pour qu’elle l’accompagne sur la place Tahrir. Layla se laisse finalement porter par ce vent de liberté et cet esprit de solidarité qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 38 notes
5
5 avis
4
6 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

sweetcactus
  23 avril 2020
Un livre dur et difficile sur le viol des femmes pendant les manifestations du printemps arabe en Egypte entre 2011 et 2013. Très instructif sur les événements politiques avec des mises au point sur la situation, les différents personnages qui ont pris le pouvoir durant cette période, un peu moins précis sur les différents mouvances politiques qui ont orchestré ce printemps arabe. On se demande où se trouve la démocratie la dedans et surtout, la démocratie pour qui ? pas pour les femmes manifestement qui sont considérées comme subalternes et forcement soumises et sous le contrôle d'un homme, frère, père, cousin....
Et puis à travers , l'histoire de cette jeune fille Layla, étudiante sérieuse et respectueuse , l'histoire de nombreuses de femmes ayant manifestées ou pas en Egypte à cette époque , des femmes à la merci des hommes puisqu'elles ne sont pas respectées ni écoutées (par la police qui les traite de pute. Et quand bien même, cela donnerait des droits aux hommes ! ) . Cela a été aussi le cas de journalistes . Je me souviens de Caroline Sintz, journaliste pour France 3 . "Nous étions en train de filmer dans la rue Mohamed-Mahmoud quand nous avons été assaillis par des jeunes de quatorze ou quinze ans", raconte la journaliste, citée par le Monde.fr. "J'ai été tabassée par une meute de jeunes et d'adultes qui ont arraché mes vêtements" et qui ont procédé à des attouchements répondant "à la définition du viol", continue-t-elle. "Quelques personnes ont essayé de venir m'aider sans y parvenir. J'étais lynchée. Cela a duré environ trois quarts d'heure, jusqu'à ce qu'on puisse m'extraire. J'ai cru que j'allais mourir".
Un scénario sous l'éclairage des témoignages de Amnesty International sur les quelques dernières pages. 99% des femmes égyptiennes ont déjà subi des agressions ou harcèlement à caractère sexuel . Une horde d'hommes concupiscent pour une poignée d'hommes sauveurs !
je me demande qu'elle est le pourcentage en France de femmes qui avouerait s'êtes faites tripoter dans le bus , ou à qui ont aurait susurré quelques vulgarités ...j'en fait partie évidemment et je sais à quel point c'est révoltant d'autant plus de notre impuissance. J'espère qu'un Me Too , passé par là, a fait vraiment changé les choses en France en tout cas. Quant à l'Egypte ....
brrr, glaçant, révoltant ....Comme le titre de ce roman graphique ....Quand une bd n'est pas un moment de loisir et de détente mais un cri militant sur la situation des femmes dans le monde .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
alouett
  22 février 2016
Doigts d'honneur ? le titre est évocateur. Placé juste au-dessus d'une foule en train de se déchaîner sur un bout de tissu vers, il questionne. Doigts d'honneur ? On scrute alors cette couverture et l'on tente de comprendre ce que signifient les expressions sur les visages de ces hommes qui s'échinent ensemble. Celui-ci est-il en colère ? Celui-là est-il mis en tension par la somme qu'il a misé sur un combat de rue ? L'hébétude ? La pulsion ? L'avidité ?
Tout à la fois ?
Difficile à dire. Il ne reste plus qu'au lecteur à ouvrir l'album… et prendre la mesure des propos qui y sont rapportés.
Leyla est une étudiante. Elle n'a plus que quelques semaines pour boucler son mémoire d'études et devenir ingénieur agronome. Elle touche presque au but après cinq années de formation universitaire. Ce soir-là, son ami Asim vient la chercher. Ils ont rendez-vous sur la Place Tahrir. Une révolution y gronde pour signifier la colère et le mécontentement d'un peuple à l'égard de ses dirigeants. Mohamed Morsi, président élu, est sommé de partir. le pays n'en finit plus d'être en révolution depuis les événements de 2011, dorénavant englobé dans ce que l'on appelle « le printemps des arabes». Un peuple fier et solidaires aspire à la liberté et demande le respect de ses droits.
Fier ? Solidaire ? Alors comment expliquer le fait que chaque jour, sur cette même place symbole de liberté, des centaines de femmes soient bafouées, humiliées… violées ?
Code couleur dans cet album en noir et blanc. Bast (auteur de l'excellent « En chienneté ») a choisi de faire apparaître la couleur par touches. Elle permet de faire jaillir ponctuellement un détail afin que l'on puisse mieux repérer Leyla dont les cheveux sont recouverts d'un voile vert. Comment ne pas penser à ces révolutions de couleurs qui ont éclaté aux quatre coins du globe : rouge, orange… ? Comment ne pas penser au soutien-gorge bleu de cette femme, à la tunique rouge d'Azza Suleiman qui lui était venue en aide… à ses dépens… Pour d'autres raisons, comment ne pas penser à ce vert-crocodile retenu par Thomas Mathieu dans son ouvrage sur le harcèlement de rue ?
Ferenc quant à lui passe cette fois du côté de la création. Editeur chez La Boîte à bulles depuis plusieurs années, il se lance avec brio dans la réalisation d'un scénario engagé, didactique certes… mais prenant. Il fait le choix d'aborder le sujet à plusieurs niveaux : local, international ; il intègre même dans son récit le processus de création puisque le lecteur assiste à la première impulsion donnée (par Vincent Henry), celle-là même qui a conduit les auteurs à faire les premières recherches sur le sujet qu'ils développeront ensuite dans « Doigts d'honneur ».
Le récit resserre progressivement son sujet. Passée la contextualisation de la révolution égyptienne de 2013, ils se concentrent progressivement sur une autre révolution qui cherche à obtenir de la visibilité. La révolution des femmes qui aspirent à leurs droits les plus élémentaires.
Lire l'article complet sur le blog : https://chezmo.wordpress.com/2016/02/22/doigts-dhonneur-ferenc-bast/
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PinkCatReading
  23 mars 2022
Été 2013, au Caire. Près d'une centaine d'agressions sexuelles ont été commises sur la place Tahrir en quelques jours, en marge des manifestations contre le président Morsi. Layla, étudiante à l'avenir prometteur, fait partie des victimes. Nous suivons son combat pour la vérité. Mais comment se défendre lorsque pour les femmes, qui n'ont pas voix au chapitre, il s'agit de mener de front deux révolutions? La révolution politique et la révolution socio-culturelle. Car il s'agirait bien là d'un mode de pensée à réformer car globalement : " Si je ne poursuivais pas les femmes, mes copains me prendraient pour un homosexuel ", “Si tu n'étais pas accompagnée par un homme, que faisais-tu ici, tu mens”. En effet, l'homme du peuple n'aurait que peu d'occasion d'occuper l'espace public alors si la femme, cette subalterne, s'y met aussi…elle doit être punie!
Le titre, “Doigts d'honneur”, est tellement fort et renvoie à plein d'interprétations. Ce geste, probablement vieux de plusieurs milliers d'années met ici en parallèle violences sexuelles, sacro-saint honneur qui surpasse la dignité, insulte envers les harceleurs…J'aimerai bien mieux retenir l'origine possible dans le monde méditerranéen au Ier siècle, où tendre le digitus impudicus était l'une parmi plusieurs méthodes utilisées pour éloigner le mauvais oeil…
Cette non fiction à charge contre les violences faites aux femmes et pour leurs droits est servie par une mise en image simple et efficace. du noir et blanc avec des touches de couleurs pour mettre en relief les éléments/personnages importants comme le voile vert de Layla. Un ouvrage glaçant qui me fait dire que le chemin est vraiment long, très long...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Erik_
  30 août 2020
Doigts d'honneur serait en effet une lecture d'utilité publique surtout dans les pays musulmans où il y aurait encore beaucoup d'effort à réaliser. Il est vrai qu'on préférera sans doute vivre dans un pays qui respecte réellement les droit des femmes et notamment leur intégrité physique, un pays où les filles mineurs violées ne sont pas obligés d'épouser leurs agresseurs pour sauver l'honneur, un pays où l'échange de baisers entre deux adolescentes n'est pas puni d'emprisonnement au détour d'un circuit touristique à l'impérial.
Je suis tellement heureux de vivre dans une démocratie occidentale que je ne renierai pour rien au monde. Je pense que les femmes également dans leur grande majorité. Maintenant, je peux comprendre les us et coutumes de ces pays indépendants mais certainement pas excuser les traditions d'un autre âge.
Il est vrai que cette lecture a eu un effet consternant: être totalement dégoûté par les pratiques odieuses des Autorités mais également de la population macho et même des familles qui au nom de l'honneur sont prêts à ne pas voir la réalité en face et à désavouer leur propre fille. Il est en effet très dur d'être une femme qui n'a pas voix au chapitre et même dans le cadre d'une révolution comme le printemps arabe qui était censée donner plus de libertés aux citoyens.
J'ai bien entendu été durement touché par le récit de la pauvre Layla, étudiante égyptienne qui serait promise à un brillant avenir si les choses étaient autrement dans ce pays. On espère qu'un jour la condition des femmes s'améliorera. Il faudra sans doute du temps et il y aura encore des morts et de la violence. Fort heureusement, Amnesty International mène des actions à travers le monde pour nous ouvrir les yeux. Oui, cette lecture est finalement utile pour tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bdziles97
  30 mai 2016
(np976) Pour le prix lycée. Les thèmes abordés sont trop compliqués et difficiles à intégrer au collège.
(IK971) Un album au graphisme simple mais allant à l'essentiel. le sujet de l'émancipation des jeunes filles, de l'honneur et du harcèlement est abordé simplement mais avec force. Un album d'actualité qui me semble particulièrement convenir à un public lycéen. Oui pour le Prix lycée.
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (3)
BulledEncre   06 septembre 2016
Droits des femmes vus à travers l’histoire de Layla, dans un contexte de révolution en Égypte. Poignant.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD   12 février 2016
Une fiction à charge au service de l’égalité et de la justice.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDZoom   11 janvier 2016
Les auteurs s’attachent dans cet album, à mettre en lumière ce que cachent le printemps arabe égyptien et l’après Moubarak : à savoir une totale discrimination des femmes vouées au mépris, au harcèlement sexuel, à la violence et aux viols…
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
alouettalouett   22 février 2016
En Egypte, il existe une frontière étanche, lourde de conséquences, entre les preuves d’un crime et l’application de la loi. Le droit des femmes, notamment, est bien plus soumis à la tradition qu’à la loi. L’excision en est un exemple éloquent. (…) Les leaders religieux locaux, musulmans ou coptes, rivalisent de silence devant une tradition qui se perpétue, confortant les familles dans un mécanisme de répétition aveugle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
alouettalouett   22 février 2016
Mais les militaires semblent autrement plus excités par la présence d’une femme. La frapper devient une fin en soi, justifiant un attroupement totalement absurde, au regard de la proximité de milliers de manifestants bien plus menaçants pour les forces de l’ordre… (…) Dans une société qui offre peu d’horizons, l’un des rares privilèges de l’homme égyptien est d’occuper l’espace public. Si la femme vient le concurrencer sur ce terrain… que lui reste-t-il ? Alors il humilie. Alors il frappe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lunchlunch   13 février 2016
Bon... Un garçon vous a embêtée dans la rue, c'est ça ?
_ Non, j'ai été violée.
_ Où ça ?
_ Sur la place Tahrir.
_ Tahrir ? Vous croyez qu'on est dans le quartier de Tahrir ? Qu'est-ce que vous faisiez sur la place Tahrir ?
_ Ce n'est pas la question, j'étais accompagnée, mais il y avait trop de monde.
_ Vous n'aviez rien à faire là-bas. Quel genre de fille va sur la place Tahrir en ce moment ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alouettalouett   22 février 2016
Rien ne retient les harceleurs : ni l’âge, ni la bague au doigt, ni le voile. Un adolescent pris sur le fait à Alexandrie et questionné sur son attitude a répondu de façon significative : " Si je ne poursuivais pas les femmes, mes copains me prendraient pour un homosexuel "
Commenter  J’apprécie          20
alouettalouett   22 février 2016
Et pour les femmes, n’en parlons pas… Parce qu’il ne suffit pas de virer un tyran… On doit faire une deuxième révolution, nous, pour avoir voix au chapitre…
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Video de Ferenc (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Ferenc
Roman Graphique: Giscard, mon père et moi
autres livres classés : egypteVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'énigme Toutankhamon

Toutankhamon était un enfant pharaon. A quel âge a-t-il accédé au pouvoir?

9 ans
22 ans
11 ans
44 ans

34 questions
63 lecteurs ont répondu
Thèmes : pharaon , mystère , antiquité , animaux , énigmes , egypte , archéologieCréer un quiz sur ce livre