AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757875868
Éditeur : Points (09/05/2019)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 26 notes)
Résumé :
San Francisco, les années 70 et 80 : libération sexuelle et amoureuse se conjugue aux expérimentations narcotiques.
Des années folles qu’Armistead Maupin a consignées dans ses célèbres Chroniques de San Francisco et qui ont fait de lui une figure incontournable de la littérature américaine. Mais rien dans sa vie ne le prédestinait à devenir cette figure flamboyante du monde homosexuel.

Né en Caroline du Nord dans une famille aux idées très born... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Josephine2
  01 juin 2018
Le célèbre auteur des « Chroniques de San Francisco » a décidé d'écrire une autobiographie. Chouette ! A travers ce livre, on découvre qu'il lui aura fallu du temps pour accepter son homosexualité et aussi qu'il mettra le temps pour l'annoncer à sa famille et à son entourage. Dans ce milieu très démocrate, cela sera très mal perçu. Surtout au sein d'une famille du Caroline du Nord, descendants de confédérés.
Les thèmes de la guerre du Vietnam, de la libération sexuelle, de la drogue sont abordés par Armistead.
Un bémol : je trouve le livre un peu trop « soft » à mon goût, un peu décousu. Des allers-retours entre les années fait que l'on s'y perd un peu. Et puis j'aurais aimé en savoir plus sur la rencontre d'Armistead et de son compagnon, Chris, par exemple.
Commenter  J’apprécie          310
Bazart
  30 juin 2018
Naissance et renaissance d'un pur WASP de Caroline du Nord.
Armistead Maupin junior nait en 1944 en Caroline du Nord, il est l'ainé d'une famille de trois enfants, une famille bourgeoise, réactionnaire, ségrégationniste regrettant l'esclavage, si, si ça existait encore.
Le jeune homme devient donc le pur produit de l'éducation Sudiste, un petit macho républicain et puritain qui dans ses devoirs de littérature anglaise vilipendait Tennessee Williams et William Faulkner écrivains traitres aux Etats du Sud, cette belle région qui les avait vus naître.
Bref, à vingt ans, le jeune garçon est un vieux con réactionnaire qui s'engage en tant qu'officier pour combattre au Viet Nam.
Le jeune homme devient un planqué et ses aventures militaires à Saigon ressemblent plus à un Comix de Tom of Finland qu'à « Voyage au bout de l'enfer » car Armistead le jeune républicain sur de lui à un secret de plus en plus difficile à garder, au cinéma c'est Rock Hudson qu'il rêve d'embrasser et pas Doris Day.

« Mon autre famille » c'est l'histoire de la naissance de l'écrivain au sein d'une famille choisi, sa famille logique, titre original de l'ouvrage.
L'histoire de sa honte depuis l'enfance, de ses doutes, de ses questionnements, de son Outing, de son engagement dans les mouvements Gays et Lesbiens auprès d'Harvey Milk le leader gay assassiné en 1978, de ses combats pour la reconnaissance de la différence et l'écriture comme arme pour tout supporter.
Ses chroniques véritables manifeste littéraire pour un autre American Way of Live ont aidé les gays du monde entier à s'accepter.
« Mon autre famille » c'est aussi l'histoire des deux Amériques, l'une soucieuse de préserver les droits de chacun où les mouvements gays ont pu se faire reconnaitre et l'autre ultra religieuse, raciste et homophobe.
Et aujourd'hui c'est Donald Trump qui est au pouvoir c'est sûr, le combat continu plus que jamais.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
cathe
  24 mai 2018
Ce livre n'est pas une suite des « Chroniques de San Francisco » mais l'autobiographie d'Armistead Maupin. En effet il lui est souvent demandé comment il a été amené à écrire cette série qui a eu tellement de succès dans le monde entier !
Rien ne le prédestinait à une telle destinée. Né dans le sud des Etats-Unis dans une famille conservatrice, raciste, ségrégationniste et homophobe, il attendra d'être adulte pour s'avouer et avouer ses penchants sexuels. Une fois installé à San Francisco, il se sent en confiance et démarre une vie personnelle épanouie. Il fait quelques piges pour des journaux, et, presque par hasard, démarre une histoire sur la vie dans cette ville et dans ses quartiers typiques. Peu à peu ce feuilleton va s'élargir à la vie homosexuelle à San Francisco et va devenir une véritable chronique de cette communauté des années soixante aux années 2000. L'évolution des moeurs, la terrible épidémie du SIDA, l'autorisation du mariage, .... Maupin nous retrace toutes ces années avec passion, tendresse, nostalgie. Les rencontres avec Rock Hudson ou Christopher Isherwood sont particulièrement émouvantes. L'incompréhension de sa famille restera longtemps pour lui une blessure, même si quelques avancées ont lieu…
Ce récit est un beau portrait de Maupin, de San Francisco et de la communauté homosexuelle américaine. Je pense que les « Chroniques » sont désormais terminées et j'en ressens un peu de tristesse, cette saga nous avait vraiment éclairé sur cette communauté et on avait l'impression d'en connaître chaque membre. D'ailleurs on retrouve dans ce livre l'inspiration de l'auteur…
J'ajoute que j'ai vu Armistead Maupin à Etonnants voyageurs le week-end dernier et c'était un plaisir de l'écouter raconter tout cela avec la passion et l'humour qui l'animent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          94
nath45
  30 juillet 2018
J'ai bien aimé la lecture des Chroniques de San Francisco alors pourquoi ne pas lire le dernier livre d'Armistead Maupin son autobiographie.
Pas facile de révéler, de vivre son homosexualité dans une famille de ségrégationniste, réactionnaire, homophobe de Caroline du Sud dans les années 60-70. Est ce plus facile à notre époque de part le monde?
San Fransisco, cette ville magnifique, lui a permis de vivre son homosexualité, de vivre de sa plume, de faire de belles rencontres. L'auteur se dévoile sans pudeur, on y découvre autrement les personnages de ses chroniques, la lettre à la fin du livre à sa mère est belle et émouvante. Mais je dois reconnaître que la lecture de ses Chroniques m'ont plus passionnées et j'ai préféré et de loin le livre d'Alysia Abbott "Fairyland" sur le mouvement des homosexuels à San Fransisco.
Commenter  J’apprécie          120
CSBlitaussi
  20 juin 2019
Les Chroniques de San Francisco font partie de mes livres préférés. Une amie, elle aussi fan, m'a prêté Mon autre famille, que je me suis empressée de commencer de suite.
Dans cet autobiographie, on apprend beaucoup sur l'enfance de l'auteur. Issu d'une famille conservatrice, raciste, homophobe du Caroline du Nord, Armistead Maupin raconte le long chemin (ses souffrances) que lui a fallu pour assumer son homosexualité et le vivre au grand jour dans une société américaine des années 70/80.
J'ai appris aussi sur la guerre de Vietnam, les tabous autour du Sida et la communauté homosexuelle de San Francisco, une ville qui représente la tolérance dans tous les sens du terme. Il est intéressant aussi d'apprendre comment les Chroniques de San Francisco sont nées.
En comparaison avec les Chroniques je trouve que le rythme de lecture est plus lent, il y a parfois trop de détails qui m'ont freiné.
Challenge Multi-Défis 2019
Challenge Etats-Unis
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (1)
Culturebox   20 juin 2018
Un récit émouvant, et plein de vie.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   30 janvier 2019
Il se contenta d'ajouter :
" J'espère au moins que t'en bouffes ?
- De quoi ?
- De la chatte !"
Nous poursuivîmes notre tâche [...]. J'espérais bien que cela mettrait un terme aux exhortations de Clark, mais je n'eus pas cette chance.
"Tu sais ce que je dis toujours. Montre-moi un type qui lèche pas sa femme, et je te montrerai une femme que je peux lui piquer."
Commenter  J’apprécie          86
BazartBazart   30 juin 2018
C’est étrange, mais on raconte que toute personne qui disparait est aperçu à San Francisco .
Commenter  J’apprécie          160
rkhettaouirkhettaoui   11 juillet 2018
Plus tard, j’appris ce qu’était l’autohypnose et pris l’habitude de m’endormir en me racontant des histoires. C’étaient en fait des espèces de feuilletons, chaque épisode reprenant là où je m’étais arrêté la veille. Il y en avait un que j’appelais « Le Carrefour secret », un roman à énigmes qui se passait dans les bois, inspiré par les frères Hardy, et un autre qui se déroulait sous la mer, comme les films que j’adorais à l’époque, où de robustes pêcheurs d’éponges grecs plongeaient avec des casques de scaphandrier et attrapaient la maladie des caissons s’ils remontaient trop vite. Je continue à me raconter des histoires pour m’endormir, convaincu, je suppose, que l’inconscient saura me secourir en cas de besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 juillet 2018
Quand j’essayais de me représenter des esclaves domestiques s’acquittant de leurs tâches, l’image ne parvenait pas à se matérialiser parce que je n’étais jamais entré dans cette maison. C’était désormais un funérarium, et en bien piteux état, de surcroît. Il accueillait des familles baptistes et autres évangélistes charismatiques, précisait Papa, si bien qu’aucun d’entre nous ne risquait de s’y retrouver un jour, ni mort ni vif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 juillet 2018
Nous grandissons tels les individus d’une espèce entièrement différente, antilopes solitaires parmi le troupeau de bisons de nos proches. Tôt ou tard cependant, où que nous vivions, il nous faut nous exiler, nous aventurer loin de nos parents biologiques afin de découvrir notre famille logique, celle qui pour nous fera véritablement sens. Il le faut, si nous ne voulons pas gâcher notre vie.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Armistead Maupin (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Armistead Maupin
"The day I met Armistead Maupin", extract from "A Marvellous Party"
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
880 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..