AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782375543191
288 pages
Slalom (23/02/2023)
3.81/5   54 notes
Résumé :
Que seriez-vous prêt à faire pour avoir de l’eau ?

Le Grand Réchauffement climatique a ravagé la Terre. En quelques décennies, l’eau potable est devenue la ressource naturelle la plus rare et la plus précieuse au monde.
Pour échapper à la misère, Pitbull, Larbin, Le Bourge et Sprite – des orphelins de la Seconde Guerre de l’Eau – se sont faits embaucher par la Water Corp., une organisation au pouvoir politique et militaire immense.
Les ... >Voir plus
Que lire après Waterbacks Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 54 notes
5
8 avis
4
14 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Dans un monde post-apocalyptique, après le réchauffement climatique, la montée du niveau des mers et la submersion d'une partie des continents, la vie est devenue terrible et fragile tant la ressource en eau est rare. A Paris comme partout en Europe, l'eau est limitée à 30 cl par jour et par habitant. Une bande de livreurs d'eau, Pitbull, Larbin, le Bourge et Sprite travaille sous les ordres de Castor pour la multinationale Water Corp. Un jour, Larbin perd son précieux chargement et cette faute entraîne nécessairement une exécution capitale, toute la bande décide de fuir Paris et de monter vers le Nord mais de nombreuses épreuves attendent les héros.


Après des études de biologie et un DESS de journalisme scientifique, Charles Mazarguil a travaillé comme rédacteur pour le magazine Cosmopolitan puis pour des émissions de télévision. Une envie de changement le pousse alors à partir pour Istanbul où il découvre le métier d'enseignant. de retour en France, il devient professeur des écoles. source : Ricochet

Il a notamment écrit un roman de zombies, Darius Gore en 2022 et deux romans d'humour, La guerre du trois rue Homère en 2021, Isaac caniche maniaque en 2021.


Une nouvelle dystopie. Charles Mazarguil décrit un monde post-apocalyptique relativement habituel du genre, il y a eu le réchauffement climatique, la montée des océans, la submersion d'une grande partie des côtes, une pollution massive des océans notamment par les matières plastiques, un effondrement de notre écosystème et surtout une pénurie d'eau douce. Cette ressource rare a été exploitée par un capitalisme débridé gouvernant aussi les institutions. Quatre adolescents survivent dans un Paris dangereux puis doivent fuir et c'est le prétexte à de nombreuses aventures violentes.

Le narrateur décrit les actions successives dans une langue populaire, il y a peu de place pour la psychologie des personnages d'une part et surtout pour des dialogues qui auraient donné une certaine respiration au texte. Les rares interventions des personnages accumulent les discours testostéronés, machistes et la plupart du temps vulgaires. de ce fait, la succession des scènes peut donner l'impression de description de scènes de jeu vidéo d'action brutale. Il manque à la fois une profondeur psychologique des personnages et une finesse dans l'univers de science-fiction.
Commenter  J’apprécie          110
"Et bien c'est une lecture que j'ai lue sans aucune retenue..

Nous sommes plongés dans un monde je dirais.. postapocalyptique où, suite à une catastrophe naturelle, le monde que nous connaissons est devenu avec les années un champ de ruines monumental où la chaleur y est écrasante. À Paris, l'air est saturé, le sable a envahit les rues, les immeubles sont en majorité délabrés. La majeure partie de la population souffre de leur soif mordante. L'eau ( la bleue) est devenue une denrée rare que seuls les plus riches d'entres nous peuvent avoir le luxe de s'offrir par bidon de plusieurs litres. Ces bidons sont livrés par les Waterbacks. Ces gens sont des coursiers d'eau dirais-je, et pédalent sur leurs VTT toute la journée avec cette précieuse et lourde eau potable que tout le monde s'arrache.
Le chef des Waterbacks a droit à sa ration journalière de 60ML d'eau seulement.. Imaginez simplement le calvaire des autres personnes.. Que l'on appelle " les desséchés". Sympa comme nom.. Mais très parlant.
Un jour, un waterbacks va malencontreusement perdre l'eau qu'il devait livrer.. Son destin est donc tracé et clair pour lui : il va être exécuté par ses supérieurs.
Pourquoi ? C'est comme ça..

Seulement, voilà, il n'a pas envie de mourir (on le comprend aisément d'ailleurs). Ses coéquipiers (également waterbacks) vont fuir cette dictature pour tenter de trouver refuge dans le grand Nord. Peut-être trouveront-ils là bas un coin sympa pour vivre sans cette menace permanente au dessus de leur tête ni cette chaleur étouffante et cette soif jamais étanchée.

Je vous garantis un livre que vous aurez du mal à lâcher. Il fait moins de 300 pages et il se passe clairement beaucoup de choses à l'intérieur.
J'apprécie énormément les livres qui ne traînent pas en longueur ( ça a le dont de m'exaspérer et m'ennuyer un peu je dois dire ). En l'occurrence dans ce livre, à chaques fois qu'une action particulièrement entraînante voir stressante ou triste se produisait, nous étions rapidement attrapés par une nouvelle action tout aussi prenante.
J'en étais ravie et je dois même vous dire que, jusqu'à la dernière page il se passe des aventures et rebondissements ! C'est vous dire !

L'auteur, n'a pas manqué d'imagination ni de talent.

J'ai choisis de lire ce livre car il m'a légèrement fait penser initialement à la série "the walkind dead" ou finalement, le monde n'est plus ce qu'il était, et, de par ce fait, les rapports entre humains, les politiques ont changé et il n'est question que de survie si je puis dire.
C'est le genre de thématique dont je suis assez friande.

Je recommande donc vivement ce livre qui vous donnera sûrement soif et vous transportera dans la course contre la montre et la chasse à l'homme et à l'eau (:"
Commenter  J’apprécie          40
💥 Dynamique
En trois mots : eau - amitié - action

« Les gens ont soif…
- Les gens ont toujours soif, répliqua-t-elle avec lassitude. »

➡ Bienvenue dans un monde où l'eau est très précieuse. L'idée de départ est attirante, surtout dans un roman jeunesse pour une prise de conscience sur la rareté de cette ressource.

Les informations sur ce monde post-apocalyptique permettent de mieux comprendre le contexte de l'histoire et c'est apprécible.

J'aurais aimé ressentir encore davantage la soif tout au long de ce roman pour que l'immersion soit plus forte. Pour moi, la fuite de nos personnages prend un peu le pas sur ces questions d'eau.

« Bonne hydratation et merci encore d'avoir fait confiance à la Water Corp. ! »

➡ le style de l'auteur est donc dynamique, avec toujours un petit côté "rock and roll" comme dans Darius Gore, son livre précédent.

Les actions s'enchaînent, le rythme est soutenu et plaira sans doute au public cible. Attention quelques scènes un peu violentes viennent ponctuer le récit.

➡ Je n'ai pas particulièrement réussi à m'attacher aux personnages ni à avoir peur pour eux. En revanche, le groupe dans son ensemble fonctionne bien et l'amitié qui les lie se ressent vraiment.

« Ok, frères, ce soir on picole de la Pure ! »

➡ L'humour a une place prépondérante dans ce roman. Au programme : jeux de mots, répliques qui fusent, sans aucune lourdeur (juste un peu de vulgarité parfois mais c'est cohérent).

Une belle idée de départ mais dont la lecture ne m'a pas totalement convaincue mais elle saura séduire sans problème les 13/14 ans.

Merci aux éditions Slalom pour ce titre via NetGalley.
Commenter  J’apprécie          70
Avec ce roman, je m'attendais à lire quelque chose de très ressemblant au Dry de Neal Shusterman. Au final, hormis la cruelle pénurie d'eau qui sert de fil rouge à ces deux romans, c'est à peu près leur seul point commun.
Ici, l'apocalypse a déjà eu lieu et ça fait déjà bien longtemps que ce qui reste de l'humanité tente de survivre avec seulement quelques gorgées par jour (pour les plus chanceux).
Je craignais surtout que Waterbacks soit aussi anxiogène que Dry et au final, il ne l'est pas tellement. C'est un récit dynamique, parfois stressant, mais avant tout divertissant, malgré son message écologique lui aussi très fort.
J'ai beaucoup apprécié suivre Pitbull, Sprite, Larbin et le Bourge dans leur folle aventure. Ce roman n'est pas parfait, les personnages auraient pu bénéficier d'un peu plus de profondeur et certains retournements de situation sont un peu tirés par les cheveux, mais c'est un bon compromis entre une lecture énergique et palpitante et une lecture simple et sans prise de tête. Les lecteurices qui recherchent quelque chose d'un peu poussé en termes de construction d'un univers et d'une société ravagés par le réchauffement climatique préfèreront probablement passer leur chemin mais pour ma part, j'ai apprécié ce roman dans lequel, même si la situation est catastrophique, les personnages trouvent quand même le temps de vivre autre chose que la chaleur et la soif. de manière un peu étrange, plutôt que d'alimenter mon éco-anxiété, ça l'a un peu détournée, pendant ces quelques heures de lecture.
Commenter  J’apprécie          70
Depuis les grands bouleversements dus au réchauffement climatique, la géographie de la Terre a été modifiée tout comme les relations géopolitiques suite aux terribles guerres de l'eau. La compagnie Water Corp. a pris le pouvoir dans l'ombre de l'Union Franco-Germanique et gère d'une main de fer la distribution de l'eau potable. Pitbull, le Bourge, Sprite et Larbin sont quatre Waterbacks parisiens chargés de livrer des poches d'eau aux plus riches, risquant leur vie à chaque carrefour. Lorsque Larbin est pris dans un guet-apens et perd son précieux chargement, tous prennent la décision de quitter la ville pour fuir le danger et trouver une vie meilleure...
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cette dystopie qui, pour une fois, est un tome unique !
L'auteur y aborde les préoccupations actuelles de l'écologie : le réchauffement climatique, le manque d'eau, l'inégalité face à l'accès aux ressources naturelles ainsi que la main mise de certaines multinationales qui se les accaparent.
Les quatre héros de waterbacks forment un groupe soudé qui affronte les difficultés, les dangers avec courage pour survivre.
Le rythme est effréné et les actions s'enchainent sans temps mort : les waterbacks ne peuvent compter que sur eux-même pour échapper à Castor, leur chef qui veut se venger de leur défection inacceptable, mais aussi aux cannibales de la secte du Grand Aride ainsi qu'aux marchands d'esclaves.
Une très bonne lecture qui, malgré la vision pessimiste de notre possible futur, sème des graines d'espoir !
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Suite à l'inaction des gouvernements de l'Ancien Monde, la Terre subit il y a presque deux siècles les ravages du Grand Réchauffement climatique qui fut bien plus destructeur que prévu. En quelques décennies, la hausse des températures, l'absence de pluie et la fonte des glaciers asséchèrent puis désertifièrent l'ensemble des continents. Les ouragans, les tornades et les méga-incendies devinrent courants. Les océans engloutirent des villes entières et modifièrent totalement la topographie de la Terre.
L'eau potable devint presque du jour au lendemain la ressource naturelle la plus rare et la plus précieuse du monde.
L'humanité, un temps sidérée par l'ampleur du cataclysme écologique et l'effondrement économique, finit tout de même par réagir. Comme à chaque temps de crise et de pénurie, elle le fit par la guerre. La Première Guerre de l'Eau dura quatre ans et fut d'une violence inouïe, à la hauteur du désespoir qui étreignait les armées en lice. Les anciens États volèrent en éclats et de nouvelles puissances virent le jour. Des religions, des groupes industriels et financiers, ainsi que des organisations mafieuses prirent alors le pouvoir dans ces néo-empires dévastés.
En Europe, l'Allemagne et ce qui restait de la France déchirée par une guerre de sécession avec le Sud maoïste décidèrent de s'allier en souvenir de l'antique Union Européenne. Avec Munich comme capitale, l'Union Franco- Germanique fut portée par la Water Corp., redoutable multinationale qui garda le contrôle du nouveau territoire derrière une chancellerie et un gouvernement fantoches. Ivre de pouvoir, elle instaura un régime totalitaire basé sur la soif.
La Seconde Guerre de l'Eau - tentative désespérée de s'approprier d'hypothéthiques réserves d'eau et d'énergies fossiles, ou bien solution cynique et radicale à la surpopulation -, s'abattit sur l'humanité, une trentaine d'années plus tard, sans pour autant bouleverser l'ordre mondial malgré les millions de morts qu'elle engendra.
Huit ans après la fin de ce terrible conflit, la situation politique globale est stabilisée mais précaire. Et si de frileuses relations se sont développées entre les différents Empires, notamment avec la création de comptoirs commerciaux le long des routes maritimes, de nombreuses tensions menacent toujours la paix.
pg 7 & 8
Commenter  J’apprécie          20
A travers les livres, j'ai gardé la nostalgie d'un monde que je n'ai pas connu. Un monde où des enfants ne sont pas exécutés sans jugement par la police pour quelques gouttes d'eau, où des hommes libres, sans puce dans le cou, aspirent à autre chose que leur propre survie et savent encore s'entraider...
Commenter  J’apprécie          10
Le vol d'eau. Le crime le plus grave aujourd'hui en particulier pour un Waterback. Pour cela, pas de jugement, mais l'exécution immédiate.
Commenter  J’apprécie          20
Le vol d'eau. Le crime le plus grave aujourd'hui en particulier pour un Waterback. Pour cela, pas de jugement, mais l'exécution immédiate.
Commenter  J’apprécie          10
Aujourd'hui, même les pires souffrances ne pouvaient s'accorder qu'une certaine quantité d'eau.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Charles Mazarguil (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Mazarguil
L'École mythique - Des romans jeunesse de Charles Mazarguil
autres livres classés : dystopieVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (103) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4851 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..