AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246813002
Éditeur : Grasset (08/03/2017)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 87 notes)
Résumé :
« La caisse, ou je te bute !
― Eh bien, butez, Monsieur. »

Ce jour-là, le braqueur aurait mieux fait de pousser la porte d’une autre bijouterie. Menaces, ultimatum ou revolver sur la tempe, aucune des six personnes qui se trouvent dans la bijouterie de Rose ne semble impressionnée. Amour, famille, enfants, ils ont tout raté. Alors vous pensez, un braquage !…
Une fantaisie navigant entre l’émotion et le rire où les Marx Brothers au... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
frgi
  14 avril 2017
Après la lecture de l'excellent "Du feu de l'enfer" de Sire Cédric, j'avais envie de me plonger dans une lecture un peu plus légère, déjantée. Habituellement, dans ce cas, je me tourne vers ma compatriote Amélie Nothomb, mais pas cette fois .... j'avais envie de nouveauté. Et c'est comme ça que je suis tombé sur ce livre dans ma PAL.
Je connaissais Isabelle Mergault comme actrice, réalisatrice et surtout comme chroniqueuse dans l'émission culte "Les grosses têtes", et généralement j'aime ce qu'elle fait. Donc, je me suis dit ... POURQUOI PAS?
C'est comme ça que je me suis plongé dans cette lecture sans savoir à quoi m'attendre et ... roulements de tambour ... j'ai découvert un roman rédigé comme une pièce de théâtre, un vrai vaudeville avec des quiproquos, des situations burlesques et totalement déjantées mais non dénué d'un message. En refermant le livre, je me suis dit : "l'amour dure trois ans". Si vous voulez savoir pourquoi, lisez le livre, il en vaut la peine !
Merci Madame Mergault pour cet agréable moment de lecture et rendez-vous à votre prochain roman !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
RChris
  18 novembre 2017
Conte moderne entre humour et dérision. Un braquage sert de révélateur de vie aux personnages de cette bijouterie.
La dérision laisse place à la tendresse dans ce court roman en couleurs.
Une écriture délicate fait résonner la voix d'Isabelle Mergault.

Commenter  J’apprécie          200
ProfesseurDan
  19 mars 2017
Ce premier roman est une véritable réussite !
Isabelle Mergault nous livre dans ce roman, truffé de bons mots et de répliques qui font mouche, une galerie de personnages tous plus loufoques les uns que les autres : une fille bègue, une vieille dame peu avare d'anecdotes, un mari si indifférent qu'il en devient comique, un fiancé complètement nunuche jusqu'au moment où... et surtout un braqueur malhabile et un peu bébête sur les bords...Tous ces personnages nous donnent un cocktail détonnant pour une histoire hilarante et trépidante, histoire qui demeure toujours très drôle et légère, malgré le fameux braquage (qui est totalement raté, on peut déjà le dire) et qui est agrémentée de véritables passages sujets au fou rire.
De plus, Mme Mergault a l'art d'enchaîner les intrigues à vitesse grand V, avec la même inventivité et des rebondissements à la chaîne, ce qui fait que le roman ne perd jamais de sa saveur tout au long des 160 pages, au contraire : cela fait très longtemps qu'un roman ne m'avait pas fait l'effet de ce que l'on appelle le "page-turner" (pour les non-initiés : un roman qu'on ne peut plus lâcher une fois qu'on commence à le lire).
Seul petit regret : on ne sait pas, à la fin, ce que sont devenus la majeure partie des personnages...Dommage !
En somme, contrairement à beaucoup de comédiens, réalisateurs, chanteurs...qui essaient de se mettre à l'écriture, Isabelle Mergault nous livre un roman très réussi et je n'ai qu'une envie : qu'elle en écrive un second !
PS : Après avoir regardé ONPC, je suis plutôt d'accord (pour une fois) avec Yann Moix : il y a une parenté avec le style d'Alphonse Allais et avec celui de Sacha Guitry (le petit chouchou d'Isabelle Mergault) dans ce roman.
Lien : http://leslecturesduprofesse..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
emilie5335
  05 avril 2018
A la lecture de la quatrième de couverture j'ai eu un gros doute et finalement je n'ai pas regretté de l'avoir emprunté à la bibliothèque. L'histoire est certes loufoque mais on rit et surtout l'auteur réussit toujours à ne pas tomber dans le grand n'importe quoi. Elle fleurte avec les limites mais elle se rattrape à chaque fois. Derrière la fantaisie l'émotion n'est jamais bien loin. Les personnages sont hauts en couleurs et la situation assez rocambolesque : un braqueur attaque une bijouterie mais n'arrive à terroriser personne car il tombe le mauvais jour, les personnes qu'il braque se disent justement que ça pourrait être un bon jour pour mourir et refusent donc de lui donner la combinaison du coffre dans lequel se trouve l'argent. On imagine très bien ce texte joué sur une scène de théâtre. le rythme, les situations cocasses, les dialogues enlevés s'y prêteraient tout à fait. Un agréable moment de lecture, une bouffée de rire qui fait du bien.
Lien : http://monpetitcarnetdelectu..
Commenter  J’apprécie          110
simonjean
  20 mai 2018
"Un escargot tout chaud" est un roman très court , léger , drôle comme un vaudeville , qui , petit à petit se laisse envahir par la tendresse . J'ai ri dès le début . Ca m'a rappelé les sketchs de l'émission "Les grands enfants " . J'ai imaginé Jean Poiret , Michel Serrault , Jacqueline Maillan , Sophie Desmarets , Francis Blanche dans la peau des personnages . Une réussite pour Isabelle Mergault qui m'a fait passer un agréable moment grâce à sa verve et son humour dans cette histoire un peu déjantée .
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
RChrisRChris   10 août 2017
Les repas se déroulaient dans un silence insupportable. Seuls les couverts s'entrechoquaient bruyamment. On eût dit qu'un ingénieur du son avait mis des micros amplificateurs autour de la table et jusque dans leur bouche. Qu'ils prennent ensemble, au même moment, une bouchée de salade et c'était d'un seul coup le peuple de l'herbe qui était venu se repaître dans la cuisine.
Commenter  J’apprécie          122
frgifrgi   14 avril 2017
"Je crois que les vieux couples sont stupides, parfois ... Incapables d'être gentils, ils se forcent à être méchants, seule façon cruelle pour eux de continuer à exister ..." (p.78)
Commenter  J’apprécie          140
ProfesseurDanProfesseurDan   19 mars 2017
- Alors oui ! Pour la première fois, je l'ai faite avec lui...la chose ! Et je me suis dit, si c'est ça baiser, ben vrai, je préfère me la recoudre et regarder Chasse et Pêche à la télé jusqu'à la fin de mes jours.
Rose se demandait vraiment d'où sa fille tenait un tel vocabulaire. Et sur quelle chaîne pouvait bien passer Chasse et Pêche. (p. 110)
Commenter  J’apprécie          30
ProfesseurDanProfesseurDan   19 mars 2017
Dans l'état cotonneux dans lequel elle se trouvait, Rose entendit la voix de sa grand-mère : "Ma petite, il faut toujours avoir une culotte propre ! On ne sait jamais, en cas d'accident !" Et Rose s'imaginait que les secours regardaient avant tout les sous-vêtements. Culotte propre ? Allez-y les gars, dépêchez-vous ! Gyrophares ! On fonce ! Préparez la perf ! Pas de temps à perdre !...Culotte sale ? Attendez les mecs, on fume une clope d'abord...oui, je sais, le pouls est faible, elle a perdu beaucoup de sang, faudrait faire vite mais...vous avez vu l'état du slip ? Alors, on se calme, ok ? (p. 119)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ProfesseurDanProfesseurDan   19 mars 2017
Rose indiqua le portrait de la Joconde. Ils avaient acheté cette copie avec Philippe lors de leur voyage de noces à Florence. Elle aimait ce tableau pour le souvenir qu'il représentait davantage que pour la toile elle-même, qu'elle jugeait pas trop mal faite, c'est vrai, quoique un peu fouillis au niveau de la verdure qu'il y avait derrière cette Joconde au sourire niais et qui n'avait, quand on y regardait de près, quasiment aucun cil ni aucun sourcil, comme lorsqu'on allume un barbecue et qu'on en prend plein la figure. Et c'était soi-)disant ça, l'idéal féminin ! Un visage glabre, une expression de ravie de la crèche et des mains toutes momolles posées l'une sur l'autre, comme réfractaires aux tâches ménagères ? Parce que cette femme n'avait jamais fait la vaisselle, c'est évident ! Et au vu de son regard qui semblait dire "attends-moi dans la chambre chéri, j'arrive...mais pour l'instant je suis obligée de garder la pose parce que Léonard n'est pas le plus rapide du monde..." cette femme ne pensait qu'au stupre et à la fornication. (p. 60)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Isabelle Mergault (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Mergault
Isabelle Mergault - On n'est pas couché 18 mars 2017 #ONPC
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16112 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..