AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2846262586
Éditeur : Au Diable Vauvert (30/11/-1)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Pour son premier roman, Guilhem Méric nous offre une aventure de fantasy dans un univers inspiré par les mythologies grecques et latines. Une aventure inoubliable.

Les peuples nomades de la terre se sont regroupés sur les trois pics de la montagne de Pan-Kaïa, un ancien cratère. Ils vivent dans des cités reliées entre elles par deux
viaducs à la circulation limitée, protégées des terribles Khalibans par une ceinture impénétrable de nuages. Sisa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
fglire
  11 février 2018
Tome 1 : Les âmes-soeurs
Enfants, Sisam et Helya vivaient heureux en la cité d'Ostacle (une des trois cités au sommet des restes du volcan Pan-Kaïa). Leur bonheur fut brisé le jour où, pour suivre la règle des flux, les âmes damnées de Morlhed enlèvent la jeune fille. Supposée perdue dans l'Âpre-monde, elle a, en fait, la chance d'être remise et adoptée par Phonkerf le gouverneur de Thrèce (une deuxième cité).
Une vie en or pour elle, mais aussi une prison pour celle qui ne rêve que de retrouver ses parents et son voisin Sisam. À la première occasion, elle fuit et retrouve l'enfant devenu homme et ébéniste. de fait il est son âme-soeur et pas n'importe laquelle ; leurs retrouvailles menacent l'interdit mis en place il y a fort longtemps par le noir Kryom, être brisé et haineux.
Traqués, pour les deux « amis » et leurs compagnons, c'est le début d'une aventure qui les conduira à découvrir le secret des Myrihandes, ces âmes doubles du lointain passé.

Il y a quelques années, une première édition de Myrihandes avait vu le jour. Intéressé par le sujet, j'avais été un peu refroidi par la mythomanie qui me semblait perler du vaste projet (dont cinématographique) qui y était lié, ainsi que par la publicité en MP sur Facebook quelque peu invasive à mon goût. Et puis, alors que j'allais sauter le pas, le projet avait capoté (faute de pouvoir publier le deuxième tome si je me souviens bien). Aussi lorsque la campagne Ulule est parus, j'ai cédé à l'appel des Myrihandes (assez largement), malgré quelques restes de réticences et si le projet était plus beau que le livre…
Presque 580 pages plus tard (ajoutés d'annexes) qu'en est-il, monsieur Guilhem Meric ?
Suspens…
Et bien je l'ai dévoré ce roman d'héroic fantasy en quelques jours. Donc mea culpa sur mes doutes infondés.
Rien à redire sur le style. Agréable, fluide, compréhensible. L'écriture nous entraîne tout autant que l'histoire. Certains chapitres sont un peu courts à mon goût, certains auraient très bien pu être rassemblés à mon sens (ou mon habitude d'écriture). Mais, toute mauvaise foi écartée, je dois admettre que cette structure brève participe du dynamisme du roman.
Les personnages sont attachants, stéréotypés juste ce qu'il faut pour les caractériser. Si les deux héros ont un caractère fort, Helya à la palme de la ténacité. Leur duo fonctionne très bien, ce qui est heureux vu qu'ils sont des âmes-soeurs (des Ch'Ken). Leurs alliés de toujours ou nouveaux tiennent la route tout autant formant un bel ensemble de personnages. Même peu présente, Laïmu est touchante. Phonkref déchiré entre son devoir et l'amour pour sa fille adoptive n'est qu'un des personnages teintés de gris tout comme Hemerod ou Maâlias à sa manière. Quant au vieux sage, le rôle échoit, comme de juste, à Ecleïes. Farf, issu du mystérieux peuple anachrone, apporte une très légère touche d'humour que reprend parfois aussi Oros.
De bons « héros », mais aussi des « méchants » qui tiennent la route et valent le détour. Que serait Star Wars sans Dark Vador ou Batman sans sa tripotée de vilains. Si, dans ce premier tome Morlhed joue les premiers rôles, il n'est pas le seul à pouvoir revendiquer une froideur nauséabonde. Quant à Kryom, il est à l'Empereur (ou à Snoke) ce que Morlhed est à Vador. Quant à Hacton, il est clairement jubilatoire. Bref du bon à venir.

L'histoire est intéressante, sortant quelque peu des sentiers battus, même si la lutte du Bien contre le Mal est sous-jacente. La force de l'Amour (toute sexualité confondue) est mise en avant. Petite faute ou malaise néanmoins à ce sujet de par le lien qui unit Chrysalie à son père qui peut être très mal perçu.
les trois cités de Myrihandes
Le décor se limite aux trois cités avec, dans mon cas, une préférence pour la sombre Arkopolis et sa prison démentielle. Là où je mettrai un bémol, c'est sur le réalisme de ces cités. Perchées tout là-haut, aux populations semblant assez denses, elles me paraissent tout de même manquer cruellement de surfaces agricoles suffisantes pour nourrir toute la population (même avec les serres évoqués dans les annexes). de même la tour du Mirador me semble d'une réalisation impossible, y compris au sein d'un univers fantastique aux constructions souvent exagérées. Bien évidemment, vous comprendrez que je cherche la petite bête pour réussir à trouver un bémol sur ce roman.
Pour tout dire, le secret des âmes-soeurs place vraiment la barre très haut et il fait sans aucun doute partie des meilleurs romans de fantasy que j'ai lus en 2017. Si j'ai eu un peu de mal à participer à la campagne Ulule pour le deuxième tome (faute d'avoir lu le premier avant), je ne regrette pas ma participation ainsi la suite m'arrivera bientôt.
Quant à la musique illustrant le premier tome, si j'aime l'idée (une de mes raisons de participer à Tombé les Voiles, de voire une de mes nouvelles mis en musique), je n'ai pas été conquis par le CD à la première écoute (avant la lecture et sans doute un peu bâclée). Par contre, je dois admettre, qu'une lecture plus tard et une réécoute en corrélant les titres aux événements, nous avons là un bel ouvrage complémentaire, avec des compositions intéressantes créées par Christophe Roussin. Des musiques qui conviennent au monde et un très belle piste 16 avec les voix d'Aude et Nolwen. Bref, je regrette de ne pas avoir validé le deuxième disque avec la seconde campagne.
Reste les illustrations en annexes où je suis plus mitigé. Non pas qu'elles soient ratées - elles ne le sont pas - mais, comme souvent dans ce cas, elles ne correspondent pas toutes aux images que je me suis faites des personnages (sauf pour ce qui est des Félinides).
Au total, un roman à ne pas rater.
Lien : http://fredericgobillot.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pam54
  07 mai 2018
Je tiens à remercier l'auteur Guilhem MERIC de m'avoir proposé son livre, il a su déceler mon goût pour ce genre de lecture et je dois avouer qu'il a vu juste.
Ce livre, Myrihandes, a fait bien plus que de piquer ma curiosité, j'avais hâte de pouvoir plonger dans cet univers et de partir à la rencontre de ces mystérieuses âmes-soeurs. Et je l'ai dévoré sans retenue du début à la fin.
Dès le départ on sent que l'auteur maîtrise parfaitement son sujet et prend plaisir dans ce qu'il écrit.
Il n'a pas seulement brodé autour du mythe d'Aristophane, il se l'est approprié et a créé tout un univers s'y rapportant. Si vous êtes de nature curieuse allez jeter un oeil sur son site, vous y trouverez des informations sur les deux albums composés par Christophe Houssin mais aussi un livret pour vous initier à la langue myrihande.
J'aime beaucoup l'idée de départ de ce livre, cette vision de l' me-soeur qui va bien au-delà du simple amour entre un homme et une femme.
L'auteur nous conte une histoire qui éveille immédiatement notre intérêt. Il nous parle des origines d'un monde ancien, de ses habitants et de ses dirigeants. L'univers de Myrihandes est riche et complexe mais l'auteur nous donne toutes les clés nécessaires à sa compréhension. Tout est clairement énoncé au fil des pages.
Les personnages sont travaillés avec adresse, de manière à donner plus de profondeur au récit. J'ai adoré les suivre dans leur périple. Leurs âmes sont teintées de souvenirs, de remords pour certains, de colère pour d'autres. Que ce soit du côté des “ gentils ” ou des “ méchants ”, ils possèdent tous une blessure profonde qui les rend intéressants.
La seule issue pour eux est de se serrer les coudes pour faire face au danger et tenter de libérer leur peuple de l'oppression grandissante. Les voilà donc lancés dans cette quête, chacun pour des raisons différentes : un rêve de liberté, la recherche de ses origines, la protection d'un ami cher ou une simple vengeance.
Chaque personnage apporte sa petite touche singulière et permet ainsi de créer une atmosphère chaleureuse, si bien qu'on s'attache très rapidement à eux.
D'autres personnages quant à eux m'ont interpellée d'une manière particulière et j'espère pouvoir les retrouver dans le tome suivant.
Les annexes et leurs illustrations en fin d'ouvrage sont un vrai plus. Je n'ai pas eu besoin de m'y référer pendant ma lecture mais j'ai apprécié les lire une fois celle-ci terminée. C'est avec plaisir que j'ai pu découvrir les personnages et les lieux tels que l'auteur les avait façonnés dans son esprit.
L'auteur manie sa plume d'une main experte, son style est léger mais envoûtant, il a su me transporter avec facilité dans son univers fantastique et me mettre des étoiles plein les yeux.
Il y aurait encore tant de choses à dire, mais je préfère vous laisser le plaisir de découvrir Myrihandes par vous-même.
Si l'épaisseur de ce livre peut vous paraître effrayant au premier abord, sachez qu'en réalité il n'en est rien. Les pages défilent à une vitesse folle et une fois rendu à la dernière on ne veut qu'une seule chose : continuer à suivre les personnages en plongeant dans le second tome. Ce livre se termine mais une autre aventure s'annonce pour Helya, Sisam et leurs compagnons.
Pour conclure je dirai juste que j'ai aimé chaque passage, chaque chapitre du Secret des mes-soeurs. C'est un vrai coup de coeur, une expérience formidable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SoniaFantasy
  14 mars 2011
J'ai découvert à l'origine l'auteur et son roman par un pur hasard du web, je n'en avais pas entendu parler. J'ai été attirée par la sublime couverture réalisée par Didier Graffet, illustrateur de renom, et en lisant le thème, je me suis dit que je tenais peut-être là une histoire originale.
Je n'ai pas été déçue ! Tout d'abord, je dois dire que le style de l'auteur est étonnamment poétique, riche et fluide, en parfaite harmonie avec la merveilleuse histoire d'amour qu'il conte à travers cette légende d'Âmes-Soeurs, inspirée du Discours d'Aristophane issu du Banquet de Platon.
Mais il ne faut pas croire que l'intrigue de ce premier tome s'en tient seulement aux deux jeunes héros. En effet, l'histoire fourmille de personnages secondaires (certains à mon sens aussi principaux que Sisam et Helya) tels que Nisis et Oriance, deux jeunes femmes Âmes-Soeurs dont l'une est la fille d'un des Gouverneurs des Cités, opposée à sa mère dans l'oppression secrète qui est faite aux siens... Son frère, Capitaine de la Cité, déchiré entre ses devoirs et son affection envers elle... J'ai aussi particulièrement aimé les deux pitres de l'histoire, Oros le gros débonnaire, et Farf le petit vieillard à l'horloge biologique inversée. A la manière de C3PO et R2D2 de Starwars, ils ne cessent de se chamailler et apportent une certaine légèreté à l'intrigue. Et puis, il y a Kryom, le méchant de l'histoire, en réalité une sorte d'ange déchu qui en fait un personnage troublant, et pas seulement un agent du mal classique.
Le rythme de l'histoire est sans temps mort. On ne peut lâcher le roman avant de l'avoir terminé, et la fin ne m'a donné qu'une seule envie : découvrir la suite, qui s'annonce encore plus captivante !
Par ailleurs, je dois dire que j'ai 28 ans et que je n'ai pas eu un seul instant la sensation de lire un roman purement jeunesse, comme je l'espérais en l'achetant.
Enfin, il faut savoir que l'auteur travaille aussi à une adaptation cinéma de son oeuvre. Des illustrations et des musiques existent sur le site du projet, ainsi qu'un excellent documentaire vidéo qui présente Guilhem Méric et son équipe, via plusieurs interviewes très instructifs. A découvrir !
En bref, Myrihandes est un premier très bon opus où l'on retrouve tous les thèmes qui nous sont chers en Fantasy. Je suis complètement conquise et attend avec impatience la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
dew
  18 décembre 2010
Ce livre fut pour moi un coup de coeur, bien avant de sortir en librairie. Je l'ai découvert par hasard en regardant les partenariats proposés par Livraddict, et pouf, j'ai tenté ma chance, mais n'ayant pas été sélectionnée, j'ai du me résigner à attendre la sortie officielle pour lire ce fabuleux roman!
Fabuleux, car le thème des Ames soeurs et des amours impossibles est un thème universel, vieux comme le monde et exploité depuis Tristan et Iseult et même depuis l'Antiquité avec le mythe d'Orphée et sa descente aux enfers pour rechercher sa bien aimée!
L'auteur a su avec brio réinventer le mythe, créer son propre univers, proche de l'antiquité, le rappochant davantage à une période oubliée presque légendaire! Il a su insuffler un nouveau souffle et donner une lueur d'espoir à tout ces couples maudits de la littérature classique en faisant des héros de son roman, les héros de ces coeurs perdus! Je m'emporte et j'extrapole, mais c'est ce que je ressens pour ces deux Héros, Sisam, et Heyla, qui portent sur leurs épaules, un fardeau qu'ils n'ont demandé!
L'intrigue est bien ficelée, pleine de rebondissements, il n'y jamais de temps mort, et les chapitres courts offrent une bonne dynamique à l'ensemble, faisant progresser rapidement le lecteur dans sa lecture!
Je trouve que les bons romans de fantasy se font rares ses derniers temps, et se ressemblent tous plus ou moins avec leurs elfes et leurs guerriers barbares. Ici, on se rapproche davantage de l'épopée ou la saga, récits plus anciens.
J'espère vivement que le porteur de ce fantastique projet: Guilhem Meric, réussira à produire ce film qui mérite grandement d'être réalisé et exploité à l'image (exploité au sens artistique et non commercial)!
J'aurais tellement de choses à raconter à propos de cette ouvrage qui va faire partie de mes référence littéraire, mais je préfère vous laisser le soin de découvrir ce petit bijou de la fantasy moderne, afin de ne pas vous spoiler!

Il va sans dire que j'attends le deuxième tome avec impatience!
Bonne lecture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
prettymelo
  06 novembre 2015
Myrihandes ou comment succomber à un univers qui m'a fait rêver jusqu'au bout. Enfin peut-être pas tout le temps (vu que certains passages ne sont pas des plus réjouissants), mais rien que le paysage des Trois Cités m'a transporté dans un monde féerique.
Que je le dise tout de suite, il n'est pas question de fées ou de magie. Il s'agit simplement de mon ressenti quant aux ruelles de Ostacle ou de Thrèce ; de la disposition de Pan-Kaïa ; de la mythologie des âmes-soeurs. Pour vous donner une idée, je dirais que ces villes haut-perchées m'ont fait penser à Fendeval dans le Seigneur des anneaux de Tolkien. de plus, le spectacle merveilleux que constitue la découverte des âmes-soeurs est d'autant plus belle qu'elle est interdite et c'est tout en subtilité que Guilhem Meric nous embarque dans son univers chimérique.
Il s'agit donc d'un livre de fantasy qui laisse libre court à notre imagination. Où les personnages découvrent les Myrihandes, issus d'une légende depuis longtemps enfuie afin que les gouverneurs puissent garder la main mise sur le peuple. Peuple issus d'un monde abandonné depuis des siècles pour se réfugier dans ces hauts sommets. Bref, Pan-Kaïa possède sa propre histoire que Guilhem Meric nous livre au fur et à mesure, juste le temps de nous tenir en alerte jusqu'au moment opportun. Cependant, il est arrivé que certaines informations apportées par le narrateur soient trop anticipées par rapport au connaissances des personnages. de ce fait, une certaine redondance est inévitable mais passable.
L'histoire en elle-même est très bien dosée. On alterne entre des passages où l'action est bien présente contre d'autres qui nous en apprend plus sur les Trois-Cités, ses antécédents et les Myrihandes. Ajoutez à cela un soupçon de sentimentalisme et vous passerez un excellent moment de lecture.
En outre, ne soyez-pas surpris que le récit soit légèrement centré sur deux protagonistes, étant donné le titre du livre ^^ .
Leur romance est touchante, quoiqu'un peu rapide par certains aspects.
J'espère un jour pouvoir lire la suite pour vraiment m'attacher à eux car malheureusement, je leur trouve quelques défauts. Ils ne sont pas très charismatiques, même si Helya a plus de caractère. Elle est combative et n'a pas garder séquelles de sa vie de luxe. Je l'ai trouvée très réfléchie et ne prend des décisions qu'une fois qu'elle a entendu tout ce qui nécessite explication. En revanche, Sisam est un peu plus têtu. Il se met des oeillères et préfère faire ce que lui pense juste plutôt que d'écouter ce qu'on veut lui dire. Certes, il est difficile de croire à d'anciennes légendes mais en se sachant en danger, il faut faire des efforts! Bref, je les ai trouvé un peu passe-partout par rapport au personnages secondaires qui, eux, respirent la vie. Oros, l'ami de Sisam est bourru mais fidèle. L'anachrone est à la fois protecteur et trouillard mais ses expressions telle que "Sapertouille!" et ses réparties font sourire. de même que la présence d'ennemis au passé trouble et à l'aspect repoussant permettent une véritable intrigue romanesque, politique et mystique.
Ce que j'ai vraiment bien apprécié c'est que les Trois-Cités ont été construites pour échapper au reste du monde. Dès lors, on ne cesse de se demander ce que renferme cet endroit pour effrayer les gens au point de ne jamais vouloir descendre de ces cimes. L'auteur dissémine des informations partout dans son récit et les tomes suivants promettent d'être fort intéressants.
Enfin, un petit aparté concernant la suite qui n'a toujours pas trouvé d'éditeur alors que l'écriture est dans sa phase finale.
C'est avec un peu d'étonnement que je découvre les réflexions de Guilhem Meric sur un genre littéraire que je découvre à peine mais dont j'aime de plus en plus arborer les sentiers : la fantasy. Je découvre à peine cet auteur et ce livre qui, à ma grande désolation, ne voit pas sa suite paraître alors que je n'envisage pas arrêter l'aventure là.
En résumé, lancez-vous dans cette mythologie à part, écrite par une plume fluide et recherchée.
Lien : http://melimelobooks.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
LefsoLefso   13 février 2011

La tête collée au sol, Farf entendait résonner des pas empressés dans les escaliers. Anxieux, il se précipita vers Helya.
- Ma Dame, par toutes les plaines de Cornovan, je vous en conjure, ne faîtes pas d'histoires ! Nous n'avons pas le choix, les gardes de la cité seront ici d'un moment à l'autre ! Ne cédez pas une fois encore à vos caprices, par pitié !
Helya s'était rapprochée des rebords de la tourelle, les cheveux au vent. Avec des gestes mal assurés, elle s'agenouilla sur le parapet et, doucement, se mit debout, les yeux plongés dans les profondeurs du bassin en contrebas. Devinant ses pensées, Farf se rua vers elle et lui attrapa les jambes.
- Farf, non ! Lâche-moi, tout ça ne te regarde pas !
- Foutacrasse, vous avec perdu le tête ! s'écria-t-il en s'agrippant du mieux qu'il put au parapet. C'est du suicide, redescendez tout de suite !
- C'est toi qui vas finir par nous faire tuer tous les deux ! Allons, laisse-moi !
Le vent s'engouffrait avec virulence dans la longue tunique bouffante et la chevelure de la jeune fille. Ils lutèrent encore un instant, jusqu'à l'arrivée de deux gardes sur la tourelle.
Surprise, Helya, dont l'un des pieds était maintenant dans le vide, perdit l'équilibre. Prise de panique, elle s'accrocha au dos de Farf qui, malgré sa force, fut incapable de retenir sa jeune maîtresse. Elle bascula en arrière et entraîna dans sa chute l'Anachrone terrorisé.
Les gardes n'eurent que le temps de les voir disparaître en une gerbe blanche sous les eaux profondes du bassin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CoeurdecheneCoeurdechene   20 mars 2012
- Lune blanche, froid qui tranche, s'entendit-il murmurer en continuant de faire jouer les ombres sur son visage.
C'était la première fois qu'il s'amusait à mettre des gestes sur cette comptine qu'ils avaient inventée l'année de leur rencontre. Helya sembla trouver l'idée amusante. Poursuivant le jeu, elle étira un bras et dessina des cercles concentriques autour de la tête de Sisam, puis derrière sa nuque, telle une fée de légende jetant un charme mystérieux.
- Lune pâle, l'eau dévale, récita-t-elle à son tour, se surprenant elle-même des mouvements qui lui venaient maintenant naturellement et s'harmonisaient avec ceux de son jeune compagnon.
Ce n'étaient plus des gestes désordonnés, mais une véritable danse. Leurs mains, leurs bras balançaient, tout leur corps se mouvait avec une fluidité et une grâce surnaturelles, comme si ces ondulations qui s'entrecroisaient et modelaient leurs silhouettes avaient toujours été présentes en eux sans le savoir. Dessinant des ombres saisissantes sur les façades des maisons alentour, les deux enfants s'observaient avec la même stupéfaction, tout à la fois inquiets et émerveillés par cette formidable chorégraphie dont ils ne maîtrisaient plus l'ensorcelante perfection.
- Lune rouge... vent qui bouge, articula finalement Sisam.
Helya écarquilla les yeux, ne croyant pas ce qu'elle voyait : du jeu de leurs mains et de leurs gestes sourdait peu à peu une lumière qui grandissait et les enveloppait. Une lumière blanche, bienfaisante, puissante et chaleureuse, dans laquelle leurs mains commençaient à se fondre doucement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SoniaFantasySoniaFantasy   14 mars 2011
Farf, son petit compagnon Anachrone, la surveillait avec inquiétude. D’ailleurs, lorsqu’il commençait à user de ses jurons burlesques, c’était toujours chez lui un signe d’extrême irritation ou d’excessive joie. Ami fidèle et serviteur attitré de la jeune fille, il ressemblait, comme tous les jeunes de sa race, à un vieil homme trapu de soixante-dix ans passés. En réalité, même si son corps fripé semblait usé par les années, son esprit et son cœur étaient ceux d’un adolescent. C’était là une singularité qui différenciait les Anachrones de la race des Hommes. Farf n’avait jamais croisé l’un de ses semblables au sein des Cités, et pour tout dire, personne ne croyait vraiment ici à l’existence de son peuple. D’aucuns parlaient de lui comme d’une sorte de monstre dégénéré, que la vie solitaire dans l’Apre-Monde aurait perverti et condamné à cette apparence de vieillard prématuré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PlumelinePlumeline   15 février 2011
Soufflant comme une tornade dévorante dans leurs Cœurs, l’Amour les absorba à bras le corps, faisant exploser en une gerbe de feu leur conscience. Pour la première fois de leur vie, Sisam et Heyla éprouvèrent l’ultime conviction de ne plus être seuls. Ils étaient un. Une entité harmonieuse et unique, dont la force de vie les transcendait et les rendait et les rendait à la fois plus humains et plus accomplis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PlumelinePlumeline   15 février 2011
- Ne gardez pas de regrets dans vos cœurs, poursuivit-elle d’une voix affaiblie. Les regrets sont les armes du Mal … Ne leur cédez pas votre Amour. Jamais. Hissez-le au plus haut de vous mêmes, car vous êtes … la clef de notre devenir.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Guilhem Méric (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guilhem Méric
Book Trailer de Myrihandes 3 : le Lac aux Larmes d'Or
autres livres classés : âmes soeursVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1178 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre