AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 281121061X
Éditeur : Milady (12/07/2013)

Note moyenne : 2.91/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Élevée dans une famille où aucun déjeuner ne finit sans assiette cassée, Naomi la louve aspire à une vie paisible loin des métamorphes et des mâles dominants. Lorsque le destin – sous la forme d’une balle de lacrosse – lui fait rencontrer deux âmes sœurs, Naomi freine des quatre fers, bien décidée à ne pas céder à leurs avances. Ethan, l’immense ours, et Javier, le sensuel jaguar, parviendront-ils à la convaincre que la vie avec eux ne sera pas que chaos ?
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Roshieru
  29 juillet 2013
Autant j'applaudis des mains et des pieds Milady pour nous avoir offert autant de bonnes séries d'Urban Fantasy, autant cette dérive navrante vers le porno racoleur et mal écrit me laisse sans voix. Ou devrais-je dire maladroitement traduit ? Dans la VO, on remarque un peu plus l'humour sarcastique de l'auteur, qui pourrait donner une nuance second degré au tout si l'histoire n'avait pas autant le cul entre deux chaises (ce n'est ni totalement sérieux ni totalement dans la parodie du genre, et c'est là le problème). Qu'importe ! ici, il est question de la VF, alors rien à faire si le côté original de la force s'avère meilleur. La version française est par endroit un festival de verbes ternes et de répétitions ("décharge" de désir ou électrique sur moins de trois paragraphes dans le chapitre 2, ça ne s'invente pas).
Pour résumer en quelques mots le concept de ce premier volume, Jamais deux sans trois parle de ménage à trois ou threesome. Autrement dit, les trois finissent ensemble sans qu'aucun se sacrifie pour le bien des deux autres. Jusque là, pas de problème pour moi : chacun fait comme il veut, et cela pouvait donner quelque chose d'intéressant. L'histoire met donc en scène une louve qui se prend pour une "putain de fleur délicate" (cf. le titre VO) et deux mâles qui brillent par leur intelligence et leur subtilité.
"Avec un sourire lubrique, il mima le fait de donner une fessée à une partenaire imaginaire avant d'honorer celle-ci de quelques coups de reins."
Bien que leur capacité au lit se résume donc à "quelques coups de reins", ces deux mâles aiment les métaphores sportives pour se vanter de leur grande endurance et de leurs partouzes.
"Des parties en équipe pendant lesquelles ils avaient tous les deux marqué de nombreux buts. de bons amis qui faisaient presque tout ensemble."
Presque tout ensemble, mais pas l'un dans l'autre : malheureusement, le roman n'ira pas dans cette voie même si tout y était (des sportifs musclés, l'un qui porte le numéro 69 en match, des vestiaires, des douches, de la sueur, une amitié virile... autant d'indices qui pourraient faire penser que...). Ils sont néanmoins adeptes du sadomasochisme platonique dans les douches.
"— D'accord, mon pote. Allons-y. Tu as manifestement besoin d'évacuer un peu de pression. Autant le faire tout de suite. Tu n'as qu'à considérer comme un service la raclée que je vais te mettre, parce que l'oeil au beurre noir que tu vas avoir sera assorti à celui de ton âme soeur.
— J'aimerais bien voir ça.
Avec un sourire carnassier, Ethan s'approcha de son ami en balançant les bras, les autres membres de l'équipe quittant précipitamment les douches."
Leur sensibilité est aussi à fleur de peau. La preuve, ils ne font pas de mal aux femmes. Vraiment aucun. Même pas psychologiquement parlant.
"Pourtant, même si l'idée qu'il se faisait d'une conversation sensuelle se résumait à « Suce-moi plus vite » et « Penche-toi », Ethan n'aurait jamais fait le moindre mal à une femme. Si j'ajoute « ma chérie » à la fin, elle prendra ça pour des mots doux ?"
"Et puis, je pourrais toujours avoir recours aux tactiques de mon père et la jeter sur mon épaule pour aller lui faire l'amour dans les bois, à la montagnarde."
"— Ma mère a dit la même chose à mon père, la première fois qu'ils se sont vus, avoua Ethan. N'ayant pas aimé sa réponse, il l'a jetée sur son épaule et l'a retenue prisonnière dans une grotte pendant deux semaines, lui faisant l'amour plusieurs fois par jour, jusqu'à ce qu'elle finisse par reconnaître qu'elle l'aimait, elle aussi, ajouta-t-il avec un sourire suffisant."
Je note donc que le "viol" s'appelle désormais "à la montagnarde". Et que j'ai intérêt à me méfier la prochaine fois qu'on m'invitera à déguster une fondue savoyarde ! (bref, prends note, jeune homme en fleur qui me lit peut-être : ce n'est pas grave si tu ligotes et forces ta petite amie à t'ouvrir grand les jambes. Même si elles disent non, toutes les femmes aiment ça comme des salopes !) Bien sûr, Naomi est horrifiée à l'idée d'être agressée par ces malotrus !
"Agacée, frustrée et excitée comme une chienne en chaleur à l'idée qu'ils puissent la ligoter pour abuser d'elle, elle prit une gorgée de jus d'orange, sa soif soudaine prenant le dessus sur tout le reste."
Le roman est aussi empli de romantisme vibrant...
"Elle parvint à se retenir de rougir, même si ce fut très difficile quand elle se rappela la promesse qu'ils lui avaient faite juste avant de descendre.
« Pour fêter notre victoire, on commandera une bouteille de champagne, avait commencé Javier.
— Et on en versera le contenu sur ton corps nu, avait poursuivi Ethan.
— On te nettoiera à coups de langue.
— Ensuite, on s'occupera de ton joli petit cul pour le préparer à la queue de Javier.
— Pendant que je t'apprendrai à prendre du plaisir par-derrière, Ethan te fera un cunni et te fera jouir. Et alors que tu en trembleras encore, ma queue toujours enfoncée en toi…
— … Je te baiserai avec mon gros engin jusqu'à ce que tu cries et qu'on te fasse jouir tous les deux. Puis, on continuera jusqu'à ce que tu aies un nouvel orgasme. »"
Ce livre nous renseigne aussi sur la façon de reconnaître notre âme soeur lorsque nous la croisons. Indice : les signes physiques sont proches de la cystite.
"Naomi l'interrompit en lui lançant un regard glacial en complète contradiction avec son entrejambe en fusion."

D'ailleurs, Naomi passe son temps à avoir "l'entrejambe détrempée". A sa place, je consulterai un gynéco. Bref, nos trois métamorphes se tournent autour, bandent, mouillent, éjaculent et... Voilà le scénario. THE END. Non, je n'ai rien oublié. Ah si, il y a une vague histoire d'agression, et c'est tout.
Comment la collection qui nous livre Maeve Regan peut-elle se fourvoyer dans cette fiction creuse qu'est Jamais deux sans trois ? Si l'on m'avait dit que Milady faisait les fonds de tiroir de Fictionpress, je l'aurais cru volontiers. D'ailleurs, je ne suis pas si loin de la réalité puisqu'il s'agit d'une auteure auto-éditée. Je n'ai rien contre les auteurs auto-édités. Il y en a de très bons, et Eve Langlais n'écrit pas si mal que ça dans la version originale. En plus, elle est honnête sur le contenu de sa production ("I write really raunchy stuff--usually with werewolves lol.", soit "j'écris des choses vraiment vulgaires ; habituellement avec des loup-garous, lol"). Mais voilà qui sert ma comparaison. Est-ce que le succès de Cinquante nuances de monsieur en gris pousse Milady à nous prendre pour des truffes sans esprit critique et à fouiller l'auto-édition américaine pour trouver des "perles" ? Vu les commentaires élogieux qui surgissent sur Amazon, je crains que son lectorat l'ait en tout cas pris ainsi. Oh, bien sûr, j'imagine que le contenu brûlant va permettre à cette série de se vendre par camion. Je sais aussi qu'il est nécessaire de vendre des idioties par cageots pour financer la sortie de séries vouées à moins de succès. Même si l'arrêt progressif desdites séries (les fans de Kate Daniels doivent kiffer de la sortie de Jamais deux sans trois...) commencent à me faire douter de l'argument... Et ce n'est pas Jamais deux sans trois qui va redorer le blason de la "bit-lit" et de la "paranormal romance" parce qu'il ne fait que confirmer tous les clichés que l'on accole au genre : creux et uniquement centré sur la cruciale question de savoir quand l'héroïne va se faire baiser par tous les trous par le(s) mâle(s) alpha(s). Sans parler sur le côté glauque de cette relation à trois sur lequel je vais revenir plus loin.
Si j'ai fini par craquer et jeter Riley Jenson par la fenêtre, cette nouvelle série me fait regretter mon geste et reconsidérer mon divorce avec la louve aux fesses en feu. Au moins, Riley Jenson possède un univers et des personnages intéressants, quoique parfois sous-exploités. Surtout, l'intrigue est présente. Ici, tout est à peine esquissé. Nous ne savons rien des métamorphes ni même du monde dans lequel ils évoluent. A vrai dire, c'est à peine fantastique ! La nature "animale" de nos héros sert avant tout à justifier leur libido et le fait de les mettre en ménage à trois. D'ailleurs, il faudra tout de même m'expliquer d'où vient ce fantasme de louve-salope constamment en chaleur chez les écrivains. Que je sache, une louve ne cherche à se reproduire qu'une fois par an. Comparé à nous, c'est un animal sobre. du coup, je vois d'autres rapprochements avec la série australienne : les métamorphes ne pensent qu'à copuler, sont violents et obsédés par le concept d'âme soeur. Je ne donnerai qu'un conseil à nos écrivaines : quitte à avoir des métamorphes obsédés, prenez les bonobos. Ce sera plus cohérent.
Un dernier point m'a littéralement achevée. Dans cette série, les métamorphes ont donc des âmes soeurs désignées par le destin, qui est un sacré enfoiré, soit dit en passant. A la base, l'héroïne souhaite se marier à un homme cultivé ET humain. Lorsqu'elle rencontre ses deux âmes soeurs, elle continue à s'accrocher à son rêve. le point qui m'a retournée, c'est l'attitude de sa mère : loin de l'encourager à décider de sa vie future, elle lui force la main pour qu'elle sorte avec les deux zouaves. D'office, elle décrète que ce sont ses petits amis. Sous prétexte que c'est le destin et qu'elle ne peut pas s'en écarter. Pire : alors que sa fille est blessée, elle l'a fait raccompagner par les deux inconnus et leur donne des cachets pour qu'ils la droguent "pour son propre bien" (sic!). Elle est pourtant bien placé pour connaître le tempérament impulsif des métamorphes. Dans le genre "violez ma fille", on ne fait pas mieux ! Même s'il ne se passe rien de grave, je me suis carrément étranglée tellement c'est énorme. Durant quelques très longues secondes, j'ai eu une pensée amère pour les femmes et filles victimes de mariages forcés, à qui l'on doit sortir le même bobard. En tant que femme, j'ai trouvé ça horrible et odieux. Je ne sais pas s'il s'agissait de second degré, mais ça m'a mis très mal à l'aise.
Quant aux deux hommes, même le plus libertin des deux se range à la "raison biologique" en oubliant ses récriminations (qui n'auront duré que l'instant d'une tirade). Et histoire de parachever le tout, pour eux le sentimentalisme consiste à harceler une femme jusqu'à ce qu'elle soit obligée de les accepter (cf. chapitre 4).
Pour ces deux points, l'on pourrait se réfugier derrière l'humour et invoquer que Jamais deux sans trois parodie les excès du genre. Hélas, si l'auteure sait se montrer sarcastique, elle se cantonne bien sagement dans les clichés et les suit à la lettre sans jamais les critiquer (happy end niais inclus). Résultat, tout ça sonne très premier degré et fait froid dans le dos !
Bref, bravo Milady pour cette passionnante sortie !
Lien : http://edenia.sanctusy.net/r..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Yunali
  27 février 2016
J'étais tombée un peu par hasard sur ce petit livre érotique de bit-lit. Et vu que je n'avais jamais lu un livre mélangeant ces deux genres, je m'étais dit « pourquoi pas ».
Naomi est une jeune femme qui peut se transformer en loup.
Elle ne rêve que de se marier avec un humain normal, alors que sa copine Francine et toute sa famille la pousse plutôt à suivre ses instincts animaux et à trouver son âme soeur qui soit un métamorphe.
Or la jeune femme ne va pas trouver qu'une âme soeur mais deux !
Pour ne rien gâcher, elle va tomber sous le charme des deux hockeyeurs bodybuildés, qui sont en plus des meilleurs amis. Il y a Javier, un jaguar latino, charmeur, et Ethan, un kodiak un peu plus réservé que son ami.
Honnêtement l'intrigue n'est pas très développée, tout tourne autour du fait de savoir si Naomi va, oui ou non succomber à ses deux prétendants, et si oui ou non elle va suivre ses instincts de louve.
Vu que je vous ai dit que c'était un livre érotique, je pense que vous avez bien compris ce qui va se passer, et sachant qu'il y a trois personnes… vous pouvez imaginer la suite ;)
A part ça l'histoire n'a vraiment rien de bien particulier, à part une petite histoire où Naomi pourrait être menacée… mais ça ne va pas bien loin.
Le style est assez plat, et on retrouve un peu trop souvent les mêmes termes qui reviennent, c'est un peu dommage.
J'ai bien aimé la famille de Naomi, avec tous ses frères ultra protecteurs, les réactions sont souvent assez drôles.
J'ai eu un peu peur que Naomi soit aussi pénible qu'Ana dans « Cinquante Nuances », mais heureusement que non, et heureusement aussi que le livre est beaucoup plus court !
En bref c'est un livre qui se laisse lire mais qui ne me laissera pas un très grand souvenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LunaPsylle
  10 février 2015
Je lis dans beaucoup de commentaires qu'il n'y a pas d'histoire, que l'intrigue est mauvaise, que l'écriture est crue, voire mauvaise... et c'est vrai. Mais à quoi vous attendiez-vous en prenant ce livre en particulier ?
Quand je lis le titre "Jamais deux sans trois", avec en dessous les noms des trois protagonistes, je ne m'attends pas à une série de meurtres bien ficelée qui amènera les héros jusqu'au grand méchant, tout en développant leur relation professionnelle et/ou personnelle, de façon subtile. Et le résumé l'exprime bien lui aussi.
Personnellement, je l'ai lu en m'attendant à l'évolution d'une relation entre trois métamorphes, et j'ai lu ce que je m'attendais à lire. Il est vrai que la race présentée est mieux développée dans beaucoup de séries, mais certains auteurs laissent à penser que ce type de personnages restent en partie des animaux. Et lorsque je regarde des documentaires sur les accouplements d'animaux, comme les loups ou les lions, ça ressemble beaucoup à ce qui est décrit dans le livre.
Ce livre n'est certes pas un grand roman ; je le mettrais plus dans les livres pas prise de tête, avec des personnages pas prise de tête quoi que têtus et crus quand il s'agit de s'exprimer (et je ne parle pas que des trois héros, parce qu'à mon avis, les frères de l'héroïne en ont à revendre).
Naomi m'a bien plu, non pas à cause de sa langue bien pendue, mais plutôt grâce à son évolution, mais ça reste très personnel et je pense que beaucoup ne verront pas vraiment cette évolution comme je la vois.
Ethan aussi, dans le sens ou il essaie, malgré sa nature, d'être attentionné, et ses maladresse m'ont séduite.
Javier beaucoup moins, mais on ne peut pas apprécier tout le monde...
Tout ça pour dire, ne lisez pas le livre si vous vous attendez à autre chose que du sexe bien cru. Par contre, si ce genre de scènes ne vous dérange pas, essayez-le, on ne vous demande pas de l'adopter pour toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Candyshy
  12 décembre 2014
C'est un cadeau de ma copinaute Emilie, un grand merci pour cette gentille attention. Ca fait très plaisir. J'ai du le laisser patienter un peu dans la PAL mais j'ai enfin trouvé un moment pour le sortir, surtout qu'il n'est pas très épais. Il se lit très très vite.

Je suis la première surprise : ce premier tome m'a bien plu. L'histoire est sympa, très simpliste, on est sur une romance paranormale, on va directement à l'essentiel : à savoir la relation amoureuse et l'union de nos héros.

Au niveau de l'histoire comme je vous disais c'est très basique : une jeune femme qui rencontre ces âmes soeurs. Oui, oui la demoiselle en à deux ! Elle ne veut pas d'eux cependant son désir pour eux grandit et ils vont tout faire pour la faire craquer.

Les trois personnages m'ont bien plu : Naomi n'a pas la langue dans sa poche, elle nous fait rire. Ethan est très maladroit, le pauvre, mais il est touchant. Javier est posé, malin. Ils sont tous les deux déterminés mais attentionné avec la jeune femme.

Le livre est très court et écrit gros donc cela va très vite mais c'est assez sympathique de voir interagir nos héros, il y a pas mal d'humour et de situations cocasses. Il a pas mal de scènes chaudes entre nos amoureux.

Il faut également savoir que nous avons à faire à de l'érotique, pur et dur, accès totalement sur la romance et sur la relation sexuelle des héros. Attention,où vous mettez les pieds : c'est basée sur du triolisme, une relation à 3 comme son titre ne nous le cache pas !

Le langage est également assez cru mais l'auteur a su parfaitement l'amener je trouve. Je n'ai aucunement été choquée mais je pense que cela peut gêner pas mal de monde vu que c'est des scènes à trois qui nous sont décrites.

J'aurai été la première surprise d'avoir passé un bon moment. L'auteur a su parfaitement me faire accepter cette relation. Mais voilà, sachez dans quoi vous mettez les pieds. Je lirai à l'occasion le tome 2 sur Francine, ils se lisent très rapidement donc je tenterai.
Lien : http://www.auboudoirdecandys..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
magsi
  11 août 2013
Alors il est certains que on aime pas ce livre pour l intrigue ou l'action pure mais i y a dans ce livre une belle histoire derrière tout ce sexe brute . Une Naomi (louve garou de son état) qui rêve d une vie simple avec un humain sans bagarre, sans haine et sans métamorphe .
Mais tout va se compliqué rapidement quand lors d une sortie , sa louve va reconnaitre en Ethan ( ours) et Javier(guépard) ses âmes soeurs .
Alors bien sur vu que ses lin de son rêve elle va les refusé et ses deux hommes vont tous faire pour la conquérir et la c est mignon
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Milka2bMilka2b   20 octobre 2013
Quand elle manqua de trébucher sur la dernière marche du perron, Ethan la souleva dans ses bras.

Elle eut soudain très chaud et tenta de se débattre.

— Reposez-moi par terre. Je peux marcher.

— Et moi, je peux vous porter. Vous avez quelque chose à ajouter ?

— Espèce d’homme des cavernes ! grommela-t-elle en grimaçant à cause d’un élancement dans sa boîte crânienne
Commenter  J’apprécie          50
AndreeLaPapivoreAndreeLaPapivore   14 août 2013
Naomi l’interrompit en lui lançant un regard glacial en complète contradiction avec son entrejambe en fusion. Elle s’efforça de rester en colère, ce qui se révéla nettement plus difficile que prévu face à une montagne de muscles de près de deux mètres dix. Les traits anguleux de son visage taillé à la serpe auraient dû la rebuter tant ils manquaient de délicatesse et de raffinement mais, au contraire, elle fut passablement intriguée par sa mâchoire carrée, son nez de travers, son regard doux encadré par d’épais cils noirs et l’anneau doré dans son oreille que révélait sa coupe en brosse militaire.
Quant à son corps, il se tenait trop près d’elle pour qu’elle puisse le reluquer, mais, grâce au match de crosse, elle l’imaginait parfaitement, avec ses épaules extrêmement larges, sa taille fuselée, ses cuisses puissantes et ses fesses en acier. Je me demande si son engin est à l’avenant. Elle se mordit la lèvre. Je me fous de savoir à quoi il ressemble. Cet homme de Neandertal n’est pas mon âme sœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : âmes soeursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3543 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre