AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782749934969
Éditeur : Michel Lafon (14/06/2018)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Alors qu'il est interdit de quitter l'île de Joya, Isabella rêve des contrées lointaines que son père a un jour visitées et cartographiées. Quand sa meilleure amie disparaît, Isabella est résolue à faire partie de l'équipe de recherches. Guidée par une carte ancienne, appartenant à sa famille depuis des générations, et par sa connaissance des étoiles, Isabella prend part à l'expédition et navigue dans les dangereux Territoires Oubliés. Mais sous leurs pas, un mythe ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
calypso
  29 juin 2018
Forcément, on est attiré par le fait que ce roman ait rencontré un énorme succès en Angleterre… C'est écrit partout, sur le bandeau, sur Internet. C'est le premier roman de l'auteur et, déjà, il est élu « meilleur roman jeunesse 2017 » et obtient le prix des libraires Waterstones. On sait que la littérature de jeunesse est très largement reconnue au Royaume-Uni et on prend ces distinctions comme un gage de qualité.
Forcément, on est séduit par la couverture qui est absolument magnifique, et c'est une adulte qui parle, alors inutile de préciser qu'elle saura plaire aux adolescent(e)s. Cet orange, ce bleu, ça brille et c'est beau. Il y a cette silhouette de jeune fille qui semble sortir de terre et qui donne l'impression d'entretenir avec les éléments naturels un lien tout particulier.
Forcément, on est intrigué car la quatrième de couverture ne souffre pas d'une surabondance de détails. Elle est suffisamment énigmatique pour que l'on se pose quelques questions et que l'on ait envie de tourner quelques pages, au moins pour voir.
Forcément, on a envie de commencer cette lecture, mais on est arrêté chemin faisant par cette couverture qui se déplie et nous permet de découvrir deux cartes : l'une semble être la surface de l'île de Joya, l'île telle qu'elle est visible par ses habitants, l'autre – intitulée « l'île de Joya révélée » – semble mettre à jour un réseau de tunnels a priori secrets.
Et forcément, on est déçu. Déçu parce qu'on nous a trop promis. L'histoire vécue par Isabella, l'héroïne, n'est pas désagréable à lire, bien au contraire, et elle comporte même quelques très bonnes idées qu'il est important de mentionner : dans le désordre, l'impossibilité pour les habitants de quitter l'île, une carte du monde qui semble redistribuée et qui interroge, le lien père/fille, toutes les références et allusions à l'art de la cartographie, la construction progressive d'une mythologie. Il y avait de quoi faire quelque chose de vraiment sympa, d'original, tout en restant dans une veine qui plaît bien aux jeunes en ce moment, à savoir : un endroit différent avec ses propres codes, ses propres lois, et des personnages qui cherchent à en savoir plus sur l'origine de leur situation. La déception tient au fait que tout est survolé. Les portraits des personnages ne sont qu'esquissés et cela peut donner l'impression qu'ils manquent de profondeur. Il est question de légendes mais le passé plus proche est assez peu évoqué, j'aurais personnellement aimé en savoir bien plus sur l'île que ce que je n'ai finalement appris. J'ai parfois eu l'impression que l'on passait du coq à l'âne et j'ai même cru que j'avais manqué des informations. En clair, il se passe trop de choses en 260 pages. Dommage ! L'histoire avait un gros potentiel !

Lien : http://aperto.libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
Aelynah
  26 juin 2018
Voici entre vos mains un roman que l'on peut qualifier de bel objet-livre. Entre sa couverture à douceur peau-de-pêche et ses illustrations tant de couverture qu'intérieures il est absolument magnifiques. Les cartes de l'ile de Joya que nous retrouvons dans les rabats sont elles aussi superbes et donnent fortement envie de comprendre le mystère de cette île. C'est donc pleine d'enthousiasme que j'ai entamé ma lecture.
Hélas, ce roman m'a laissé un sentiment mitigé lors de ma lecture mais surtout sur la fin. Pourtant j'ai apprécié le lire au fil des pages. Elles se déroulaient presque sans effort et petit à petit j'ai apprécié de suivre les aventures d'Isabella, fille du cartographe de l'île Joya.
Ce roman est un peu comme un récit initiatique. Il y a un mythe sur l'île auquel Isabella croit car son Pa lui en a raconté souvent l'histoire. Celui d'Arinta qui va combattre Yote le démon de feu au centre de l'île pour la libérer.
Alors quand des événements dramatiques arrivent sur l'île, les anciens y voient des signes. Lorsqu'une enfant est retrouvée morte, Isabella ne perçoit que sa colère face au gouverneur qui privilégie l'anniversaire de sa fille à la recherche de l'assassin.
Sa fille justement, Lupe, qui est aussi l'amie d'Isa. Et pourtant ce soir-là c'est la rancoeur qui va parler par la bouche de notre cartographe amateur. Et c'est le courage qui va pousser Lupe à vouloir se racheter des reproches énoncés.
C'est une histoire d'amitié. Une histoire d'égoïsme, de pouvoir exacerbé. C'est aussi une histoire de non-dit.
Ce roman touchera peut être plus le lectorat jeunesse que moi. L'univers est comme resté en surface. Il m'y manque un peu d'approfondissement pour pouvoir vraiment m'y plonger et apprécier les aventures de nos héros. Car j'ai eu beau lire ce livre en quelques heures je n'ai pas eu ce déclic qui rend les personnages attachants et amicaux. Cependant je lui ai trouvé de bonnes choses comme la plume de l'auteure qui est parfois proche de la poésie dans certaines descriptions ou dans les émotions.
Isa n'a donc pas su m'emporter. Il m'a manqué des informations pas forcément essentielles mais qui m'auraient permis justement de la cerner mieux, elle et son entourage. Certains éléments vont pourtant nous être divulgués mais avec parcimonie et parfois même de façon floue. C'est donc avec regret que j'ai terminé la dernière page. Je n'y reviendrai pas et même si je pense qu'il trouvera son lectorat ce roman n'est définitivement pas un récit qui restera dans ma mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
loup0
  08 juillet 2018
Isabella, 13 ans, vit dans le village de Gromera séparé du reste de l'île de Joya par les Territoires Interdits. Coupés du reste du monde et dirigés d'une main de fer par le gouverneur Adori les habitants du village vivent dans un état de quasi esclavage. La révolte commence à gronder lorsqu'une fillette est retrouvée morte dans le verger du gouverneur. L'absence d'émoi du tyran entraîne une tentative de rébellion rapidement matée dans la violence. Lorsqu'à cause d'Isabella, Lupe la fille du gouverneur s'aventure dans les Territoires Interdits pour retrouver le coupable du meurtre une expédition est organisée pour aller la retrouver. Fille d'un cartographe Isabella est la seule à pouvoir guider la troupe dans les Territoires Interdits.
Alors pour être honnête, je pense que je suis passée complètement à côté de l'histoire. le fait de l'avoir lu en anglais, avec un vocabulaire et un style d'écriture parfois compliqué n'a sans doute pas aidé.
Je n'ai pas aimé grand chose dans ce livre, si ce n'est sa couverture et le travail graphique. Elle n'est certes pas originale (on en trouve d'ailleurs des similaires parmi les sorties récentes) mais elle n'en reste pas moins très belle et attirante. Trop attirante peut-être.
Ce roman est un roman de description, de contemplation et de réflexion mais clairement pas un roman d'action. A la base l'autrice est une poétesse donc sa plume est très belle mais elle consacre un temps fou à tout décrire (des choses pas forcément intéressantes) pour qu'au final on ne connaisse pas grand chose du monde dans lequel l'histoire se déroule. L'action passe du coq à l'âne, on rencontre des personnages puis on les abandonne et on ne sait pas ce qu'ils deviennent. En fait en dehors d'Isabella tous les autres personnages sont secondaires donc aucun n'est réellement développé.
Les seules choses que j'ai aimé sont le lien entre la mythologie de l'île et les événements présents, et tout ce qui concerne la cartographie. Pour le reste, il ne se passe pas grand chose malheureusement...
Pour résumé je dirais que ce roman recèle d'idées mais par manque de développement trop de questions restent en suspens. L'autrice a crée un univers original mais malheureusement elle se focalise tellement sur son héroïne que tout le reste est relégué au second plan voir plus loin encore. Je me suis posée trop de questions et l'absence de réponse m'a frustré.
↓↓↓↓↓↓ ATTENTION SPOIL ↓↓↓↓↓↓

Il y avait tant de choses à développer !
J'avoue que lors de la dernière partie qui se déroule dans les tunnels j'ai complètement lâché. Il y a peut-être eu des révélations ou événements importants mais la lecture fut tellement soporifique que je n'en ai rien retenu. Peut-être certaines réponses à mes questionnements sont-elles cachées là...
Franchement je me suis tellement ennuyée que même si je trouve le livre en français je ne suis pas sûr d'avoir l'envie de chercher.
*lecture en VO*
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DreamBookeuse
  12 mai 2019
Isabella est seule au monde. Enfin, pas tout à fait. Il lui reste Pa, un père cartographe qui a un jour visité mers et terres lointaines, Pep, un chat paresseux, et Miss La, une poule au caractère de cochon. Elle ne rêve que d'une chose : découvrir ce qui se trouve au centre de l'île. Car Joya est aux prises d'un gouverneur qui, petit à petit, a isolé l'île du reste du monde : interdiction d'y débarquer, interdiction d'en partir, interdiction de traverser la forêt. Isa se lie d'amitié avec Lupe, la fille du gouverneur, une relation improbable que tout le monde ne regarde pas d'un beau oeil. Lupe est égoïste et naïve, ignore tout des agissements de son père, se complet dans l'innocence. Et puis Cata, une camarade de classe meurt, assassinée dans le verger par sa faute. Est-elle aussi pourrie que le reste de sa famille ? Elle se jette à la recherche de l'assassin à travers la forêt interdite bien décidée à prouver à sa meilleure amie qu'elle n'est pas « pourrie » entraînant le gouverneur, ses hommes et Isa dans sa course. Et au bout du chemin, un mythe auquel plus personne ne croyait, des loups de feu, et l'odeur du soufre
Mon avis
Impossible de parler de ce roman sans vous parler d'abord de l'objet-livre. S'il y a bien une raison pour laquelle j'adore la littérature de jeunesse c'est celle-ci : l'objet a toujours un quelque chose de magique. La fille d'encre et d'étoiles n'échappe à la règle. Une couverture à rabat, douce sous les doigts, un titre bleu au marquage à chaud (dorure) sans parler de l'intérieur… de minuscules dessins de cartographie à toutes les pages, lignes de fuite, bateaux aux voiles épaisses et autres compas qui viennent magnifier le texte. Et des cartes ! Deux cartes en couleur au début et à la fin qui viennent encadrer les quelques 268 pages du roman. En bref, un travail éditorial qui en jette et qui m'a complètement fait craquer en salon du livre ! ❤
Mais bon l'extérieur c'est bien, mais, vous le savez bien, il n'y a pas que l'apparence qui compte ! Après avoir lu de très nombreux avis mitigés ou négatifs je partais vraiment avec l'impression d'aller à l'échafaud, l'envie de le reposer avant même de l'avoir ouvert, freinant des quatre fers. Alors je ne sais pas si c'est mon ressenti en contrecoup de ce à quoi je m'attendais…mais j'ai plutôt bien apprécié ce roman d'aventures.
On se retrouve projetés dans un univers de fantasy mais qui pourrait être tout aussi bien un passé de notre société actuelle puisque l'on retrouve des noms très proches de notre géographie : Aegypt, Afrika, Amrique, etc. L'île de Joya ne présente quant à elle aucun attribut particulier pouvant nous permettre de la rapprocher d'une autre île (en tout cas aucun que je ne peux vous révéler sans vous spoiler). D'ailleurs point de magie et on effleure du bout des doigts les créatures extraordinaires.
Nous suivons le parcours d'Isa, une petite fille de treize ans, qui a perdu sa mère et son frère jumeau à cause de l'utilisation intensive d'un argile particulier pour le gouverneur. Bien qu'éloignée des affaires politiques qui opposent le gouverneur au reste du village de Gromera, Isabella n'est pas dupe non plus. Alors quand Cata, une jeune camarade de classe meurt, assassinée, après avoir été cherché des fruits du dragon dans le verger interdit pour sa meilleure amie, Lupe, Isa lui crache tout ce qu'elle avait sur le coeur. Blessée, la fille du gouverneur fuit ses reproches, refusant de voir que son père a commis toutes ces atrocités pour rester au pouvoir, refusant de comprendre pourquoi tous les villageois la regardent d'un oeil noir. Et puis lui vient une idée, prouver à Isa qu'elle n'est pas pourrie comme sa famille.
J'ai trouvé ce passage vraiment triste et dur, mais aussi extrêmement bien retranscrit. D'ailleurs j'ai beaucoup aimé tous les moments passés au village. On en apprend plus sur les légendes qui l'entourent, notamment celle d'Arinta et de Yote, la colère des habitants est palpable, et les animaux frappent leurs cages et enclos ce qui donne une atmosphère un peu angoissante à tout cela. Par la suite nous nous enfonçons dans la forêt, où les talents de cartographe d'Isabelle sont grandement appréciés, avant bien évidemment de faire face aux bannits, ceux que le gouverneur a repoussé de l'autre côté de la forêt, à des créatures lupines gigantesques qui n'ont rien à envier aux chiens de l'enfer, et à Yote, le dieu du mythe de Joya. Là l'aventure prend véritablement le pas sur les relations entre les deux filles, on combat, on fuit, on rebondit, on a peur, on tombe, on tente de survivre. Beaucoup ont plutôt apprécié cette partie parce qu'elle était beaucoup plus dynamique… mais pour moi c'est la partie la plus brouillon. On ne comprend pas tout ce qui se passe, les scènes s'enchaînent sans vraiment de lien et on ne sait pas très bien comment elles en arrivent là où elles sont. Tout cela est flou et j'ai eu beaucoup de mal à m'imaginer cette partie, comme si le texte avait été tronqué, ou comme s'il manquait des bouts. La fin en elle-même est d'ailleurs assez précipitée et manque d'introspection pour le personnage d'Isabella, alors qu'il se passe plutôt des trucs horribles je n'ai pas réussi à ressentir toute l'émotion que j'aurais dû avoir à ce moment là… Bon après je suis peut être froide comme un glaçon, ça reste envisageable 😉
Du point de vue de l'écriture, on se retrouve avec une narration fluide bien qu'assez banale au final. Quelques phrases sont poétiques, notamment celles prononcées par Pa, mais ce n'est vraiment pas l'écriture qui m'a fait poursuivre l'histoire.
En résumé
La fille d'encre et d'étoiles est un premier roman réussi, revenant sur la construction des mythes : de faits historiques en histoire, d'histoire en légende, de légende en mythologie, on oublie parfois que vérité et leçons s'y cachent. Derrière sa couverture au toucher soyeux, ce livre recèle un univers riche et original dont la narration, les réactions parfois décevantes du personnage principal et le manque de précisions de certaines scènes d'action viennent entacher le potentiel. Cela reste toutefois une chouette lecture pour de jeunes lecteurs !
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bryanna
  09 mai 2019
Quelque part, dans un monde qui semble faire partie du notre -la technologie en moins-, puisqu'on parle d'India ou encore d'Afrika, se trouve l'île de Joya. L'héroïne de l'histoire, Isabella, fille de cartographe, aime son lieu de vie et les légendes qui existent à son sujet. Issue d'un foyer plutôt modeste et frappé deux fois par le drame, avec le décès de son frère jumeau et de sa mère, elle mène la vie normale d'une adolescente de treize ans, bien que sa relation avec la fille du Gouverneur ne soit pas forcément vue d'un bon oeil. En effet, celui-ci et sa famille vivent dans l'opulence, sans ce soucier des plus miséreux et quand Isabella s'en rendra compte, elle ne sera pas tendre avec son amie, ce qui entraînera les péripéties de ce roman. Les aventures qu'Isabella va vivre lui permettra, malgré l'urgence de la situation, de découvrir l'île de Joya, sur laquelle il n'est pas possible de se déplacer librement.
Comme je l'ai mentionné, le design du livre est très beau et attire immédiatement le regard. La couverture est simple mais joliment travaillée, et correspond bien au titre. On trouve également deux cartes à l'intérieur et les pages sont toutes décorées. C'est un joli bonus qui rend la lecture d'autant plus plaisante.
*
Les personnages, sont assez nombreux et tous diversifiés. L'héroïne, Isabella, est assez attachante, dès le début de l'histoire. Au début, j'avais énormément de doutes sur le personnage de Lupe, qui me semblait tout simplement être détestable. Mais, bien heureusement, elle évolue beaucoup au fil des pages et devient un personnage qu'il est agréable à lire, même si, par moment, il lui arrive de retomber dans ses vieux travers. C'est peut-être le personnage que j'ai trouvé le plus humain, le plus agréable, malgré ses caprices. de manière globale, du haut de leurs treize ans, je trouve qu'elles font preuve de beaucoup de maturité, tout comme Pablo, bien qu'il soit plus âgé de deux années. le père d'Isabella, « Pa » est très doux bien qu'il sache faire preuve de fermeté et le Gouverneurs et sa femme, eux, sont lointains et font parfois preuve d'une froideur extrême et déconcertante.
Les personnages secondaires, comme Masha ou l'institutrice apportent de la profondeur à l'histoire. Il y a une toute autre catégorie de personnages, les « bannis » sur lesquels j'aurais été ravie d'en découvrir un peu plus.
*
L'histoire commence doucement, mais de façon agréable, de quoi poser les bases du récit et nous permettant aussi d'en apprendre plus sur Isabella et son père.
On sent que tout l'univers a bien été travaillé, notamment une des légendes de l'île autour de laquelle tourne une bonne partie de l'histoire. J'aurais adoré en savoir plus, et je dois avouer que j'ai parfois eu l'impression que le récit avançait trop rapidement par moment, tandis que ma lecture se faisait plus ennuyeuse par d'autres. Par exemple, j'aurais aimé avoir plus d'anecdote sur le frère d'Isabella, ainsi que sur sa mère, pour mieux compatir avec elle et mieux la comprendre. La cartographie, élément important de l'histoire, m'a semblé être plus effleurée que réellement utilisée, et j'avoue que je m'attendais à plus.
Malgré ces petites déceptions, je n'ai pas trouvé d'incohérence notable, uniquement quelques petites choses qui m'ont chiffonnées à la fin du récit. En effet, le récit s'accélère, les actions s'enchaînent et les personnages sont vraiment malmenés physiquement. Chutes de plusieurs mètres, blessures, brûlures, Isabella a même l'impression que son dos a été brisé en deux, elle manque de se noyer, et pourtant, elle reste capable de se déplacer, d'agir, et de réfléchir, même avec toutes ses douleurs.
*
J'ai trouvé l'écriture tout au long du récit plutôt belle, les premières lignes m'ont tout de suite accrochées. Il y a parfois des descriptions assez poétiques, notamment lorsqu'il s'agit des légendes ou des histoires inventées par les personnages. D'autres sont parfois assez évasives, mais cela ne m'a pas empêché de bien imaginer les scènes, même si certaines sont un peu plus brouillons, donnant une impression de confusion.
Certains passages, cependant, m'ont vraiment semblé être un peu trop rapides, notamment avec la rencontre entre les bannis et Isabella, où tout semblait un peu trop vite couler de source. Certaines séparations, également, étaient traitées de manière rapide. J'aurais également apprécié avoir plus de descriptions de paysages, étant donné que la cartographie a une place centrale dans l'histoire (au point qu'il y ait deux cartes présentes dans le livre), et qu'il aurait été agréable de pouvoir mieux visualiser les décors.
Deux petits détails m'ont interloqués, mais je pense qu'il s'agit plus d'erreur de traduction ou d'inattention, puisque Isabella, qui se fait passer pour un homme est genrée au féminin par une personne qui n'est pas au courant de son travestissement et, plus tard, la mère d'un personnage devient sa fille.
*
La fille d'encre & d'étoiles est un roman qui se lit bien, facilement, avec une histoire plutôt recherchée. J'aurais simplement aimé que l'autrice aille plus au bout des choses, développe plus sur les personnages, même les plus secondaires mais aussi sur l'histoire de l'île de Joya. Malgré quelques longueurs par moment, une bonne cinquantaine de pages en plus n'auraient pas été de trop.
Si ce n'est pas un coup de coeur, ça reste une jolie histoire, qui se lit rapidement et qui est plutôt agréable.
Lien : https://labrybliotheque.home..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Actualitte   11 juillet 2018
À mi-chemin entre Mulan et Moana, cette intrigue hors du temps séduira les fans de contes et de mythes en quête de vérité.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
calypsocalypso   27 juin 2018
- Crois-tu au destin ?
- Oui. Non. Peut-être...
- Réponds-moi, petit.
- Mon père dit que c'est un mot utilisé par ceux qui ne veulent pas assumer la responsabilité de leur propre existence.
Commenter  J’apprécie          363
Elo-DitElo-Dit   09 juillet 2018
"J'aurais échangé tous les contes du monde contre une bouffée d'air frais et sain. Auparavant, je pensais n'avoir peur de rien. A présent, l'obscurité n'était qu'une source d'angoisse parmi beaucoup d'autres."
Commenter  J’apprécie          10
DreamBookeuseDreamBookeuse   12 mai 2019
Chacun de nous porte sur sa peau la carte de sa vie, dans sa façon de se mouvoir et même dans sa façon de grandir, disait souvent Pa. Regarde, tu vois que le sang qui circule à mon poignet n’est pas bleu mais noir ? Ta mère disait toujours que c’était de l’encre. J’ai la cartographie dans le sang.
Commenter  J’apprécie          00
LeslivresdeSWLeslivresdeSW   15 décembre 2018
" En Inde la couleur brille deux fois plus qu'ailleurs. "
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Kiran Millwood Hargrave (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kiran Millwood Hargrave
Kiran Millwood Hargrave fait partie des 6 finalistes du prix Libraires en Seine 2021 avec son roman "Les graciées" paru aux éditions Robert Laffont ! Voici un aperçu de l'interview qu'elle a donnée à Philippe Chauveau lors la rentrée littéraire .
Pour tout savoir sur les prix Libraires en Seine, prix de lecteurs (adulte et jeunesse), abonnez-vous à notre chaine, et rendez-vous aussi sur page Facebook ou le compte Instagram Libraires en Seine et dans les 13 librairies de l'association.
autres livres classés : mythesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3494 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..