AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2310015032
Éditeur : Editions Amalthée (05/09/2007)

Note moyenne : 3/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Que toutes celles et ceux qui, comme moi, ont subi par vengeance, la rancune, la jalousie, la méchanceté, la haine de leurs soi-disant aînés, marchent la tête haute. Notre vécu n'est pas une excuse pour éventuellement le faire subir aux autres, mais ce n'est pas une honte non plus. Soyez fiers de ce que vous êtes : des humains vivants envers et contre tous. Que toutes celles et ceux qui connaissent la plénitude d'une enfance heureuse s'en réjouissent davantage et qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
fglire
  05 décembre 2017
« Première Décénnie : Survivre » m'avait été présentée par l'auteure Domino Milot comme la première décennie d'une saga familiale s'étendant sur 40 ans, il s'avère que nous sommes plutôt dans une autobiographie ancrée dans la réalité. Et quelle réalité ! En effet les 10 premières années de vie de Domino Milot relève du calvaire.
Elle est abandonnée dès son plus jeune âge par sa « mère », son père se révèle plutôt absent (en particulier les premières années de sa vie) et coupablement bien trop souvent passif même s'il lui arrive d'avoir quelques sursauts pour soutenir ou aimer sa fille. Des familles d'accueil (parfois des oncles et tantes) plus ignobles les uns que les autres (sauf un couple) et une belle famille tout autant à jeter mis à part une vibrante exception. Quant à sa belle-mère affligée d'une phobie des microbes et de la saleté, elle a tout de même - parfois - quelques bons moments.
L'auteur nous déverse donc tous les souvenirs de ses 2-10 ans dans une nécessité de dévoiler son Enfer, mais sans aucun doute aussi, de s'en libérer (n'ai-je pas fait de même de manière dissimulée dans le Cycle de l'Éveil !). Sa logorrhée est incontestablement chargée d'émotions. Même si le pardon est magnifiquement évoqué aux deux tiers du livre, il me semble évident qu'une rancoeur légitime est présente. Certains actes ne pourront jamais être pardonné à 100%, ce quelle que soit la volonté de la victime. Un sentiment qu'au vu de ma propre expérience, je comprends et partage. Les mots envers ses tourmenteurs sont souvent durs et sans concessions, même pour sa belle-mère qui semble pourtant avoir fait prendre conscience au père de la situation dans laquelle était sa fille dans sa dernière famille d'accueil (un oncle). Celle-ci était (est encore ?) clairement malade ; sa psychose et ses TOC en résultants sont une réalité sans doute très mal considérée il y a 40 ans.
Un livre fort sur le fond, plus faible à mon goût sur la forme. Clairement l'auteure a choisi de nous livrer chronologiquement ses souvenirs comme ils lui venaient.
Ainsi, nous nous confrontons à 130 pages non chapitrés, aux paragraphes systématiquement longs, voire très longs (jusqu'à 3 pages). Et les phrases sont du même acabit, longues, trop longues, jouant des virgules, jamais de ce point-virgule que nous sommes quelques-uns à apprécier, en particulier lorsque le sujet change dans la même phrase. Parfois (rarement) la lecture en devient un peu confuse. de même, les dialogues sont malheureusement intégrés aux paragraphes ne permettant aucune aération du texte. Par ce choix, l'écriture devient visuellement compacte ce qui alourdit la lecture qui manque de souffles.
D'autre part, si le récit se déroule globalement dans le passé, avec parfois des incartades abruptes sur les sentiments de l'auteur au moment où elle écrit, le temps de na ration passe du présent au passé sans justification.
Et comme toujours, je ne suis pas très fan des « témoignages » de lecteurs en fin de livre. Sur un site oui, pas à la suite du texte.
Je regrette donc le style et pourtant, je ne peux m'empêcher de me demander si le texte aurait été aussi fort s'il avait été retravaillé et structuré.
Au total, « Première décennie » est un vibrant et douloureux témoignage sur des événements impossibles à admettre d'autant plus à notre époque. Une maltraitance physique et psychologique qui justifie très largement le sous-titre de survivre, car clairement l'auteure Domino Milot est une survivante, sans aucun doute poursuivie aujourd'hui encore par ces horribles cicatrices du passé. Comment se construire sereinement après tant de vilenie ?
Un récit puissant, quelque peu affaibli par la forme d'où ma note mitigée.
Lien : http://lecycledeleveil.e-mon..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
valouboubou
  09 juillet 2017
Je viens de terminer 1ere décennie! Mon dieu, comment des adultes peuvent infliger une telle souffrance physique, psychologique à une enfant ? Comment des familles peuvent se détester et se mépriser à ce point? Je sais qu'on ne peut pas choisir sa famille mais qu'on peut choisir ses amis. Je suis bouleversée par cette autobiographie, sachant que j'ai rencontré son auteur Domino Milot qui est une femme belle, généreuse avec un sourire grand et franc. Quel courage Madame, quelle ténacité, quelle volonté de vivre et d'aimer! j'encourage mes amis facebook et ceux que je vais rencontrer dans les prochains jours à lire cette autobiographie.
Commenter  J’apprécie          10
Atheniane
  18 janvier 2017
On tombe dans un univers sombre, violent et ingrat qui nous oblige à nous dire que , finalement nos petits problèmes ne sont rien comparés à l'histoire de Domino.
Gros bémol concernant l'écriture, le texte est sous forme de pavé, succession indigeste de phrases interminables, vocabulaire restreint de l'auteur et que dire de l'éditeur qui n'a même pas pris la peine de corriger les fautes de grammaire et d'orthographe...
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : violences familialesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
890 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre